Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 17:11
Fillette, il faut  croire en la pérennité de Ta nature pas de Ta culture.   Jamadrou

Sujet semaine 26/2016 - clic

 

-    Quelle nature, quelle culture ?

Celle qui me restera quand j’aurai oublié tout ce que les livres, tout ce que la famille, tout ce que mes maîtres à penser ont essayé de m’apprendre, de m’inculquer ?

-    Non et Oui,  je te parle aussi de l’autre culture, celle qui grandit en Terre et qui nourrit les Hommes.

Tant de cultures, pérennes ou intermédiaires…tant de gâchis aussi…une longue et bien triste histoire. 

 

Mais haut les cœurs !

 

Allez petite, imagine-toi assise au milieu d’une immense jachère fleurie. 

 

Toi, jeune être naïf et plein d’illusions (en jachère aussi) assis au milieu de ce pré fleuri, tu étudies.

 

Dans un des gros livres transformés en balancelle, là, juste derrière toi il y a les mots de Montaigne.

 

Il dit : « Le monde n’est qu’une branloire pérenne. »

 

La branloire c’est cette rudimentaire balançoire faite d’un livre tenu par deux ficelles…

 

Il t’expliquait déjà que le monde bouge en permanence et que l’Homme lui aussi est différent d’un jour à l’autre.

 

Ton  défi c’est de trouver ton équilibre dans ce mouvement incessant. 

 

Sur ta balancelle tu chercheras à trouver ta vitesse de croisière et ton équilibre entre tes propres mouvements de bras et de jambes, ceux de ton escarpolette, et ceux du monde !

 

Chercher la stabilité est un leurre, viser l’équilibre est tellement plus porteur.

 

L’art de vivre petite, c’est justement d’essayer de se balancer harmonieusement,  entre chimère et coup de gueule du  porte-voix qui t’assène semonces,  encouragements ou moqueries.

 

Trop d’exigences d’enseignement imposé favorisent le déséquilibre, il faut beaucoup d’agilité pour progresser et tenir sur la balancelle accrochée à l’air temps.

 

Oui petite l’instruction livresque n’est que balançoire accrochée aux nuages ; 

 

tu peux t’asseoir dessus pour t’évader à travers les pages et prendre l’air, l’R,  ce R que tu rajouteras au prénom de celle dont on a du te parler : Ève.

 

Tu ajouteras l’air que tu respires pour en faire Ton propre Rêve.

 

Et alors, tu verras, le porte-voix soufflera et poussera cet « R » dans ta direction pour faire voler l’inspiration vers toi jeune aspirante, 

 

et pour la faire voler vers le haut c'est-à-dire vers les sphères poétiques.

 

Tu es en jachère petite, une belle jachère fleurie.

 

Dans la nature c’est la plus belle façon de laisser la Terre Mère se reposer.

 

Les fleurs seront le plus beau des fertilisants, le plus bon des amendements.

 

Amendement/fleur 1 : Tout être humain à droit à l’instruction pour sa construction

Amendement/fleur 2 : Les Maîtres doivent accompagner mais ne jamais imposer

Amendement/fleur 3 : La Liberté de penser est offerte à chacun dès son arrivée sur terre

                                              Tous doivent respecter celle de l’Autre

Amendement/fleur 4 : La Vie est offerte, un don pareil, chacun se doit de l’entretenir

 

Petite, il y a encore bien des amendements …mais en fait l’important c’est de bien s’occuper des choses que l’on peut changer ou plutôt faire évoluer. 

 

Appliquons-nous à rendre le monde dans lequel nous vivons, meilleur et plein de fleurs.

 

Oui petite, « il faut  cultiver notre  jardin. »

 

 

Jamadrou

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 12:35
Tout est éphémère.   Pascal Levaillant

Sujet semaine 26/2016 - clic

 

Penser l'idée d'un monde durable
Il ne l'est pas!
C'est un rêve

Penser s'inscrire dans un paysage
Pourquoi pas!
Mais c'est un rêve

Penser vouloir être immortel
C'est tentant
Mais c'est un leurre

Penser la paix durable
C'est un espoir
Une utopie

La nature nous emportera
Avec nos vies, nos livres, nos amours, nos maisons, nos rêves...

La pérennité n'existe pas
C'est un rêve éveillé
Que l'homme tente pour atteindre la sagesse

Tout est éphémère

 

 

Pascal Levaillant

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 11:45
Billet vert...   Jill Bill

Sujet semaine 26/2016 - clic

 

Apprendre, apprendre
Encore et toujours
En tous lieux, en tous temps
En classe, au travail, même en vacances...
Apprendre, apprendre
Encore et toujours
Transmettre à son tour à ses enfants ;
Géniteurs derrière à pousser, zéro tolérance !

Pérennité de l'espèce
Qu'on professe,
Marcher droit
Au porte-voix,
Transmettre
Retransmettre
Ne rien disperser pardi
Au vent des folies...

Faire de ton demain ma fille
Un chant de victoire
Mais en fourmi point en cigale...
Avale, avale, avale
Ces tonnes, tomes de savoirs
Et tu seras des nôtres ma fille...

« Pas envie, plus envie, marre
De ces devoirs même en vacances
Besoin de respirer, de rêvasser
Ne vous déplaise, dans l'herbe
Ou au milieu d'un champ fleuri...
Etre et avoir à tous prix
Je veux rayer ces verbes
Le monde à besoin de chansonniers
De poètes, de tempérance
De billets verts autres que le dollar...



jill bill 

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 11:38
Je vous aime...   Annick SB

Sujet semaine 26/2016 - clic

 

J’ai rendu ma copie au vent !

Trop d’erreurs,

Trop de fautes,

Je ne sais plus si pérennité s’écrit comme ça ou autrement.

Et à chaque mot c’est ainsi.

Dictionnaire,

Urgence,

Doute ,

Recherche.

De quoi parle-t-on dans les chaumières ?

C’est la guerre ?

J’ai rendu ma copie au vent !

Les mots qui chantent dans ma tête ne trouvent plus facilement les mélodies d’antan.

Je ne sais plus écrire.

C’est un fait.

Tout déborde,

Tout s’envole,

Tout file à la vitesse des ondes.

La lumière est partout …

 

J’ai rendu ma copie au vent !

Le souffleur d’idées me fait mal aux oreilles avec son porte-voix qui impose, qui scande, qui recommande, qui fige.

Cela me terrifierait presque à la longue si je l’écoutais vraiment.

Je n’en fais qu’à ma tête !

J’ai rendu ma copie au vent !

 

Je ne peux plus dire les choses comme avant…

Je plane …

S’envolent les erreurs, la souffrance, le rejet…

Montent les souhaits, les rires, le bonheur …

Je ne dirais peut-être plus je t’aime en tête à tête.

Peu importe de le dire !

Je le vis désormais …

Je le vis dans le regard que je porte aux fleurs, aux enfants, au monde qui m’entoure …

J’ai rendu ma copie au vent !

Le son d’amour du coquillage effleure délicatement mon oreille …

Je vous entends …

Je vous lis…

Je vous aime …

 

 

Annick SB

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
25 juin 2016 6 25 /06 /juin /2016 11:00

---

Sujet semaine 26/2016

 Alastair Magnaldo - clic & clic

 

Le mot à inclure est : pérennité

 

-----------------

 

Bonne semaine à tous ! 

Mil et une 

Published by miletune.over-blog.com - dans les sujets
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 12:01
Hallucination.   Lady Marianne

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

la fée électricité

endroits déserts et inaccessibles !
bravo humain tu ouvres le chemin
tu ne fais pas que détruire
parfois tu te surpasses pour aider ton prochain -
des peuplades vivaient loin de toute civilisation
voici les premiers maillons de leur libération
Non ce n'est pas une hallucination-
attention fée électricité de ne pas trop les déranger
ils viendront s'ils le désirent, garderont leur us
et coutumes !
Leurs forets tu as préservé il faudra continuer
Modernisme ne veut pas dire esclavagiste
dame nature t'a donné la permission !
essaie de te limiter à ces liaisons
Oublie l'appât du gain et poursuit ton chemin
vers d'autres horizons tu es attendu demain-

 

 

Lady Marianne

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 11:50
Hallucinations.   Laura Vanel-Coytte

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Hallucinations devant un paysage grandiose
Hallucinations devant une architecture audacieuse
Suis-je bien là, je me pince, c'est bien moi qui regarde?
Ce paysage naturel augmenté par la main de l'homme.
 
Infiniment petit dans l'infiniment grand, microcosme
Devant et dans le macrocosme, c'est mon regard d'Homme
Qui transforme cette nature en morceau de pays, paysage
Que l'architecte a choisi comme de sa création  humaine.
 
Hallucinations: est-ce bien ce paysage vu en livre?
Est-ce bien cette œuvre  entre art et science
Que ma curiosité a découverte dans la presse?
Spectateur réel d'un spectacle vu en rêve.
 
Je remercie le ciel et le terre
De m'avoir fait Homme
Et de m'avoir donné en partage
Le paysage de l'art et l'art du paysage.
 
 
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
21 juin 2016 2 21 /06 /juin /2016 06:30
Au début.   XYZpascal

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Au début

 

Dieu jouait

 

au meccano 

 

 

XYZpascal

 

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 19:32
Les maîtres des songes.   Jaclyno'léum

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Ils avançaient, par vague, géants de dentelle.
Attelés les uns aux autres,
Striant, reliés par ces fils, le paysage.
Ils avançaient, conquérants, et immenses,
Transportant leurs vies à bout de bras.
Affrontant, sans effort, la puissance des fleuves,
Arpentant, tranquilles et le pas sûr, des terres inconnues,
S'arrêtant seulement au bout de leur destin.
Ma mémoire fripée, les dessine encore,
Mes doigts, sans voir, tissant le fil arachnéen,
Me racontent inlassables et fidèles
Cette vision, dont je ne sais démêler
Si ce sont folles hallucinations ou songes improbables.

 

 

Jaclyno'léum

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 12:52
Hallucination.   Emma

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

- Focus s'il te plait, Clytandre ! Ah, c'est joli, quand même !

 

-  qu'est ce qui est joli ?

 

- la bonne vieille terre !

 

- ah oui, les montagnes, la verdure, le ciel bleu…on a plein de films là-dessus !

 

- et ces géants de fer qui gambadent, ils ont l'air de s'éclater, dis donc !

 

- j'aime quand tu emploies des termes désuets, Hildegarde, c'est si poétique. Mais bon, s'éclater,  ça m'étonnerait, tu te souviens du cours d'histoire ancienne ?

 

- ben oui, je sais, c'est pas des humains ! Mais ils font tout pareil : ils pensent, calculent, se multiplient, bâtissent, connectent…

 

- mais ?

 

- mais ne ressentent rien.

 

- Pas comme nous, Hildegarde ! On n'est pas bien là, sur Mars, à la lueur argentée des miradors, dans notre dôme d'acier à isolation maximale ? Dôme, sweet dôme, viens là, chérie, ne gaspillons pas notre créneau câlin annuel !

 

 

Emma

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 11:49
Un grand pont merveilleux.   Lenaïg

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Qui est donc, qui est donc,
Ce géant qui danse ?
Rien qu'hallucination ?
Aucune importance !

Non il ne danse pas,
Voyons, il travaille !
Tous ses amis sont là,
Comme lui, formant maille

D'un grand pont merveilleux
Apportant la lumière
Par les monts et les creux,
A la ville, la chaumière !

 

 

Lenaïg 

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
20 juin 2016 1 20 /06 /juin /2016 07:52
Les non-êtres.   Roseline

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Ce n’était rien que la fin des horreurs et le monde tombait en ruines

Au delà de la terre, la vie se mourait

On ne voyait plus d’immigrés sur les plages, plus d’émigrés aux ronds-points des cathédrales.

Plus rien. L’air même se meurt

Portés par une force in-humaine, nous restions des esprits. Morts.

C’est alors que la magie de la terre nous ouvrit la dernière vision : rien, un peu de métal en mouvement, le rêve d’un ailleurs, d’une autre humanité. Sait-on ce qui va sortir de ces formes mi-humaines ?

De nouveau, la terre accouche d’une autre vie qui, peut-être fut déjà, lorsque les paleologues ne savaient pas où jeter les yeux pour décrire notre passé.

Ici, maintenant, naissait une foule admirable qui apportait avec elle, en elle, la pensée jamais endormie d’un futur, à connaître, à créer, à aimer…

Non, ces êtres-machines apportent la force de nouveau et les liens qui brûlèrent les hommes.

Demain, les liens souples se raidiront, les gracieux mouvements se durciront, non l’humain n’a pas fini de souffrir : la beauté du mal est tout ce lui reste. La souffrance son seul plaisir. 

 

 

Roseline

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 19:41
Quand le dernier arbre...   Jeanne Fadosi

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Cette année-là, la fête des pères était le 20 juin.
C'était un jour cruel. Que je ressentais cruel. Le jour, lui n'était ni cruel ni bienveillant : il était. C'était la première fête des pères sans fête. Il avait tenu au prix d'un effort surhumain pour nous réunir à Pâques. Nous pressentions que son hospitalisation programmée serait la dernière.
Cela fait quarante ans, la peine a cédé la place depuis longtemps à un sentiment de vide et de manque.
Je ne pense pas tous les jours à mon père bien sûr. Souvent je me dis qu'il a manqué à mes enfants.
Quelquefois je me demande ce qu'il penserait de notre époque.
Il a pendant toute sa vie active participé à la grande aventure électrique du XXe siècle. Alors vous pensez si l'image sélectionnée par miletune cette semaine me renvoie à son souvenir et à une nouvelle, mise en ligne sous forme d'une série de quatre textes à la fin de l'année 2009. Je ne me rappelle pas le détail du récit de mon père, le soir où il était rentré en colère, si sûr de nous faire partager son indignation.
Je ne me souviens pas s'il a réellement dit entre deux bises distraites à maman "j'aimerais mieux avoir été victime d'une hallucination !"
Non il n'avait pas rêvé. Il avait bien fallu obéir aux ordres et contourner l'obstacle à respecter.
Et maintenant qu'il avait partagé son indignation avec toute la tablée, la petite dernière avait l'insolence de lui dire que la dame avait raison !
Son courroux, mis en scène dans son récit, retombait comme un soufflé sorti du four. La dernière phrase de la diva lui revenait en image mentale comme un boomerang : des pylônes à l'infini, seuls êtres vivants dans un paysage désolé, où le dernier arbre avait disparu.
 
 
En référence : Un air de diva (1 début), (2), (3), (4 fin)
 
 
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 19:29
Heureusement qu’il y a le…   Jak

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Heureusement qu'il y a le ....

 

Phantasme d’un génial créateur mêlant façon 

 

Yin et yang le mirifique et l’hideux, délaissant  

 

La laideur du prosaïsme, l’opposant au merveilleux   

 

Ouvrant notre prunelle déconcertée, éblouie 

 

Nous rendant dans l’impossibilité de nier le mariage  

 

Entre l’un, disgracieux et l’autre extraordinaire

 

 

Merci à miletune de m’avoir fait découvrir ces images

Et que des créateurs perdurent à nous émerveiller 

 

 

Jak

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 18:42
A bras ouverts...   Mony

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Ils parlent, se projettent, espèrent…

A quoi rêvent-ils ?

A des voyages, de dérisoires biens matériels ?

Non, ils rêvent d’un avenir meilleur pour leurs proches dont ils ont la charge.

 

Sans pathos ces hommes et ces femmes se livrent, décrivent leur quotidien souvent difficile. Humains parmi les humains, ils témoignent tout simplement de la part d’humanité qui est la leur.

 

- Demain, demain Monsieur, nos enfants feront mieux que nous…

Je n’espère qu’une chose, voyez-vous, c’est qu’une ampoule éclaire notre maison quand tombe la nuit. C’est mon rêve le plus cher et j’espère le voir se réaliser un jour.

 

Ces mots ne sont pas dus à des hallucinations auditives ni la transcription exacte de ce que j’ai entendu mais ils sont la trace des paroles d’un homme, restées dans un coin de ma mémoire.

 

Moi qui connais le bonheur d’avoir un toit confortable, l’électricité à portée de doigts, comment ne pas être interpellée par cet appel ?

 

Un jour cet homme parviendra-t-il à installer une petite éolienne, un moulin, une turbine ?

Verra-t-il apparaitre au détour de la montagne un poteau ou un pylône soutenant des fils électriques.

L’accueillera-t-il les bras ouverts ?

Pourra-t-il se permettre de profiter, lui aussi, des bienfaits décernés par la fée électricité.

Son quotidien en sera-t-il amélioré ?

Son fils aura-t-il la possibilité de lire, d’étudier dans la clarté ?

 

Bien sûr, ici aussi, non loin de moi, des personnes vivent chichement, surveillant sans cesse leur moindre consommation, se privant parfois de l’essentiel… mais il reste en moi le beau regard plein d’espoir de cet homme, frère humain parmi tant d’autres !

 

 

HUMAN de Yann Arthus-Bertrand clic 

 

 

Mony

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
19 juin 2016 7 19 /06 /juin /2016 06:30
Hallucinations.   Pascal Levaillant

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Je ne pourrai pas vivre sous des lignes de haute tension

Peut-être à côté d’éoliennes, pourquoi pas !

 

Ces hautes tours d’acier me sont hostiles

Seules émergeant  d’un brouillard opaque

Je m’accommode de leur silhouette étrange

 

Je préfère mille fois ces moulins des temps modernes

A ces répétitions de pylônes qui dénaturent le paysage

Provoquant des saignées vertes rectilignes à travers les forêts

Mutilant feuillages, jeunes pousses et champignons

 

Je ne pourrai pas vivre sous des lignes de haute tension

De peur d’en subir des hallucinations

 

Je préfère les énergies hydrauliques et celles du vent

Je te vénère Eole,  dieu du vent

Espérons qu’un jour qu’on ne voit plus jamais

Ces verrues, ces silhouettes d’acier polluer

le Pays de Caux au sortir de la centrale de Paluel 

 

Je préfère contempler les silhouettes des hêtres des clos masures

 

Je ne pourrai pas vivre sous des lignes de haute tension

 

 

Pascal Levaillant

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 17:04
Bien se conduire.   Jamadrou

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

Toujours ensemble

Toujours liés

Unis depuis tant d’années !

Lui que l’on nomme pyl’hômme

En souvenir du beau sculpteur Pygmalion

Et elle Sylphide parce que si mince, si pâle

Et vivant dans les airs :

Un vrai fil qui garde la ligne.

Pourquoi, un jour, insidieusement…

Ainsi Dieu se ment ?

L’amour ne dure pas éternellement ?

Donc entre eux deux, un jour,

Insidieusement

Une très haute tension est née.

Ces transports merveilleux

Qui les menaient au 7ème ciel

Se sont transformés en conducteur

Vers des centres de consommation

Où leur amour lumineux

Fut transformé en débauche inassouvie.

En souvenir du temps où un lien étroit

Unissait pylônes et lignes à haute tension

Des sculptures aériennes géantes et fantastiques

Qui transportent par delà le réel

Sans aucune hallucination

Furent implantées dans les sites les plus beaux

De part le monde.

Ces sculptures aux mille fils

Sont magnifiques et magiques.

Elles attirent de plus en plus de monde

Qui admire, non pas les paysages,

Mais ces œuvres monumentales.

Vous connaissez ?

On a donné à ces œuvres gigantesques

Qui vont traverser le temps

Le nom de : Pygmalion et Galatée.

 

 

Jamadrou

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 14:59
Le camps.   Ghislaine 53

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

L'eau, l'eau et des montagnes, c'est tout ce que je voyais...
La chaleur tombait si forte que le soleil faisait comme des vagues
au-dessus de l'eau, ressemblant à un effet miroir.....
Quelle étrangeté..
L'eau, l'eau sur moi aussi, mais celle qui quittait mon corps......
Depuis combien de temps je marchais ? Je ne savais plus..
Je parcourais ce paysage ou rien d'autre à perte de vue, que
l'eau et les montagnes.
Un pause et un coup de gourde s'imposait.
Un petit répit dans ma quête du camps.

Quelque chose attira mon attention...
Quelque chose d'humain semblait- t- il...
Mais ce quelque chose était plusieurs, des formes
humaines, oui , peut être, les unes à la suite des autres,
mais irréalistement, reliées entre elles par un cordon ombilical
translucide, , ajusté aux bras .., comme des pantins, ai-je
pensé une seconde....
On aurait dit des sculptures vivantes, qui passaient d'une rive
à l'autre mais éthérés....Presque métaphysique..Et..Sans toucher l'eau....
Mais où étais-je ?
Que faisais- je là avec mes hallucinations débiles !!!
Allez !! Avancer ! Oublier ces OMNI, (Objets marchants non identifiés)
Trouver le camps, marcher encore, pour ne pas crever de folie ici !

 

 

Ghislaine 53

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 12:30
Hommes araignées...   Jill Bill

Sujet semaine 25/2016 - clic

 

C 'est quelle planète... ?
H allucinations !!
O ù suis-je, moi le lilliputien
I le de géants, des Gulliver... !

S i seulement j'avais bu...mais non,
H ommes araignées, des hommes araignées
I ls tissent leur toile, leur piège,
N ul ne me croira...
E t ce soleil qui tape fort... !

 

 

jill bill 

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
18 juin 2016 6 18 /06 /juin /2016 11:00

___

Sujet semaine 25/2016

Choi + Shine - architectes - clic

 

Le mot à inclure est : HALLUCINATIONS

 

-----------------

 

L'été est à nos portes, qu'il vous soit doux.

 

Mil et une 

 

 

Published by miletune.over-blog.com - dans les sujets
commenter cet article

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos