Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 18:26

sujet 13/2019 - clic

Cerisier en fleur

Flocons volants dans la brise du printemps

Frisson et froid

Si vient la neige

Pétales et flocons blancs

Virevolteront ensemble 

L’hiver n’a pas dit son dernier mot

Le printemps fait de la neige

Un doux manchon

Pétales et flocons

Font peur aux dures gelées

Flocons blancs et pétales rosés

Dansent la dernière valse

Le chant du cygne

Plumes blanches

D’un hiver amoureux transi du printemps

 

 

 

Le blog de Jamadrou

1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 15:48

sujet 13/2019 - clic

Ça commence par la lumière

qui gagne un ton plus chaud ..

J'entends soudain un chant d'oiseau...

 

Et puis ce sont les perce-neiges

qui narguent les a-coups du froid

contre le mur de la maison d'en bas

tandis que les paquerettes s'installent

partout dans le pré qui reverdit

l'irisant de reflets blanc fuschia

Les suaves et timides violettes

égaient tous les coins de leurs collerettes

coucous jacynthes et primevères font chorus

participant fort avec les crocus

Le pommier du japon et le forsythia

la main dans la main éclatent de joie

avec le prunier pour ne pas être en reste.

En voyage de noce, les colverts

sur l'étang naviguent et plongent de concert

Les bourgeons se dressent, éclatent

liberant leurs jeunes pousses rousses

Les frondaisons changent de ton

et pour jouer la séduction

du gris passent au vert pour de bon

Les mésanges pépient en émoi

et le merle siffle son nouveau couplet

sur la plus haute branche du noyer

qui trépigne attendant de se remplumer

Avant la grande explosion des bourgeons

le lilas prépare ses grappes embaumées

pour s'ouvrir avec les fleurs de pommier

Et le ciel prend ses tons de bleuets

 

Alors, avec une immense joie

on se dit que le printemps est là

 

 

Le blog de Lecrilibriste

1 avril 2019 1 01 /04 /avril /2019 10:39

sujet 13/2019 - clic

Je me souviens de ces printemps uniques, de ceux où la nature en avance n’a pas encore effacé les traces de l’ancienne, où le bourgeon côtoie avec effronterie la pauvre feuille fanée qui ne sait où se mettre, sinon se cacher des fraîches pousses qui la snobent et la dominent, bien calées sur leur grande, neuve et viride hampe.

Je me souviens de tout cela, des jours où le chagrin se terre pour ne pas montrer sa honte, des jours où il faut rire même si l’on est malheureux, des printemps qui vous narguent, des pommiers en boutons, des jonquilles fanfaronnes, des sentiments diffus, des amours en avance, de ceux qui se sont trompés de saison, en retard ou bien précoces, on n’est jamais trop sûr de rien.

Je me souviens surtout des printemps de la vie, de ceux qui prolongent et étouffent parfois les autres, de ceux qu’on aimerait voir fleurir plus souvent, mais que la vie rattrape et capture dans ses fines mailles, papillons d’un été ou d’un jour, la vie bien trop vite a passé.

Je me souviens de tout, enfin un peu moins bien, le temps a fait son œuvre, mais le printemps revient, et laisse encore à l’âme quelques parfums anciens, celui des souvenirs, et ceux de la jeunesse, et ceux des jours passés, peuplés de nos refrains, nos courses folles et nos fous-rires, nos bouquets de bonheur et de vie, oui, de ça, vraiment, je me souviens très bien…

 

Le blog de Cloclo

31 mars 2019 7 31 /03 /mars /2019 10:34

sujet 13/2019 - clic

Séduction d'un arbre en fleurs au printemps

 

"Pêchers en fleurs" souvenir de Mauve[1]"

 

Chanter à tue-tête la fenêtre ouverture

 

"Magnolias for ever[2]" à la recherche

 

Des jeunes filles en fleurs, ciel bleu Matisse

 

Tapis vert des joueurs en herbe.

 

Muret de pierres comme cadre

 

D'un tableau, représentation inverse.

 


[1] clic   [2] clic

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

30 mars 2019 6 30 /03 /mars /2019 20:19

sujet 13/2019 - clic

- Tu es triste, madame ?

 

Jaco prend place sur le banc et observe avec attention la femme assise à ses côtés. Elle ne lui répond pas, pourquoi ? C’est peut-être la faute à son sma, sma, sma ??? Il ne connait plus le nom de cette chose qu’elle tient en main, bof, un téléphone quoi !

Sma phone ! Oui, c’est ça, sma phone, comme lui quand le docteur a dit qu'il était à phone parce qu'il avait perdu sa voix. Perdu sa voix ! Il en a de bonnes ce docteur, sa voix elle était dans sa tête tout simplement. La voix de la dame c’est peut-être pareil ?

 

- Ta voix est dans ta tête madame ? Tu veux que je t’aide à la faire sortir ?

 

La femme relève un peu la tête et jette un coup d’œil furtif à l’intrus. Encore un dragueur ? Heu, non, il ne semble pas dans la séduction… Ado ? Adulte ? Difficile à dire mais la gaité illumine la face de lune de son voisin. Un pensionnaire de l’…

 

- Je m’appelle Jaco et je vis à «l’Arc en ciel» Tu aimes les arcs-en-ciel, madame ? Moi, j’aime bien les couleurs et puis les fleurs. Tu as vu l’arbre en face de nous ? C’est lui que je viens saluer, c’est un vieux copain. Tu vois, il a mis son costume de printemps, il est superbe, tu ne trouves pas ?

 

Le regard interloqué de la femme va de l’arbre en fleurs au visage de Jaco.

 

- Ecoute, tu entends les zzzz et puis les zzzbbbrr et les ziiiiiii ? Tu les entends ? Ce sont tous les insectes et surtout nos abeilles. Elles sont sorties des ruches, les gourmandes.

 

La femme range son portable dans la poche de son gilet et tends l’oreille. Elle n’a pas aperçu cet arbre en fleur ni perçu ce bourdonnement intense et plein de vie.  Pourquoi ? C’est le printemps, le renouveau ! Depuis combien de temps est-elle en léthargie ?

 

- Tu vois madame, il ne faut pas être triste, ça ne sert à rien. Moi quand je suis triste parce que Marcel, mon frère, ne vient pas souvent me voir, je lui fais un dessin et je lui envoie. Alors ma tristesse elle s’envole dans l’enveloppe, zouuuuu, dis-pa-rue !

 

Un sourire éclaire le visage de la femme qui sans réfléchir dit : je m’appelle Hélène !

 

- Je vais te dire un secret, madame Hélène, avant j’avais une amie. Elle s’appelait madame Marthe mais Marcel a dit qu’elle était partie au paradis. C’est dommage, je lui faisais des dessins. Dis, tu ne veux pas être mon amie et me donner ton adresse, je t’en enverrai à toi aussi ?

 

La main de la femme serre le portable au fond de sa poche. Il n’a pas vibré. La énième dispute avec son amoureux semble celle en trop. Pourquoi attendre en vain qu’il l’appelle. Pourquoi s’entêter dans une relation toxique ? Le renouveau, oui, une nouvelle étape de sa vie s’ouvre à elle…

 

- Je n’ai pas de quoi noter mon adresse et t… et vous, Jaco ?

- Tu peux me dire toi, madame Hélène, je préfère si on est des amis.

Et puis je vais te dire un autre secret, j’ai toujours dans ma poche un petit bout de papier et un mini crayon, regarde !

 

La femme émue a noté son adresse sur le papier rose et dans la mémoire de son portable celle de Jaco puis elle a continué sa promenade.

Jaco, lui, s’est approché de l’arbre dont il a caressé doucement le tronc.

 

- On s’est fait une nouvelle amie grâce à toi mon vieux ! Chouette hein ?

 

 

Le blog de Mony

30 mars 2019 6 30 /03 /mars /2019 12:00

 

 

source Wikipédia

 

 

Le mot à insérer facultativement est : SÉDUCTION

 

 

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse : les40voleurs(at)laposte.net

Mode de fonctionnement du blog : clic

 

---------

 

Bonne semaine,

 

Mil et une 

28 mars 2019 4 28 /03 /mars /2019 15:45

sujet 12/2019 - clic

La vie c’est parfois comme une chanson pour les enfants l’hiver, ça parle de bonhomme de neige avec une pipe en bois et donne envie de se rouler dans la neige, d’un poêle rouge auprès duquel on peut réchauffer ses mains gelées malgré les moufles, alors que depuis huit jours une pluie battante empêche de sortir et de prendre l’air.

 

La vie c’est parfois un déjeuner d’un lundi matin dans une belle famille, gâché par un bulletin digne du cancre de la classe et qu’il faut faire signer coûte que coûte, la sueur au front.

 

La vie c’est parfois un passage chez la fleuriste de la rue des Coquelicots, cette rue si bien nommée et qui évoque des brassées de fleurs des champs, mais d’où l’on sort avec à la main un bouquet si bien agencé qu’il en devient banal et stéréotypé.

 

La vie c’est parfois un grand homme doux, gentil, intelligent ou une femme avenante, gaie, sensible, qui se révèle peu à peu manipulateur, acariâtre, égoïste, pensant être toujours célibataire et avoir quartier libre pour flirter sans vergogne, en un mot invivable et à fuir à toutes jambes par respect envers soi-même ou par simple survie.

 

La vie c’est parfois un message sibyllin venant d’une personne inconnue et disant : « être ange, c’est étrange » alors que l’on se pose mille questions existentielles auxquelles s’ajoute une plus troublante « et si ce message émanait de mon ange gardien ? »  

 

La vie parfois est trop lourde ou elle nous joue des tours peu agréables. Alors, il nous faut en casser le fil et libérer les perles noires de dépit et patiemment réenfiler d’autres éléments composés de matières plus naturelles.

 

Quand la vie est un collier porté par un être, autant qu’il ne soit pas un joug mais soit parfaitement ajusté à son cou et agréable à porter en toute circonstance.

 

 

 

Le blog de Mony

 

 

Quand la vie est un collier de J. Prévert - clic

28 mars 2019 4 28 /03 /mars /2019 13:04

sujet 12/2019 - clic

Etre ange, c’est étrange

La douceur du Ciel nous emporte dans des tourbillons d’espérance et nous la reversons par plumetis, par chuchotis, par confettis, par chatouillis ici et là

Ecoutez !

Le genre humain peut être sauvé !

On ne cesse de le proclamer

 

Etre ange, c’est étrange

De temps à autre, un tout petit sanglot étouffé sort de nos lèvres, c’est vrai

Ou une larme, une seule oui, versée et aussitôt évaporée

Le soubresaut de l’espoir ranime toujours nos ailes

On respire une grande bouffée d’air frais en souriant au firmament et on s’élance

 

Etre ange, c’est étrange

Louange murmurée ou claironnée

Ricochets sans galets qui fondent dans les gorges serrées

Pastilles sucrées

Douceur partagée

Déglutir quand d’autres s’étouffent

Avaler la raison qui ne gronde plus

Sentir le miel couler

Intimité

Ecoutez !

Le tonnerre s’est tu

Entendez-vous le bruissement de l’envol ?

Le sentez-vous qui s’approche ?

Ne craignez rien 

Priez, espérez

Les ailes frissonnent pour mieux vous protéger

 

Etre ange, c’est étrange, c’est vrai !

D’ailleurs, savez-vous ce qui m’est arrivé ?

Un soir d’orage, j’ai jeté les regrets par-dessus les nuages et je ne sais pas où ils sont tombés

Sans doute derrière le rideau opaque du passé, hésitant sempiternellement à recommencer sa course effrénée  pour tenter de me déstabiliser

Etre un ange, c’est étrange, je ne cesse de le répéter

Garder les passants

Passer les frontières

Avancer, avancer

Se mouvoir sur la Terre et dans le Ciel, aussi à l’aise qu’une hirondelle qui annonce le printemps

Etre un ange, c’est étrange vraiment

 

 

5 h 22

 

Je m’étire sous la couette en souriant ; mon rêve merveilleux n’est pas tout à fait terminé et pourtant tout a déjà changé

 

Veille, réveil

 

J’ai tiré un grand trait sur ces moments d’angoisse qui m’envahissaient

 

Je les ai effacés d’un sourire appuyé en me regardant dans le miroir brisé posé sur le chevet

Lucidité, reconnaissance

J’ai échangé sept années de malheur contre l’Eternité

 

« Heureux ceux qui pleurent car ils seront consolés. »

 Matthieu 5 .5

 

Mes larmes ont séché

C’est étrange !

Oh, je n’étais pas seule je le sais ; cette nuit, j’ai été visitée …

 

 

Le blog d'Annick SB

 

 

Être ange, c'est étrange de J. Prévert - clic

 

28 mars 2019 4 28 /03 /mars /2019 11:45

sujet 12/2019 - clic

            À quoi servent les boîtes aux lettres, de nos jours ?

 Qui vous écrit encore, à part les impôts,  la pizzeria Vesuve (2 achetées, une gratuite),  les matelas dorbien (déballage exceptionnel) et les soldeurs de tout poil ?

 

Plus d'enveloppe parfumée ! (article de musée).  Même plus de carte "bons baisers de la Napoule", remplacée depuis longtemps par un selfie de Juju devant le phare.

Que sont devenus les épistoliers enragés ? Ceux qui se sont accrochés à leur Bic  jusqu'à la mort ?  Les grands de ce monde  qui bâtissaient ainsi leur geste pour la postérité en couchant leur culture et leur ego dans d'interminables lettres à leur bien-aimée secrète, laquelle engrangeait du même coup son épargne retraite ?

 

Enfin bref, agitée par ces pensées moroses, voilà que, dans ma boîte ce matin, je trouve un message entouré d' étoiles, sur une petite feuille, qui, par son aspect un peu artisanal, m'a évoqué les paperoles de Proust (mais ça c'est juste pour la frime), et les billets que les garçons de St Barnabé glissaient dans la poche des manteaux des filles de Notre Dame, quand ils nous les croisaient dans l'allée centrale du ciné-club (je vous parle d'un temps où les ardeurs juvéniles devaient se contenter de frôlements et d'un stylo plume).

 

Sur le petit billet on peut voir la photo avantageuse d'un bel homme noble et grave, en boubou rouge

 

Maître M'Ba

Marabout Voyant très puissant  comme ses ancêtres

Contre le mauvaise oeuil et les difficulté sexuel :

 

Vous soufrez, votre soufrance est insuportable

L'amour de votre vie est parti, et vous souhaitez qu'il revienne ?

des gens jaloux vous font du tors et veulent prendre votre argent
Une personne méchante s'immiscie dans votre vie ?

Vous vous disputez fréquement avec votre famille ?
Vous aimez quellequn , mais ce n'est pas réciproque ?


Nul ne peu réussir dans cette vie sans  être assister spirituellement par les divinités, il en ai de même pour la vie sentimentale.

 Sur rendez-vous 06… (se déplace à domicile)

 

- Tu vois, je dis à Marceline qui vient pour notre manille du mercredi, Maitre MBa a lu en moi bien mieux que le docteur Méninges en 5 ans d'analyse. Tout est vrai dans ce qu'il dit. Je devrais le consulter.

 

- T'as vraiment envie que Jean Claude revienne ?

 

- les divinités m'en préservent, mais je serais pas contre un petit maraboutage, tiens…

 

- d'ailleurs, dit Marceline en ajustant ses lunettes, je le connais, ton marabout : dans le civil il est vigile chez Prixdoux. Ma cousine Patricia, tu sais, la caissière, elle dit que depuis qu'il est là, avec sa belle chaîne et ses biscotos, son chiffre a sensiblement augmenté.

 

- t'as fini les gaufres ? Si on allait en chercher à Prixdoux ?

 

 

Le blog d'Emma

 

 

Le message de J. Prévert - clic

27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 12:00

sujet 12/2019 - clic

 
Bonjour,
 
Tapez sur la touche étoile de votre téléphone,
 
Rentrez votre code secret suivi de dièse,
 
Si vous êtes client, tapez 1.
 
Tapez 2 pour vous abonner.
 
Tapez 3 pour régler votre facture.
 
Pour nous laisser un message,
 
Tapez 4.
 
Nous n'avons pas compris,
 
Utilisez le mot clé.
 
Désolé,
 
Rentrez votre code secret suivi de dièse.
 
Tapez 2 pour vous abonner,
 
Tapez 3 pour régler votre facture.
 
Pour nous laisser un message,
 
Tapez 4.
 
Ce code n'existe pas,
 
Merci de recommencer.
 
Bonjour,
 
Tapez sur la touche étoile,
 
Patientez,
 
Un conseiller va vous répondre.
 
Votre temps d'attente est d'estimé à 17 minutes et 30 secondes.
 
Patientez.
 
Notre serveur vocal est submergé.
 
Merci de votre fidélité.
 
Énoncez le mot clé.
 
Nous n'avons pas compris.
 
Retour au sommaire.
 
Tapis sous la toule étoiche,
 
rencode votre entre centré,
 
Suis dièse de vie.
 
Vous êtes tacli pour vou abongler...
 
Patienture, un con secra vavou recacitré,
 
Notre sergé est subpris
 
Patiento pirvot messige.
 
Mercha du vout fidilaté.
 
 
Le blog de France Lacoste 
 
 
Le message de J. Prévert - clic
26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 09:38

sujet 12/2019 - clic

 

En galère le 26 février 1997

Salut la folle furieuse

 

 

En QL pour la journée, quartier libre pour les non initiés, trop juste pour venir te retrouver, alors je suis allé voir ma mère. J'ai pensé que la surprise lui ferait plaisir, elle n'a pas le moral en ce moment...à vrai dire, elle n'a jamais le moral. Je ne me souviens même pas l'avoir vue ou entendue un jour éclater de rire !

 

Bref, tout ça pour te dire que ça devait être une journée tranquille, paisible, du repos, avec peut-être aussi un léger espoir de ressourcement familial...et bien je te le donne en mille ! J'ai à peine eu le temps de retirer et jeter sur mon lit ma veste de treillis pour aller vidanger aux chiottes, qu'est ce que je retrouve en arrivant ?! Mon uniforme tout imbibé de cette odeur ignoble, cet abruti de chat avait pissé dessus ! Si je pouvais, je lui apprendrais bien à voler du troisième étage à cette erreur de la nature. Il est tellement gras qu'il rebondirait probablement, grotesquement...ou il se transformerait en végétaline restée trop longtemps au soleil sur le bitume.  

 

Et ne me dis pas que je suis méchant avec ce gros corniaud qui me pourrit mon atmosphère depuis presque deux décennies !

Le pire c'est qu'elle le prend pour son gosse, son excuse c'est que je ne suis jamais là, pff, il fait pas bon vieillir.

 

Je crois que j'ai hâte de retrouver la caserne, les potes, et même cet enfoiré de chef à la semaine qui nous fait claironner son réveil compagnie seulement cinq minutes avant l'heure d'être en place aux couleurs.

Même la bouffe dégueulassement grasse de l'ordinaire vaut mieux que de rester ici à la voir bécoter  ce gros tas de treize kilos de bouse tout juste bon à pisser partout dans la baraque, elle y est tellement habituée qu'elle ne sent même plus l'odeur pestilentielle omniprésente en tout temps.

Stérilisez-le qu'il disait cet escroc de véto !!!

 

Et rigole pas, ma mère s'est tellement dépêchée de mettre mon treillis au lavage, qu'elle n'a pas fait gaffe aux fermetures éclaires planquées à la verticale sur la poitrine...et à la flotte, lessivée ma carte SMA, mon trajet mensuel gratuit, mes réduc à 75% spécial p'tit bidasse dans le ''fufu lulu''...

Un jour c'est ce sale crevard que je vais lessiver à 90°

 

Que j'avais hâte de retrouver mes frères d'arme. Mes frères d'arme ! On croirait que j'ai fait la guerre ! Deux nuits à bivouaquer en montagne en plein février glaciaire aux portes du midi, à ''dormir'' comme des lombrics dans leur tranchée creusée par nos soins au piolet, attaqué toute la sainte nuit, par nos fêlés de gradés, à la grenade à plâtre et ça y est...je m'y crois !  

 

Et commence pas à te moquer, je vois ton sourire sarcastique d'ici.

 

J'étais content de faire plaisir à ma mère, mais j'étais encore plus content de me barrer en courant avec mon sac musette sur le dos, chemise F1 visible car veste de treillis ouverte encore à moitié trempée à finir de sécher.

Mais j'ignorais qu'à mon retour, ce trou de fesses de caporal allait m'les briser menu à mon arrivée...il a été coulé du contingent juste avant le mien le sale bonze, et il se prend pour je ne sais qui, à me reprocher ma tenue mais refusant de me laisser aller à la foure en récupérer une autre. Et allez, TIG supplémentaires pour bibiche, et oui carte SMA HS, tenue non réglementaire, manquerait plus que je me torche avec mon béret ou que je paume mon Famas dans un fourré...

 

Quartier libre qu'ils disaient...tu parles...QL de M...

 

Et un p'tit tour d'OS pour faire marcher au pas les p'tits biffins que nous sommes...avec les deux VMF toujours à la traîne, la chaudasse et la transparente, on a tiré le gros lot quand ils ont décidé de mettre deux Volontaires Militaires Féminins par section…

 

Et arrête de dire que je râle tout le temps, ça vraiment été une journée merdique. QL plus fatigant que les manœuvres à se peler sous les étoiles du mois maudit.

 

Finalement, c'est pas plus mal que les filles soient là, l'aspirant calme ses ardeurs guerrières, et quand on en peut plus, elles sont la super excuse ! Surtout qu'à l'ordre serré c'est les plus grands devant et les plus petits à l'arrière...alors les pauvres, je peux te dire que lorsque ça marche devant, derrière ça court pour rattraper les grands pas de géants.

 

Juste avant de t'écrire cette lettre, je retournais en chambre avec le petit chant section dans la tête et au bout des lèvres ''Combien d'fois l'a-t-on parcouru cette petite piste, en traversant la lande herbue lorsque le jour se lève...'' j'étais crevée, et voilà que les cinq loustics de la chambrée ont trouvé ''drôlissime'' de chambouler mon pieu en portefeuille...et c'est moi le chef de chambre ! On n'est pas aidé j'te dis.

Et toi ma furie, comment tu vas dans tout ça ?

Tu me manques bébé, attends-moi je reviens bientôt, dans un mois c'est notre anniversaire, et nos fiançailles aussi...

J't'aime très fort.

 

Lucas.

 

 

Katrina Franklyn

 

 

Quartier libre de J. Prévert - clic

26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 09:36

sujet 12/2019 - clic

Lui c’est l’ «Etrange étranger »

Celui qui ne mange pas comme nous

Qui dés l’aube, sur son tapis prie à genoux

Etrange cette idée qu’il est source de danger

 

Et vous comparez ses vêtements aux vôtres

Que cache dessous cet étrange étranger

Vous refusez d’apprendre et comprendre qui il est..

Parce qu’il n’est pas « des nôtres »

 

Comme vous il a le droit d’être respecté

Le droit à la dignité, à vivre comme il veut sa vie

Mais vous niez cet étrange étranger

Qui n’a plus de pays parfois même plus de famille

 

Vous avez peur ou la haine et refusez la différence

Qu’elle soit religieuse, ethnique ou d’apparence

Mais nous sommes tous uniques, « particuliers »

Au fait nous sommes tous d’étranges étrangers

 

 

Le blog d'Assoula - clic

 

 

Etranges étrangers de J. Prévert - clic 

25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 15:06

sujet 12/2019 - clic

Quand la vie est un collier, je la porte en sautoir bien long

Pour ne pas écourter mon temps sur terre avec un collier-guillotine.

Quand la vie est un collier, elle est constituée de perles soleil

Pour réveiller les yeux, de perles de larme pour laver le ciel.

Quand la vie est un collier, le bleu alterne avec le gris

Pour apprécier chaque gamme du paysage diurne.

Quand la vie est un collier, il y a parfois du noir

Pour trouver le sommeil, du blanc pour éclaircir le paysage nocturne.

Quand la vie est un collier multicolore, je l’associe a une bague prière

Assortie à un bracelet de remerciements pour toutes les perles de culture

Que je ramasse chaque jour me faire des boucle d’oreilles toujours différentes.

Quand la vie est un collier…

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

 

 

Quand la vie est un collier de J. Prévert - clic

25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 14:57

sujet 12/2019 - clic

Etre ange, c'est étrange ...

ce qui me gêne et me ravit tout à coup,

c'est le duvet qui chatouille mon cou

et mes bras qui restent là en prière

alors que j'ai encore tant de choses à faire

Etre ange gardien, ce n'est par rien

il faut s'investir à temps plein

Et surtout s'habituer aux ailes

les agiter à bon escient

voler avec les hirondelles

faire attention s'il y a du vent

de ne pas s'en aller vers Orange

où le mistral en rage

brise les ailes même des plus sages

 

Tiens ? Voilà qu'un humain me hèle

C'est justement vers Orange, l'appel

Chic ! Aujourd'hui le soleil est aux anges

Qu'y a t-til donc à faire dans ces parages ?

J'entends de loin un chuchotage

corrige mon devoir de français...

accorde ce participe passé ...

rajoute les "s" oubliés ...

Un imparfait du subjonctif ?

Corrige ! ou je te tire les tifs !

Mais où ton Bled est-il passé ?

Tu peux pas un peu réviser ?

 

Mais voilà qu'un danger menace

un ramasseur d'ecrevisses

il a les pieds dans la nasse

Vite, dévier un marin

pour qu'il repêche le gamin

 

Vivement le soir

pour que tous ils se couchent

et me laissent faire ma prière

pendant qu'ils errent

dans les rêves oubliés le matin

où je les rencontre sans fin

pour leur tenir la main

 

Etre ange, c'est étrange

ange gardien, ce n'est pas rien

il faut s'investir à temps plein

Et de l'éternité diminue le temps

comme une peau de chagrin

 

 

Le blog de Lecrilibriste

 

 

 

Être ange, c'est étrange de J. Prévert - clic

25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 06:58

sujet 12/2019 - clic

Je suis comme je suis

Et ça me désole

Tout'les fois qu'mon miroir...

Est nettoyé

 

Je suis comme je suis

Pas bien dans mes grolles...

Faut le voir pour le croire...

En vérité

 

Je suis comme je suis

Dès la p'tite école

J'ai perdu tout espoir

D'normalité

 

Je suis comme je suis

A l'envers je vole

Pour éviter de voir...

Mon ombre mais...

 

Je suis comme je suis

Que Dieu me pardonne

Il ne m'a, c'est notoire...

Pas fignolée.

 

 

Le blog de La Licorne

 

 

Je suis comme je suis de J. Prévert - clic

24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 15:00

sujet 12/2019 - clic

*Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça*
Libre et indépendante
Je refuse toute contrainte
Quelquefois coléreuse
Je travaille à changer
Le naturel revient
 
*Je suis comme je suis
Je suis faite comme ça*
Petite et plutôt ronde
Je refuse les régimes
Je reste très naturelle
 
*je suis faite pour plaire
Et n'y puis rien changer*
Pourquoi vouloir le faire
Ça me plaît d'être ainsi
Pleine de malice je pique
Attachante à souhait
Je me détache très vite
Envoute tous mes amis
Mais surtout pas les hommes
 
*Je suis comme je suis
Je plais à qui  je plais*
Mes amis ma famille
Mes enfants pourquoi pas
Mais de loin de très loin
Mes p'tits enfants m'ignorent
Quand au reste du monde
Je m'en moque complètement
 
* Prévert
 
 
Le blog d'Aimela
 
 
Je suis comme je suis de J. Prévert - clic
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 08:55

sujet 12/2019 - clic

Comment oublier ces instants bénis quand - ayant rendu nos copies - Elle se penchait sur certains d'entre nous pour commenter notre travail ou corriger nos fautes.
J'avais toujours été nul en tout mais combien de fois ai-je sciemment rajouté des horreurs dans mes torchons rien que pour le plaisir de sentir au dessus de moi cet incomparable parfum et cette profonde et rassurante respiration qui me foutaient l'apnée.
Le coeur au bord des lèvres, le cancre que j'étais relevait alors la tête pour jeter son regard dans le ténébreux sillon d'une gorge inconsciemment offerte à mes seuls yeux et qui ne palpitait que pour moi.
 
Sans vergogne j'estropiais un accord de participe passé ou j'inventais une ponctuation sauvage qui m'accorderait quelques instants d'apnée supplémentaire.
Je trépassais, asphyxié, l'âme en points de suspension, en proie à cette ivresse des profondeurs que connaissent les plongeurs imprudents et dont parlait l'homme au bonnet rouge dans ce merveilleux film qu'on m'avait emmené voir au cinéma malgré un carnet de notes désastreux.
Je ne saurais dire ce qui de ce sombre et vertigineux abîme ou de ces rondeurs laiteuses me procurait le plus de plaisir car dans la nature comme dans l'écriture, les pleins et les déliés, l'adret et l'ubac, les vallons et les collines ne sauraient s'apprécier l'un sans l'autre.
 
J'appris plus tard - c'est à dire à l'âge où les culottes rallongent et où l'acné explose sur les fronts - qu'on donne une note aux poitrines des meufs.
Fâché entre autres avec les maths je fus profondément déçu d'apprendre qu'on attribue un chiffre là où le regard et parfois les mains suffisent amplement à l'appréciation d'un macho normalement gaulé.
A celle qui me nota de façon si sévère mais si charmante j'accorde à mon tour un Quatre vingt dix et je pèse mes mots, sachant bien qu'avec le temps les souvenirs s'érodent alors qu'enflent les proportions.
 
Je me souviens aussi qu'Elle portait de fines binocles par pure coquetterie car de telles mirettes ne souffraient aucune correction, du moins le croyais-je à l'âge où les mots myopie et presbytie n'étaient pour moi que prétexte à écorcher le i grec.
J'appris dans le même temps quelle réputation on donne aux femmes à lunettes mais ayant déclamé cette soi-disant vérité lors d'une réunion de famille, la rouste qui s'ensuivit m'ôta pour un temps l'envie d'approfondir la question.
 
Comme je regrette aujourd'hui d'avoir brûlé ces copies où Elle posa son regard et où je saurais déceler plus de soixante ans après la trace d'un doigt parfumé sur l'oeuvre d'un cancre.
 
 
Le blog de Vegas sur sarthe
 
 
Le cancre de J. Prévert - clic 
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 18:01

sujet 12/2019 - clic

‌‌‌‌‌‌‌Dans notre village, on lui avait tout donné.
Sitôt ébauché, notre bonhomme de neige galopait les joues rossinantes de plaisir chez les voisins si bien qu'en rentrant il avait:
La redingote de Margotte
Brochée d'arêtes de poisson-chat,
Les souliers de satan du sacristain,
Tonton tontaine de Trévi
Une bavette en vichy
Boutonnée de pastilles blanches,
Un tarin carotté aux lapins,
Le pantalon courrier de Jhésus le facteur
Des yeux de merle enfoui,
Un menton en zeste de citron
Et pour couronner le pou
Des anatifes coupés en brosse,
Sous le béret de Zinna
Ajoutez à cela
Des oreilles en cervelas
Et un sourire de voyou en p'tit cailloux, chaud, i' bout
Alors il s'est envolé un jour de grand soleil avec le parasol, là, par Rémy mis dans le dos.
Si vous le voyez, dîtes-lui qu'on s'en fout mais qu'il nous renvoie nos affaires.

 

 

Le blog d'Almanito

 

 

Le bonhomme de neige (chanson pour les enfants l'hiver) de J. Prévert - clic

23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 14:12

sujet 12/2019 - clic

Ma chérie, as-tu reçu mon dernier message ?

 

Je te l’ai envoyé tout de suite après l’autre, celui de 16h12, pour que tu puisses me confirmer rapidement si tu l’avais bien reçu, car vois-tu ma messagerie blogue souvent en ce moment, sans doute avec l’afflux des messages, vu qu’on est en fin de semaine et que les vacances approchent. Je t’aurais bien téléphoné, mais tu pouvais être occupée avec tes clients ou autres, un message, c’est plus simple, tu peux différer ta réponse, même si je sais que tu me réponds souvent sur le champ. Par exemple, mon message de 15h34, tu y as répondu à 15h42, j’étais tellement content que tu me répondes si vite, ma chérie… En revanche, celui de 14h15, tu as mis du temps à réagir, sans doute étais-tu prise par tes obligations professionnelles, ce qui est normal. Entre temps, Enzo m’a appelé, il voulait savoir si j’avais bien reçu son SMS et noté pour samedi, j’ai dit que oui, que je l’avais lu juste après le MMS de Benoît me rappelant notre rencontre et me demandant de lui confirmer en PS. Ou au besoin en lui laissant un message sur le fixe, ce que j’ai fait. Ah, j’avais oublié de te dire que la baby-sitter a appelé en milieu d’après-midi, elle n’avait plus de couches pour Arthur, j’ai dit que tu passerais en prendre en sortant du travail. Moi je passerai chez Orange vite fait rapport au portable de Lucie. Je t’enverrai d’ici une heure un message de rappel pour que tu n’oublies pas les couches. Bon, je te laisse, je m’en voudrais de perturber ta journée, je t’écrirai vers 17h15, sachant que tu quittes la boîte à 30. Bon, je te laisse, je ne veux pas te déranger, c’est vrai, on abuse trop des messages, ah, j’entends un bip qui m’en annonce un nouveau . Ah, la vie, c’est chouette, car comme le disait Moustaki, on n’est jamais seul en ce bas-monde, même avec sa solitude ! Gros baisers et à tout à l’heure ma chérie.

 

Jérôme.

 

Le blog de Cloclo

 

Le message de J. Prévert - clic

23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 12:00

----------

Sujet 12/2019 - du 23 au 30/03

Source image - clic

--------------------------------

 

 

Cette semaine, nous vous proposons de donner à votre texte

le titre d'un poème de Prévert

à choisir parmi ceux présentés ci-dessus.

 

 

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse :

 les40voleurs(at)laposte.net

Mode de fonctionnement du blog : clic

 

--------------------------------

 

Douce semaine,

Mil et une

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos