Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2016 2 19 /01 /janvier /2016 15:59
Pas une larme...   Clémence

(inédit)

"Spécial cinquième anniversaire" d'après le sujet semaine 52:2014 - clic

 

 

 

- C’est  pas possible, tu enterres tes parents et tu ne verses pas une larme !

- C’est mon problème, cela ne te regarde pas.

- Si, ça me regarde, tu es égoïste, tu n’aimes pas les gens, tu n’aimes que toi !

- Mais non, c’est encore ta manière de me voir, de me juger…de vouloir imposer ta manière d’être !

- T’es vraiment cinglée, quand on enterre ses parents, on pleure, décidément, tu ne fais rien comme tout le monde !

- Tout le monde, la belle affaire…

- Ca y est, Madame recommence…

- Baisse le ton, s’il te plaît…. 

 

Elle tourna les talons, plantant devant le trou, le peu de famille qui lui restait, quelques amis, de vagues connaissances, les fleurs et le curé.

Non, elle n’était vraiment pas comme tout le monde, et alors…

Elle sentait la colère monter. Elle savait qu’ « Il » la provoquait, que c’était sa façon de pouvoir libérer ses propres démons. Mais cette fois, Il n’y parviendrait pas. Ni cette fois, ni jamais plus d’ailleurs.

 

Le vent  lui rougissait les yeux. Elle releva le col de son manteau noir. Elle ajusta la poignée de son sac sur l'épaule. Elle releva une mèche brune filetée de gris.

Elle n'était pas comme tout le monde, elle ne pleurait pas quand les autres pleuraient et elle s'habillait en noir. Qu’allait-on lui reprocher encore ?

 

Elle arriva près de sa voiture. Elle se mit à siffler car elle ne savait plus chanter. Une intervention avait endommagé ses cordes vocales.

 

Une heure plus tard, elle était arrivée devant « leur » maison. Ne plus réfléchir. 

Son grand sac de voyage et une valise recueillirent l'essentiel de sa vie.

Ne pas se retourner, ne pas verser de larmes.

 

Au volant, elle se faisait son cinéma et riait en à ce qu’ « il » ferait, ce qu' « Il » dirait. Que c’est encore un de ses coups de tête, un coup de ses folies cycliques, qu’elle reviendrait, que tout serait comme avant.

Aujourd'hui, ce scénario l'épuisait:

- lui : un verre de trop, des  phrases assassines,

- elle :  des paroles apaisantes,

- lui, les rugissements de la colère. Imparable.

- lui : les excuses, un cadeau et le droit, pensait-Il de recommencer et d'oser aller encore plus loin.

 

Elle se concentra sur la route, fit très attention à ces virages en épingle à cheveux. Elle vit le panneau « Lyon - autoroute du Soleil »

 

Lyon déjà ! Pas de souci.

Orange. Elle quitta l'autoroute pour se rendre à Gordes. Elle s'arrêta chez Max. Elle lui dit combien elle était désolée, mais vraiment, elle ne se voyait pas finir sa vie avec lui.

Avignon, La Sainte-Victoire, Nice, Menton, Pise, Florence….

 

Elle savait que sa maison l'attendait quelque part, dans un village de Toscane.

 

La route bordée de cyprès la mena au sommet de la colline, le ciel enflammait les brumes.

 

Terre ocre, oliviers et vignes. Je suis chez moi, enfin….

 

San Quirico d’Orcia

 

2006-04-14

 

 

Clémence

 

 

sujet semaines 02 et 03/2016 - clic 

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

Mony 19/01/2016 18:02

Il faut parfois une situation pénible pour avoir le déclic de se secouer et de prendre une grande décision. Le mot final dit à lui seul le soulagement de la narratrice. Beau récit d"un moment de vie.

clemence 19/01/2016 18:49

Et c'est souvent en ces moments que l'on se sent pousser des ailes!

Pascal 19/01/2016 17:42

C'est la relation conflictuelle du couple, du premier mot d'amour jusqu'aux derniers cris de haine.
Il faut toute une vie pour le comprendre. Se retrouver seul pour se réapprendre. Belle histoire.

clemence 19/01/2016 17:55

Et surtout ne pas répéter les mêmes erreurs....
Merci de prendre le temps de me lire et de réagir!

almanito 19/01/2016 17:30

Le chagrin ne se mesure pas au nombre de seaux de larmes versées. Il faut parfois s'éloigner de la lourde chape des conventions, ton héroïne a une saine réaction. Je serais curieuse de connaitre la suite...

clemence 19/01/2016 17:53

Peut-être qu' un prochain thème me permettra d'écrire la suite...
Merci pour ton attention!

Loïc 19/01/2016 16:19

faire comme tout le monde, être anonyme dans la foule, ne pas sortir du lot ni se faire remarquer ...
Pire : souffrir "comme il faut" ...

clemence 19/01/2016 17:56

Et pourtant... se plier, se fondre, imiter....est parfois une espèce de credo si profondément enfoui....
Merci pour ton attention!

jill bill 19/01/2016 16:17

C'est ce qu'on appelle prendre un tournant dans sa vie... ;-)

clemence 19/01/2016 17:57

A ne surtout pas rater !

Eric 19/01/2016 16:12

Curieuse synchronicité, j'écoutais
Françoise Hardy - Que tu m'enterres
Bon, il pleut, c'est parfait... pour les plantes !

clemence 19/01/2016 17:59

Je m'en vais, de cette note, ecouter celles d' une chanson que je ne connais pas! D avance, merci pour cette découverte ;)))

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net