Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2016 1 10 /10 /octobre /2016 11:43
Les mots qui enferment.   Laura Vanel-Coytte

sujet semaine 41/2016 - clic

 

Le mot peut être libérateur et même apporter du bonheur
Mais le mot peut être aussi générateur de malheur
Le mot nous lie avec les autres dans l’amour ou l’amitié
Mais ce lien dans sa forme perverse peut enfermer.
 
Le mot générateur de bonheur dit le respect et la confiance
 
Il nous donne envie de parler à l’autre, de faire sa connaissance
Le mot générateur de malheur incrimine et culpabilise
Il donne envie de fuir et enferme peu à peu dans la crise
 
Le mot heureux crée du lien, de la beauté et de l’art
Il est œuvre de paix, fait sourire à l’inconnu et au hasard
Le mot malheureux entraîne le conflit voire la guerre
Il crispe, blesse, use le corps, tue l’âme par les nerfs
 
Les mots qui enferment disent la faute et le péché originel
Ils font mal et éloignent  les proches qu’ils ensorcellent
Ils ressassent les maux des uns imputés aux autres
Ils cognent, frappent pour faire mal au cœur et à l’âme
 
 
 
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 18:53
De bric et de Broc.   Jak

sujet semaine 41/2016 - clic

 

Ce dessin de J Holcroft, allez savoir pourquoi, a été le générateur come-back d’une sorte d’image de ma  jeunesse

 

Je me suis revue dans notre chambre avec ma sœur presque jumelle chantant à vive voix :

 

« Je te tiens tu me tiens par la barbichette, le premier qui rira aura la tapette. »

 

Que de fois ne nous sommes nous pas claquées ainsi. Peut être inconsciemment pour enfin se venger sans être punie de cruauté. Je pense que j’ai d’ailleurs été plus claqueuse qu’elle !

 

Car j’aimais déjà faire la loi, et elle avait toujours le sourire qui l’habite encore.

 

Bref cette réminiscence me semble bien adaptée à l’image proposée aujourd’hui. J’y vois l’enchainement avec cette chansonnette résumant nos rapports qui perdurent à ce jour.

….

Le vol aérien qui nous sépare est trop long à franchir : notre fragilité d’octogénaires ainsi que notre frilosité (il fait si froid là haut sur les nuages, et nous avons tout le temps d’y grimper définitivement) nous empêchent de pouvoir se poser à tour de rôle sur le toit de la maison de chacune

 

Et le fil d’onde invisible qui nous relie chaque matin midi et soir, l’une débitant, l’autre avalant ce fil et vice et versa, nous donnent l’impression d’habiter sur le même palier, et ainsi nous bénéficions d’échanges merveilleux faits de bric et de broc verbaux, incluant des nouvelles sérieuses, des faits très banals , nous parlons lecture, de tels ou tels livres. Vous pouvez imaginer ce que deux vieilles badernes peuvent se raconter ! 

 

Hier, elle m’évoquait l’émission de J L Estienne ce célèbre explorateur qu’elle avait ouï sur France culture ; et une longue conversation nous a entrainées vers plus de connaissance à ce sujet.

 

Puis dans les instants suivants nous avons parlé du prix des pommes qui sont chères et pas très bonnes cette année à cause de la sécheresse printanière et la grosse chaleur avec l’absence d’hygrométrie de cet l’été – ça c’est mon paysan récolteur fournisseur qui me l’a dit-

 

Bref vous aurez compris que ce mystérieux fil qui nous relie c’est une application moderne dont je vous cacherai le nom, n’aimant pas faire de la publicité  surtout ci cela ne me rapporte même pas de quoi payer au moins les frais de ma box. Mais vous aurez bien saisi de quoi il s’agit ! 

De bric et de Broc.   Jak

En résumé l’illustrateur veut nous signaler que nous sommes enchainés, comme impuissants devant ce qui nous entoure, ce dans quoi on baigne, mais cette impuissance a du bon car nous relie tout comme dans ce flacon à pompe dessiné par l’artiste, dans lequel des personnages s’éloignent et cependant se rapprochent en restant liés dans le même bain fraternel.

De bric et de Broc.   Jak

------------

 

Jak

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 11:57
Langue de vipère.   XYZpascal

sujet semaine 41/2016 - clic

 

Parler en silence


pour ne pas se faire bâillonner


par les mots

 

 

XYZpascal

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 11:53
Rubans, ficelles et cotillons.   Almanito

sujet semaine 41/2016 - clic

 

Toute ressemblance avec des personnages ayant existé dans le passé, le présent et même le futur serait purement fortuite

 

Il était une fois, il y a trèèèès longtemps dans un pays aujourd'hui submergé par les eaux depuis l' époque du changement climatique, de petits hommes ni gentils ni méchants qui voulaient presque tous être président.
Il n'y avait qu'à voir, pour se faire une idée, l'agitation qui régnait au bar de Marcel, où chacun y allait de son avis et de ses bons conseils, surtout après le troisième ballon de rouge.
Agitation qui redoublait dès lors que l'on approchait des élections.
Chaque parti optait pour la stratégie qui lui semblait la meilleure et bénéficiait du matériel adéquat, prêté par la communauté.
Ainsi tel parti choisissait le casse-noix, appareil vicieux servant à agacer, voire déstabiliser l'adversaire en critiquant ses moindres faits et gestes, un autre ne jurait que par le fil à couper le beur, un autre encore, plus brutal, optait pour la prise en tenailles et ainsi de suite.
Piccolo 1er, lui, ne se séparait jamais d'une sorte de moulin, en tout semblable aux fameux moulins à café de nos grands-mères (d'où l'expression broyer du noir) mais qui lui, ne moulinait que des paroles.
L'engin, d'une efficacité redoutable, n'avait qu'un seul défaut: son coût de fonctionnement. Car le ruban qui en sortait, celui-là même qui emberlificotait habilement l'électeur abasourdi, rapidement prisonnier du flot continu de paroles, était à usage unique, contrairement au casse-noix, au fil à couper le beur et aux terribles tenailles, certes plus onéreux au prix d'achat mais pouvant ensuite servir indéfiniment.
Mais Piccolo 1er était irrassasiable en matière d'électeurs, il les lui fallait tous, quitte à les embarquer dans des cars pour les prendre par groupes entiers dans les filets de son éloquente logorrhée, tel un cow boy choppant au lasso Indiens réfractaires et buffles sauvages confondus sous le même noeud coulant.
Tous ces rubans hâbleurs  sifflant sans cesse sur ces cervelles insouciantes, avaient un coût, vous vous en  doutez, et Piccolo en usa tant qu'il dépassa le budget autorisé. 
En face, le clan des casse-noix, noisettes, pécans, pistaches et coques en tous genre se firent un malin plaisir de le haranguer: "coucou c'est nous les casse-cou, tu files un mauvais ruban et tu dois des sous!"... Ce à quoi, Piccolo répondait en majesté offensée: casse-noix, bouffon! Ce qui ne le grandit pas, à son grand désespoir.
Et pendant ce temps, peinards dans leur coins, les adeptes du fil à couper le beur attendaient le grand jour générateur de toutes les félicités régaliennes.

 

 

Almanito

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 09:04
Et la Lumière fut.   Margimond

sujet semaine 41/2016 - clic

 

Les abeilles avaient depuis bien longtemps disparu. Avec elles, tout aussi rapidement, la race humaine s'était éteinte. Mais, il y avait pire encore.
Le dernier survivant vint à frapper à ma porte pour me demander de l'aide.
Je n'ai voulu prendre aucun risque. Ainsi ligoté, il ne pourrait pas redémarrer le générateur à OPA*.
J'avais suffisamment perdu d'argent comme ça !


*OPA : Offre Publique d'Achat. En finance, une offre publique est une opération lancée par une société, un groupe financier ou une autre institution privée, sous forme d'une proposition faite au public de lui acheter, échanger ou vendre un certain nombre de titres d'une société. Sources Wikipedia

 

 

Margimond

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 23:31
Prendre ses mots en patience.   Jaclyno'léum

sujet semaine 41/2016 - clic

 

Maurice et Modeste, jumeaux,

 

L'un la langue bien pendue,

 

L'autre tout en retenue.

 

Maurice aime Modeste,

 

Modeste aime Maurice.

 

Normal, ils ont partagé la même matrice.

 

Mais ce que Maurice déteste,

 

Chez son alter ego,

 

Sont tous ces mots,

 

Réserve inépuisable chez son frère.

 

Normal, l'un bavard quand l'autre fait silence.

 

Maurice aimerait avoir un peu de sa science.

 

Fait un étrange rêve,

 

Se voit, tout ce savoir, enfourner,

 

Dont Modeste est entouré.

 

Tourne,  dévide la bobine,

 

Les mots, sans peine, s'enchainent.

 

Le lendemain, un mot:

 

"Salut Modeste, bonne journée. A bientôt, Maurice."

 

Je rêve encore, songe Maurice.

 

Se pince: "Aïe, je n'y comprends rien."

 

Attend que Maudest..Morice revienne.

 

Réfléchis:" Si je suis Modeste, alors qui est Maurice?

 

Une voix répond:" Moi, ton jumo, Morice."

 

  • D'abord jumo s'écrit JI-U-ÈME-E-A-U, et Morice s'écrit ÈME- A- U-ÈRE...

  • Oui, oui, je  sais; mais ça, c'était avant!

  • Comment, avant?

  • Avant que tu me piques mes maux.

  • Moi, te prendre tes mots, de quoi parles-tu?

  • Je n'arrivais pas à trouver le sommeil, cette nuit. Je me tournais, me retournais. Et ce matin, vidé de tous ces maux, me voilà Morice, et toi Maudeste. Fodra t'y faire, mon jumo.

  • Attends, tu prétends que je n'ai pas pris les bons mots.

  • Exactement, tu étais tellement pressé, que tu as ingurgité seulement les mauvais...maux. Ça va, la digestion?

  • A vrai dire, je me trouve un peu embrouillé.

 

Jaclyno'léum

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 20:07
Tirer les ficelles et les vers du nez.   Chloé

sujet semaine 41/2016 - clic

 

Un vieux banc délabré, un peu dur de la corne, dressa haut pavillon, sur les bords de l’orne quand à la nuit tombée, charolaises aux pieds, s’installa à son bord une sorte de Sherlock Holmes, du genre gratte papier. D’humeur quelque peu tatillonne, l’homme, excité comme une chips qui va se faire croquer, posa sur le branchu à présent recyclé, son auguste fessier.

« Approchez mon ami » s’exclama t-il soudain, trouvant en ce vieux banc une sorte d’exutoire pour libérer sa plume mais aussi sa pensée. « Ça c’est passé comme je vous dis, ici même ! Observez mon cher la trame de ce bois, les nœuds rabibochés qui montrent là l’essence de deux bois différents… Ne sentez vous pas là, la rémanence des lieux ?»

Le scribouillard se parlait à lui-même, s’inventant un binôme, histoire de converser. Tantôt assis, tantôt debout, il arpentait le sol, l’échine du vieux banc, mâchouillant tour à tour sa pipe et son stylo.

Le banc se fit grinçant et se mit à couiner, commençant à céder sous le poids des idées et d’une tonne de papiers.

« Articulez mon vieux, activez vos neurone, je n’entrave plus que couic »

En de grandes enjambées et d’envolées lyriques usant de métaphores, d’emphases, de rhétoriques, le détective privé générateur d’enquêtes toujours très épicées, loin de botter en touche, fouinait et prospectait, labourant de ses pieds le tissu végétal de ce pauvre feuillu déjà fort malmené.

A force de fureter et de tergiverser, de chercher la p’tite bête, de tirer les ficelles et les vers du nez de ce bois vermoulu, il finit par trouver, l’indice tant convoité.

En deux cuillères à pot l’affaire fut bouclée. L’énigme élucidée, notre gratte papier, leva donc son fessier en laissant au vieux banc, à présent tatoué de l’empreinte de ses pieds… Le fardeau d’ses idées et …une tonne de papiers.

 

 

Chloé

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 20:03
Se faire embobiner !   Pascal Levaillant

sujet semaine 41/2016 - clic

 

Maintenant tous les cinq ans
On a le droit de se faire embobiner

 

Ah! ces générateurs de boniments
Qui flattent le nombril des uns
Pendant que d'autres
Espèrent continuer leur magouille

 

Générateurs d'embrouille, oui
Personne n'est dupe
Alors soit tu replay, soit tu rewind
Moi j'en play plus

 

Beranger et Leotard
M'ont inspiré cette chansonnette

 

J'honore ainsi le talent de ces deux talentueux impertinents
Pour "Magouille blues" de Francois
et pour "Chte play plus" de Philippe

 

Réécoutez ces deux titres en urgence

 

 

Pascal Levaillant 

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 18:22
Cherchez l'intrus.   Vegas sur sarthe

sujet semaine 41/2016 - clic

 

AccrocherAdhérerAgglutinerAgraferAmarrerAnnexerAsservirAssujettirAstreindreAttelerBouclerCloreClouerContraindreEmbrasserEnchaînerEngluerEtoufferFicelerGénérateurGerberImposerLierLigoterMuselerObligerParalyserPendreRassemblerRelierRetenirScellerSoumettreVisser

 

 

Vegas sur sarthe

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
8 octobre 2016 6 08 /10 /octobre /2016 14:09
Ils vont mourir, nos mots...   Cloclo

sujet semaine 41/2016 - clic

 

Ils vont mourir, nos mots,
si nous n’y prenons garde,
ils vont mourir des bruits
assourdissants des villes,
ils vont mourir, éteints,
impuissants et serviles,
rongés jusqu’au squelette,
ils vont mourir demain
d’une absence discrète…

 

Ils vont mourir, nos mots,
des buissons sans oiseaux,
du grand vide des nids,
du départ des abeilles ;
de feu la poésie,
asphyxiée dans son l’air,
vidée de ses étoiles,
sans ses vocabulaires
et ses riches syntaxes,
livrée au virtuel,
sacrifiée à la toile…

 

Ils vont mourir, nos mots,
privés d’ espoir de lune
et du secours précieux
de nos vieux porte-plumes,
ils vont mourir, nos mots,
s’ils n’ont plus d’ oxygène,
ligotés aux poteaux
du noir béton des tours,
ils vont mourir, c’est sûr,
emmurés pour toujours,
orphelins à jamais
de leur droit à l’Amour.

 

cloclo

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net