Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2012 6 01 /09 /septembre /2012 06:30

 

Mon fils, mon p'tit

 

Mon grand... Mon gentil

 

Dix-huit ans

 

Adieu le collège et ses bancs

 

Te choisir une Université

 

Pour te diplômer...

 

Si loin de la maisonnette

 

Louer un kot quelle quête !

 

L'été pour se faire

 

Et rame la galère

 

De visites

 

En visites

 

De chambre en déception

 

Journal et crayon

 

Ce qu'on a vu vite biffer

 

Taudis et autres joyeusetés

 

Au prix fort... Crapuleux

 

Un business juteux

 

Puis sous les combles dénicher

 

Le six mètres carré

 

Potable et ses lieux communs

 

Cuisine, W-C, salle de bains

 

Te savoir là pour X temps

 

Sans papa maman

 

La fratrie

 

A l'autre bout du pays

 

Départ

 

Les dimanches soir

 

Retour les vendredis vingt heures

 

Et avoir le coeur

 

A la pluie bien un peu

 

Et les yeux

 

Qui se brouillent

 

Le mouchoir mouillent

 

De quai

 

En quai

 

De valise

 

En valise...

 

Tu seras un Monsieur mon fils

 

Un avocat pas un vendeur de saucisses

 

Comme ton père... Ca fait plus son beurre

 

Au patelin qui se meurt...

 

 

 

jill bill

 

commentaires

E

"Louer un kot quelle quête" ta petite musique reconnaissable entre toutes, dans ce joli  poeme tendre et
sensible - ( merci pour le mot Kot une fois !)
Répondre
J

Je vous remercie pour vos mots déposés ici, bien amiclament de la part de JB
Répondre
S

Un bon croquis un jeune en plein parcours. L'ambition ne fait pas le studio tout confort. Mais la robe de ce fils plus tard justifiera toutes les galères qui mènent à la maturité. Bisous. Suzâme
Répondre
M

Un désir ambitieux, une mère dévouée et quelle fierté avec cela! bien vu Jill!
Répondre
M

Un Kot ! Un joli mot bien de chez nous


Description sensible d'une période de la vie et de ses espoirs. Bien rendue aussi cette quête d'un petit nid dans la jungle immobilière.
Répondre
S

Que de sacrifices, mais quand au bout il y a la réussite, quel bonheur. Bravo.
Répondre
C

Oui, le départ d'un enfant est toujours douloureux, mais c'est la vie, et tant mieux s'il réussit, ce qui n'est pas toujours le cas, come dit Aimela, les destins sont tous uniques et nous devons
les accepter ou les subir dans tous les cas de figure...
Répondre
C

Bonjour Jill. Voila qui me ramène quelque peu en arrière et met joliment en mot et en image des ressentis "le coeur à  la pluie"Elle est belle cette expression! Qui n'a pas rêvé d'un bel
avenir pour ses  enfants! L'important est surtout qu'ils trouvent leur route et s'épanouissent! Cordialement. chloé
Répondre
J

passage obligé que celui de quitter le nid ... un pastiche de tu seras un homme tout à fait réussi et bien ressenti. avocat ! ensuite il y en a de toutes sortes ...
Répondre
A

C'est dur le départ des enfants, on est heureux lorsqu'ils réussissent malheureusement ce n'est pas toujours le cas  Il y en a qui doivent s'exiler pour  seulement survivre
Répondre
J

Bonjour Armide... je vous rejoins pour avoir connu ces départs... deux fils aussi partis au loin faire leurs études, le vendredi soir attendu et le dimanche... oups pas facile... mais ils ont
réussi tous les deux, leur réussite notre fierté ! Merci pour ces mots.... JB
Répondre
A

La douleur, le déchirement d'une étape. J'ai connu tout cela à l'occasion du départ de mes deux fils. Ils nous prouvent rapidement qu'ils se montrent dignes de la confiance que nous leur
accordon. Les relations prennent une autre dimension affective différente. Nos enfants nous surprennent et forcent souvent notre admiration.


A bientôt
Répondre

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos