Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 juin 2021 2 22 /06 /juin /2021 18:55

sujet 19/2021 - clic

-----

 

Le grand salon de la Maison Leprince était rempli d’une foule élégante où se mêlaient quelques journalistes de la presse people avides de savoir qui était avec qui, si le lifting de Truc – secret de polichinelle – était une réussite ou pas, si Chose allait négligemment glisser un mot sur sa possible candidature aux prochaines élections et si Machin allait investir de nouvelles parts dans la société, ce qui était en fait le sujet essentiel puisque le grand parfumeur présentait aujourd’hui sa dernière création : PETRICHOR.

Tous, et plus particulièrement les femmes de l’assistance, déversaient des flots de compliments sur la délicate boule d’hortensia en cristal et sur le non moins délicat, frais et léger parfum qu’elle contenait, encore que certaines préféraient des parfums plus capiteux, plus lourds, et c’est d’ailleurs pour ça que Georges, le sublime « nez » avait insisté pour que toutes les portes-fenêtres restent ouvertes. Après tout, il faisait très beau, autant en profiter. Mais ce nom… Il y avait ceux qui avaient hoché la tête d’un air parfaitement entendu en se gardant bien de poser la question de peur de paraître ignares, ceux qui avaient leur idée sans en avoir la confirmation et un échotier plus hardi que les autres qui avait osé en demander la signification.

Georges avait expliqué avoir voulu récréer cette odeur particulière d’un jardin juste après la pluie, la subtilité d’une alchimie entre terre et ciel qui se glissait sans les cacher entre les senteurs des autres plantes… Il avait été intérieurement navré de constater que, sous des sourires de bienséance, personne ne comprenait.

Mais lui savait. Ce parfum, il l’avait en lui depuis longtemps, des vacances en Bretagne dans la maison sur la lande, près de la mer, et ce matin plein de brume tenace où la fille des voisins, Bérangère la très délurée, surnommée Bergère par la bande de potes, était venue le rejoindre. La pas sauvage avait fait mine de résister, juste un peu, avant de se laisser mollement tomber sur la pelouse tiède et humide, devant un grand massif d’hortensias qui pleurait sur eux des perles d’eau. Il était jeune et fougueux, il avait aimé sa fraîcheur, elle avait dit avec aplomb : « C’est de rouler dans la rosée qui rend les bergères jolies », alors ils avaient roulé, sous le ciel gris. Il lui avait murmuré à l’oreille que son pétrichor était enivrant et la fille avait répondu que son corps préférait les caresses au pétrissage ! Que voulez-vous, pour l’amour on ne demande pas aux filles d’avoir inventé la poudre ! Le jeune chimiste avait retenu son rire et profité de l’instant, mais il n’avait jamais oublié la fragrance qui s’élevait du sol et les avait enveloppés de ses subtiles nuances, faisant de ce souvenir un moment parfait.

 

Clins d’œil à Joe Dassin et Georges Brassens

 

 

Le blog de Galet

commentaires

colettedc 24/06/2021 20:36

Tout comme le jeune chimiste, je ris, mais sans me retenir ! Très, très BON texte !

Galet 25/06/2021 20:41

Le rire est aussi euphorisant qu'une bonne odeur, alors à déguster (ou humer ?) sans modération !

L'Entille 24/06/2021 15:37

Ah Nostalgie! Quand tu nous tiens. Il paraît que la mémoire olfactive ne se perd jamais de même que la mémoire gustative ... Enfin, avant covid.
Au fond de nous, l'enfance vit en arrière plan. Belle poésie, très chère.

Galet 24/06/2021 17:43

Le problème, c'est qu'on garde aussi en mémoire des odeurs autrement "pétrichorantes" que celle-ci !!! ;)

lecrilibriste 23/06/2021 10:11

Texte savoureux, mais pour le nom de parfum,"Petrichor" ne me donnerait pas trop envie d'acheter... Mais peut-être de sentir !

Galet 23/06/2021 15:45

Oser ! ;)

jill bill 22/06/2021 22:13

Si, un jour, je vois ce parfum au rayon spécialisé, je "goûte"... sachant ce que ce not veut dire aujourd'hui...

Galet 23/06/2021 07:46

Pétrichor des champs je prends, pétrichor des villes je me défile !

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos