Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 mai 2015 7 17 /05 /mai /2015 15:41

 

Le temps inexorablement s’écoule

Il n’a nul besoin de remontoir

Passants éphémères nous le traversons

Et pour un moment, un moment seulement

Il nous gratifie d’une parcelle d’éternité

 

La modiste s’empresse, il y va de son renom

Ajuster une plume, piquer une ganse de velours

Donner un volume gracieux à un bibi est son quotidien

Qu’importe la nuit passée à s'activer sous une lueur parcimonieuse

Madame, sa cliente, ne peut souffrir le moindre retard

 

Vite, vite ! Elle relève sa robe pour se faufiler entre les calèches

Ne pas glisser sur le sol gras, éviter le crottin

Qu’un balayeur des rues inlassablement recueille

Remarque-t-elle le regard égrillard d’un dandy  

Émoustillé par la blancheur de son jupon de dentelle ?

 

Le temps inexorablement s’écoule

Les équipages ont laissé place aux automobiles

Et les feux tricolores régissent les passages cloutés

Mais toujours les gens se hâtent vers quelque but

Demain, déjà, est à leur porte

 

Mony

 

Le temps inexorablement s’écoule

Il n’a nul besoin de remontoir

Passants éphémères nous le traversons

Et pour un moment, un moment seulement

Il nous gratifie d’une parcelle d’éternité

 

La modiste s’empresse, il y va de son renom

Ajuster une plume, piquer une ganse de velours

Donner un volume gracieux à un bibi est son quotidien

Qu’importe la nuit passée à coudre sous une lueur parcimonieuse

Madame, sa cliente, ne peut souffrir le moindre retard

 

Vite, vite ! Elle relève sa robe pour se faufiler entre les calèches

Ne pas glisser sur le sol gras, éviter le crottin

Qu’un balayeur des rues inlassablement recueille

Remarque-t-elle le regard égrillard d’un dandy  

Émoustillé par la blancheur de son jupon de dentelle ?

 

Le temps inexorablement s’écoule

Les équipages ont laissé place aux automobiles

Et les feux tricolores régissent les passages cloutés

Mais toujours les gens se hâtent vers quelque but

Demain, déjà, est à leur porte

 

 
 
 

 

 

 
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

Annick SB 20/05/2015 15:52

"On ne se souvient pas de ce qui est ancien; et ce qui arrivera dans la suite ne laissera pas de souvenir chez ceux qui vivront plus tard." Ton texte m'a donné envie de relire Ecclésiaste !

emma 20/05/2015 14:33

tu évoques si bien le temps charmant des modistes et cousettes
https://www.youtube.com/watch?v=tTwU5gbrSdA

Jeanne Fadosi 19/05/2015 16:43

un bien joli texte sur ce montage qui me renvoie à ce que me conter ma maman de sa jeunesse de midinette

Lyne 18/05/2015 18:19

Le temps passe et c'est déjà demain...Bien joli.

annick bourguet 18/05/2015 12:25

quel beau texte

vegas sur sarthe 17/05/2015 20:43

Victimes du temps qui passe, il nous reste ces évocations en poésie ou en images des métiers d'autrefois

cloclo 17/05/2015 19:03

Bravo Mony, pour une fois tu t'essayes à la poésie et le résultat est très réussi. tableau visuel où on se retrouve téléporté en arrière pour le plus grand plaisir de nos yeux et de nos sens...

aimela 17/05/2015 18:38

On a l'impression quelques fois que l'heure ne passe pas et pourtant c'est la course pour je ne sais quelles raisons

jill bill 17/05/2015 16:56

Bonjour Mony... plus ou moins empressé de vivre reste le genre humain car son temps ici conté est compté... :-)

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net