Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 juillet 2016 7 31 /07 /juillet /2016 15:00
L'as de pique.   Chloé

sujet semaines 31 et 32

jeu d'été - clic

 

Lucien, dit Lulu, ne ressemblait à personne. Il n'avait rien d'un africain même s'il avait les lèvres épaisses, pas plus qu'il n'était asiatique bien que ses yeux étaient bridés. Les cheveux en bataille, habillé à la va vite que j’te pousse avec son éternel pantalon à carreaux qui grandissait moins vite que lui et l’art et la manière de boutonner dimanche avec lundi, il avait l’air d’un as de pique. Que voulez vous, Lulu, il n’aimait pas la symétrie et à l’ordre préférait le désordre, les notes non alignées qui dansent sur la portée. Il voulait du grand air, des oiseaux, et la cime des arbres…


Mais Lulu, sans le savoir, faisait le désespoir des siens ! Excédés par ce petit garçon qui décidément ne ressemblait à rien et ne rentrait dans rien, maîtres et maîtresses se mirent en tête de le changer, de l'éduquer, de le rendre plus conforme pour qu'il soit dans la norme!.

Dans l'insouciance de ses 8 ans, le pauvre gamin trouvait le monde des adultes bien compliqué! Qu'avaient donc tous ces grands à vouloir le transformer, le mettre dans des cases lui qui ne supportait ni les boites trop étroites, ni le rangement ! Il était lui, un point c’est tout et c’était là déjà beaucoup !
Pourquoi disait-on toujours de lui qu'il n'arriverait à rien! Qu'il était cabochard, illettré et ignare !
Bon soit, il n’aimait pas la symétrie et boudait les maths sans merci mais c’était là son seul délit ! Et puis, comment aurait-il pu savoir quoi acheter avec 1 franc lui qui n'avait jamais eu un sou en poche, même que sa mère lui disait toujours: "mon pauvre Lulu t’es fagoté n’importe comment et quoi qu’on fasse « il te manquera toujours deux sous pour faire un franc »

L’histoire, celle des vieux ? Bah ! Il ne l’aimait pas non plus beaucoup ! Il l’a trouvait trop poussiéreuse : faut dire qu’les coups d’canons ça faisait quand même des sacrés trous dans le béton ! y’ avait qu’à lui parler des bleus ! Du cinéma du quartier ! De the Voice et là …il en connaissait un rayon le Lulu, preuve qu’il n'était pas si bête !

Et La Fontaine ? Ah ça La Fontaine, c'était quand même quelqu'un, même que son maître il le disait ! Eh bien, lui Lulu savait mieux que personne toutes les histoires de ce grand homme ! Celle du corbeau stupide qui se faisait piquer son fromage; de la cigale rock star qui n'avait plus rien à manger avec la fourmi radine aussi pingre que sa voisine la mère Pichard ; de la grenouille qui voulait être aussi grosse qu'un bœuf et qui avait fini par péter comme son ballon de baudruche sur la cour de récré...

D'ailleurs, lui aussi savait inventer des histoires et il aimait la poésie surtout quand elle était de lui. Un jour, son maitre l’avait surpris au milieu de ses rêveries. « Lucien, ce n’est pas en écrivant tes inepties que tu réussiras dans la vie » lui avait –il dit d’un ton plein de reproches. Ce jour là, certes le Lulu, il n'avait pas tout saisi mais quand toute la classe avait ri, il avait su qu'on se moquait de lui ! Les mots s'était-il dit alors, ça ne fait pas de traces dessus la peau, juste quelques bleus dessus le cœur mais on ne les voit que de l'intérieur ! Dehors qui devinera qu’il est idiot si lui Lulu n’en pipe pas mot !

Au début c'est vrai, ça le faisait presque pleurer et quand son père le voyait renifler le cartable plein de contrariétés, il n'arrêtait pas de lui répéter: " Lulu, arrête de pleurnicher ! Mets donc tout ça dedans ta poche et pose ton mouchoir par-dessus ! N'y pense plus ! Pour sûr, il avait l'air de bien la connaître la chanson son père! Il avait du remplir ses poches et user des tonnes de mouchoirs !

Lulu ne rentra jamais dans les boites et garda ses cheveux en bataille, son éternel pantalon à carreau et l’art et la manière de boutonner dimanche avec lundi ! Au hasard des chemins, il fit la connaissance de Madame de Bournonville, une jeune institutrice. Elle vit en lui toute la richesse de son originalité, de son imaginaire et créativité et mis à jour tout son talent. Lulu excella alors dans l’art de jouer la comédie, d’interpréter différents personnage en les mettant en scène avec tellement de spontanéité, de conviction et de naturel, qu’il forçat l’admiration de tous. Il fit rire, il fit pleurer mais ne laissa jamais indifférent. Cette rencontre changea complètement le regard de ses camarades, de l’environnement, sur lui. Désormais accepté, Lulu pu garder son allure d’as de pique et rester ce qu’il avait toujours été sans offusquer personne.

 

Que voulez vous ! Il était lui, un point c’est tout et c’était là … Déjà beaucoup ! 

 

 

Chloé

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

Chloé 05/08/2016 16:52

Merci Jak. Le noir fait ressortir la lumière du blanc et il y a encore beaucoup de dames Bournonville de par le monde et sur ce site aussi!Bonne journée à toi.

jak 05/08/2016 14:33

J’♥♥♥
Pourquoi les adultes veulent-ils à tout prix faire entrer les enfants dans des cases
Je me demande sincèrement si ce n’est pas à eux à qui il en manque une , de case.
Heureusement qu’il y a des fées Bournonville, qui voient sans les lunettes de l’obscurantisme et savent découvrir des âmes. Lulu a eu de la chance de la rencontrer

Jeanne Fadosi 04/08/2016 10:57

beaucoup de tendresse et d'émotion passent à travers cette belle écriture sur la différence.

Chloé 04/08/2016 13:28

Merci à toi Jeanne.

Mony 02/08/2016 11:03

J'aime beaucoup la tendresse et l'empathie que tu développes envers le personnage de Lulu. Je suis persuadée que tu es ou a été une formidable Madame de Bournonville pour beaucoup d'enfants dits différents. merci Chloé pour ce beau texte.

Chloé 02/08/2016 16:05

Disons que j'ai côtoyé quelques "Lulu " et qu'ils ont croisé et croiseront encore, fort heureusement quelques " Mme De Bournonville"! Merci Mony, ton commentaire me touche beaucoup. j'attends à mon tour de te lire.

vegas sur sarthe 31/07/2016 22:36

J'ai pensé au même film que Chloé !

Chloé 31/07/2016 17:39

il pourait peut être faire penser, dans sa différence, à Pascal Duquenne, qui jouait dans le 8ème jour avec Daniel Auteuil ou à Forest!

Ghislaine 31/07/2016 17:19

Une étoile était né !
Ton histoire me fait penser à un film mais
je ne sais plus lequel..............

almanito 31/07/2016 17:19

A coup sûr il était un artiste, le Lulu. Il suffisait de LA bonne rencontre pour qu'il se révèle. Beau personnage très attachant, on l'aime tout de suite!

jill bill 31/07/2016 17:02

Comme ce pianiste qui jouait du piano debout... pourquoi le faire changer, pas tout à fait comme les autres c'est là aussi une richesse, bravo Lulu et merci à dame Bournonville !

Chloé 31/07/2016 16:09

Hum! rester et non resté!

Jeanne Fadosi 04/08/2016 10:55

sourires, nous faisons tous quelques fautes, plus ou moins. Et il en reste mais cela n'altère en rien ni la compréhension ni l'émotion. D'ailleurs ce lulu, il en faisait sans doute son lot aussi

Mil et une 31/07/2016 16:14

La correction est faite, Chloé !

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos