Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 11:15

Clooney


Clooney, beau ténébreux, j'te préfère un rouquin
Et c'est plutôt pour lui que j'ai un vrai béguin
George surtout il faut pas qu't'ais la haine
Mais mon coeur j'lai donné à Horacio Caine
Promets-moi de ne pas éclater en sanglots
Mais j'ai la chair de poule pour David Caruso
Toi t'étais un médecin quand je t'ai découvert
Alors que lui tu vois, c'est plutôt un expert
Une beauté comme moi, c'est vrai y'en a qu'une
Mais tu peux te consoler en lisant Mille et Une

Enriqueta


Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 14:40

 

 Fort(e) de café


…voilà comment me rendre loony :
montre-moi ce beau Georges Clooney
je me sens tout’ chose, tout’ spoony
lorsque je vois les yeux de Clooney
certains me trouveraient trop goonie
pour attirer l’esprit de Clooney
mais ni son look, son style si fou, ni
son charme sans armes et doux de doux, ni
son sel-et-poivre si beau et tabou, dis,
me fera lâcher prise de mon Georges Clooney…

 

Joye

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 11:15

En catimini

Dans l'entrée, tu lui tiens la porte.
Vous vous asseyez presque en même temps.
Vous n'êtes que deux.
Il se fait tard ; la secrétaire est partie.
Vous allez vous parler, c'est cert
ain ; tu redoutes un peu car tu aimes que l'on te fiche la paix. Les papotages ça commence souvent comme ça par une photo sur la première page d'une revue posée sur la table basse d'une quelconque salle d'attente.
D'ailleurs tu te penches pour la prendre car elle est au dessus de la pile et ce n'est pas encore ton tour ; ce médecin a toujours du retard dans les rendez-vous.Tu te dis, tiens ce type me fait penser à quelqu'un, et au moment où tu saisis la revue, l' autre femme un tout petit peu plus jeune que toi tente de l'attraper aussi.
Tu lui dis poliment : "je vous en prie"
et elle te répond : "oh, vous êtes arrivée avant moi, vous me la donnerez quand vous l'aurez lu..."
Tu prends donc la revue.
Tu ne sais plus vraiment qui est l'homme en première page, alors tu cherches rapidement pourquoi il fait la Une de la presse hebdomadaire. Tu feuillettes en tournant les pages à la hâte. Tu te dis qu'il a du réaliser une chose très importante ... il est probablement admirable et admiré.

Tu songes ...

Et puis là tu hoches la tête et tu comprends !

Tu comprends que ton cerveau ne s' y fera jamais.
Tu comprends que l'on admire pas tous les mêmes choses, que l'éventuel vaccin contre les maladies ou l' engrais écologique, personne n'en a rien à faire et que ce que veut la majorité des gens c'est un beau type sur lequel fantasmer ; un abominable mâle mal rasé passe mieux qu'un premier de la classe au milieu de ses éprouvettes !

Tu te dis que c'est étrange les médias, la modernité.
Tu es une fois de plus apitoyée par la connerie humaine.
Tu te sens attristée de penser ça.
Tout le monde glousse pourtant sur le physique irréprochable de quelques personnalités friquées ! Il parait que c'est la culture générale.
Tu te sens particulière.
Certains te traitent de jalouse quand tu leur dis que ça ne t'intéresse pas.
Tu les traites de cons.
Finalement .... personne n'a tort, personne n'a raison !
Un drame de communication...
Un de plus.
On vit souvent en parallèle d'autrui ... C'est parfois épuisant ...

Ta voisine attend que tu reposes la revue ; elle croise et décroise ses jambes sans cesse montrant une impatience folle.
Elle semble pressée de feuilleter les pages spéciales consacrées aux vacances dorées de cet homme que tu ne reconnaissais pas à l'instant.
Quand tu lui tends enfin la revue elle te sourit en prononçant :
" Il est beau hein ? ", et tu sens le ridicule de ses paroles t'éclater au visage comme une bombe ; ça te fait mal ...
Le grotesque de la situation te fait souffrir.
En disant ces quelques mots , elle te rend complice de l'air ambiant, de l'air pourri qui mine tout et qui t'empêche de respirer.

Et là, tu te sens étouffer, tu trembles, et, pâlotte et tu lui réponds :

- Qui ? pour essayer de la décontenancer, mais rien n' y fait !

Elle s'accroche à ce cliché ; c'est flagrant et elle répond en souriant : " Bè Georges ! "

Elle se dit que tu dois avoir une sacrée fièvre pour ne pas savoir de qui elle parle, et elle te fiche enfin la paix ...

Quand le médecin t'appelle, tu te lèves, tu dis au revoir de la tête à ta compagne d'attente, tu entres dans le cabinet et tu entends, en catimini, le froissement d'une feuille de papier qu'on arrache ...

Annick SB

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 13:56

L'Homme

Le regard de biais, sombre, ténébreux,
Il arrive à vous déshabiller avec les yeux.
Attention Mesdames, devant vous se dresse
L'escroc des cœurs! Habileté et adresse
Sont ses maîtres mots, sa façon d'être, sa devise.
D'une caresse il vous fait fondre, qu'on se le dise!
Et hop, vous cédez à la céleste volupté,
Une nuit se fait magique, toute à sa volonté,
Vous êtes glaise entre ses mains graciles
Mais pour lui, tout cela est si facile.
Le matin vous laisse esseulée, en pleurs,
Pendant que lui, il s'attaque à votre sœur...
Votre âme s'est emportée, envolée, fendue,
Vous appelez, sans lui vous êtes perdue.
Hélas! Il vous a déjà reléguée au passé
Inutile de crier, vous êtes oubliée...


Askelia

 

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 21:33

Just Georges

Georges,tu sais, tu n'es avant tout qu'un homme:
-La nuit, tu ronfles...
-What else ?
-Tu sens des pieds...
-What else?
-Le matin, tu sens de la bouche...
-What else ?
-Tu pètes au lit...
-What else ?
-Il t'arrive aussi parfois d'avoir des crottes de nez...
-What else ?
-Tu es incapable de repasser une chemise...
-What else ?
-Tu n'aimes pas sortir les poubelles...
-What elses ?
-Tu roules parfois trop vite en voiture...
-What else ?
-Tu ne peux pas faire plus de deux choses à la fois...
-What else?
-Tu as du charme
-What else ?
-Tu as des rides...
-What else ?
-Tu as même des cheveux blancs...
-What else ?
-Tu as déjà pleuré...
-What else ?
-Tu n'es pas un extra-terrestre...
-Yes mais je fais craquer plus de la moitié des filles sur terre, je gagne beaucoup d'argent et m'investis dans des actions humanitaires !
-Anything else !!!

 

Nacemoi

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 21:31

Une brume légère

Le charme c'est ce qui reste
Lorsqu'on a tout enlevé.

L'idée de la jeunesse
Ou de l'âge avancé,

La manière de sourire,
De parler, de marcher,

Et comment se tenir
En toute société.

Tous les effets de style
Que l'on pourrait trouver

Et ces rêves inutiles
Qu'on s'apprête à gagner.

Alors comme la brume
Recouvre la vallée,

Surgie de nulle part
Et partout installée,

Vient cette lumière
Et ce parfum léger,

Qui du coin d'un regard
Nous fait nous retourner.

Lise

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 16:56

Soupçon


Vous ne me l’enlèverez pas de la tête. Mon Georges, il est bizarre depuis quelques temps.
Il ne veut plus se raser de frais, comme avant. Il a acheté une tondeuse spéciale pour avoir la barbe de trois jours. Et ça pique, c’est une horreur.
Certes, c’est un brun ténébreux, comme l’autre…Comment il s’appelle déjà ? Mais même la nuit, caché derrière un mur, on ne peut les confondre !
Il s’enferme plusieurs heures par jour dans la salle de bain. C’est dingue qu’il faille autant de temps pour avoir l’air d’un looser.
Un jour, en riant, pour dédramatiser je lui sors : « C’est pas parce que je m’appelle Brigitte que je porte des robes en Vichy rose ! »
Mais il n’a pas ri. Même pas souri. Les acteurs le font bien, eux, qu’il rajoute. Mais, Minou, tu n’es pas …Il a claqué la porte, ne me laissant que son parfum qui pue la cocotte.
En fouillant dans ses affaires, j’ai trouvé la photo de cet acteur.
Il serait pas devenu…comment ça s’appelle déjà ? Homotype ? Homogène ? Oh, zut, le mot m’échappe.
Il est vraiment bizarre, mon Georges, depuis quelques temps !

 

Danielle

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 12:59

Fantasmes

 

À part, peut-être, qu'on me susurre "vous les femmeus"

quand je contemple le soleil qui se couche

sur le lagon enflammé de Bora Bora,

je le confesse, et j'avoue : rien ne m'émeut plus

qu'une barbe de trois jours sur une peau bronzée…


Marie Thérèse, ma cousine, répétait souvent

qu'un baiser sans moustache est un gigot sans sel.

J'ai aimé, autrefois, un homme qui en avait

une belle. De moustache. Croyez en donc l'adage,

une moustache, hélas, trahit l'homme volage.

(Ce qui est, entre nous, sans doute un pléonasme).


Mais la barbe de trois jours c'est le rêve, l'aventure...

Indiana Jones, Casanova et Rhett Butler

Les voiliers, les déserts, la sueur, la poussière…

Et puis, à l'arrivée, l'élégance du vainqueur,

Qui garde au fond des yeux comme une nostalgie…


Au quotidien sans doute, il y a de l'entretien,

Une barbe de quatre jours n'est plus photogénique.

Il lui faut la raser, mais alors il est glabre,

et il doit se cacher. Sans doute de mauvais poil.


A moins que son coiffeur sache la lui tailler

au petit poil. J'ai aimé un coiffeur. Qui hélas

aimait un danseur. Lequel hélas aimait un coiffeur,

mais un autre. Je m'égare, et sans doute vous rase.


Tout cela pour finir par rencontrer Jean Claude !

 

Emma

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 11:58

Y a pas photo !

Nouvel endroit branché
Attire la curiosité
Une star brûlante y sévit
Un grain de folie
Souffle sur ces lieux
Squattés par ce dieu
Sombre mais très intense
Equilibré, de la fragrance
Mystérieux, un corps puissant
Forte personnalité évidemment
Riche
Très riche
Sud américain peut-être...
Parfait, sensuel de tout son être
Goût oh inoubliable...
George ! La même chose à notre table
Ben oui deux cafés expressa
Quoi d'autre n'est-ce pas !

jill bill

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
1 mai 2011 7 01 /05 /mai /2011 08:40

Emprise.


Ce qui m’a frappée au premier abord, c’est son regard. A la fois brûlant et tendre. J’ai été tout de suite subjuguée.
C’était à Paris.
Il était là, au milieu de la foule. Quand il a serré ma main, j’ai senti du feu me parcourir. Ce n’était pas quelque chose de sensuel mais de l’ordre du mystique je vous l’assure. Un ange qui vous frôle.
L’appel du divin.
J’ai pleuré. Comme on pleure de bonheur. Comme une enfant.
Ensuite ? Nous avons marché, lui et moi. Quelques pas seulement. Je n’osais plus le regarder. Sa main frôlait la mienne. J’étais en apesanteur.
Puis, tout est allé très vite. Nous nous sommes assis au Flore. Nous avons bavardé une partie de la nuit, refait le monde. Nous étions jumeaux. Nos mots se croisaient. J’ai su à ce moment là que je lui vouerai ma vie.
Georges ? Vous n’y êtes pas du tout. Il s’appelle Sartre. Jean-Paul Sartre. Et c’est l’homme le plus brillant que j’aie jamais rencontré. Il m’appelle son petit Castor. C’est charmant ne trouvez-vous pas ?


Danielle.

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net