Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 08:27

sujet 20/2020 - clic

 -----

L'art est mon radeau

Il me méduse

 

De la préhistoire au plus contemporain

Il m'intéresse et me fascine

 

Des hommes de Neandertal à Geneviève Asse[1]

Les artistes me fascinent

 

Des grottes aux plus grands musées d'Europe

Je le traque tant que je peux

 

Du rupestre au brut

Tout m'intéresse

 

D' essai en paysage

De catalogue d'exposition

Au musée de ma ville

De mon salon à Istanbul

 

L'art me happe

Je m'y plonge

Et même je

M'y noie

 

Mais lorsque mon mari

Mon amant, mon ami

Meurt, l'art me sort de moi

L'art me sauve

 

L'art est mon radeau

Il me méduse

De Géricault[2]

A Nikki de St Phalle[3]

-------

 

[1] - clic

[2] - clic

[3] - clic

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

16 mai 2020 6 16 /05 /mai /2020 14:10

sujet 20/2020 - clic

-----

 

Ô m'an on s'ennuie ici, le soir... !

 

Tu as rangé ton radeau Thonolon... ?

 

Oui man ! Rien pris, et j'ai faim !

 

En attendant Olaf et soupe de renne ce soir, dessine un peu...

 

Mais j'ai pas de grande feuille de Gunnera manicata !

 

Tu as mieux, les parois de la grotte...

Boue, sang des sacrifiés, suie, braise

Et voilà tes peintures !

 

Boooof m'an !

 

Et avec un bois de renne !? Mais non tu as tes menottes !

Allume le flambeau, tu y verra mieux...

 

Pour l'heure dans notre ère

On vit comme ça

Demain qui sait... l'évolution des hommes...

De la roue au vélo électrique... !

Une belle maison, de vrais meubles, de vrai tableaux

Une vraie cuisine... des thermes... ! ?

 

Si tu l'dis m'an !

 

Et si on quitte la grotte on y laissera une trace de notre passage...

 

Avec ardeur avec entrain

Le travail a la main prit fin... sans bavure !

 

Thonolon, mon petit, quel talent, tu es brillant... pour 3000 lunes d'âge !

 

Faudra que le clan voisin vienne le voir

Leur fils Miro est trop, trop, moderne !!!

 

Et si on s'unissait Miro et moi hein m'an... !?

 

Belle idée, il devrait en restait quelque chose...

 

Du Mirothonolon...ça sonne bien !

 

 

Le blog de jill bill

16 mai 2020 6 16 /05 /mai /2020 11:00

source image - clic et clic

-----

 

Le mot à insérer facultativement est : RADEAU

 

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse :

 les40voleurs(at)laposte.net

 

Mode de fonctionnement du blog : clic

 

---------

 

Bonne semaine,

 

 

Mil et une

15 mai 2020 5 15 /05 /mai /2020 17:32

sujet 19/2020 - clic 

-----

 

- Mais oui, je vous dis qu’elle est à moi !

- Vous voyez bien chère Eugénie que votre pied n’y entre pas !

- Mais si voyons, forcez un peu aussi.

- Je ne peux pas à moins de la déformer.

- Pfutttt, sornettes. Jamais vous ne la déformerez puisque je vous dis qu’elle est à moi

- Enfin, soyez raisonnable Madame, rien n’y fait, ça ne rentre pas !

- Vous êtes un incompétent. Laissez-moi faire.

- Vous ne pourrez y parvenir mieux que moi, je vous dis.

- Mais si, mais si ! Vous verrez.

 

Et la belle Eugénie de s’acharner à faire entrer son pied dans une pantoufle pas du tout à sa taille.

Il lui eût fallut au moins trois pointures de plus. Son pied droit anormalement long s’y glissait jusqu’au talon qui restait au dehors.

 

- Eh bien maintenant essayez de faire entrer le pied gauche dans l’autre chaussure.

- Voyez, elles me vont parfaitement ! Vous n’y connaissez rien manant !

- Si c’est cela, essayez de marcher puis de danser et enfin de courir.

- Pourquoi voulez-vous que je fasse ce que vous dites ? Voyez comme elles sont ajustées à mes pieds.

- Ah, ça ! Pour être ajustées !!! Plutôt trop justes. N’est pas Cendrillon qui veut Mademoiselle Eugénie.

- Euh ! C’est moi Cendrillon dit la servante qui suivait la scène en souriant dans ses moustaches.

- Et moi je suis l’impératrice de France ? Ah ben oui, c’est moi !!!

- Donc je peux être Cendrillon.

- Si ça vous dit ! Qu’en ai-je à faire ?

- Bon alors je veux essayer ces souliers.

- Pourquoi pas, répond le garçon euphorique.

- ……………

- Bon, ben ce ne sont pas les vôtres non plus.

- Tant pis, je continuerai à laver, brosser, repasser. Foutus conte de fées qui nous font prendre les vessies pour des lanternes !

 

 

L'Entille

14 mai 2020 4 14 /05 /mai /2020 17:00

sujet 19/2020 - clic 

-----

 

Ah que voilà un joli petit tableau qui nous ramène aux temps d’ « avant »…

Où l’on pouvait encore parler d’amour, de flirt et de coquetterie. Sans oublier ce vieux démon, la jalousie.

Watteaux, ou Marivaux ? On est déjà un peu plus loin quand même, au 19ème siècle…une pénombre sociale me semble poindre dans le coin du tableau, à gauche. Alors que la lumière inonde la coquette, avec son linge propre, son sourire éclatant et ses belles manières…

Extrapolons !

Et c’est bien la richesse des ces tableaux figuratifs, ou réalistes, où l’on retrouve des visages expressifs, des maisons, des objets, des paysages familiers.

On peut y lire aussi des drames, des interrogations qui nous touchent encore…

 Plus près de nous, je pense aux peintures d’Edward Hopper, l’Américain, chez qui l’on peut toujours imaginer, à son gré, des bribes de dialogues ou d’interrogations muettes des personnages… s’imaginer leur vie, qui ils sont, où se passe la scène, dans quelles circonstances etc. chacun peut à loisir apporter son regard, même en se trompant...

Mais revenons à Mrs Haynes et à son tableau.

- il y a d’abord, en pleine lumière, l’assurance conquérante de Clémentine, le personnage central. Elle n’a pas l’air d’être aux fourneaux, trop propre sur elle. Une parente de Léontine, l’autre personnage féminin ? Sa cousine sa sœur, pourquoi pas ?

Moi, j’opterai plutôt pour une soubrette plus favorisée,  la femme de chambre de Madame… Et pourquoi pas la propre fille des patrons venue faire un tour dans les communs.

- il y a ensuite ce gros balourd d’Antoine avec ses godillots terreux... il a l’air tout gêné que cette Célimène puis se s’adresser à lui.

- il a enfin cette pauvre Léontine, tout près de la fenêtre, au coin de sa cuisine. Elle l’aimait bien l’Antoine, elle espérait qu’un jour… voilà t- y pas que ce benêt d’Antoine a l’air tout subjugué des airs de cette Célimène.

 

Essayons nous à quelques bribes de dialogues ou d’apartés muets.

 

Clémentine : Alors,  Monsieur Antoine ! Je vous ai vu l’autre soir, vous regardiez vers ma fenêtre à  l’heure du coucher… vous vous êtes enfui, quel dommage ! Vous aviez envie de me voir de plus près, eh bien, qu’avez-vous à me dire ?

 

Antoine : Non...rien... mais… heu…c'est-à-dire… j’avais perdu…enfin…je veux dire… etc.

 

Léontine : ah le goujat, le mufle, ce « cher Môssieur Antoine » ! Il va rôder sous les fenêtres de cette mijaurée qui se moque de lui… il m’avait pourtant dit…

Je me demande si j’aurais pas mieux fait de rester à la ferme, au moins avec Firmin….

 

On pourrait encore broder…

 

 

Ilonat

11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 18:13

sujet 19/2020 - clic 

-----

 

Charlotte, dans son for intérieur : (Surtout, faites comme si j'étais pas là)

 

Clémence , les mains sur la tête car elle a lu dans Modes&Travaux que ça faisait ressortir les seins … (est-ce qu'il les remarque au moins?)

Antoine rompant le silence (il faut bien rompre quelque chose) : »T 'as d'beaux yeux tu sais »

Clémence, déçue : (Et mes seins, c'est du poulet ?)

 

Charlotte, toujours dans son for intérieur : (Ça c'est de la réplique mon gars. J'sais pas si c'est à ton stage de menuiserie qu'on apprend ça mais la Clémence elle va kiffer grave)

Clémence, elle aussi dans son for intérieur : (Elle va faire le pied de grue encore longtemps la frangine ? J'aime pas les plans à trois)

 

Charlotte, toujours muette : (A sa place j'aurais fait le ménage dans la carrée et puis j'aurais mis ma robe du dimanche)

Clémence , toujours les mains sur la tête : (ce qu'il faut pas faire pour paraître un petit 70 B)

 

Antoine, en pleine réflexion : (ça tombe bien, j'aime pas les gros seins … enfin c'est plutôt les gros seins qui tombent bien alors que les petits ça tombe pas, c'est pour ça que ça tombe bien)

 

Charlotte, résolument muette : (Moi je lui aurais apporté des fleurs, c'est présentable même si c'est périssable … ou alors des Doubitchou, c'est fin, ça s'mange sans faim)

 

Antoine : »Clémence, tu es trop bien pour moi comme dit mon cousin Joël mais je ... »

 

Charlotte ouvrant enfin la bouche : »Vous aimez Brel, n'est-ce pas Antoine ? »

Antoine, dubitatif : « J'ai un pote au stage de menuiserie qui s'appelle Brelle mais ça doit pas être de sa famille, ça va pas t'intéresser ... »

Charlotte, de nouveau muette : (Non ça va pas l'intéresser ! Encore un qui pue des pieds, qui connaît rien aux femmes et qu'a jamais trouvé un point G ! Qu'est-ce qu'on fout dans ce tableau ?)

Antoine, ragaillardi : »Et vous Clémence, vous aimez quoi ? »

Clémence, rougissante à force de lever les bras : «Oh j'aime Modes&Travaux, les cerises à l'eau de vie, l'odeur du foin au petit matin et ... »

Haynes King, excédé : «Arrêtez de bouger, bon sang ! Je vous paie pour prendre la pose, non ? »

 

 

Le blog de Vegas sur sarthe

11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 11:28

sujet 19/2020 - clic 

-----

 

Bof, qu’est-ce qu’elle lui trouve encore à cet hurluberlu ? Vous avez vu sa dégaine ? Pantalon côtelé fripé des plus vulgaires, veste étriquée qu’on croirait qu’il l’a empruntée à sa petite sœur, grolles improbables, foulard aux couleurs hurlantes. Et pour couronner le tout, attitude béate et bêtasse envers l’objet actuel de son désir.

Mais qu’est-ce qu’elle a de mieux que moi ma sœur ? Juste un tout petit peu mieux habillée, et encore, une apparente décontraction et un sourire qui feint la conquête définitive et l’absence absolue de doute. Je la connais,  c’est une intrigante, hier, c’était le fils du notaire, avant-hier celui de l’avocat, il lui faut des pointures, à celle-ci, peu importe les qualités morales ou le physique. Le fric, le fric, voilà ce qui l’attire, l’argent et rien d’autre.

Et cette façon de poser ses mains sur sa tête ! En voilà une attitude, ça se veut grande bourgeoise et ça adopte des postures de servante ! Et lui, comme un benêt, il écoute toutes ses balivernes et reste béat devant ses minauderies de vulgaire aguicheuse. J’ai bien vu qu’elle avait volé mes boucles ce matin dans la coiffeuse, j’ai rien dit mais la prochaine fois, je les enfermerai à clé, ça lui apprendra à se servir de MON matériel pour attirer  tous les bobos du coin.

Cultivé, lui ? Mon œil, oui, riche sans doute, mais pas de son savoir, ni de ses facultés intellectuelles ! Voilà cinq ans qu’il essaie de se caser, et il fait chou blanc à tous les coups. Je ne sais ce qu’en pense notre mère, mais j’imagine qu’elle ne voit pas ça d’un bon œil ni le fait qu’il entre un jour dans notre famille ! Bon, je retourne à mes occupations avant de faire une crise cardiaque devant cet affligeant spectacle, laissons-les badiner, marivauder à souhait et prions le ciel pour que cette aventure se termine au plus vite.

Si je lui disais qu’il a déjà tenté le coup avec moi le mois dernier, je pense qu’elle aussi frôlerait la crise. C’est ma sœur aînée, pour cela, je lui dois encore quelques égards. Mais il y a des limites, tout de même !

 

Le blog de Cloclo

11 mai 2020 1 11 /05 /mai /2020 11:20

sujet 19/2020 - clic 

-----
 
 
C'est le déconfinement, enfin !
Pas le temps de s'habiller, faire un tour chez le coiffeur, se préparer des gestes barrières à la hauteur, bref de se présenter dans son plus bel atour.
Juste se retrouver, se tenir la main, s'embrasser, se toucher, comme avant, quoi !
Paul monte les étages quatre à quatre et retrouve l'appartement des deux sœurs. Il se perd dans le regard azuré de Léa qui lui a tant manqué durant ces deux mois où il a vécu seul.
- Viens, lui dit-elle en l'entraînant vers sa chambre, rattrapons vite le temps perdu.
La porte se referme en claquant et la clé fait un tour bruyant dans la serrure pendant que Cloé assise devant la fenêtre réfléchit: comment rattraper tout ce temps perdu.
Cloé a beaucoup appris du confinement en autre qu'elle doit désormais consommer local.
Alors pourquoi ne pas commencer par l'épicier en bas de l'immeuble.

 

 

Le blog de Margimond

10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 15:46

sujet 19/2020 - clic 

-----

 

Ces années-là

Je plaisais pour la première fois

Et j'avoue que j'aimais ça

Quelle euphorie ces années-là

Ces années -là

 

Ma poitrine poussait à peine

Le reste était encore de l'enfance

Je flirtais pour la première fois

Et j'avoue que j'aimais ça


Déjà, j'entamais une collection

Comme mon père les papillons

Et je jouais avec leur jalousie

Quelle euphorie ces années-là


Attraper dans ses filets

Jouer avec sa proie

Et une fois qu'elle bien à toi

La relâcher alors qu'elle pleure

 

J'ai découvert mon corps

Celui qui attirait et repoussait

Quelle euphorie de se savoir belle

Ces années-là

 

Si je faisais du mal

C'est parce que j'avais souffert

D'un manque de confiance

Ces années-là

 

 

[1] clic

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 15:36

sujet 19/2020 - clic 

-----

 

Kaynes King a peint ce tableau.

La scène ne se déroule pas dans un château,

Mais dans une dépendance, presque une masure ;

Indéterminées sont ses mesures.

La petite fenêtre donne une clarté,

Qui illumine le sourire et le doigté,

Des deux mains posées sur sa tête,

Un sourire de fête.

Devant cette fée joyeuse

Que l’on devine très heureuse,

Un beau jeune homme

Sans doute pas du même monde,

Lui fait la cour,

Droit dans les yeux, sans aucun détour.

 

Galant et Princesse face à face

Cherchant à éviter de laisser des traces.

La fille est dans l’euphorie de cette rencontre

Elle jouit de la situation et n’a rien contre.

Il ne lui manque que la parole,

Complet serait son rôle.

Sur la gauche de l’œuvre

Qui illumine deux cœurs,

Une fille pensive, appuyée sur la commode,

Position incommode.

Pas un mot,

C’est un peu tôt.

 

Elle est témoin d’une scène imprévue,

Et veut éviter toute bévue.

Rencontre de deux amoureux

Qu’elle sent très heureux,

Dans sa petite demeure,

Loin de toute rumeur.

Si sa maitresse la savait, 

Pour elle, se serait mauvais.

Elle, l’amie du châtelain,

N’aurait plus droit à ses petits câlins.

Elle perdrait tous ces avantages,

Et sans doute une part d’héritage.

 

 

Le blog de Chatondaniel

10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 12:46

sujet 19/2020 - clic 

-----

 

Oh, voilà une scène digne d’un quiproquo,

Deux sœurs pour un même galant,

Voilà qui est drôle,

Mais que fait Léontine ?

Voilà qu’elle lève les bras au ciel d’euphorie,

Qu’a dû dire Bernardin pour qu’elle soit aussi gaie ?

Peut-être lui a-t-il conté comptine,

Alphonsine se tient debout derrière Bernardin,

Elle est effacée et n’attend plus rien de la vie,

Elle a l’impression que Léontine a pris tout son espace vital,

Elle qui aime Bernardin mais qui n’a jamais osé lui avouer son amour pour lui,

Alphonsine sait que jamais Bernardin ne la regardera,

Jamais il ne viendra lui conter fleurette,

Et ça la rend triste.

Léontine et Bernardin, quant à eux, sont aux anges,

Et s’amusent comme des petits fous,

Comme si Alphonsine n’était pas dans la pièce,

Ces deux-là sont fait pour s’entendre,

Léontine contrairement à sa sœur s’extériorise beaucoup,

N’hésite pas à rire tout haut, fais des gestes tendres à l’attention de Bernardin,

Et lui fait comprendre qu’il lui plaît.

Alphonsine est effondrée, Bernardin vient de faire sa demande en mariage à Léontine,

C’est pour cela qu’elle lève ses deux bras au ciel,

Comme pour le remercier de cet instant magique,

Et Alphonsine est pétrifiée, et surtout jalouse de cette sœur,

Qui lui prend son amour, pour toujours.

 

 

Tarval

10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 07:14

sujet 19/2020 - clic 

----

 

Antonin est de passage au village de Chénousi  où habitent Lénora et Tyana. Lénora qui ne lui est pas indifférente du tout, l’invite à entrer dans leur logis. En bonne maîtresse de maison, elle s’active à préparer un excellent repas.

Pendant ce temps, sa sœur Tyana est bien assise toute proche face à lui et là, c’est l’EUPHORIE. Sa tenue pas très recommandable exaspère sa sœur ; je crois même qu’elle en est jalouse.

Tout à coup, Lénora explose et interpelle Antonin :

Cela ne te fait rien que Tyana me laisse tout préparer toute seule ? Tu ne pourrais pas lui dire de venir m’aider un peu ?

Mais qu’est-ce que tu penses, Lénora laisse-moi flirter un peu avec ta sœur, elle est si amusante. Elle et toi, c’est tout à fait différent, tu le sais bien. Toute jeunette encore, elle a bien d’autres chiens à fouetter avant de prendre mari. Laisse-moi faire connaissance avec ma future petite belle-sœur et puis, viens donc t’asseoir avec nous un peu ; rien ne presse pour le repas. Je vous aime toutes les deux à différents degrés et, que cela soit bien clair entre nous. Sois donc plus tolérante, fraternisons pendant que le moment s’y prête.

N.B. : C’était avant, bien avant la Covid-19, cependant …

 

Le blog de Colette

10 mai 2020 7 10 /05 /mai /2020 07:06

sujet 19/2020 - clic 

-----

 

Mais que fait-elle Perette

au coin de la fenêtre

à regarder sa maîtresse

séduire avec tant de talent son voisin

Comme elle a l'air songeuse

songeuse, intriguée et curieuse …

 

Mais comment s'y prend-elle, la bougresse

pour conquérir tous ses galants

En un rien de temps, regardez

il est tombé sous le charme

bientôt, il sera à ses pieds

Il la regarde avec cette flamme

brillant dans ses yeux comme tisons

il approche peu à peu sa chaise

jusqu'à toucher ses cotillons

Elle, avec son sourire incendiaire

et ses bras ronds largement ouverts

elle s'offre avec abandon

Elle l'aguiche, elle l'attire, elle le veut

elle mesure son degré de séduction

Mais jusqu'où le laissera-t-elle faire ?

 

Perette voudrait connaître ce sésame

qui ouvre les cœurs des hommes et les enflamme

jusqu'à passer la bague au doigt à une dame

Mais elle, elle ne sait pas faire

elle est timide, elle n'ose pas

Pourtant au bal, il y aura Pierre

pour qui , si fort, son cœur bat

Comment faire pour qu'il la regarde

pour qu'il n'ait d'yeux que pour elle

qu'il réponde à son silencieux appel

C'est dit, elle fera comme sa maîtresse

ou du moins ... elle essayera

de lever au-dessus de sa tête ses bras ronds

de rire avec abandon,

Elle mettra ses plus beaux cotillons

enlèvera sa coiffe de coton

dénouera ses cheveux,

les bouclera en anglaises,

les enrubannera

un petit peu se maquillera

pour faire briller ses yeux, rosir ses joues

le séduire et lui plaire !

dans le miroir, elle se trouvera belle

Mais Pierre, lui, est-ce qu'il la regardera ?

À danser, est-ce-qu'enfin il l'invitera ?

Ça, c'est une autre affaire !!!

 

 

Lecrilibriste

9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 12:41

sujet 19/2020 - clic 

-----

 

Deux soeurs

Une Cendrillon, une coquette,

Un voisin paysan, beau gosse

Charmeur

Lui compte fleurette

Sans titre, ni carrosse...

 

La Louison s'en amuse, joueuse,

Délaissant sur la table son ouvrage,

La Lisette se tait

Observe la scène dans son coin...

L'aînée aime en secret Marcelin

Mais

Il n'a d'yeux que pour le corsage

De sa cadette, ensorceleuse...

 

Qu'a t-il à lui offrir

Que des jours de simple paysanne...

Qu'a t-il à lui offrir,

Lisette se contenterait de son amour et de son âne...

 

Elle se voit rapiécer sa veste de velours

Lui faire la soupe et le pain brunâtre,

Lui a fendre le bois pour l'âtre

Et tuer le cochon dans la cour...

 

D'un accident imbécile

Le père est mort de la fièvre

Plus d'autorité paternelle

Abuse Louison la rebelle

Pendant que la mère vend deux ou trois lièvres

A la ville...

 

Louison s'en amuse, douce euphorie...

Le riche fils de la grand terre

Le laid Clotaire

Elle mettra un jour dans son lit...

 

Marcellin...

Voulez-vous une part de fouace tiède... ? Oui, non...

Mais il ne répond rien

A trop s'user le regard sur la chaude Louison...

 

 

Le blog de jill bill

9 mai 2020 6 09 /05 /mai /2020 11:00

Haynes King - clic et clic

 

Le mot à insérer facultativement est : EUPHORIE

 

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse :

 les40voleurs(at)laposte.net

 

Mode de fonctionnement du blog : clic

 

---------

 

Bonne semaine,

 

 

Mil et une

8 mai 2020 5 08 /05 /mai /2020 11:33

sujet 18/2020 - clic

-----

 

C’est une image belle et terrible à la foi

Une chaîne d’amour aux maillons confinés…

Réduits à presque rien

Rétrécis à l’extrême

Ils inventent quand même

Cette espérance folle.

Unis…mais séparés

Lendemains suspendus…

Utopie virtuelle et par écrans interposée…

Mais je vous le concède, à

Voir tous ces visages

Irradiant de tendresse et

Tendus vers les autres

Alors, on peut encore rêver

Et espérer  des promesses de Mai

 

 

llonat

6 mai 2020 3 06 /05 /mai /2020 11:07

sujet 18/2020 - clic

-----

 

Que de monde derrières ces écrans,

Seuls et tous différents,

Mais qu’attendons-nous ?

Nous aimerions aller partout,

Mais attention, confinement,

Dur, dur vraiment,

Comment sera le lendemain

Pas comme avant je le crains,

Certains risquent de perdre leur emploi,

Et il leur restera quoi ?

Car le virus s’attaque aussi à l’économie du pays,

Il est sur tous les fronts, et avec lui l’ennui

Quand on aimerait pouvoir aller travailler

Il faudra refaire nos curriculum vitae,

Apprendre à vivre de manière différente,

Et maîtriser les gestes barrières,

Si l’on veut que la société perdure,

Et combattre notre vraie nature,

Pour pouvoir sortir de cette crise.

 

 

Tarval

5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 17:38

sujet 18/2020 - clic

----- 

 

Ce matin le soleil éclabousse le ciel. De ma fenêtre je scrute la rue, les immeubles autour de moi. C’est étrange ce silence. C’est une perception du monde apocalyptique. Oui, ça pourrait être comme ça un monde sans humain pour perturber la vie de l’univers. Des oiseaux picorent au milieu de la chaussée. Les voitures sont bien sagement rangées le long du trottoir. Quelques êtres masqués sortent presque en catimini de leur antre de crainte de devoir montrer  et curriculum vitae. Ils se dépêchent vers quelque part qui les appelle ou bien avec un chien qui lève la patte sans vergogne sur les roues stoïques.

Les fleurs explosent dans le parc au cœur des parterres envahis d’herbes anarchiques. Leurs corolles colorées et scintillantes invitent à la joie champêtre d’une promenade bucolique. Les arbres entament leur mutation. Le vert tendre de leur feuillage naissant me met le cœur au bord de l’émotion d’une naissance à laquelle j’assiste sans y participer.

Malheureusement les grilles sont fermées, seuls quelques chats, des moineaux, tourterelles et autres pigeons en profitent allègrement.

Malgré l’appel de la nature dans ses plus attrayants atours, les fenêtres restent fermées sur des intimités confinées.

Mais ce soir, 20h pétante, elles s’ouvriront, feront du bruit pour se sentir encore vivantes, s’interpelleront, s’amuseront sur un air de tambour ou du djembé. Peut-être l’une d’elles laissera entendre un air de violon ou de piano, voire d’accordéon. Et chaque fenêtre applaudira le cœur en liesse avant de se refermer jusqu’à demain…

 

 

 

 L'Entille

5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 14:30

sujet 18/2020 - clic

-----

 

Un caléidoscope du personnel médical

Non chacun dans son hôpital,

Mais dans sa vie familiale,

Pleine de tendresse, sans aucun cérémonial.

Leur vie de père et mère,

Partageant avec leurs enfants des moments parfois amers.

Avec leur travail il fallait partager

Car ils s’étaient, dans la santé, engagés.

 

C’était leur vie avant le mois de mars,

Vie de famille comparse ;

On riait, on partageait les repas,

Autour de la table, sans panier-repas.

Se faisant embaucher dans la santé

Après avoir fourni leur curriculum vitae,

Ils s’engageaient au service des malades,

Sans aucune bousculade.

 

Le virus venu de Chine,

A pesé sur leur échine.

Plus le temps de s’arrêter ;

Régnait dans les couloirs une certaine anxiété ;

Le manque de matériel,

De nouveaux malades catégoriels,

Qu’il fallait isoler,

Sans s’affoler.

Caléidoscope de gens simples dans leur vie,

Engagés au service de leur pays.

Ils sont devenus des héros,

Sans vouloir jouer aux pierrots,

Applaudis chaque soir dans les quartiers,

Des gestes d’amitié

Pour leur dévouement,

Qui dure depuis si longtemps.

Concerts de casseroles,

Chacun jouant son rôle.

Cagnottes pour acheter des masques et blouses

Verts comme les pelouses.

Des artistes chantent pour eux

Le soir, comme un adieu,

Leur offrant leurs droits d’auteur

Pour un peu de bonheur.

 

Le temps passe vite,

Comme une banale pharyngite ;

Que deviendront ces héros et héroïnes ?

De simples personnages d’ Halloween,

Qu’on oubliera aussi rapidement,

Que le dé-confinement ?

Tout rentrera dans l’ordre,

Pour eux, pas mal de désordre.

 

 

Le blog de Chatondaniel

5 mai 2020 2 05 /05 /mai /2020 10:32

sujet 18/2020 - clic

-----

 

Patchwork de tendresse

pour oublier cette detresse

à tourner en rond comme un lion

dans une cage enfermé

soudain privé de liberté

Chaînon qui emplit les ondes

pour bercer une fin du monde

musiciens et chantres isolés

se retrouvant au pied levé

chacun dans son appartement

pour évoquer quelques secondes

la tendresse comme une fronde

pour faire la guerre à ce virus

Et ce regain d'humanité

cet élan de douceur partagé

noyant egos multipliés

en un seul fond d'écran

pour se décloîtrer en chantant

et faire le tour du monde

avec un seul et même couplet ...

Comme ils se sont fait plaisir

comme ils nous ont fait plaisir

touchant ces valeurs incontestées

de partage et de solidarité

 

 

Le blog de Lecrilibriste

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos