Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2021 1 13 /09 /septembre /2021 15:16

sujet 26/2021 - clic

-----

 

Cet été là, je le passais auprès de mon oncle en Bourgogne. C’était un homme plutôt discret et peu bavard, amoureux de la nature. Il en avait d’ailleurs fait son métier car il était garde forestier. Peu présent à la maison, je restais seule durant de longues heures à m’ennuyer en attendant son retour. Un jour il me dit : « Je sais que ce n’est pas rigolo pour toi de m’attendre si longtemps donc je t’autorise à partir sans moi à la découverte de la nature et tu me raconteras le soir tout ce que tu as déniché ! Je te donne un petit panier et un cahier à croquis. ». Dès le lendemain, je m’aventurais, ravie, sur le petit chemin derrière la maison qui menait au bord de la rivière. C’est là que j’aperçu pour la première fois ce garçon qui devait avoir à peu près mon âge et qui très concentré, pêchait avec une branche d’arbre en guise de canne à pêche. Cachée derrière un buisson je l’observais de longues minutes avant qu’il s’adresse à moi en me faisant sursauter : « Au lieu de m’épier comme tu le fais, viens plutôt m’aider à remonter ce beau poisson dans ma musette ! ». De ce moment naquit une solide amitié. Tous les jours, je retrouvais Germain au bord de l’eau et il me faisait découvrir les secrets de la forêt : reconnaitre les terriers et leurs occupants, les traces des animaux, les baies comestibles, les différentes sortes de poissons … Je dessinais et je récoltais des trésors que je stockais dans mon panier en attendant de les présenter à mon oncle le soir : une plume, la feuille d’un arbre, un reste de nid … Je lui racontais avec beaucoup d’enthousiasme nos aventures du jour et je le sentais très fier et investit. Il nous confectionnait des casse-croûtes dignes de bucherons à base de bon pain de campagne et de terrine maison, puis nous indiquait quel sentier nous pouvions suivre en toute sécurité. Avec Germain, nous partions de bon matin et ne rentrions qu’à l’heure du souper sans avoir vu le temps passé. Quelques fois, il restait manger avec nous afin de prolonger ces moments de complicité. Encore aujourd’hui, vingt ans plus tard, ce sont des souvenirs de vacances inoubliables.

 

Maïmouna Grünewald

commentaires

L
un paysage habité
Répondre
M
Amitié ? premier amour ? dans un cadre merveilleux et plein de découvertes pour qui est curieux de la nature. Oui, une rencontre inoubliable :)
Répondre

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos