Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2012 5 21 /12 /décembre /2012 19:26
      
L'inspiration avait jailli sans analyse : de l'art brut. Guillaume était loin de soupçonner que son poème serait tant disséqué et commenté.
Quelle merveille ce concert ! Il avait bien fait d'accepter l'invitation et d'affronter la neige si loin de Paris. Il en ferait un bon papier pour "Le Journal".
Quel équilibre entre le chant grégorien de la première partie, suivi de la voix envoutante de haute-contre scandé par l'étrange monocorde pour enfin laisser libre cours à ce merveilleux quattor de violes. Une moment rare autour d'une musique et d'instruments oubliés que seul un mélomane fortuné avait pu faire programmer. Un trait de génie et du courage en ces temps intolérants. L'une des basses était caressée par l'archet d'une musicienne. Oui, une femme, jeune et rayonnante dans sa longue robe noire ! Les sons divins qu'elle produisait étaient en parfaite harmonie avec la musique de ses pairs.
Avant qu'ils ne s'éclipsent pour ne pas la croiser, les instruments avaient été mis en place par les frères, dont le chantre. Il n'avait pas résisté à l'envie d'égrener quelques notes sur l'imposant instrument.
Guillaume se souvenait avoir alors fermé les yeux et avoir imaginé le moine, pieds nus sur le sable d'une plage, vers le phare de Cordouan.
De la trompette mariale à la viole de Gambe, il y avait quelques cordes en plus et des rondeurs sensuelles.
En cette période de creux et de marronniers, son article était bien paru comme prévu. Discrètement dans les pages culturelles, entre l'annonce d'une exposition de Picasso et le menu du réveillon au Moulin de la galette ... Tronqué à partir de l'évocation du moine-musicien sur la plage jusqu'à sa conclusion en forme de monostiche.
Il fit la grimace. Gain de place nécessaire ou censure de l'audace ?
 
Femme
Et l'arpège subtil de la viole d'Orphée
 
 
Le blog de Jeanne Fadosi
(Texte archivé par Jeanne ici)
 
NB : Tout est inventé, hormis, au début du texte, la citation entre guillemets du monostiche de Guillaume Apollinaire en ouverture de son recueil Alcools, même si j’ai pris soin de rendre plausible cet évènement imaginaire.

commentaires

M
<br /> Un hommage subtil et recherché à Apollinaire et à la musique.<br /> <br /> <br /> Heureusement de nos jours les musiciennes peuvent plus aisèment trouver leur place au sein des ensembles.<br />
Répondre
E
<br /> quel raffinement pour une ésotérique et poétique critique de concert<br />
Répondre
J
<br /> Quelle merveille ce concert... Jai bien fait de te suivre Jeanne... Merci ! <br />
Répondre

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos