Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 septembre 2017 6 30 /09 /septembre /2017 15:12

sujet semaine 40/2017 - clic

Pas même une courte apparition entre les tranches d’un livre (dont elle se croit sans doute l’unique héroïne) ne m’aidera à oublier l’exil qu’elle me fit endurer. Exilé sur mes propres terres, renvoyé sans diplomatie à mon propre moi-même, aucune épreuve ne fut plus dure à supporter que ce jour où l’aura d’un triste baryton, vedette d’un opéra lyrique que nous étions venus écouter à Paris, vint frapper de plein fouet son cœur si sensible à ces tessitures bien particulières qui se situent entre le grave et l’aigu. Le beau chanteur devait justement sa carrière à son interprétation unique dans l’Orfeo de Monteverdi. Et aujourd’hui, la belle retenait son souffle pour ne pas perdre une miette de sa prestation. Je sentais progressivement et avec horreur que je n’existais plus, que j’aurais pu sortir de la loge même bruyamment sans qu’elle s’en aperçût. Elle n’avait d’yeux que pour lui.

[Le texte traduit s’affiche en haut de la scène]

Rose du ciel, source de vie

Digne descendant de celui qui régit tout l’univers,

Soleil, toi qui tournes autour du monde et qui le domine

Du haut de ces sphères étoilées…

 

Un seul couplet avait suffi à la convaincre. Et lorsque, de sa voix chaude et charmeuse, il déclama, comme s’il la regardait

Ô combien fut heureux l’instant

Où tu tendis vers moi

Ta blanche main, gage d’un pur amour.

 

j’ai bien cru qu’elle allait s’évanouir.

 

Et moi, j’étais déjà mort de jalousie. Un seul couplet et quelques notes venaient d’effacer d’un trait dix ans de bonheur.  Je sentis, à ce moment précis, qu’il serait difficile de revenir en arrière. A cet instant, je ne savais pas encore si c’était les yeux de braise, la courte tunique recouvrant à peine deux cuisses parfaites et bien musclées, la couronne de lauriers savamment disposée sur une abondante chevelure ondulée poivre et sel, ou surtout la voix envoûtante du héros qui l’avaient subjuguée ainsi.

 

J’eus un instant la tentation de m’éclipser en l’abandonnant à sa nouvelle conquête, mais un reste de dignité m’en retint et je terminai la soirée en me plongeant dans une espèce d’amère rêverie, où mes idées noires et confuses partaient un peu dans tous les sens. En fait, je m’étais carrément endormi, la laissant avec ses espoirs et ses propres fantasmes. Quand j’entendis et lus conjointement

 

Ainsi, jamais plus ne verrai les doux yeux d’Eurydice que j’aime ?

 

je pris conscience que j’étais, non pas bien au chaud dans mon lit, mais avec Pauline dans une loge de l’opéra Garnier. Elle se tourna vers moi, les yeux mouillés de larmes, réalisant sans doute à cet instant que le théâtre et la scène, même s’ils ne sont que pur bonheur, ne représentent pas vraiment la vie réelle. On en était arrivé au chœur final des nymphes et des bergers suivi de l’habituelle mauresque.

 

Et qui sème dans la souffrance

Cueille le fruit de toute grâce.

 

Le public était en délire et applaudissait à tout rompre. Pauline se leva, un large sourire aux lèvres, ajusta calmement son étole, je lui enfilai son manteau avec délicatesse en évitant d’endommager son beau chignon savamment édifié, et nous regagnâmes la sortie bras dessus bras dessous, tendrement enlacés pour échapper au froid glacial qui régnait dehors en ce jour de décembre.


Je pense qu’à l’avenir, il faudra que je modère mes craintes et mes ressentis, sinon ils me joueront à nouveau de bien vilains  tours.

 

 

Cloclo

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

Galet 07/10/2017 18:01

Peut-être que le kilt, dans l'intimité... Non, je m'égare ! Les maquillages de scène sont trompeur et la dame n'a fait que succomber au lyrisme... Pas de quoi fouetter un baryton !

Bourgeon créatif 05/10/2017 15:19

Jolie évocation des films qui nous trottent parfois dans la tête et nous font nous rendre malheureux!

Mony 03/10/2017 09:46

D'Orphée, il passait presque dans les bras de Morphée :) Une petite pointe de jalousie qui semble redonner du piment à ce couple. Je me suis plongée dans la salle à leur suite...

cloclo 04/10/2017 11:04

Ah, très bon le jeu de mots, je n'y avais pas pensé !!

emma 02/10/2017 20:30

ah le pouvoir des belles voix et des jupettes à la grecque ! une belle évocation, Cloclo

cloclo 04/10/2017 11:05

merci emma !

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos