Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 mai 2016 6 28 /05 /mai /2016 19:20
L'homme à la moto.   Galet

Sujet semaine 22/2016 - clic

 

Il portait des culottes, des bottes de moto, il habitait au bout de la rue et c'est au niveau de ma porte qu'il mettait pleins gaz, pour mieux affronter la grande côte avant le carrefour.

Il passait tous les matins à la même heure et je savais alors qu’il était temps pour moi de me préparer à partir si je ne voulais pas rater le car. Quelle idée j’avais eu de venir habiter ce petit village à vingt kilomètres de la ville ! Ça n’était pas un problème tant que ma vieille 4L avait tenu le coup, mais un jour, après un hoquet, elle avait définitivement refusé de répondre à mes sollicitations de plus en plus rageuses et était restée sous l’appentis tandis que je prévenais que je serai en retard. C’est le directeur de l’école qui était venu me chercher pour limiter les dégâts : il y avait déjà une institutrice en congé de maladie et une en stage, pas question de disperser encore une autre classe ! Á la récré il m’avait donné les horaires des cars : facile ! une demi-heure avant le début des cours et deux heures après la fin. Point-barre. Et aucun le dimanche. Au moins je pouvais faire quelques courses avant de rentrer, encore heureux que l’arrêt ne soit pas trop loin de chez moi…

Une heure plus tard j’entendais le bruit de la machine et du tuyau d'échappement. Réglé comme du papier à musique, le mec ! S’il sortait le soir, en tout cas, c’était sans son engin.

Je ne connaissais de lui qu’une silhouette sombre et fugitive, un blouson de cuir noir avec un aigle sur le dos. Probablement qu’il ne savait même pas que j’existais, je ne pensais pas l’avoir croisé lors de mes balades dominicales dans la campagne.

Mais un soir, la moto s’est arrêtée devant ma porte. Surprise, j’ai fixé ma fenêtre aux volets fermés sur la nuit d’hiver, comme pour voir à travers. Trois coups à la porte, un grand corps qui s’encadre dans l’entrée, un sourire ravageur dans un visage à la barbe naissante, de grandes mains aux ongles pleins de cambouis qui tenaient un casque noir, assorti… Il m’a dit : « Si je n’entre pas, c’est le froid qui va le faire ! » puis il m’a expliqué qu’il était copain avec mon directeur, et qu’il venait d’apprendre, pour ma titine. Si je voulais bien, il pouvait jeter un œil, c’était son métier. Moi, je le regardais parler plus que je ne l’écoutais, en me demandant si, sur les biceps, il avait un tatouage avec un cœur bleu sur la peau blême… Comme il disait : « Demain dimanche ? » j’ai répondu « oui » sans vraiment réfléchir, le cœur et la tête déjà à l’envers, avec ces mots que je retenais à grand peine : « Ne pars pas ce soir, je vais pleurer si tu t’en vas… ». Quand il a tourné les talons, l’aigle me défiait.

Il s’est débrouillé pour trouver des pièces, j’ai récupéré ma voiture et ma liberté, de déplacement tout du moins. J’ai pu accepter une soirée en boîte avec mes collègues. J’y ai retrouvé mon sauveur dont une méchante langue de voisine m’avait affirmé que jamais il ne se coiffait, jamais il ne se lavait, ce qui, à l’évidence, était faux. Je fondais comme une glace au soleil… Alors Gérard m’a glissé dans l’oreille de ne pas trop fantasmer sur son pote : il avait une petite amie, du nom de Marie-Lou.

Idylle morte avant même d’avoir existé…

 

(L'homme à la moto - clic)

 

Galet

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

Clémence 31/05/2016 13:59

Waouh... ça claque comme un galet qui ricoche sur la surface de l'eau...Si le lanceur se réjouit des ronds qu'il fait dans l'eau, la Belle pleure les trous tout ronds dans son coeur...
Un texte qui se lit à du cent à l'heure avec le palpitant au bord de l'explosion!

Galet 31/05/2016 23:33

J'espère surtout qu'elle habite assez loin d'un passage à niveau, il vaut mieux prendre le train que passer dessous !

vegas sur sarthe 30/05/2016 17:02

La chute fait mal... comme beaucoup de chutes! Reste l'histoire, sympa... Bravo

Galet 31/05/2016 23:25

Peut-être que, pour oublier, elle va s'en rouler une et s'en servir un ? ;)

Mony 29/05/2016 18:24

J'aime beaucoup ton histoire, Galet :)

Galet 29/05/2016 20:30

Merci ! Et crois-moi, il vaut mieux pour moi écrire que chanter !!!

Jeanne Fadosi 29/05/2016 17:33

une bien belle histoire

Galet 29/05/2016 20:30

Un peu moins "trash" que l'originale !

Jak 29/05/2016 13:19

Comme Adrienne j’échafaudais une belle histoire .
Hélas il faut se méfier des Marie-Lou !

Galet 29/05/2016 20:29

Qui parlait encore d'elle, ici ?... Ah oui... Polnareff !

Adrienne 29/05/2016 09:43

ah quel dommage! je voyais venir l'idylle, zut et rezut :-)

Galet 29/05/2016 09:52

Je reste avec mes regrets, lui avec sa moto !

Lilousoleil 29/05/2016 07:35

J'ai cru un instant que tu serais sa Marilou... Dommage l'histoire était bien engagée. J'aime
avec le sourire

Galet 29/05/2016 08:16

Non... Peut-être que, si je l'avais gardé pour moi, les choses auraient été différentes pour lui ? Mais la chanson eut été moins belle !

jill bill 28/05/2016 21:02

Ah dommage, mais on ne chasse pas l'homme déjà pris... à moto ou pas ;-)

Galet 28/05/2016 21:52

Hein, quand même, j'ai des principes ! Mais les principes... ;)

aimela 28/05/2016 20:51

Il y aura peut-être d'autres hommes à moto car celui ci est pris et vu son destin cela n'est peut-être pas plus mal que tu ne l'ais pas (rire)

Galet 28/05/2016 21:50

Il faut quand même manoeuvrer pour le garder dans le cercle des intimes, des fois que la voiture serait à nouveau en panne ! ;)

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos