Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 06:34
Dernières cartouches.   Almanito

sujet semaine 38/2016 - clic

 

Il y avait au paradis un saint que le bon dieu avait relégué dans un coin, non pas qu'il ne l'aimât point mais il troublait le bon ordre, l'harmonie et la paix que l'on est en droit d'attendre en tel lieu.
Il n'était pas mauvais, loin de là, et le bon dieu lui accordait toute sa bienveillance, mais ce saint était de tempérament facétieux, si bien qu'à force de blagues et de niches il perturbait ses collègues, dont les préoccupations étaient autrement plus sérieuses. Comme saint Antoine, par exemple, qui avait la lourde charge de chercher les objets que les humains perdaient dans la pagaille qu'ils avaient eux-même organisée sur terre et qui s'en remettaient à lui alors qu'il eut été si simple d'aller aux "objets trouvés" (ouvert tous les jours sauf samedis, dimanches et jours fériés de 8h.30 à 18h.), ou bien sainte Rita, occupée 24 heures/24 à exaucer les voeux les plus farfelus.
Bref, saint Turlupin, ainsi que l'avait affectueusement surnommé le bon dieu lui-même, s'embêtait ferme sur son nuage à l'écart de tous.
Ecoute, lui dit un jour dieu lassé (et sans doute se sentant un peu coupable) je vais te faire confiance et placer sous ta garde le dernier né des petits sur terre. Tu devras veiller sur lui et user de tous tes pouvoirs pour le rendre heureux. Es-tu d'accord?
Fier de la promotion, saint Turlupin accepta avec reconnaissance. Top là!, mon dieu, dit-il ( car il savait que dieu aimait bien toper là)

 

L'enfant qu'on lui confia vit le jour un matin de printemps. Un beau bébé à la constitution solide, brun de poils et aux cuisses marbrées, tout bien comme il faut chez un loupiot en bonne santé. On l'appela Ignace - Ignace, c'est un petit nom charmant - "Ignace, lo yo la lo yo la you hou!" yodlait l'heureux papa en labourant son champ. Car il était laboureur.
Saint Turlupin contemplait le nourrisson avec ravissement et lui envoyait toutes les bonnes ondes qui passaient tranquillement à portée de sa main, mais trouvait le temps bien long malgré tout.
Jusqu'au jour où un tatoueur malhabile rata la magnifique rose qu'il devait imprimer sur la fesse gauche de la dernière fiancée d'un sombre mafieux connu pour sa violence et sa cruauté. Le tatoueur fut illico expédié ad patres avec 2 balles dans le coeur et son matos expédié au diable par le gars en colère.
Le diable ne reçut jamais le paquet car saint Turlupin qui rêvassait entre deux nuages, l'intercepta d'un geste ma foi fort habile.
La manne, pour un saint jamais en manque d'imagination et qui de surcroît s'ennuyait, tomba comme un magot dans les mains d'un malheureux. Toutes ces fioles de couleurs, ces aiguilles sagement alignées dans leur boîte l'inspirèrent sur le champ et c'est ainsi que les époux découvrirent le lendemain matin, le peton potelé du petit Ignace tatoué d'un ourson blanc, dont saint Turlupin, pour un coup d'essai, avait fort bien su rendre le duveté de la peluche. Le bébé gloussait de plaisir devant l'image, les parents furent bien un peu surpris, mais comme le travail agricole n'attend pas, ils filèrent à leurs occupations sans guère se poser plus de questions.
Comme au fil du temps les tatouages évoluèrent avec les centres d'intérêts de l'enfant qui grandissait, ils l'emmenèrent bien une fois "au" docteur qui conclut à une névrose auto suggérée et qui les adressa à un grand spécialiste des cas inexpliqués à Paris, qui lui, ne conclut rien.
Ce ne fut qu'à l'adolescence qu'Ignace s'inquiéta, s'étant rendu compte que les tatouages que le bon saint lui imprimait sur la peau ne reflétait que ses pensées les plus intimes. Il se rendit à l'église un beau matin et s'adressa directement au saint: "Arrête un peu tes conneries, saint Turlupin, tu me fous la honte avec toutes ces filles à poil!". Le saint, quelque peu choqué par la brusquerie de l'invective, et vexé que son poulain n'apprécie pas son art,  envoya balader l'effronté.
Ignace rentra chez lui furieux mais eut le bonheur de constater les jours suivants que le saint avait renoncé à son passe-temps d'artiste. Il se crut exaucé et lui voua un culte sans borne jusqu'à la fin de sa vie.
....

 

Là-haut, sur son nuage saint Turlupin se lamentait. Il  avait  épuisé toutes ses cartouches d'encres.

 

 

Almanito

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

emma 22/09/2016 18:36

Quelle imagination, Alma, as tu un secret pour stimuler les neurones ?

Mony 21/09/2016 12:56

Il y a de quoi être turlupiné, pôvre saint Turlupin ! Un plaisir à lire, Almanito !

aimela 21/09/2016 09:45

voilà l'explication de cet homme entièrement tatoué, c'est la faute au saint Turlupin ( sourire) Superbe ce petit texte

Chloé 21/09/2016 09:04

Je suis complètement sous le charme de ce conte superbement narré, imagé et plein d'humour! Coup de cœur!Merci pour cet excellent moment de lecture. Chloé

jill bill 21/09/2016 07:57

Ah oui tant de tatouages y a bien une explication... tombée du ciel ! ;-)

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos