Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 19:19

sujet 9/2022 - clic

-----


Mon grand frère, je l’adore ! Il épate toute la galerie, y a pas un minot qui oserait le contester dans ses histoires, même les plus insolites. Les mômes, ils croient tout ce qu’il raconte ! S’il disait que c’est lui qui a inventé le fil à couper le beurre, ou la machine à peser les balances, ils le croiraient, ou encore qu’il y a une mine d’or cachée sous le lit du dirlo, toute la classe irait creuser direct ! Monsieur GOZE, c’est notre instit, il vient d’arriver cette année, il n'est pas plus grand que mon frère, mais alors, quel caractère, faut pas le provoquer celui-là, sinon, c’est la colle immédiate. Mon frère a essayé l’autre jour de lui tenir tête, sous prétexte que la cloche avait une minute de retard par rapport à sa montre. Résultat, il a dû rester debout derrière le tableau une demi-heure sans bouger et les bras croisés dans le dos. Il en est ressorti un peu plus tard avec un grand sourire provocateur qui n’a pas plu du tout à Monsieur GOZE. Comme l’école est petite et les élèves peu nombreux, on est tous dans la même section. Quand c’est hors niveau pour nous, on attend qu’il nous invite à prendre la parole et à assimiler le bon programme. Les petits d’abord, les grands ensuite. Pour passer le temps, on s ‘échange de petits mots par-dessous la table ou de précieuses   images, celles de nos chères  collections… Certains même s’attaquent au bois du pupitre avec un cutter pour dessiner leurs propres œuvres. Mais attention de ne pas se faire prendre car Monsieur GOZE a des yeux partout, je pense même qu’il en a derrière la tête vu la rapidité de ses volte-face.

 

Notre classe, qui pourrait recevoir 73 élèves, selon le règlement actuel de l’Académie, ne mesure que 34 m2, imaginez la pagaille, ne parlons pas non plus du mobilier, qui brille souvent par son absence ou son piteux état.  Pourtant mon père, qui est au conseil municipal nous a dit que 370 francs seraient bientôt alloués à notre école. Ouf, il est temps que ça change. Vivement que je passe mon certif et que j’aille étudier en ville, si du moins mes capacités me le permettent.

 

Bon, je vous laisse, car ce grand gaillard  de frérot n’a pas cessé de jacter tandis que je composais mon petit mot pour me détendre, il fait son malin parce qu’il a chipé en douce la casquette à notre père ce matin, à un moment où il avait le dos tourné, gare la trempe en rentrant ! Et en plus, si demain il ramène sa fraise devant Monsieur Goze qui déteste l’insolence, cela va encore chauffer pour lui ! Les punitions n’ont pas fini de pleuvoir. Parfois j’ai honte d’appartenir à sa famille ; heureusement, je suis plus sage que lui et Monsieur Goze pour l’instant m’a à la bonne. Pourvu que ça dure  !!

 

 

Le blog de Cloclo 

commentaires

M
C'est tout une époque qui reprend forme sous tes mots. Un ou des grands il y en avait dans chaque classe et les instituteurs n'avaient pas toujours la tâche facile face à eux.
Répondre
J
Beau texte sur ces souvenirs d'un passé où le certificat d'étude était un grand diplôme ...<br /> école de garçons d'un côté, école de fille de l'autre , je les entends tes copains discuter des filles aperçues de l'autre côté du mur et toi je crois te voir écrire ton petit mot pour ton amoureuse! je crois bien qu'un avion en papier va s'envoler de l'autre côté du mur !
Répondre
C
Merci Jama pour ta lecture indulgente !

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos