Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 10:06
Comme un petit coquelicot.   Jeanne Fadosi

Sujet semaine 22/2016 - clic

 

Que pouvait-elle en savoir, la gamine haute comme trois pommes, tantôt chouchoutée comme petite dernière ou comme bonne élève, tantôt jalouse de sa solitude organisée dans ses jardins secrets ? Que pouvait-elle comprendre des idylles qui finissent dans la tragédie ? Les cachettes réelles, qui affolaient sa maman quand elle ne répondait pas, désireuse de prolonger encore de quelques minutes ses rêveries. Ses jardins imaginaires, qu'elle brodait tant et tant dans sa tête, jardins et logement, confortable, sans luxe. Jardins au goût de paradis. Lieu protégé de la fureur du monde, accueillant pour ceux, toujours imaginaires, qui le fuyaient, auquel on accédait en se faufilant derrière un rideau de pluie tombant le long de la falaise, au bout d'un tunnel naturel traversant le rocher. De l'autre côté, insoupçonnable, son eden, niché comme un nid d'oiseau dans un creux de l'à pic, et l'océan. Inaccessible. Qu'est-ce qu'elle pouvait en connaitre à son âge, de l'amour fou et des ravages de la jalousie ?
Elle rêvait, elle savait. Peut-être dans une autre vie ? Elle n'aurait pas su dire pourquoi cette chanson l'émouvait tant. Elle avait appris tôt à la fredonner avec ses grands frères et sa grande soeur. Les plus âgés allaient ou avaient quittés le nid familial pour fonder leur propre famille. Les grands ne s'en inquiétaient pas, pensant qu'elle n'était pas en âge d'en comprendre la métaphore du dernier couplet. Pensant qu'elle ne lui évoquait que les coquelicots.

 

Ils avaient tort. Déjà elle ne pardonnait pas à la vie d'avoir emporté de l'autre côté son premier camarade de jeu. Elle le savait malade, on ne le lui avait jamais caché. En ce temps-là on ne savait pas opérer de la maladie bleue. Elle l'avait perdu une première fois, tôt, séparée par un déménagement. Le savoir encore en vie les quelques années suivantes, quand elle accompagnait ses parents au cimetière, sur la tombe de ce frère qu'elle n'avait pas connu, était à chaque fois un petit miracle ... qui n'avait pas duré.
 

Aujourd'hui, la vieille dame cabossée, toujours aussi jalouse de ses jardins secrets, meurtrie dans la confiance accordée, n'a jamais réussi à quitté sa réserve.
Aujourd'hui, la voix de Mouloudji, les paroles ont toujours le même goût de bonheur impossible.
Comme un p'tit coqu'licot son âme, comme un p'tit coqu'licot.

 

 

Comme un petit coquelicot, chanté par Mouloudji - clic

 

 

Jeanne Fadossi

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

Mony 06/06/2016 03:09

Merci, Jeanne, pour ce beau récit de vie !

Galet 04/06/2016 14:10

"Un tout p'tit coqu'licot", enfermé entre les pages du livre de la vie, juste au chapitre des souvenirs...

vegas sur sarthe 04/06/2016 13:21

L'histoire est touchante, portée par cette chanson dont on a retenu l'air et moins les paroles

almanito 04/06/2016 11:20

Une très belle évocation, poétique et tendre. J'aime beaucoup le parallèle entre l'océan inaccessible et la chanson. Un jardin secret niché dans une falaise qui ressemble sans aucun doute au tien...

jill bill 04/06/2016 11:13

C'est très beau Jeanne... et cette gamine, même benjamine, comprenait les choses va...

jamadrou 04/06/2016 11:12

une jolie histoire Jeanne d'une vie à petits pas avec des chaussons de velours rouge coquelicot.

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos