Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 18:18
Je veux du rêve.   Clémence

sujet semaine 11/2016 - clic

 

Le sourire d'Adèle se figea et ses yeux s'écarquillèrent.

- Mais c'est quoi, ce truc ? s'exclama-t-elle en découvrant la photo en pièce jointe au courriel « semaine 11 »

On dirait des cartes SIM à lunettes 3D, fichées dans une boîte à …

Elle chercha un mot adéquat.

- Dans un coffret à dia-positives.

Elle continua sa tirade :

- Robotisés, cybertisés, lobotisés, anesthésiés  dans leur monde  virtuel d'une précision époustouflante, mais plat. Oui, plat.

 

Adèle venait de fêter ses vingt ans pour la troisième fois, et elle aimait comparer sa vie à un pont. Une culée ancrée sur la rive du passé, l'autre discrètement posée sur les rives d'un monde en mutation.

 

Elle se prépara un café en continuant son monologue :

-  Faut pas croire ! Même avec votre formatage à haute dose, vous ne viendrez pas à bout des irréductibles romantiques! Ceux qui susurrent « J'veux de cuir » , ceux qui crient « J'veux d'l'amour »

Ces derniers mots lui rappelèrent un souvenir éloigné d'un lustre. Non, deux !

 

« Moi, j'veux du rêve, du vrai, du rêve éveillé ! » avait-elle confié à son journal, après une période difficile. En ces mots, elle dessinait son avenir et voulait le marquer par un  événement prestigieux.

C'était un samedi…...

 

 « ………………... J'avais acheté le journal qui publiait un supplément sur les activités culturelles de la capitale. J'y ai trouvé l'objet digne de mes rêves. Un concert au Bozar.

La date de mon anniversaire étant proche, j'avais décidé de me faire vraiment plaisir. Je terminerais cette journée par une nuit dans un hôtel de la capitale.

 

Munie du catalogue des hôtels bruxellois, je commençai par celui qui était le plus proche de la salle de concert. Complet. J'élargis le cercle d'investigation. Complet. Complet. Ma déception fut complète aussi. Je fis une dernière tentative. L'établissement était prestigieux, mais j'invoquais moult raisons pour oser. Hélas, la réponse fut identique : complet.

Le réceptionniste entendit un tel désarroi dans ma voix qu'il me demanda de patienter. Mon cœur battait la chamade et s'affola lorsque j'entendis la réponse.

- Oui, je peux vous proposer une chambre. A un prix « abordable » si vous n'exigez pas un ascenseur.

 

Le jour « J » arriva. Tout était prêt. Ma journée de travail fut pareille à toutes les autres, mais à dix-sept heures, je savais q'une autre histoire allait commencer.

J'arrivai à l'hôtel. Je fus émerveillée.

Je montai dans la chambre. Je fus éblouie.

Au moment de partir, je priai le réceptionniste  de me réserver un taxi pour le retour.

 

L'air était vif. Je me sentais bien. Les lumières de la rue Ravenstein brillaient au loin.

La foule était dense aux abord du Palais Victor Horta.

J'étais émue et excitée à la fois. Pourtant, j'étais une fidèle du Bozar.

Mais ce mardi, c'était vraiment particulier.

 

Les portes s'ouvrirent. Je pris place au balcon. J'avais une vue parfaite sur la scène.

Le silence. Impressionnant.

La Camerata Salzburg prit place.

Anne-Sophie Mutter fit son entrée. Elle était magnifique.

Un sourire. Son Stradivarius était posé sur son épaule, l'archet suspendu...  

Les premières notes du concerto  KV 207 pour violon de Mozart s'envolent….

 

« Moi, j'veux du rêve, du vrai, du rêve éveillé ! 

 

 

Clémence

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

Jeanne Fadosi 28/03/2016 10:19

et d'ici un rêve aussi avec en fond sonore ...

clemence 19/03/2016 20:52

Grand merci à chacun de vous pour vos comm3qui me touchent ;)))

Margi 18/03/2016 22:34

Anne-Sophie Mutter au violon, oui, évidemment, c'est autre chose, un rêve bien éveillé !

jill bill 16/03/2016 10:19

Du rêve éveillé loin de ces nouvelles technologies...oh ouiiiiiiiiiiiiiii !!

Mony 15/03/2016 20:16

On ne lui impose rien à Adèle et elle a bien raison de s'insurger et de garder ses rêves et beaux souvenirs :) J'ai flâné rue Ravenstein la semaine dernière mais je ne suis pas entrée au Bozar...

Pascal 15/03/2016 19:23

Avec un grand brio, c'est une belle façon de contourner le sujet. Bien vu.

almanito 15/03/2016 18:28

joli, on croirait du vécu;) Un rêve éveillé qui en tout cas lui permettra de rêver encore un, non, deux lustres après.

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net