Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 19:20

sujet semaine 19/2017 - clic

- Entre nous, mon vieux, je m'demande si je vais pas quitter l'Amiral.

- ta société de prod. ? mais ça fait un siècle que t'y es !

- 24 ans !!! Mais là, l'Amiral est en train de couler ! Déjà j'avais pas apprécié quand ils ont commencé à exiger du placement de produit. Mais c'est le bouquet depuis qu'ils ont été rachetés par JBC Coloré. Non seulement il faut faire la pub pour leurs cosmétiques, mais en plus JBC a rencontré Dieu.

- Dieu ? himself ?

- du moins ses filiales terrestres. Tu dois systématiquement faire perdre les méchants, et délivrer un message positif.

- la vache ! Pour tes scénars de polars ça doit être galère !!!

- t'imagines pas ! Je sais tout faire dans ce métier, je sais écrabouiller, empoisonner, dépecer n'importe qui, à peu près en n'importe quel endroit.

Même les restrictions budgétaires, je sais gérer. Je sais bien qu'on ne pourra pas avoir les grosses pointures, mais ma foi, le public aime bien notre pool d'acteurs récurrents un peu tapés, ça donne de l'humanité.

Je n'ai pas besoin de louer l'avenue de l'opéra, et n'ai même jamais envisagé un hélico pour les recherches ! Je situe les courses poursuite à la campagne, et faute de Maison Blanche, je dévoile les noirs dessous de la mairie de Brives les oies.

Je suis le roi des gros plans sur les regards ; les regards en disent long -à peu de frais- sur la psychologie des personnages.

 

Alors figure-toi que pour la prochaine minisérie des enquêtes de Mimi Yang, le principal suspect devait être un alcoolique séduisant. Veto de JBC ! à la rigueur un alcoolique lamentable et looser, mais surtout pas séduisant. Il suggère de remplacer par un addict au café. Tu parles ! ça ressemble à une pub, mais sans vedette, tu vois !

En plus il impose par contrat que chaque scénar doit évoquer peu ou prou un roman de son neveu William Tussor pour qu'il touche des droits, parce qu'il doit verser 4 pensions alimentaires. Cette fois j'ai dit non, mais je placerai un de ses bouquins sur le canapé où la call gril va être trouvée atrocement quelque chose -je n'ai pas encore choisi- après qu'elle ait écrit "Marc" au rouge à lèvres JBC Coloré sur la tasse à café. Belle scène, hein ?

Bien sûr pas de musique originale ! La ligne budgétaire a carrément disparu. Alors ça sera l'harmonica de il était une fois dans l'ouest, un seul exécutant, en l'occurrence mon beau-frère, il se défend pas mal, presque rien à la SACEM, à peine de quoi payer sa piscine.

La call gril sera jouée par Colette Verdurin, bien maquillée, ça peut passer.

Alors elle rentre du Chicago où elle est allée voir il était une fois dans l'ouest -ça tombe bien- avec Marc Vorcel, l'addict au café.

Mais tu penses bien que le crime passionnel, ça serait trop simple. Vorcel a disparu, certes, mais Mimi Yang le retrouve affalé dans un bar en train de cuver son café… Oui, je sais, va falloir trouver autre chose. Par contre le brigadier Boudard, le dépressif qui convoite Mimi Yang depuis la saison 2 -grosse tension érotique- trouve dans la poubelle de l'immeuble voisin un marcel roulé en boule et taché de sang… Marc...el, tu vois ?

Ça a de la gueule hein ? avec le budget que j'ai et les c… qui nous dirigent, ça vaut largement les séries nordiques, non ?

 

 

Emma

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 10:25

sujet semaine 19/2017 - clic

J'aime les polars et ça ne date pas d'hier, où c'est devenu "mode."

 

Il y a  vingt ans, je me cachais pour aller  chez les bouquinistes

 

Et acheter des "Série noire" ou des "Masque" à la couverture jaune.

 

J'ai  acquis à cette époque une culture des polars, les classiques du genre.

 

 

 

J'aime les polars et  d'une façon que certains diraient perverse

 

J'aime les descriptions du cadavre, les détails macabres de scènes du crime.

 

J'aime qu'on me parle de pièces à conviction, d'armes

 

Je m'intéresse à la victime qu'il soit amiral ou vétérinaire

 

 

 

J'aime les policiers qui se retrouvent autour de la cafetière,

 

Les Miss Marple  qui boivent du thé, les privés, détectives.

 

J'aime les enquêtes simples, les intrigues complexes

 

J'aime les livres de Valentin Musso et de Viveca Sten

 

 

 

J'aime les suspects en marcel, les coupables qui jouent de l'harmonica

 

J'aime les vamps qui tournent autour des hommes

 

Avec leur rouge à lèvres rouge, secrétaire ou maîtresse

 

Parfois les deux, tant pis pour l'égalité hommes et femmes!

 

 

 

Je prends un  ticket de cinéma pour un policier tout de suite

 

Je laisse les essais de côté  pour ce qui me tient en haleine

 

Je suis bon public du moment que ce n'est pas écrit avec les pieds

 

J'aime les polars mais j'ai des limites, les polars qui se tiennent

 

 

Laura Vanel-Coytte

 

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 10:24

sujet semaine 19/2017 - clic

l'Amiral

l'Amiral fait le tour de sa barcasse
Amiral est son surnom !
Il n'a navigué que sur des cours d'eau-
Il rêve d'océans , de voyages au long cours-
aussi fait' il toujours provision d'objets hétéroclites
une cafetière le matin il apprécie un petit jus
du linge de rechange
on peut aimer voyager mais rester propre
de la lecture bien sûr!
un harmonica quand sa radio aura rendu l'âme
des tickets de cinéma
en cas de troc avec des tribus lointaines
du rouge à lèvres ?
mais bien sûr pour flécher son parcours dans la savane
Aucun jupon à bord !
Il y tient !
Ce serait la pagaille !
bon alors récapitulons !
une cafetière ---

 

 

Lady Marianne

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 14:31

sujet semaine 19/2017 - clic

Ma pauvre Lucette,

Tu m’envoies le projet de ton nouveau livre. Je le trouve, comme d’habitude, trop tarabiscoté et surtout peu crédible.

En premier lieu, comment vas-tu faire pour prouver que le rouge à lèvres trouvé sur la tasse à café était bien celui de Chantal ? Puisqu’au début de ton livre, tu as écrit : Chantal, qui ne buvait que du thé… Relis un peu ton scénar, ma pauvre fille!

Ensuite, tu affirmes que Louis, le jour fatidique, portait un Marcel sur la peau et rien d’autre. Or, d’après mes calculs, puisque l’affaire se passe 80 jours après leurs dernières vacances, on était en plein mois de décembre et que le 4, il gelait à pierre fendre. Je sais, les paysans sont robustes dans nos campagnes, mais à ce point, tout de même !

Je lis, page 45 :  Louis, qui se préparait ce jour-là à aller à sa répétition en vue du défilé du 14 juillet. Si pour toi le 14 juillet tombe un 4 décembre, tu as tout bon, autrement, il va te falloir corriger quelques dates, ma chérie. Enfin, je te signale que Louis ne jouait pas d’harmonica, mais du Clairon dans la fanfare de Goncourt-sur-Yvette (P.23) Et que Chantal a horreur de la musique (p. 24)

Plus loin, tu sous-entends, de la plume délicate et nuancée qui te caractérise que Louis aurait eu une maîtresse et depuis fort longtemps. Il aurait profité de  l’absence de Chantal, partie au cinéma avec une amie, pour la recevoir chez lui.  Pourquoi alors ne serait-ce pas son rouge à lèvres à elle dont on a retrouvé la trace sur la dite tasse ? Voilà ta coupable toute trouvée, chère Lucette, inutile de te ronger les sangs et de chercher midi à 14 heures.  

L’alibi ? Eh bien, elle aurait tué Louis parce qu’elle n’aimait pas Musso et elle aurait piqué une crise en le voyant se plonger dans la lecture de cet auteur détesté. Ou mieux, le mari de Rosa aurait surgi tout à coup dans la chambre et surpris les amants en pleins ébats... Oui, je sais, scénar un peu trop classique, mais je compte sur toi, ma poulette, pour nous trouver une fin surprenante voire bluffante…

PS Je me permets d’ouvrir ici une petite parenthèse, mais Louis n’avait-il rien de mieux à faire que de lire du Musso en de telles circonstances ?

Bon, pour moi, ce que j’en dis… Je ne suis pas l’auteur non plus, c’est à toi de voir ce qui te paraît le plus juste, tu en es tout de même à ton 4° polar, j’espère que celui-ci aura le succès qu’il mérite et qu’il dépassera pour une fois les limites strictes de la famille et de tes rares amis.

Allez, je te laisse à tes écrits, envoie-moi le manuscrit dès qu’il sera terminé. Je te corrigerai comme d’habitude les quelques fautes que tu auras laissé échapper !

 

Ton amie Nicole.

 

 

Cloclo

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
7 mai 2017 7 07 /05 /mai /2017 06:23

sujet semaine 19/2017 - clic

Toi qui me lis, au fond, tu sais. Tu sais que j'aurai pu écrire un truc drôle, c'est vrai, ces images auraient formé une bonne enquête foireuse de laquelle on aurait pu rire longtemps. Mais tu as brisé le sceau, vu le mot à placer et compris immédiatement. Pour les autres, je vais vous faire part de mon crime. Mon crime, chaque jour je crois le commettre, l'air de rien. J'ai décidé de continuer à vivre, malgré moi, malgré toi, malgré vous : un café tous les matins, un bouquin pour tuer le temps, un ciné pour oublier. La musique m'aide à m'évader, comme ce tee-shirt blanc, comme une nouvelle page à écrire. On se tourne quoi qu'il arrive vers l'avenir. Ne viendra pas le temps des regrets car au fond je sais que ce qui a été fait devait l'être. Je pense donc silencieusement à vous, en espérant le mieux.

 

Je vous embrasse pensivement, de mon plus beau rouge à lèvres tape à l'oeil.

 

À vous mes amis.

 

À l'Amiral, la Reine et le Marquis.

 

 

Tilancia

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 14:56

sujet semaine 19/2017 - clic

 
 - Ça y est chef, je sais qui a tué l'amiral

 
 - Ah ! et qui donc ?

 
 - Qui exactement, je ne sais pas trop mais ce qui est sûr, c'est une femme.

 
 - Ah oui et sur quelles déductions tu peux le dire ?

 
 - Il suffit de regarder, un bâton de rouge à lèvres, un roman de Musso, un harmonica, une cafetière électrique. Cela ne peut être qu'une femme.

 
 - Et le marcel, tu en fais quoi ? C'est une femme aussi qui le porte ? Tu as étudié quoi à l'école de police ?
 
 - Ben, à ne pas se fier aux apparences.

 
 - Exactement mon cher Watson, alors va de ce pas, déposer ces pièces à analyser et tu ne reviens qu'avec les résultats et non avec tes déductions débiles, c'est compris ?

 
 - Bien chef ! 
 
 
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 14:49

sujet semaine 19/2017 - clic

“Cinq heures du matin, Paris s’éveille“ sifflotte l’inspecteur La Bavure.
Alice, escortgirl parisienne, et Marcel, amiral de la marine suisse, sont retrouvés morts et menottés l’un à l’autre sur un banc du parc Monceau.

 

“Y a une marine en Suisse?“ s’interroge Ouatson en se grattant la tête.

“Faut croire“ lui répond Ouatelse, assistante fraîchement recrutée afin d’assurer la parité dans ce monde de brutes du 36 Quai des Oeufs Frais “puisque le chef l’a lu sur son passeport“.

 

“Vous trouvez pas ça bizarre, chef que ce Marcel porte justement un jersey blanc comme Bruce Willis dans Piège de cristal ?“ ose Ouatson coutumier des questions saugrenues.

L’inspecteur semble perdu dans ses pensées, ignorant la question de Ouatson :“Ces deux-là menottés sur un banc… ça me fait penser à Musso“.

“Vous voulez dire Musseau… le patron du Café Laurent en bas de chez nous, chef?“ ose Ouatson en se grattant la joue.

La Bavure soupire :“Musso, l’auteur du roman Central Park, Ouatson!“

 

Le médecin légiste a extrait l’objet de la bouche de l’amiral et le tend à Ouatson :“C’est un harmonica Hohner, le modèle Marine Band… des millions d’exemplaires dans le monde, on en tirera rien“

Ouatson le porte à sa bouche :“On doit bien pouvoir en tirer quelques notes“ dit-il en recevant une violente bourrade de son supérieur.

“Non mais vous êtes taré mon vieux! Une pièce à conviction, ça ne se met pas en bouche!“ hurle t-il “Allez plutôt faire un tour chez cette Alice avec Ouatelse, c’est juste en face!“

 

L’appartement est en grand désordre mais les deux experts ont tôt fait de dénicher des indices majeurs: deux tickets de cinéma et un tube de rouge à lèvres d’une grande marque en 4 lettres commençant par D.

Ouatson avise la cafetière “la même qu’oncle Hubert… une Black&Brown FA833“ déclare t-il fièrement “ça maintient au chaud pendant 4 heures… d’ailleurs ça tombe bien c’est encore chaud“.

Ouatelse s’impatiente :“Non, Ouatson! On n’a pas l’temps d’en prendre une tasse“.

 

Elle prend pourtant le temps de retoucher ses lèvres avec ce tube-indice-majeur qui aurait de toute façon séché dans une boîte au 3ième sous-sol des archives.

Ouatson s’impatiente à son tour :“J’aurais eu l‘temps de prendre un caoua! Bon, qu’est-ce qu’on fait des tickets d‘cinoche?“

“Ben… rien… y doivent être foutus“ répond la donzelle aux lèvres repeintes.

“C’est marrant“ remarque Ouatson “les numéros se suivent et se ressemblent… 0546794 et 0546795“

„Ils devaient surement être assis côte à côte“ conclut Ouatelse en s’observant dans une glace “c’est Dior Addict! Elle s’emmerdait pas la fille!“

“Dior Addict? Connais pas ce cinéma dans le quartier“ bredouille Ouatson en empochant les deux tickets.

“C’est pas un cinéma, Ouatson… c’est la marque du rouge à lèvres!“ rectifie Ouatelse “Allez! On se tire“

 

“Six heures du matin, Paris s’éveille“sifflotte l’inspecteur La Bavure qui bat la semelle devant le banc où les deux corps ont été recouverts d’un drap :“C’est pas trop tôt! Alors? Des indices?“

Ouatson soupire :“Des banalités, chef. Y z’étaient ensemble au cinéma et la fille se maquille chez Dior par contre quelqu’un a fait du café y’a moins de 4 heures!“

La bavure fulmine :“Et vous pouviez pas l’dire plus vite? L’assassin était peut-être encore là!!“

 

Ouatson n’a pas son pareil pour esquiver les sujets qui fâchent :“En tout cas chef, l’amiral avait une drôle de façon de jouer de l’harmonica!“ et il ajoute avec un clin d‘oeil à Ouatelse “y risquait pas de s’irriter les lèvres, hein?“

 

 

Vegas sur sarthe

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 12:19

sujet semaine 19/2017 - clic

Pièces à conviction

Ou objets trouvés... (on se l'demande...)

A longueur d'année

Bazar, accumulation !

 

Et qu'est-ce qu'on a

Cette fois...

Pas de quoi saigner à blanc

Avec ce bâton, ce marcel, ce roman...

 

Eeeh, mes fins limiers...

Le crime nouveau est arrivé

Et sa caisse divers

Eté comme hiver

La chose ignoble n'a pas d'saison,

Et un coupable à mettre au violon !!

 

Finissez vos kawas

Raisner et Thielemans, avec moi...

 

La victime, un homosexuel,

La « belle »

Egorgé/e

Comme un goret...

 

Ca sent l'homophobie

A plein nez...

La concierge pas étonnée,

« Y avait du chien de faïence ici... »

 

Comment ça ma brave dame ?

Ben oui quoi, les regards...

« Lola » dérangeait, ça s'voyait

Comme dans la mare un pavé !

Paix à son âme...

Faire de sa garçonnière un lupanar

A tout l'monde ça n'plaisait,

M'sieur l'commisaire Magret...

 

Tenez, entre autres, l'amiral, un sanguin,

Savait pas « la » voir en tableau...

Alors le pôf zigoteau

Couic, j'dis ça, j'dis rien !!

 

Mouais, mouais, explicable,

X locataires, autant de coupables !

 

Au fait, commissaire...

Le grec,

Y avait un ticket avec

J'dis ça, j'dis rien, c'était son affaire... !

 

M'ouais madame Bignolle

M'ouais, une autre cage aux folles...

 

 

jill bill

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
6 mai 2017 6 06 /05 /mai /2017 11:00

image Mil et une

 

Le mot à insérer facultativement est : AMIRAL

 

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse : les40voleurs(at)laposte.net

Mode de fonctionnement du blog : clic

 

-------------

 

Bonne semaine,

 

 Mil et une

Published by miletune.over-blog.com - dans les sujets
commenter cet article
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 11:52

sujet semaine 18/2017 - clic

A travers ma claustra, j’aperçois « Le Père Bail dans son jardin à Bois le Roi » peint par Maximilien Luxe [1] : à l’abri de son chapeau de paille, il arrose et je ne vois pas son visage.

Avec un  couvre-chef similaire, le jardinier, par un soleil d’après-midi à Eragny de Camille Pissarro

A enfilé  un tablier, porte un seau et défie du regard l’avenir qui honore aujourd’hui son peintre [2]

 

"Le jardinier" de Malevitch [3] est bien coloré et rappelle "La femme au seau [4]" aussi cubo-futuriste.

 

"Le jardinier" de Maurice de Vlaminick  est  plus fortement fauviste.

Auguste Renoir rend hommage à l'architecte méconnu Charles le Coeur, un de ses premiers mécènes.

Il le dédicace "Ô Galand Jard » (Au Galant Jardinier)" représenté à Fontenay aux Roses.

 

J'ai vu à Antibes des maisons et des jardins mais pas la "Maison du jardinier [5]" peinte par Monet. Pour Julien Dupré, le jardinier n'a qu'une cabane.

 

Pablo Picasso peint "La famille du jardinier, "Georges Seurat un jardinier  au travail.

 

L'année dernière, à Giverny, il y a eu une exposition intitulée, "Caillebotte, peintre et jardinier [6]" parce qu'il a beaucoup évoqué les jardins dans son oeuvre.

 

Larry Smart met en scène un jardinier pour un charmant "baiser topiaire [7]."

 

"Le jardinage" d'Othon Friesz a des couleurs plus sombres.

 

Van Gogh s'inspire d'une de ses figures tutélaires, Millet, pour peindre "Les premiers pas [8]"

Qui met en scène dans un jardin, le jardinier, un enfant et une femme.

 

"Le jardinier Vallier [9]" de Cézanne est assis sur un banc. "Le vieux jardinier [10]" d'Emile Claus est pieds nus et porte un tablier.

 

 

Laura Vanel-Coytte

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net