Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 11:41
 
Alors venait le temps excitant du potage,
d'un crémeux velouté, d'une bisque rouillée
où mes miettes de pain faisaient du canotage
au risque de gâcher la nappe barbouillée
bateau-mouche
 
La mère nous servait, les « hommes » tout d 'abord
la petite pestait, nous traitait de veinards
tandis que cabotaient mes croûtons à bâbord
je régnais sur ma grande armada, goguenard
sainte-nitouche
 
Combien de fois pourtant ai-je pris le bouillon
d'un coup de main sournois de la petite peste?
Je repêchais mon bien, fichu tonnerre de Brest
à la louche
 
D'un regard bienveillant la mère nourricière
désamorçait le duel, la mêlée meurtrière
où allaient s'étriper meneur et trublion
croquembouche
 
 
Vegas sur sarthe

commentaires

P
J'en ai l'eau à la bouche !... :)
Répondre
V
Merci à tous pour vos comm.
signé: un vieux pot
Répondre
L
Toujours très inspiré tes textes et en plus en vers.... Cela me rappelle quand même quelque chose, des souvenirs ou déçue par la soupe, je faisais tremper des biscottes jusqu'à ce qu'elles soient en bouillie...Mais c'est une autre histoire !
avec le sourire
Répondre
C
J'aurais bien aimé parfois avoir un un frère qui mange ma soupe moi !...
Répondre
J
sourires ... c'est bien observé et joliment conté
Répondre
M
Soupe au sourire en savourant ces petites bisbrouilles enfantines.
Répondre
A
Eh oui, on servait les garçons les premiers et les filles n'avaient que les restes si elles n'étaient pas roublardes pour prendre dans l’assiette du voisin ( rires)
Répondre
V
et puis les règles de bienséance et de "savoir-vivre" sont venues. Les hommes oseront-ils se servir dans l'assiette de la voisine? Pas sûr :)

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos