Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2017 1 30 /01 /janvier /2017 17:55

sujet semaine  05/2017 - clic

Sur un tas de cailloux qui jouxtait la maison, un coq n'arrêtait pas de répéter :

 

- Cocorico, cocorico…

 

C’était un coq espagnol, qui parlait aussi le Français et l’Italien. Et même l’argot des souteneurs.

 

Il avait horreur des visiteurs, ce pauvre Coco, qui avait trop souffert jusqu'ici des visites continuelles chez son ardente et lascive maîtresse. C'était une procession quasi ininterrompue de beaux messieurs endimanchés, boursoufflés, rougeauds et chapeautés qui défilaient nuit et jour dans sa sordide cambuse pompeusement rebaptisée « chambre d’amis » pour la circonstance et qui ne manquaient jamais une occasion, à chacune de leur visite, de décocher à la bête un de ces lazzis dont ils avaient le secret :

 

- Alors, Coco, t'as bouffé ta langue aujourd'hui ? disait notre homme, en soulevant, goguenard, son joli chapeau claque.

 

- Sacrado matonos de mes dos, rétorquait Coco, dans son langage bien à lui.

 

L'autre, ne saisissant pas l'allusion, poursuivait sa route tout en réajustant poliment son chapeau.

 

La belle enfarinée, le peignoir entrouvert, l'attendait avec impatience. Quatre ou cinq couches de blush, fard à joue insolent, rimmel charbon sur implants de cils immenses savamment recourbés mais ayant largement débordé et rouge baiser à l'appui, elle ouvrait la porte, non s'en avoir jeté à Coco un regard noir : tu vas tout faire foirer, espèce de sale bête, avec tes insultes !

 

- Santa Maria del la prostitutione... criait Coco en se signant.

 

La dame savait que dans ces cas-là, il ne fallait pas insister, car Coco avait par devers lui tout un vocabulaire que lui auraient envié les 40 membres de l'académie de la Calo (la langue verte du coin)

 

Son chulo l'attendait déjà dans la tenue des rugbymen un jour de calendrier, mais avec en prime les creux et les pleins, les bourrelets, les cascades de chair débordantes qu'elle détaillait avec amour.

 

- Mon cochon, mais t'as pris combien de kilos depuis la dernière fois ?

 

L'amant tentait de dissimuler son excès de graisse derrière une serviette mitée, mais on apercevait encore des morceaux de chair rose à travers les trous béants d’un vieux textile râpé, rescapé des soldes mémorables de 83. Il se précipita donc du mieux qu'il le put jusqu'au lit salvateur en remontant la couette jusqu'à son double menton.

 

- J'arrive, chéri, criait la belle enamourée.

 

- Arriba, arriba, hurlait Coco, qui ne perdait pas une miette de la scène, bien qu'il n'en perçût que les sons...

 

C'était sa façon à lui de les encourager.

 

Lorsque les tourtereaux en étaient arrivés au moment paroxystique et hurlaient des onomatopées que l'on ne trouve nulle part, même pas dans les meilleurs manuels spécialisés, Coco s'agitait à tout rompre sur son tas de cailloux et tentait de les imiter en poussant de grands cris, ce qui ne manquait pas d'attirer les passants, qui le croyaient pris de folie et le traitaient de Coco loco.

 

- Vaya, vaya, anda, anda, allez-vous en, criait Coco hors de ses gonds.

 

Mais rien n'y faisait, il fallait attendre que nos deux partenaires eussent calmé leurs appétits respectifs et quelques minutes après, l'amant se présentait à la fenêtre, la chemise de nuit déboutonnée et le bonnet blanc de travers, en sommant la bête de retourner à sa poulaille.

 

- Fuera, rufian, paëlla, zarzuela, churros, gaspacho, gambas a la plancha... Especie de prodidos tapas, gordo carmesi …ajouta Coco avant de déguerpir.

 

Il ne regrettait pas son audace, et sur le chemin du retour, il se prit même à penser que ses poules à lui avaient, dieu merci, une autre classe !

 

 

Cloclo

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

Marité 02/02/2017 18:12

Trop drôle ! Felicitates !

JaclynO'léum 02/02/2017 15:23

Jubilatoire, cette histoire! Je connaissais la vache espagnole, la chèvre revenant d'Espagne et parlant allemand, mais quel plaisir de faire connaissance avec ce coq!

Lilousoleil 31/01/2017 08:41

c'est bien vrai que les coq sont bilingues voire trilingues quand ils parlent... Quelle imagination !
avec le sourire

LADY MARIANNE 30/01/2017 19:41

un vocabulaire que je ne comprends pas mais pas grave j'ai compris le tout-
une belle imagination à partir de cette illustration ! je n'y aurais pas pensé !
bien joué Cloclo ! cocorico-

vegas sur sarthe 30/01/2017 19:33

Coq pour poule de luxe ça n'est pas de tout repos... Cocorico !

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos