Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2021 6 09 /01 /janvier /2021 12:00

source image Pictozoom - clic 

-----

 

 

Le mot à insérer facultativement est : RIBINE
 

.  

 

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse 

 

les40voleurs(at)laposte.net 

 

Mode de fonctionnement de l'atelier : clic

 

.

 

Bonne semaine,

 

Mil et une

8 janvier 2021 5 08 /01 /janvier /2021 20:03

sujet 01/2021 - clic

 

- Roi, dame, valet, voilà l'essentiel de la littérature, et surtout du théâtre, de la tragédie antique au vaudeville : le mari, la femme et l'amant.

 

- Ah oui, vraiment ? tu crois que l'histoire de l'humanité peut se raconter comme un roman photo ? et la dame de pique, là dans le coin ?

 

- Elle, c'est la mort, dans les arts divinatoires. Donc tu vois, on a tout sur cette scène : l'amour, la guerre, la mort.

 

- Un peu court quand même : aucun enfant par exemple.

 

- C'est eux qui forment le chœur antique, dans les limbes de la fosse d'orchestre, figurants, et bien souvent victimes.

 La dame, c'est Judith Lecoeur, fort mal nommée pour une dame de cœur, pourquoi pas Charlotte Corday ou Médée, le temps qu'on y est. Non, il aurait fallu l'appeler Iseult ou Guenièvre, la dame de cœur…

Ni sirène, ni femme fatale. Juste un peu languissante pour qu'on la croie fragile (son frère l'appelait la nouille, mais on sait comment sont les frères). Juste assez myope et floue pour paraître romantique. Juste un peu ronde pour avoir la joue douce et les courbes moelleuses (son frère l'appelait la grosse, mais les frères, hein ?)

Crémeuse à inspirer une violente envie de protection.

 

- Un peu bêtasse, une blonde, quoi ! c'est ça, l'idéal féminin ?

 

- Pas du tout, simplement elle n'est pas concernée par ce qui fait courir les autres, elle est dans son monde à elle, un peu étonnée d'avoir été projetée dans le nôtre.

 

- Bovary en somme ?

 

- Pas tout à fait. Judith Lecoeur vient de soutenir une thèse assez remarquée sur les modèles mathématiques des fluides granulaires en milieu compressé.

Son patron, mentor, guide, et plus car affinités, c'est Alexandre Leroy, bardé de titres et nimbé de gloire, dans les milieux compressés du moins.

Il signe les papiers qu'écrit Judith, parce que, dit-il, grâce à sa propre aura, cela la rendra visible aux yeux des pairs.

Au repos le guerrier aime la chair fraîche. 20 ans les séparent, il est de la vieille école, il l'épouse.

Il est son Pygmalion et deviendra son seigneur et maître. Ainsi sont les rois.

La dame de cœur y consent, cela lui semble être le cours du destin ; elle s'en fiche un peu, en réalité.

 

- Et le valet ?

 

- Bon, lui, il ne le sait pas encore, mais c'est l'amant, tu l'as deviné. Un jeunot impétueux et imprudent : chez Labiche, c'est lui, là, sous un lit ou dans un placard. C'est Tristan, ou Lancelot, la conquête au fil de l'épée, y compris celle de la femme du patron.

 

- Mais le valet ici s'appelle Hector !

 

- Certes, mais tu te souviens qu'Hector est resté sur le carreau, c'est donc Lancelot qui a repris le rôle. Alors ce jeunot-là, il a connu Judith à l'école :  il en était fou, comme tout le monde, parce qu'elle était un peu myope, un peu ronde, un peu éthérée et indifférente, et qu'elle avait des boucles blondes qui la condamnaient aux rôles de princesse dans la cour de récré.

Il a toujours gardé la photo de classe de CM2 derrière laquelle il a recopié.:

 

Je ne connais pas de fille plus belle
Unique pour mon cœur
Demoiselle aux yeux d'azur
Image du bonheur
Tes joues sont des pétales de rose
Honneur à ta beauté

 

Bref, ils ne se sont pas vus depuis 20 ans. Les réseaux sociaux, ces (bons) génies, les remettent en relation.

Il a toujours le jarret ferme, (lui). Elle s'ennuie un peu, il galère beaucoup, bingo !

 

Dans la fosse d'orchestre, le chœur passe en mi mineur, mais qui s'en soucie ?

 

 

Le blog d'Emma

 

7 janvier 2021 4 07 /01 /janvier /2021 00:05

^^

-----

 

Le 07/01/2011Mil et une voyait le jour et proposait comme sujet du mois une peinture d'Edward Hopper - clic

 

La cadence est passée rapidement à un sujet par quinzaine et par la suite à un rythme hebdomadaire.

 

 

Dix ans =

 

- 424 sujets proposés

 

- 5.399 textes publiés

 

- 124.520 visiteurs uniques

 

- 86 abonnés aux avis de publication 

 

47  abonnés Reader Overblog

 

 

Dix ans, le bel âge... mais Mil et une

ne serait rien sans vous, les participants.

 

 

Merci !

5 janvier 2021 2 05 /01 /janvier /2021 09:09

sujet 01/2021 - clic

-----

 

        Pierre était un homme riche, il était connu dans tous les coins de la ville qu’il habitait et sa fortune était au centre des préoccupations de tout le monde, un véritable mystère, cet homme n’était pas issu d’une famille connue, son père possédait un petit magasin dans lequel il travaillait toute sa vie, sa mère était analphabète mais sage, lui il quitta l’école avant de terminer ses études et il avait travaillé dans un pub, après la mort de son père il avait pris la charge du magasin jusqu’au jour où il décida de changer sa vie. Pierre aimait les jeux de cartes, ce jeu lui faisait vibrer les sentiments, il était vraiment très passionné, très charmé par le plaisir qu’il provoque, cet homme désir le risque et il adore voir les traits de la peur sur les visages des autres en dirais un véritable monstre qui se nourrit de la peur, du désespoir des gens. Un jour il décida de faire un voyage parce qu’il avait entendu parler de quatre princes que personne n’avait jamais gagnés contre eux dans les jeux d’argent et, d’après l’histoire, celui qui les battra va prendre leurs fortunes, mais c’était juste une légende qui fait rêver les joueurs, alors, notre compagnon le cœur ardent et le visage qui eut tendance de pendre les expressions de joie quand il s’agit de prendre des risques, il commença son voyage à la recherche de ces joueurs légendaires. Après dix ans il retourna à son village avec une fortune étonnante, et la légende des quatre princes devenait la légende du roi.  

 

 

Ha Ni                  

4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 16:51

sujet 01/2021 - clic

-----

 

Mais quel était ce jeu finalement ?

Quatre ans durant

Un théâtre d’ombres

Conceptuel contemporain et dramatique

Mystérieux opaque

On sentait bien la tendance :

Il faut que cela soit compliqué, difficile

Pour que personne d’autre surtout

N’emboîte ce pas

Bref

…un poker menteur …

« Vous trichez ! Vous n’avez pas les cartes que je vous distribue ! »

Une bataille rude aux cartes biseautées

…Et puis ce fut le bout du tunnel

Un peu comme dans le sujet 47

Sera-ce une bonne pioche ?

Restera-t-il en descendant du Shuttle

des atouts Outre-Manche ?

Quelques cartes maîtresses feront sans doute bonne figure

Faut-il les chercher dans les têtes couronnées ?

Bien.

Tirez une carte. Des suggestions ?

Andrew ?

-Hector le valet avalait des hectares

William ? 

-Heu… Judith, j’hésite pour l’edam

Charles ?  

-Alexandre Leroy était dur de la feuille.

 Edward ?

-Manquerait plus que Pallas palisse si la police la pique

 

Ok, ça vous embête si on appelle Monaco ?

 

 

Le blog de K

4 janvier 2021 1 04 /01 /janvier /2021 13:40

sujet 01/2021 - clic

-----

 

Si Pépère avait perdu l'accent du Midi,

Entendu en lisant ou en voyant du Pagnol,

Il portait souvent à sa boutonnière de la lavande

Qui lui rappelait le parfum de son pays.

Pépère, c'était mon héros, mon idole.

Il avait été un prince du ring et en gardait des traces.

Tu me fends le coeur, pépère

Quand je frotte de la sauge entre mes doigts:

Une autre odeur qui me fait penser à toi.

Il y avait encore la menthe sur ta salopette;

La menthe du Maroc où tu fus soldat naguère.

La menthe du thé à ne pas noyer dans la candeur du sucre.

Tu me fends le coeur, Pépère

Quand je revois le couple que tu formais avec Mémère,

Mon refuge des tristesses et injustices d'enfance.

Ma partisane en révoltes d'adolescence.

Tu me fends le coeur, pauvre petite bretonne

Qui sut se donner au provençal de Sorgues,

Scandaleux père célibataire, résistant et réfractaire

Au STO. Tu me fends le coeur, Mémère,

Quand je repense aux parties de cartes

Que nous jouions entre deux confidences,

Deux délires qui nous faisaient tant rire.

Tu me fends le coeur lors de nos batailles

Où tu trichais si effrontément que

Tu m'as passé l'envie de la triche.

Tu me fends le coeur, Mémère;

Je n'ai jamais su bluffer , c'est parfois utile.

Mais au poker ou au menteur, je suis mauvaise.

Après m'être tenu à carreau, j'ai mis tout mon coeur, Mémère

Dans des amours où les rois de trèfle sont devenus valets de pique:

Pique, pique mon coeur mais grandit mon âme

Et réchauffe mon coeur avec un joker devenu mon prince

Que je n'ai pas attendu mais chanté à tue -tête.

Tu me fends le coeur , pépère

Mais la Ste Victoire de Cézanne adoucit mes souffrances

Lorsque ses "joueurs" affolent les enchères.

Tu me fends le coeur, mémère

Mais les landes bretonnes

Abritent notre secret que les cruels ignorent.

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 20:47

sujet 01/2021 - clic

-----

 

Mais qu'est-ce qu'on fait là ?

Elle nous a mis dans un castelet

On ne veut pas jouer guignol

Y a-t-il matière à cela ?

 

Regardez donc Judith qui regarde Hector

Langoureusement

et Hector qui regarde Judith

amoureusement

et voilà Judith qui cède à ses mots doux

et pour un valet

tourne le dos à Alexandre, son époux

Et Alexandre où a-t-il la tête ?

Mais il n'a plus sa tête Alexandre

il n'est plus le roi

il n'est qu'un homme, voilà tout

fasciné par Pallas, la belle menteuse

la méchante et perfide Pallas

qui l'attire à tout va dans sa nasse

Elle aura le pouvoir et le roi

et son argent, elle s'y emploie

de ses ruses machiaveliques

Il l'apprendra bien un jour

mais, hélas, ce sera trop tard

 

Jeux de l'amour, jeu du hasard

Jeux de dupes ou bien avatar

ça vaut bien une farce à Guignol

et conté d' une plume badine

de Molière, Feydeau, ou Mourguet

l'écrit plaisant d'un vaudeville

 

 

Le blog de Lecrilibriste

3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 20:41

sujet 01/2021 - clic

-----

 

Bonjour à vous les mil et une

Et Bonne Année !

Je suis resté longtemps sans vous écrire

Mais j’étais là, je vous lisais souvent avec plaisir

Et toujours étonné de votre créativité.

La mienne étant restée un peu en berne

Dans les méandres et les abrupts du tunnel que l’on sait

Je me promets de la réactiver au Gui l’An neuf

Ou pour l’Epiphanie comme les Rois mages en Galilée

 

Bon ! Pour le thème en cours

Je vais pas me fouler 

Mais comme c’est tendance

Je vais y sacrifier :

 

Rapprochez vous du Roi de trèfle

Comme il est toujours  plein de picaillons

C’est un placement sûr

Fuyez comme la Peste l’infâme Dame de Pique

Et ses conspirations funestes

Le Valet de carreau sera toujours l’ami sur qui vous appuyer

Et vous y trouverez toujours le gite et le couvert

Et Mil et Une sources d’inspiration pour tromper votre ennui.

Quant à la Dame de Cœur

Je me garde la mienne… elle a déjà plusieurs visages

Mais vous avez la vôtre n’est ce pas ?

Gardez la bien au chaud

Elle vous sera d’un grand secours

Par ces temps de frimas.

 

Mon enfant ma sœur, songe à la douceur d’aller là bas vivre ensemble … là tout n’est qu’ordre et beauté, luxe et calme et volupté… 

 

 

Ilonat

3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 19:45

sujet 01/2021 - clic

-----

 

Les jours s’étirent. La journée bien remplie. Des soirées parfois plus longues.

Que dire des week-ends. Ils sont occupés. Les temps morts ? Un jeu de cartes et quelques tours de solitaire. Encore mieux. Sur l’ordinateur. Mais il faut couper du reste de la journée : pour les yeux. Pour les rayons émis. Pour la station assise qui abîme cou et dos. Avec le smartphone on peut être allongé. Alors. Bon.

 

Le groupe d’amis décide d’aller au théâtre : c’est tendance et la pièce jouée ce soir-là du meilleur vaudeville. Allons-y gaiement.

 

Elle se trouve assise à côté d’un parfais inconnu… comme cela arrive en salle de spectacle bien souvent. Il riait de si bon cœur. Elle aussi. Quand les lumières s’allument c’est naturellement qu’ils discutent. La foule s’écoulant lentement vers la sortie favorise un contact prolongé.

 

Il n’était pas seul. Son ami l’accompagne. À peine plus réservé et aux charmes certains.

Ils s’attardent au bar du théâtre. Échangent. Promettent de se revoir.

 

Promesses tenues. Elle sans son groupe. Eux. Tous les deux à chaque fois.

 

Elle. Elle n’a toujours qu’un cœur et ne sait comment le partager.

 

 

IdabOU

3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 19:02

 

sujet 01/2021 - clic

-----

 

« Dis mon bichon, pourquoi le valet de carreau s'appelle Hector? »
J'adore quand Germaine pose une question en pleine partie de solitaire.
« C'est parce que Hector est resté sur le carreau à la guerre de Troie, ma biche »
« Et c'est qui qui l'a mis sur le carreau ? »
« C'est Achille »
« Achille Talon ? »
« Euh... oui, on peut dire ça »
Je me croyais tranquille mais Germaine revient à la charge : « Et pourquoi la dame de pique c'est pas l'as ? »
« Parce que si c'était l'as de pique ça ne serait pas une dame »
« N'empêche qu'ils ont écrit Pallas sur la carte … alors c'est une erreur ! »
« Euh... elle s'appelle Pallas parce que c'est pas l'as »
« D'accord ! Et pourquoi le roi de trèfle s'appelle Alexandre ? »
« Euh … parce qu'Alexandre le Grand était roi de Macédoine et qu'on met parfois des fleurs de trèfle dans la macédoine »
« Tu te fiches de moi, là »
« Un peu, en fait il a fondé Alexandrie »
« Alexandrie où l'amour danse avec la nuit ? »
« Oui »
« Alexandrie où tout commence et tout finit ? »
« Oui, d'ailleurs on devrait finir aussi notre partie »
On fait toujours les solitaires à deux avec Germaine, ça va plus vite et elle se sent moins solitaire …
« Et pourquoi la dame de cœur s'appelle Judith ? »
« Elle aurait du s'appeler Germaine mais j'ai pas eu mon mot à dire ... »
« Tu te fous encore de moi, hein ? »
Pour une fois que je fais dans le romantisme, Germaine n'a pas accroché : »Ecoute ma biche, j'avoue mon ignorance, j'en sais fichtrement rien »
« Bien sûr, t'en sais rien ! Alors pourquoi on joue aux cartes si on sait pas pourquoi la reine de cœur s'appelle Judith ? »
J'empoigne mon faux-ami Wiki qui m'offre aussitôt une réponse et je lis à haute voix : « Judith est une jeune veuve juive qui séduit un général dénommé Holopherne et lui coupe la tête avec une épée pour la fourrer dans un sac et aller la montrer au peuple d'Israël, puis ... »
« Non, arrête ! C'était mieux quand on savait pas »
Voilà bien la preuve que la paix des ménages passe souvent par l'ignorance, et c'est tant mieux.
 
 
Le blog de Vegas sur sarthe
3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 18:25

sujet 01/2021 - clic

-----

 

tendance,

 

le valet de carreau avec le roi de trèfle, les virées avec Tonton Louis

le valet de carreau avec la dame de pique, le dandy de ma tante Adèle

le valet de carreau avec la dame de cœur, tout petit dans les jupons de sa maîtresse

 

 

tendance,

 

la dame de pique avec le valet de carreau, c’est t’y pas une cougar celle là !

la dame de pique avec le roi de trèfle, de bon ton les bourgeois

la dame de pique avec la dame de cœur, les dames patronnesses sont de messe

 

tendance,

 

la dame de cœur avec le valet de carreau, sa muse,

la dame de cœur avec le roi de trèfle, sa dame de compagnie

la dame de cœur avec la dame de pique, les ménesses retroussées

 

tendance,

 

le roi de trèfle avec le valet de carreau, rendez vous au bois de Vincennes

le roi de trèfle avec la dame de pique, à défaut de la blonde

le roi de trèfle avec la dame de coeur, 20 ans d’amour, mon doux, mon tendre, mon merveilleux amour, de l’aube claire jusqu’à la fin des jours, je t’aime encore tu sais, je t’aime...

 

La dame de pique, la dame de coeur, le valet de carreau, les dames patronnesses amène le petiot en confesse

 

le roi de trèfle, le valet de carreau, la dame de pique, sortie en groupe au bois de Vincennes,

 

la dame de cœur, le valet de carreau, le roi de trèfle, sa muse présentée à tonton Louis qui n’a pas froid aux yeux et ailleurs d’ailleurs 

 

la dame de coeur, la dame de pique, le roi de trèfle, le valet de carreau, vingt dieu ! je vous laisse imaginer….

 

 

la vie, un théâtre !

 

 

Géraldine F.

 

3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 15:05

sujet 01/2021 - clic

-----

 

-       Où sont passés les autres rois ?

-       Je ne sais qu’une chose les trois rois célibataires sont partis en balade.

-       Loin ?

-       Oh oui, dans un pays lointain.

-       Que sont-ils allés faire ?

-       Ils sont allés porter des cadeaux à un tout petit

-       Le père est-il un des trois ?

-       Ils ne savent pas, alors pour ne pas créer d’impair ils y vont tous les trois.

-       Mais trois est un nombre impair ma bonne reine

-       Que vous êtes sot mon ami.

-       Ont-ils choisi des cadeaux tendance ?

-     Je ne sais pas si ces 3 cadeaux sont tendanceMais je sais que l’or est dans l’air du temps. L’once d’or se négocie fort bien actuellement et le vieux Melchior en apporte

-       Et les autres qu’apportent-ils ?

-       Des trucs qui ne servent pas à grand-chose je crois !

-       Gaspard apporte l’encens et Balthazar la myrrhe

-       Ils auraient mieux fait d’apporter un couffin

-       Trois hommes et un couffin ça me dit quelque chose…

 

 

Le blog de Jamadrou

3 janvier 2021 7 03 /01 /janvier /2021 14:38

sujet 01/2021 - clic

-----

 

Mais que se passe-t-il dans ce théâtre ?

Les cartes du magicien se sont rebellées,

Elles ont envahi la scène, et tout le cadre,

En colère, elles se sont exprimées

Le roi : ne nous laissons pas faire,

La dame de cœur : on ne va plus se taire,

La dame de pique : ils veulent nous laisser mourir,

Le valet de carreau : vaut mieux en rire

En entendant la dernière phrase, les autres cartes,

Se retournèrent et secouèrent le valet de carreau,

Qu’est-ce qui te fait rire dans ce fracas ?

Tu as perdu la tête, ils ne vont pas nous faire de cadeaux,

Ils ont fermé les théâtres, nous laissant pantois,

Et même, avec le couvre-feu, plus personne ne viendra nous voir,

Il nous faut trouver un autre toit,

Et faire connaître notre savoir,

Sinon nous allons mourir, rangés à vie dans une boîte,

Dans le noir,

Tel est notre destin,

A nous de le prendre en main

 

TARVAL

2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 20:40

sujet 01/2021 - clic

-----
 
Mesdames et Messieurs, nous avons le plaisir de vous présenter ce soir la célèbre pièce de Label Ote, pièce à quatre personnages, Hector, Judith, Alexandre et Pallas. Vous remarquerez que la parité a été respectée, tant par le sexe que par les couleurs. Je vous demanderai de ne pas photographier et de garder vos masques jusqu’à la fin de la pièce. Bonne soirée à vous. (applaudissements)
 
- Hector (à part) Quelle chaleur dans cette pièce, je plains les gens dans la salle !
- Judith : Ah oui, on était mieux dans notre boîte, au grenier !
- Pallas : D’autant plus que je hais les foules et que ces masques ridicules nous  empêchent de reconnaître les  gens.
- Alexandre : Oui, surtout que ma femme avait dit qu’elle viendrait avec mon beauf, comment les reconnaître dans cette foule !
- J. Bon, on commence, vous voyez bien que le public s’impatiente !
- H. Y z’ont pas encore frappé les 3 coups !
- P.  Tant pis, on commence ! A toi Alexandre !
- A. Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages…
- H. Idiot, ça c’était la pièce d’hier, le final…
- A. Où ai-je la tête ?
- J. Sous ta couronne, niquedouille, attention, voilà les trois coups…
- A. Désolée, Judith, je coupe à trèfle !
- J. Déjà ?
- P. Ça c’est une entourloupe, je suis sûre qu’il a du trèfle, Alex, as-tu du trèfle ?
- A, Tu mettrais ma parole en doute ?
- H. On te connait, depuis le temps qu’on joue avec toi !
- A. Bande de sceptiques, j’avais pourtant juré de ne plus faire de belote avec vous !
- P. J’avais bien dit qu’il ne fallait plus l’inviter !
 
Voix dans les coulisses : allons, Messieurs, un peu de sérieux, on n’est pas ici pour s’amuser et la salle s’impatiente !
 
- J. Cœur !
- (les trois autres, en chœur) On n’en a pas !
- P. Alors, la partie est finie !
- H. Eh, pas si vite vous autres, atout carreau ! Je suis le valet, je suis le plus fort !
- P. J’ai pas de carreau
- (les deux autres) Nous non plus !
- H. Défaussez-vous, bande de dégonflés ! Faut vous apprendre à jouer, ou quoi ?
 
Protestations étouffées de la salle dues à la présence du masque…
 
- A (d’une petite voix timide) Désolée, Judith, je coupe à trèfle !
- J. Ne t’excuse pas, Alex, le jeu, c’est le jeu…
 
Arrivée en trombe du régisseur : Mesdames et Messieurs, nous sommes désolés, mais le couvre-feu venant d’être avancé à l’instant d’une heure, nous sommes dans l’obligation d’évacuer rapidement la salle, rentrez calmement chez vous et rendez-vous pour la suite du programme à une date qui vous sera communiquée ultérieurement.
 
Hector, Judith, Alexandre et Pallas  à l’unisson : dommage, juste au moment où J’ALLAIS gagner la partie !
 
 
 
Le blog de Cloclo
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 18:22

sujet 01/2021 - clic

-----

 

 

En cette nouvelle année qui cache 2020
La tendance est à la recherche des devins,
Tireurs de cartes
 À l’exploration de votre Gold carte…
Ils vous annonceront le déroulement de votre année,
Bien enrubannée.

 Bonheur et amour vous sont annoncés,
Les mauvais rêves dénoncés.
Tout vous sera favorable,
Une année bien agréable.
Le virus, on n’en parle plus,
Il est resté derrière le talus.

 Le rideau s’est ouvert sur une salle vide.
Les acteurs sont livides.
Les meilleures cartes ont été dévoilées,
Les spectateurs se sont envolés.
Décision gouvernementale oblige,
Dégagés leur prestige.

 Les salles ont baissé le rideau,
Plus d’affiches sur les panneaux.
Rois et reines sont à l’eau,
Vallès tombés dans le panneau.
Malgré les mesures sanitaires prises,
Partout, c’est la crise.

 Le vaccin est arrivé,
Les gens, il faut les motiver.
Les clients des EHPAD ne viendront plus au théâtre,
Ils resteront au cloitre.
Le personnel médical a autre chose à faire,
Ils confortent leurs confrères.

Les restaurateurs ruinés
Eux aussi vont se débiner.
Avec ou sans vaccin, ils resteront fermés,
Et se sentent désarmés.
Les aides ne les relèveront pas,
Ils ne servent plus de repas.

 
Les cinémas subissent le même sort,
Les clients restent dehors.
Les écrans toujours éteints
Ils se sentent pris pour des crétins.
Malgré tout, on leur dira :
Bonne et heureuse année, dès le mardi gras.

 

 

Le blog de Chatondaniel 

2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 15:47

sujet 01/2021 - clic

-----

 

L'homme cocu avait une, des maîtresses

La maîtresse avait autres amants...

La femme cocue avait un, des amants

Cet amant avait autres maîtresses...

 

Au temps des rois et reines

C'était tendance

Ces histoires de cocufiage

Sans se donner bien de la peine

Beau valet avait ses chances

Avec la premier Dame, si peu sage...

 

Et à l'inverse, en chaud lapin,

Un roi faisait un bâtard

Avec sa belle servante

Point farouche, plutôt avenante,

Corsage à y mettre le regard

Ensuite... Je ne vous ferai un dessin... !

 

Roi, Reine, valet, servante, de château la fresque,

Au bon plaisir de chacun,

On savait, chut, sans voir...

Il se racontait, en coulisses, que...

Que, que, que

Le valet, certains soirs,

Cocufiait le Roi, qui lui même, hein...

Bref, théâtral à souhait, vaudevillesque !

 

 

Le blog de jill bill

 

2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 12:00

image Mil et une

-----

 

Le mot à insérer facultativement est : TENDANCE
 

.  

 

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse 

les40voleurs(at)laposte.net 

Mode de fonctionnement de l'atelier : clic

 

.

 

Meilleurs voeux pour cette nouvelle année,

gardons confiance en la vie,

 

Mil et une

2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 11:57

ooo

 

Musique Perfect de Ed Sheeran clic par VioDance Violin Cover clic

 

------------

 

Meilleurs voeux et bonne année 2021 à toutes et tous !

 

Merci  à vous qui, par vos participations

et vos commentaires, donnez vie à

 

Mil et une

 

-----

2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 11:46

sujet 47/2020 - clic

-----

 
Tant de rêves ont été brisé dans les tunnels de guerre.
Tant de morts sous les pierres, sous la boue, sous les cendres…
Et dans le creux des songes tant de mensonges pour les survivants…
Je rends hommage à ma grand-mère qui a perdu l’élu de son cœur dans les tranchées.
Et à son pauvre frère, comme elle l’appelait, tiré comme un lapin un matin…
Je rends hommage à toutes ces femmes qui ont pleuré des années durant, un mari, un amant et pire encore un ou deux fils…
 
Misère, misère, pourquoi les guerres ?
Pourquoi les hommes sont-ils si cruels ?
Pourquoi le monde est à ce point fou ?
Pourquoi les dirigeants sont sans pitié ?
 
Oh qu’il serait appréciable de pouvoir vivre enfin en Paix sur notre belle terre !
 

---

Quand je vois cette photo, je ne peux m’empêcher de penser à mon film préféré :
« La vie et rien d’autre » de Bertrand Tavernier que je vous invite à voir, revoir, faire connaître….
En voilà un extrait : clic 

 

 

Le blog d'Annick SB  

2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 10:08

sujet 47/2020 - clic

-----

 

C’était une drôle de chose qu’il traînait avec lui. Il avait grandi avec, partout avec lui sa présence, un «inscrit» habitant de son être, non pas comme un «déjà vécu» mais comme un «à vivre», impérieux, inéluctable, essentiel.

 

Et voilà on y était.

 

Il savait ce qui allait se passer. Exactement ce qui allait se passer, il le savait. Il savait et ne résistait pas et d’ailleurs comment aurait il pu faire? Il n’était pas conçu pour résister à un tel impact.

 

Alors inlassablement, la scène se répétait, cruelle, mortelle, les mots à elle ressurgissaient devant lui, tels des vagues scélérates, inlassablement mille morceaux de lui explosaient à nouveau, hurlaient, s’éparpillaient, dégringolaient, roulaient roulaient roulaient, jusqu’à ce que chacun et tous finissent par atteindre le bout du tunnel.

 

Alors que tout était achevé, dans un ultime mouvement, tel le son d’un clairon au matin, vibrant, joyeux, appelant à l’éveil, j’ai vu son âme s’ envoler.

 

J’ai pleuré.

 

 

Géraldine FELIPE

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos