Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2018 5 23 /03 /mars /2018 17:02

sujet 11/2018 - clic

De temps en temps, la chèvre de M. Seguin regardait les étoiles danser dans le ciel clair… (A. Daudet)

Comme Blanquette, je scrute le ciel mais en vain. Là-haut, pas la moindre étoile ne fait un pas de deux. Seuls de lourds nuages piègent les lueurs émanant de la ville endormie. Mais une ville est-elle jamais complètement endormie ?

Etendue dans le divan, je tente de somnoler un instant. Peine perdue.

Une fois de plus je me focalise sur la petite chèvre en souffrance dans la montagne.

Oh ! pourvu que je tienne jusqu’à l’aube !...

Et moi, vais-je résister jusque-là ?

La fenêtre me fait face à nouveau. J’y pose ma tête endolorie et le froid de la vitre l’anesthésie un court instant. Mes yeux se ferment, ne plus penser.

De la cour en contre-bas me parvient un miaulement rauque ; en réponse un aboiement se fait entendre sur la droite. Biquette et moi ne sommes pas seules à veiller…

L’une après l’autre les étoiles s’éteignirent…

Ici et là des lumières commencent à animer les croisées.

Une lueur pâle parut dans l’horizon…

Et tandis que les lève-tôt baillent en s’étirant une dernière fois, la neige doucement, patiemment,  recouvre les toits d’une fine pellicule blanche.

Le chant d’un coq monta d’une métairie !

De la chambre à coucher se faufile jusqu’à moi  la voix de Cabrel. Il y a pire pour sortir Thomas du lit...

Enfin ! dit la pauvre bête.

Pas fâchée d’être parvenue au matin et de mieux retrouver le décor familier.

Blanquette redoubla de coups de corne, le loup de coups de dents…

Pourtant dans ma bouche la douleur redouble d’intensité. Vite avaler deux cachets d’antidouleur. Je n’ai décidément pas des crocs de loup. Mais lui, le vilain, a-t-il jamais connu cette rage là ? A-t-il jamais été victime de douloureuses insomnies ?

…et elle s'allongea par terre dans sa belle fourrure blanche toute tachée de sang...

Je suis prise d’un vertige et n’ai qu’une envie, me coucher, même là au sol…

- Hé, mais tu titubes ! Tu as bu ?

La voix de M. Seguin me parvient ouatée, lointaine, si lointaine…

Blanchette ! Alphonse Dau… Daudet !

Je suis parvenue à murmurer les noms de ceux qui m’ont permis de tenir jusqu’à l’aube mais Thomas ne semble pas capter ce que je dis.

Quand il se trouve enfin face à moi, je saisis la stupeur sur son visage.

- Ben, ma pauvre ! Pourquoi ne m’as-tu pas réveillé ? Je n’ai jamais vu une joue aussi enflée.

- …voulais tenir jusqu’à l’aube… Blan…chette !

- Plus un mot, je t’emmène aux urgences.

A-t-il seulement vu qu’il avait neigé sur la ville ?

Et avant de sombrer, j’ai une dernière pensée pour Alphonse Daudet et pour mademoiselle Jeanne, ma première institutrice.

 

 

Le blog de Mony - clic

commentaires

D
Très originale ton idée ! Bravo !
Répondre
M
Les grands classiques sont une source inépuisables d'idées :)
A
Une rage de dents ! gloups ça doit faire mal et effectivement la nuit a du être longue ...
dans un texte, moi je compte les moutons ; je n'aurai jamais pensé faire revivre une chèvre ! Merci pour cette idée originale et géniale !!!
Répondre
M
Chèvre, moutons, la montagne n'est pas loin, évadons-nous y !
A
Joli parallèle que je savoure d'autant plus que j'ai une rage de dent et que ma joue est en train de prendre des proportions..inesthétique:))) Nous sommes de pauvres petites chèvres, Mony et les loups n'ont jamais mal aux dents, eux...
Répondre
M
Et bien ma pauvre, je te souhaite "bon courage" et une bonne nuit malgré tout...
E
à défaut de mouton, la narratrice se réfugie avec Blanchette dans ses souvenirs d'école, pénible est l'insomnie, mais quand elle est due à la souffrance c'est encore pire , car tout est majoré la nuit quand le reste du monde s'est absenté
Répondre
M
Oui, dans ce cas là mieux veut tenter de se déconnecter de la réalité :)

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos