Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 octobre 2016 3 05 /10 /octobre /2016 18:21
La Reine ou le Monarque.   Jak

sujet semaine 40/2016 - clic

 

Une abeille joliment rayée coudoie un jour une autre abeille d’un jaune plus subtile. Elles  ne travaillent pas loin d’ici comme butineuses et profitent d’un moment pour papoter un brin de temps, sur un brin de lavande

 

Leur reine, cette mangeuse de bourdon cette tueuse qui élimine ses rivales potentielles, désirant seule régner, les surveille d’un œil aux facettes vigilantes ne pouvant se compter sur les doigts de la  main tant elles sont nombreuses.

A distance, elle les zieute, entourée de ses esclaves qui la nourrissent de gelée royale, ce qui est  évident pour une Reine. De surcroit ses braves filles, la lavent et veillent à son bien être.

 

Là-bas au bout de l’enclos, le papotage de ses ouvrières l’indigne, elle hèle les deux bavardes et les interpellent d’une voix royale :

 

Allez mes belles, dare-dare, mettez vos dards au boulot afin que je m’enivre de nectar pour qu’enfin je puisse accomplir mon vol nuptial sans tarder et pondre encore des œufs, toujours des œufs.

 

Les deux commères se rebellent. Elles en ont assez de leur esclavage, elles s’envolent voir ailleurs.

 

Hélas, les malheureuses se trouvent nez à nez avec un apiculteur qui voulait améliorer son essaim.

 

Pour leur malheur, il se promenait avec son filet à papillon, étant en plus, collectionneur de Monarques, et d’un seul coup, d’un seul, il les capture pour les mettre au turbin avec une autre Reine.     

 

A nouveau les voici prisonnières.

 

 

On sait ce qu’on perd, mais on ne sait  pas toujours ce que l’on retrouve.

 

 

Jak

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

Margi 08/10/2016 07:48

Abeilles-ouvrières, monarques, ton histoire me rappelle celle des hommes... à l'époque où l'on produisait encore.

Chloé 06/10/2016 13:53

Oui comme tu dis! On sait ce que l'on perd mais pas toujours ce que l'on gagne et là c'est mal barre! Y'a pas d'syndic chez les z'abeilles! Petite fable bien sympa!Chloé

Mony 05/10/2016 20:03

Travailler, travailler, toujours travailler quel que soit le patron... Il en est ainsi des abeilles comme des humains :)

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos