Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mars 2016 1 28 /03 /mars /2016 18:10
L'oiseau-éléphant.   Cloclo

sujet semaine 13/2016 - clic

 

Ce jour-là, à Balavenoko, l’oiseau-éléphant avait toutes les peines du monde à accoucher, tant la taille de l’œuf qu’il portait en lui paraissait gigantesque relativement à une taille pourtant très convenable, comparée aux autres espèces endémiques. Il avait même fallu aller chercher le grand manitou de Madagascar, le révérend Kévou-Lévou qui tapait la belote avec son ami Sihanaka au bar du coin. Mais ce dernier  leur fit vite comprendre, à sa mine renfrognée, que pour rien au monde, il ne voulait être dérangé. Et comme, en plus,  il était sur le point de perdre et qu’il y aurait certainement une revanche à jouer, il conseilla à ses visiteurs d’aller voir le grand accoucheur d’oiseau le Docteur Lambda Joro, éminent professeur connu dans toute la région de Tuléar.

 

Malheureusement, ce dernier avait dû se rendre d’urgence auprès d’une poule pondeuse dont le stress, dû à la mort de son époux, un superbe coq mort en plein combat la veille, l’empêchait de mener sa grossesse à terme et qui,  de surcroît, faisait une dépression ante-partem, chose qui arrive très rarement  chez les poules. Il ne leur restait plus, en ultime recours, qu’à aller consulter le sorcier Atchona, connu dans tout le pays pour ses immenses pouvoirs et dont on leur indiqua l’adresse. Mais ils ne le trouvèrent qu’après trois heures de longue et pénible marche dans une jungle inextricable de buissons et d’arbres enchevêtrés.

 

Lorsqu’ils poussèrent la porte de sa masure pour le rencontrer, ils se trouvèrent face un être terrifiant, grimé et armé jusqu’aux dents qui, face à leur demande pressante, leur répondit qu’hélas, il ne pouvait rien pour eux, car on était mardi, et que le mardi, un fadi temporel lui interdisait tout déplacement. Il  offrit néanmoins à chacun d’eux, avant leur départ, un odi et quelques moharas, talismans précieux  qui leur porteraient bonheur sur le chemin du retour.

 

C’est la mort dans l’âme que nos voyageurs durent faire demi-tour, en se demandant ce qu’il avait bien pu advenir à leur pauvre oiseau-éléphant, pris depuis la veille dans les douleurs atroces d’un enfantement interminable et quasi impossible.

 

Mais quelle ne fut leur surprise à leur retour de constater que non seulement l’oiseau avait accouché, mais que l’énorme oeuf qu’il venait de pondre s’était scindé en deux parties égales et qu’en son milieu brillait un merveilleux jaune semblable en tous points à un rutilant soleil. Pas de doute, le Grand Sorcier avait exercé sa magie à distance.

 

A présent, une question épineuse se posait : qu’allait-on faire de l’œuf ? Tout le monde sait que dans cette province reculée de Madagascar, la religion interdit formellement à la population de manger de la viande ou des œufs. Qu’allait-on faire de cet énorme chose dont l’intérieur, sans doute attisé par les ardents rayons du soleil tout proche, était tapissé de milliers de petites alvéoles d’un aspect jaunâtre repoussant et à l’odeur albuminique insoutenable ?

 

On décida de le brûler sur place et de diligenter un joailler d’ Antananarivo pour voir si l’on ne pourrait rien tirer de sa coquille, à l’épaisseur considérable, et dont la couleur ivoirine était du plus bel effet et pourrait sans doute participer à la confection de colliers et de bagues destinés aux touristes encore nombreux sur l’île.

 

Tout le monde descendit des échafaudages qui n’avaient plus aucune raison d’être, et se rendirent  joyeusement au bistrot le plus proche pour se payer un bon rhum dzama qu’ils avaient tous amplement mérité.

 

Quant à l’oiseau-éléphant, il se releva difficilement de ses couches et décida de ne plus jamais avoir d’enfants.

 

 

Cloclo

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

clemence 30/03/2016 18:19

Une très belle histoire, en effet...quoique un peu alourdie par de nombreux apartés. Mais peut-être est-ce voulu?

Mony 30/03/2016 16:11

Quel imaginaire une fois de plus, bravo Cloclo !

aimela 29/03/2016 10:38

Comme je comprends cet oiseau de ne plus vouloir d'enfants, souffrir en pondant un œuf pour fabriquer des bijoux ah non alors ! ( rire)

Margi 28/03/2016 21:21

Amusante cette histoire ! On avait tort de s’inquiéter pour ce pauvre oiseau-éléphant qui sans doute a fait fortune avec la vente des bijoux façonnés avec sa coquille.

almanito 28/03/2016 19:18

Elle est géniale, ton histoire. On se laisse emporter et on sourit tout le temps, le ton du récit est enlevé, très plaisant.

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net