Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 11:48
Enigmatique chapeau.   XYZpascal

sujet semaine 28/2016 - clic

 

Faisons en sorte qu'un chapeau ne soit plus une énigme
et tel le petit Prince,
puissions nous toujours voir
le boa qui a avalé un éléphant

 

 

XYZpascal

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
10 juillet 2016 7 10 /07 /juillet /2016 11:48
Les Berne.   Almonito

sujet semaine 28/2016 - clic

 

Longtemps ils avaient cru que la tante Bernadette ne mourrait jamais, tant elle semblait immuable dans les impers beiges et les chaussures plates qu'elle affectionnait. En quarante ans, jamais elle ne changea d'allure, gardant cette silhouette allongée et plate comme un jour sans pain, tout juste quelques fils blancs apparurent- Ils dans son chignon strict vers la soixantaine. Faut faire pratique, la fantaisie n'a pas lieu d'être en ce bas monde, soupirait-elle comme un reproche en regardant Jeanne, sa soeur, qui elle, en avait à revendre.
Elle avait épousé un Bernard, aussi drôle que les barreaux d'une prison, si bien qu'entre eux, les autres membres de la famille les appelait "les Berne", et qu'à leur approche, neveux et nièces baissaient les drapeaux de leurs fanfaronnades et de leurs jeux parfaitement "ineptes et superflus" en s' empressant d'arborer la mine consternée de ceux qui portent toutes les plaies du monde sur leurs épaules.
Durant les longues heures de chaleur de l'après-midi, alors que chacun se laissait bercer dans la douce torpeur de l'été, Bernadette s'abîmait dans le ravaudage minutieux d'une pile inépuisable de vêtements appartenant à ses filles. Tu ne vas pas nous dire que tu as laissé tes enfants porter des nippes déchirées et sans bouton tout l'hiver?! S'exclamaient ses soeurs. Qu'importe, répondait-elle, l'essentiel n'est-il pas d'avoir une jolie petite âme plutôt qu'une rangée de boutons cousus droits?
Car en effet, elle s'appliquait à ne jamais recoudre bien droit ou à ne pas disposer les boutons en face des boutonnières, dans le but de ne pas ancrer le vilain défaut de la coquetterie dans le cerveau forcément pervers de ses gamines.
La télévision, ainsi que la radio, jugées sources de propagande communiste, voire trotskiste, de même que les chansons de variété abêtissantes, étaient bannies de la vie de leurs enfants que l'on ne laissait jamais seules à la maison, de crainte qu'elles ne tournent le bouton fatal. Et si l'on n'avait pu éviter une courte absence, l'oncle Berne ne manquait pas à son retour de passer la main au dos des appareils diaboliques pour en vérifier la température.
La famille entière était donc soumise, durant les 15 longs jours de leur séjour annuel à la maison, à ce régime qui tenait de la dictature intellectuelle. Certains repas se passaient en latin, durant lesquels Louise comme les autres restait muette, le nez dans son assiette afin d'éviter les foudres de l'oncle contre Hugo et Jeanne dont aucun des enfants ne faisaient de latin.
Que la tante Bernadette, qui en tant que marraine, "en plus", ne lui avait jamais rien offert d'autre qu'un livre de messe et des images pieuses, fut la soeur de Jeanne sa maman, restait une énigme pour Louise. "Mais elle était comment, quand elle était une enfant, la tante Berne?" demanda t-elle, perplexe, un jour. Jeanne avait réfléchi un instant, interrogé ses autres soeurs du regard et la conclusion fut unanime: Bernadette n'avait jamais été une enfant.

 

Des années plus tard, la famille était réunie autour du cercueil de la tante, définitivement en berne. Toujours aussi longue, les mains jointes autour d'un chapelet, mais..... Louise réajusta ses lunettes de dame vieillissante en se penchant légèrement sur le visage de la défunte. Le rouge de ses lèvres et le rose des pommettes déposé sans compter par un croque-mort généreux lui arracha un sourire malicieux: "mais c'est qu'elle nous aurait fait une jolie fille de joie, savez-vous..."

 

 

Almanito

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 16:15
Le jardinier.   Jamadrou

sujet semaine 28/2016 - clic

 
Le jardinier est-il fêlé

Comme les coquilles d’escargot

Qu’il a collées sur la mousse du vieux pommier ?

Le jardinier.   JamadrouLe jardinier.   Jamadrou

Le jardinier cultive-t-il les souvenirs

Pour apprécier l’avenir ?

Le jardinier.   Jamadrou

Le jardinier a-t-il planté dans le verger l’énigme de la vie ?

Le jardinier.   Jamadrou

Le jardinier a l’air de prendre le temps comme il vient

Il croit qu’il croît encore bien arrosé par la tendresse de ses petits 

D'ailleurs où est-il le jardinier ?

Encore dans son hamac à raconter à son petit prince

Pourquoi les roses ont des épines

Et pourquoi les coccinelles sont rouges…

Le jardinier.   Jamadrou
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 13:05
Leçon d'humilité...   Jill Bill

sujet semaine 28/2016 - clic

 

Et toi ?
Me dit Antoine...
Et moi
Antoine... ?
Oh si que je m'en souviens
Et même bien
De mon enfance
Abondance
De bêtises
Que rien ne tétanise
Pas toujours exemplaire
Pas vrai le vicaire
Ces choses qu'on vous confesse
Et qu'on oublie en diablesse
Une fois pardonnées
Prête à recommencer...

Adulte ma foi
Ne reste t-il pas
Au fond de notre personne
De ces traits de luron, luronne...
L'humain est imparfait
Tel est son portrait
En simple citoyen
Ou en politicien
Tous nous sommes blâmables
Parfois imbuvables...
Ah la paille dans l'oeil du voisin
La poutre dans le sien
Que ne voient plus
Les imbus...
Une énigme l'homme reste
Dans ces faits et gestes...
Courte est sa mémoire
Au fil de l'Histoire !



jill bill

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
9 juillet 2016 6 09 /07 /juillet /2016 11:00

---

Sujet semaine 28/2016

Image Mil et une 

 

Le mot à inclure est : ENIGME

 

 

-----------------

 

 

Bonne semaine !

 

Mil et une

Published by miletune.over-blog.com - dans les sujets
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 10:56
Siamoises.   Jeanne Fadosi

Sujet semaine 27/2016 - clic


Que leur était-il passé par la tête ?
Deux amies qui s'étaient juré de ne pas être séparées ?
Gage imbécile d'un jeu perdu ? Harcèlement de farceurs innocemment méchants ?
Je me souviens de ces deux adolescentes, assises penaudes dans la salle d'attente. Elles attendaient d'être reçues par le censeur. J'attendais moi aussi. D'être reçue par le proviseur. Pour de toutes autres raisons et je découvrais un autre monde.
J'étais entrée en même temps qu'elles dans le bâtiment administratif de cette gigantesque cité scolaire, moi le ventre déjà noué par l'écrasement de cette architecture où j'allais venir travailler, elles, riant et clopinant bravement avant la sanction, les lacets de la tennis droite de l'une liés à la tennis gauche de l'autre. C'était il y a presque trente ans, c'était hier en somme. Une autre époque, aux différences abyssales.
Je n'ai pas supporté d'y travailler. Non pour ce que j'y faisais qui y était plutôt valorisant, mais pour la manière dont ce monde minéral y traitait les humains, en dépit de l'humanité des équipes d'adultes qui faisaient de leur mieux.
Depuis, ce vaisseau vétuste avant l'âge a été démoli, repensé en plusieurs établissements reconstruits un peu plus loin, sur d'autres parcelles. Je ne sais si l'humanité y est revenue. Le monde tel qu'il est devenu me laisse en douter.

 

 

Jeanne Fadosi

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
6 juillet 2016 3 06 /07 /juillet /2016 21:06
Le jeu des mimes.   Lady Marianne

Sujet semaine 27/2016 - clic

 

Raymond et Huguette jouent aux  devinettes-
Ils doivent mimer des situations-
Un mari jaloux ?
Non !
Une femme qui a peur de se perdre ?
Non
Une femme trop collante répond Raymond !
Devant Monsieur le maire on nous a dit de nous
prêter assistance renchérit Huguette !
ha oui, mais j'ai encore mes deux jambes !
Il existe des canes en cas de problème-
Ha un fétichiste !
Oui c'est son objet fétiche à cet homme !
Il ne veut pas s'en séparer ça lui porte bonheur-
Un obsédé oui !!
Mais non, c'est le fil du téléphone !!
Ha oui et la prise elle est où ?
Arrête Huguette !!
sinon à toi je t'enlève les piles !!
tu n'es pas sur secteur !
 
 
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 12:00
Se mettre un fil à la patte.   Laura Vanel-Coytte

Sujet semaine 27/2016 - clic

 

Ce n'est pas mon expression fétiche
 
Pour évoquer les liens qui m'unissent
 
A mon mari et plus généralement le mariage.
 
On parle même de "se mettre la corde au cou"
 
Qui est franchement et carrément lugubre.
 
Je ne comprends pas non plus ceux qui
 
Voient leur amour comme un cadenas
 
Qui défigure les ponts des villes
 
Et dont la clé pollue les rivières de ces villes.
 
C'est considérer le mariage  comme une prison,
 
Quelque chose de fermé, symbolisé par l'alliance
 
J'aime cette alliance qui me désigne
 
Comme ta femme devant les autres.
 
Mais je la vois comme un cercle qui s'élargit
 
Au fil de nos voyages communs et découvertes.
 
 
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
5 juillet 2016 2 05 /07 /juillet /2016 06:36
Ils rêvaient d'être siamois.   Pascal Levaillant

Sujet semaine 27/2016 - clic

 

 
L'un et l'autre rêvaient un jour d'être siamois
Attachés l'un à l'autre ainsi intensément
Ils se tiennent  aujourd'hui par un fil
Leur rêve est devenu réalité
même un court moment
ce sera pour toujours
Leur instant fétiche
 
 
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
4 juillet 2016 1 04 /07 /juillet /2016 13:20
A jamais.   Jak

Sujet semaine 27/2016 - clic

 

Enchaines, bâtés,  inséparablement  joints

 

Ils le sont  à jamais pour le plus ou le moins

 

Par devant un notable ils l’ont promis jurés.

 

Une belle cérémonie transcendée en viatique

 

Dès lors chaque jour, depuis son errance chaotique

 

Il devient son soutien, son bâton de vieillesse

 

Inlassablement, il l‘accompagne dans sa détresse

 

Son pas lié au sien, le regard au loin perdu

 

Il voit poindre l’imminent où tout sera rompu

 

Adonc infiniment à elle, il se relie toujours

 

L’aidant, peu ou prou, à vivre l’atrocité des jours,

 

Elle est son désespoir, mais pour elle il affiche

 

Un semblant de quiétude, car elle est son fétiche.

 

 

Jak

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net