Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2021 1 21 /06 /juin /2021 10:35

sujet 19/2021 - clic

-----

 

 

Merci à Mil et une pour ce pétrichor,

Mot inconnu découvert comme un trésor.

Merci pour les hortensias que j'adore

En Bretagne et dans d'autres autres décors.

 

L'inconnu en mots, personnes et paysages d'or

Est un trésor

 

A dénicher "Ça continue (encore et encore!)

C'est que le début (d'accord, d'accord!)…"

 

Les mots, personnes et paysages connus, j'adore

Aussi: à relire et revoir encore

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

20 juin 2021 7 20 /06 /juin /2021 18:35

sujet 19/2021 - clic

-----

 

Ma nièce est venue passer ses vacances chez nous à la campagne. Elle qui vient de la ville, cela bouscule ses habitudes ! C'est la première fois qu'elle vient seule et j'ai peur qu'elle s'ennuie, qu'elle garde un mauvais souvenir de ses premières vacances de « grande ».

J'ai prévu beaucoup d'activités mais depuis qu'elle est arrivée, il ne cesse de pleuvoir. Je reste positive et comme dit le proverbe : « Derrière chaque nuage, se cache le ciel bleu ! »

Comme un chat, elle guette derrière la fenêtre le moindre rayon de soleil qui nous permettrai de sortir de nos quatre murs.

Enfin, vers 16h, le soleil pointe son nez et les températures remontent.

« Cela te dirait de prendre le goûter dehors ? » lui demandais-je.

« Je ne sais pas.., tout est humide ... » me réplique-t-elle.

Je sors un beau plateau et y installe, les confitures maison, le caramel au beurre salé, les crêpes, un pichet de chocolat chaud maison et un petit bouquet de fleurs. Elle me sourit avec un air gourmand et attrape la nappe avant de me suivre pour nous installer sur la terrasse au bord du jardin près des hortensias.

« J'aime cette odeur après la pluie ! Ça sent la terre, le bitume et le sous-bois », lui dis-je apaisée.

«  Oui en ville aussi on la sent. C'est une odeur de bottes en caoutchouc, de flaques d'eau qui éclaboussent, de rires d'enfants », me répond-elle.

« Les roulades dans l'herbe, les cache-cache dans la forêt, les courses avec les grenouilles », je poursuis.

« Pourquoi on l'aime tant cette odeur ? », me demande-t-elle.

«  Tu sais qu'elle a un nom cette odeur ? C'est le pétrichor. Il sert a communiquer aux animaux la présence de l'eau. Mais au-delà du côté scientifique, cette odeur a le pouvoir d'évoquer des sensations, des émotions passées. Elle nous rend positivement nostalgique ! », lui expliquai-je.

« Il me plaît ton pétrichor. Allons en profiter en se promenant dans la forêt. Nous ferons le plein d'odeurs et de souvenirs. Ainsi, la prochaine fois qu'il pleuvra sur Paris, cela me rappellera cette journée avec toi ! », me dit-elle ravie.

 

 

Maïmouna Grünewald

19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 12:47

sujet 19/2021 - clic

-----

 

Au réveil le ciel est brumeux, il bruine si peu pourtant l'odeur est là .

 

Cette nuit le sang des dieux a coulé et a donné à la terre cette senteur particulière .

 

La nuit tel un parfumeur a réinventé ce qu'elle me présenterait à l'aurore, odeur de mystère, saint suint .

 

Je vois bien cette bruine grise sur les hortensias mais mes mots seront ce que moi j'en ferai : un véritable pétrichor .

 

Des sensations odorantes se bousculent et avancent dans plus d'une direction à la fois .

 

Moi, ce matin j'ai vu et senti un troupeau de moutons bleus allant droit dans le mur rouge.

 

 

Le blog de Jamadrou

19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 12:39

sujet 19/2021 - clic

-----

 

La terre devenue si asséchée

Qu'un orage soudain imbibe, enfin !

Jules aime humer l'atmosphère mouillée

Son parfum

Qu'il nomme savamment le pétrichor

L'ancien, au savoir en or...

 

Son Hortense descend voir ses hortensias

Au jardin,

La pluie rouille les floraisons

Ici et là

Au pays du p'tit Quinquin

Et son Maroilles tradition...

 

Qu'importe, ça fera tout d'même

Une joli tableau sur la branche,

Doucement vers l'arbuste elle se penche

En contemplation, voilà un demi-siècle qu'elle les aime...

 

Qu'ensemble ils sèment...

 

L'ancien et l'ancienne, l'ancienne et l'ancien,

Tout heureux avec leur lopin,

Leur coin d'paradis

Avant qu'la faucheuse pardi

Ne les invite au cimetière,

Un bouquet d'hortensias sur leur pierre...

 

 

Le blog de jill bill

19 juin 2021 6 19 /06 /juin /2021 11:00

image Mil et une

-----

 

Le mot à insérer facultativement est : PÉTRICHOR

  

Les textes, avec titre et signature et de préférence au format Word,

sont à envoyer à notre adresse 

 

les40voleurs(at)laposte.net 

 

Mode de fonctionnement de l'atelier : clic

 

--------

 

 Belle semaine,

 

Mil et une

 

15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 17:28

sujet 18/2021 - clic

-----

 

Mincir …Grave !

Diktats d’une mode tutélaire

Les mannequins me font la nique

Ligne haricot vert, ligne fil de fer

La taille 40 me quitte

Au secours !  

Les kilos bouent dans la marmite

de mes complexes alimentaires

Trop ronde, y a rien à faire

ou plutôt si, faire quelque chose …

les perdre ces foutus kilos… Vite !

Alors, sans commentaires

Il faut revoir tout l’inventaire

Il faut compter les calories

Et supprimer les spaghettis

Sucre, beurre et tutti quanti

et se peser tous les matins

Crever de faim !

Pour acheter ce maillot de bain

Qui est une invite

Qui me fait la nique

Dans la vitrine du magasin

Oh  oui ! enfin être mince

MAIGRIR  …

Surtout ne supprime pas le M

A tout ce que tu aimes

Sinon,  ça devient

AIGRIR

Et tu es cuite !

 

 

Le blog de Lecrilibriste

15 juin 2021 2 15 /06 /juin /2021 06:41

sujet 18/2021 - clic

-----

 

Treize jours déjà que tu es parti. La porte a claqué derrière toi et j’ai sursauté comme si la gifle de tous les mots que tu venais de dire se matérialisait. Alors j’ai permis aux larmes trop longtemps retenues de couler, enfin, en traînées brûlantes sur mes joues creuses. Elles dévalaient mon visage et se tremblaient au bord de mon menton pointu avant de glisser le long de mon cou, jusqu’au creux de ma poitrine soulevée de sanglots. Tu n’avais que faire d’un sac d’os avais-tu jeté, dernière insulte restant sans doute dans le sac des méchancetés que tu venais de déverser sur moi, comme une poubelle que tu aurais renversé d’un coup de pied. Et j’étais là à pleurer.

Mais je ne pleurais pas sur ma déception, sur ce que j’avais cru être de l’amour, sur les jours passés et les illusions perdues. Non, je pleurais sur ma stupidité, sur l’énergie gaspillée à avoir essayé d’être celle que je n’étais pas pour correspondre à l’idée que tu semblais te faire de moi, au temps perdu en efforts que je savais inutiles et que, pourtant, je faisais parce que je voulais tant que tu ressembles, toi aussi, à l’image que je me faisais de toi. Ton image à fini par absorber toute cette eau salée qui jaillissait de moi, et elle s’est délitée jusqu’à n’être plus qu’une petite boule de papier mâché que ma mémoire allait recracher.

Aujourd’hui et dans les prochains jours, c’est décidé, je me prends en main et je me forge une armure contre les types comme toi, les beaux parleurs, les jeteurs de poudre aux yeux, les jean-foutre qui prétendent faire tourner le monde. Je me drape dans ma dignité injustement bafouée, je m’enroule dans mon bon droit, je m’entortille d’idées positives et me barde de bonnes résolutions, je m’emmitoufle dans tous les possibles qui s’offrent à moi, dans ma liberté retrouvée. J’ai le sentiment de prendre de l’épaisseur, je vais me rendre visible, exister enfin par moi-même et non plus à travers, ou pour, ou par quelqu’un.

La femme que je regarde et qui me regarde dans le miroir est l’alter ego qui va m’aider dans ce nouveau combat. Ses yeux ne quittent pas les miens, nos gestes se confondent. Nous sommes à la fois réalité et image, je la quitterai mais elle sera avec moi à chaque instant. Il suffira que je la croise dans une vitrine, dans la glace d’un bistrot, dans une flaque d’eau sous le soleil. Je lève les bras, je tends les mollets et bombe le torse, je me sens à l’aise dans ma nouvelle peau, l’avenir ondule devant moi tel une oriflamme.

 

 

Le blog de Galet

14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 16:09

sujet 18/2021 - clic

-----

 

Librement adapté de : "Le tourbillon de la vie" - Jeanne Moreau  - clic 

 

Elle avait des formes, des formes arrondies,La sensualité plus qu’y n’en fallait.Et puis ell’ aimait croquer dans la vieDe toute sa gourmandise.

 

Elle avait une bouche, une bouche divineQui m’fascinait, qui m’fascinait,Des lèvres rouges pulpeuses à souhaitDe femme fatale qui m’fut fataleDe femme fatale qui m’fut fatale.

 

J’l’ai invité, elle m’a invité,On s’est invité et réinvité.On a fait ripaille, et puis les canailles,Puis on s’est séparé.

 

Chacun pour soi est repartiDans le banquet d’la vie.J’lai revue un soir aïe aïe aïeÇa fait déjà un fameux bail.Ça fait déjà un fameux bail.

 

Au rouge de ses lèvres, je l’ai reconnueLa lippe gourmande, la taille confortable,L’ruban des kilos, la gorge sculpturale,M’émurent plus que jamais.

 

Je m’suis gavé en la regardant,L’amour fait oublier les ans.Je m’suis réveillé dans ses brasEnglouti par tant de chaleur.Englouti par tant de douceur.

 

J’l’ai invité, elle m’a invité,On s’est invité et réinvité.On a fait ripaille, et puis les canailles,Puis on s’est séparé.

 

Chacun pour soi est repartiDans l’tourbillon d’la vie.J’lai revue un soir aïe aïe aïeJe suis retombé dans ses bras,Je suis retombé dans ses bras.

 

Quand on s’est connus, quand on s’est reconnuPourquoi s’perdre de vue, se reperdre de vue,Quand on s’est r’trouvés, quand on s’est r’goutésPourquoi se séparer ?

 

Alors, tout deux, on a croqué dans l’tourbillon d’la vie,On a continué à manger tous les deux amoureux, tous les deux amoureux, tous les deux amoureux.

 

 

L'Entille 

14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 15:47

sujet 18/2021 - clic

-----

 

 

-   Madame, il faudrait que vous perdiez du poids.

-   Mais vous ne m’avez pas encore auscultée et c’est la première fois que vous me voyez ?

-   Et bien ce que je vois m’amène à vous le prescrire!

-   Mais je n’ai jamais fait que ça depuis mes 13 ans, Docteur !

-   Eh bien vous allez recommencer, et cette fois vous vous y tiendrez.

-   Et que dois-je manger ?

-   Rassurez-vous, rien de compliqué.

-   Mais encore ?

-  Voici une plaquette qui vous expliquera en détail le régime sans risque du Docteur Machin-Chose.

 

Je lis : 1ère semaine : phase d’attaque.

Petit déjeuner : 1 thé, 1 biscotte, 1 demi pamplemousse.

Déjeuner : une tasse de haricots verts (eh oui, encore un régime venu des States où on calcule en tasse), une tranche de jambon de dinde, un yaourt 0%, un bol de salade verte (toujours les States) sans vinaigrette.

Dîner : un bol de potage sans matière grasse, une biscotte, un fromage allégé et l’autre moitié du pamplemousse.

 

-   Avec une semaine aussi pantagruélique, je suis sensée perdre combien de kilo Docteur ?

-   Selon l’auteur, entre 3 et 5 kilos.

-   Et vous avez pensé à mon cœur, docteur ?

-   Pourquoi devrais-je y penser Madame ?

-   Et bien, il me semble que passer du jour au lendemain à tant de calories doit avoir un impact sur le métabolisme ?

-  Sornettes que tout ça ! Croyez-moi vous vous sentirez beaucoup mieux lorsque vous aurez perdu tous vos kilos en trop.

-   Sans doute, mais mon moral ? Y avez-vous songé?

-  Pourquoi le ferais-je ? Lorsque vous verrez l’aiguille de la balance descendre, vous irez forcément bien !

-   Vous croyez ? Vous avez déjà fait un régime Docteur ?

-  Evidemment que non. Je n’ai pas besoin de ça ! J’ai toujours gardé ma silhouette de jeune homme.

-   Et vous avez pensé à ma vie Docteur ?

-   Mais je ne fais que ça Madame.

-   Non, pas à ma santé, à MA VIE !

-   Qu’est-ce à dire ?

-   Plus aucune vie sociale, plus d’échange festif, plus d’invitation, etc… tout ça pour entrer dans du 34. Qu’ai-je à faire d’une taille de guêpe ? Ce n’est pas ainsi que j’aime la vie.

-   Certes, mais si vous voulez rester en bonne santé le plus longtemps possible….

-   Le plus longtemps possible ? Pour quoi faire s’il n’y a plus que frustration et aigreur ?

-   Mais pour profiter de la vie, justement !

-   Et bien Docteur, nous n’avons pas la même conception de la vie. Vous restez avec votre régime et votre vie d’ascète et moi je m’en vais profiter des plaisirs qui me sont proposés. Et si ça ne dure pas, au moins j’aurais vécu pleinement. Mon corps a le droit dorénavant de vivre en harmonie avec ses alter-égo, en l'occurrence, mon cœur et mon moral!

 

 

L'Entille

14 juin 2021 1 14 /06 /juin /2021 11:18

sujet 18/2021 - clic

-----

 

Ca faisait dix ans que j'essayais  de perdre d'abord cinq kilos(pris pendant un hiver pourri) qui avaient doublé puis triplé puis quadruplé etc. Une spirale infernale auquelle j'ai décidé de mettre fin en mai 2019 après avoir fait tout un tas d'examens pour savoir si ce déréglement ne venait pas des hormones ou autre. L'endocrinologue m'avait dit que mon cas ne relevait pas d'une opération... que je n'avais jamais imaginé.

 

Contrairement à mon arrêt du tabac(il y a plus de 10 ans), j'avais décidé de me faire aider par un médecin nutritionniste. Contrairement à mon arrêt du tabac, j'avertis mon mari car, au vu de notre relation fusionnelle, cette décision allait changer notre vie car nous sortions beaucoup... au restaurant.

 

Au début, il y eut des frictions puis nous prîmes notre régime de croisière. Nous avons moins mangé dehors, surtout le soir où ce réquilibrage était le plus compliqué. C'était encore plus difficile en voyage car on mangeait dehors le plus souvent. A l'été, j'avais perdu dix kilos.

 

Manger à l'étranger se révéla... difficile: expliquer ce que voulais en anglais, allemand alors que des français n'y comprenaient déjà rien.

 

Je voyais les couches de mon alter ego obèse(selon l'IMC) se détacher de moi. Certains vêtements n'étaient plus adaptés alors que j'en remettais des vieux que j'avais gardé.

 

Couche après couche, je retrouvais mon alter ego d'il y a 10 ans le 2 novembre 2019, jour de la mort de mon mari.

 

Je revis le nutrionniste qui me dit qu'au vue de cette situation, il fallait que je m'estime heureuse si je ne regrossissait pas... Pourtant, quelques mois plus tard, j'avais perdu une couche de mon alter ego de dix kilos, atteignant mon objectif initial.

 

Me sentant de mieux en mieux(sauf le deuil),je

continuais ce réquilibrage et à l'été 2020, j'avais perdu 40 kilos.

 

Peu de vêtements m'allaient encore mais je pris plaisir à acheter des vêtements de la taille de mes 25 ans.

 

Dans certains vêtements, mettables mais trop large, j'avais un air piitoyable d'une souris mettant l'imperméable d'un éléphant: Mon alter ego avec quarante kilos en moins.

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

13 juin 2021 7 13 /06 /juin /2021 18:28

sujet 18/2021 - clic

-----

 

Quelle est donc cette femme qui s’effeuille,

Les centimètres défilent, se délient,

A n’en plus finir,

Fini les kilos en trop,

Le régime est de mise,

Bientôt l’été, bronzage sur la plage,

Vouloir être gracieuse,

Aimer les regards posés sur soi,

Son alter égo nie avoir besoin d’un régime,

Mais si pourtant, c’est le cas,

Pourquoi ne nous acceptons pas telles que l’on est,

Mais voilà, la mode est faite pour celle qui ont la ligne,

Pour les autres, c’est compliqué,

Se mettre à la diète, se mettre au sport,

Oui c’est bien si on le fait pour soi,

Mais pas si on le fait par rapport au regard des autres,

Tous les matins, contrôler le moindre kilo en moins,

Et si c’est le cas, alors on se dit bravo,

On exulte, même si ce n’est pas beaucoup,

Mais cela fait plaisir et nous dope pour la journée,

Alors continuons à effeuiller,

Même si la route est longue avant d’atteindre son objectif,

Le principal étant d’être bien dans son corps,

Et de ne pas faire attention au regard des autres.

 

TARVAL

13 juin 2021 7 13 /06 /juin /2021 16:10

sujet 18/2021 - clic

-----

 

Ce regard n’est pas le mien,
Je ne vois pas bien.
Qui es-tu, femme que l’on démasque,
En commençant par le masque,
De façon impitoyable
En tirant sur le bout plus fiable.
Travail de son alter ego,
Pour danser un tango.

Bien triste ce portrait
Tout est abstrait.
Sol de grosses dalles
Pour un être pyramidal.
Sable à l’infinie,
Tout est ignominie.
Soleil qui diffuse son ombre
En beaucoup plus sombre.

Nouvelle cure d’amaigrissement
Perte des arrondissements.
Rechercher le bon bout
Choisissez bien l’embout,
Le corps se déroule
Retirant toute boule.
Résultat assuré,
Elle sera défigurée.

Tire, tire sur le fil,
Apparaîtra le nombril !
Tire, tire sur le drain,
Se libéreront les deux seins,
Tire, tire sur la ficelle,
Tu apercevras ses aisselles,
Tire, tire la chevillette,
Apparaîtra sa tête.

Ce genre d’œuvre s’achète,
Comme d’autres emplettes.
Amoureux de la nature, changez de lunettes,
Vous buvez trop d’anisette.
Si votre femme lui ressemble,
Ne restez pas ensemble.
Il y a de si jolies choses dans la création,
Pourquoi s’arrêter sur de telles déviations !

 

 

Le blog de Chatondaniel

13 juin 2021 7 13 /06 /juin /2021 13:16

sujet 18/2021 - clic

-----

 

Allez, viens je t’emmène !

Où ?

Peu importe ! Ayons confiance, la Terre est ronde on ne peut s’y perdre.

Arrêtons de pédaler à vide, de nous défoncer comme des forcenés dans l’air malsain d’une de ces salles de torture qui fleurissent à chaque coin de rue.

La rue, justement, traversons la et laissons derrière nous nos fantômes, ceux qui nous hantent jour et nuit, inlassablement. Cessons de pleuvoir des larmes intérieures, cessons de nous noyer dans notre propre eau.

Apprivoisons-nous, laissons tomber nos carcans, ils nous corsettent à ne plus savoir respirer librement. Allégeons-nous de ces lourdes couches de culpabilité, de regrets malsains.

Non, il n’est pas trop tard mais nous ne sommes rien l’un sans l’autre, toi, mon alter ego et moi, ton second toi.

Toi, le corps, moi, l’esprit, nous formons un duo à l'entente parfois chaotique mais rien n’est grave si ce n’est perdre espoir !

Marchons avec la vie, avec notre vie, unique et éphémère…

Ici dans un parc, là-bas dans un chemin creux ; sur le petit balcon ou dans le couloir, cheminons !

Mais non, nous ne sommes pas vieux !

Regarde, l’enfance sommeille toujours en nous.

Allez, viens je t’emmène vers l’horizon bleu de ses rêves…

 

Le blog de Mony

12 juin 2021 6 12 /06 /juin /2021 22:20

sujet 18/2021 - clic

-----

 

Ronde et à la mode

Incompatible codes... !

 

Faut se défaire des kilos

En trop

Faire perdre des centimètres

A son être

Car au nom de cette, dictature,

Seul le paraître compte, le reste on en a cure !

 

Entre amphore mais intelligente

Fil de fer mais bécasse

Les podiums ont choisi, mesdames !

Alors, la ronde ça la hante,

Rêve d'un alter ego, pense biscotte et thé en tasse

Pour devenir cette femme...

 

Si ces messieurs préfèrent les pulpeuses

Au lit, bien entendu,

A leur bras une moins dodue,

Une osseuse, fera leur fierté en rue...

 

Au bout du régime des régimes

Crier VICTOIRE

Pour un fait de mode qui brime

La grassouillette, tout comme son miroir !

 

 

Le blog de Jill bill

12 juin 2021 6 12 /06 /juin /2021 11:00

Igor Morski - clic

-----

 

Le mot à insérer facultativement est : ALTER EGO

  

Les textes, avec titre et signature et de préférence au format Word,

sont à envoyer à notre adresse 

 

les40voleurs(at)laposte.net 

 

Mode de fonctionnement de l'atelier : clic

 

--------

 

 Bonne semaine,

 

Mil et une

10 juin 2021 4 10 /06 /juin /2021 07:49

sujet 17/2021 - clic

-----

 

Entre terre et soleil.D’la cour du HavreVendredi du souvenirDe Paris l’EXPLOIT.De cela cent ansHuit dix-neuf cent vingt et unMoment d’bon‘ humeur.Vue d’ces trois damesSpectatrices terrestresL’éclipse du soleil.D’ce moment heureuxLe cœur léger l’âme en fêtePose du siècle 

 

Le blog de Colette

8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 12:00

sujet 17/2021 - clic

-----

 

Elles étaient trois navigatrices
qui demain partiraient en mer 
pour une très longue navigation
un défi pour ces trois femmes : 
arriver là où certains hommes avaient échoué.

Aujourd'hui vendredi 8 avril 1921 jour de l'éclipse de soleil,  veille de leur départ
elles scrutent le ciel et écoutent à leur façon
les recommandations des deux astres.
Regardez bien la femme qui se trouve au milieu, c'est la capitaine
elle touche dans sa poche "la pierre de soleil" 
ce spath d'Islande qu'elle caresse avec tendresse au fond de sa poche 
est une variété transparente de calcite. 
Certains chercheurs pensent que c'est un cristal de ce type 
qui aurait pu servir de Pierre de soleil aux Vikings.
Elle emportera cette pierre pour guider leur propre exploit. 

Partir en navigation à la faveur du ciel 
Pierre de soleil en poche scruter les paroles de l'astre 
Sentir que ce qui cherche à se dire est en accord avec soi même 
Le ciel a des couleurs qui ne trompent pas 
La lumière de l'astre guidera leur Route de l'Exploit.
" La pierre de soleil des Vikings est une pierre qui aurait servi d'aide à la navigation maritime en leur permettant de localiser la position du soleil par temps couvert. Entre le VIII et le XI e siècle, les Vikings entreprirent de longs voyages sur les mers. Or, peu de choses sont connues sur leurs méthodes de navigation à une époque où la boussole n'avait pas encore été introduite en Europe. L'hypothèse selon laquelle ils auraient pu utiliser une « pierre de soleil » pour s'orienter en exploitant la polarisation de la lumière du soleil fut formulée à la fin des années 1960. Malgré l'absence de toute preuve de l'utilisation d'une telle pierre, cette hypothèse fut dans l'ensemble considérée favorablement par la communauté scientifique et souvent relayée dans la presse et les œuvres de fiction. Elle a fait l'objet de nombreuses publications portant sur son évocation dans la littérature, la nature précise de cette « pierre » et les utilisations possible de techniques de polarimétrie comme aide à la navigation." 
 
 
 
Le blog de Jamadrou
7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 19:00

sujet 17/2021 - clic

-----

 

La Lune là-haut si haut qu’elle ne craint de tomber
La Lune s’allume luciole dans la nuit
Croissant décroissant ou toute ronde
Cycle féminin à l’infini


Ici-bas les marées monotones
Flux et reflux incessants
Rythment le ballet des sorcières
Au coin du bois guette le loup-garou

 

Lune nouvelle noirceur sur la Terre
Quartier C ou quartier D
Éclipse la belle a rendez-vous

Et de partout les regards se lèvent voyeurs


Vite vite son bel amant la dévore

Elle se voulait princesse puissante

Mais se pressent ombre fluctuante

Déjà elle n’est plus que fadeur

 

Mais aujourd’hui la Lune est pleine
Et on ne sait pas
Qui l’a mise dans cet état
 *  
(* Alphonse Allais)
 

Sourire crayon jaune à la main
Petit Pierre a terminé son dessin

 

 

Le blog de Mony

7 juin 2021 1 07 /06 /juin /2021 16:22

sujet 17/2021 - clic

-----

 

Un trio de trois sœurs, ceinturées d’un imper

Elégance et talons hauts, chapeaux verts

benjamine, cadette, aînée, en dégradé

perchées sur le socle d’un réverbère

pour, du trafic se protéger

et surtout pour ne rien manquer

scrutent dans un ciel clair et favorisé

à travers trois morceaux de verre fumé

l’éclipse solaire annoncée

car la lune s’est faufilée

entre terre et soleil pour enfin s’expliquer

 

1921, le 8 avril, et c’est l’exploit

Qui tient tout le monde en émoi

Car le soleil a rendez-vous avec la lune

Et cela n’arrive que de rares fois

Où la lune exprime sa rancune

A monsieur le grand Râ, le grand roi

Qui l’oblige à rester cachée

Ne se montrer que lorsqu’il s’est couché

Elle qui voudrait grimper à la tribune

Et briller, briller, briller !

 

Mais leur explication ne dure qu’un instant

Le temps qu’elle glisse et s’incline devant

Sa Majesté le grand roi, le grand Râ

Et son ombre chagrine obscurcit le monde

Angoisse tous les êtres vivants, les passants

Les chats et les chiens qui jappent à la ronde

Ne voyant plus qu’un petit anneau du roi

Eclaboussant tout autour d’une saine colère

Alors la lune, vexée par son infortune

Se dit que c’est encore une lacune

Un bon tour que lui joue Neptune

La soulant de ses factices rêveries

Triste, déçue et désenchantée

Elle retourne éclairer les nuits

Et laisse le grand Râ régner

A l’infini le jour, et se garde les nuits

 

 

Le blog de Lecrilibriste

6 juin 2021 7 06 /06 /juin /2021 11:02

sujet 17/2021 - clic

-----

 

Le monde vit d’éclipses :


Le vrai bonheur s’enfuit
la vie brève le suit
la jeunesse se barre
bientôt il est trop tard
on arrive en retard
pas le temps de finir
ses projets d’avenir
ce qui était passion
se tourne en dérision
tout redevient banal
on met un point final
à nos plus beaux projets.

 

Le monde vit d’éclipses :

Tout nous semble rejet
l’horizon hors d ‘atteinte
le bonheur une feinte
car la vie n’est qu’un leurre 
les illusions se meurent,
s’éclipsent dans l’espace
qui ne laisse de trace
que la beauté d’un soir 
explosion dans le noir
évasion de l’espoir…

 

Le monde vit d’éclipses

 

 

Le blog de Cloclo

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos