Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 11:51

sujet semaine 17/2017 - clic

Un sot

Oublia le seau

Et le temps

Pas tendre avec la ferraille

Fit son oeuvre

Tout à sa manoeuvre,

Ripaille

Faisant

Du seau

Comme d'un vieux rafiot...

 

Corneille

Au jardin

Ne s'en émeut point

Pas plus que l'abeille

Les chats du hameau

Le mulot de passage,

La mort d'un seau

Sans âme, nul ne dévisage...

 

Nul, sauf moi...

L'escargot qui va lentement

Lentement

Et tout je vois...

 

En hiver

Il fait mon autre toit

En hiver

Il fait mon bonheur, ma foi...

 

 

jill bill

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 11:00
Sujet semaine 17/2017

source image - Mil et une

 

 

Le mot à insérer facultativement est : CORNEILLE

 

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse : les40voleurs(at)laposte.net

Mode de fonctionnement du blog : clic

 

-------------

 

Belle semaine,

 

 Mil et une

 

Published by miletune.over-blog.com - dans les sujets
commenter cet article
22 avril 2017 6 22 /04 /avril /2017 06:00

sujet semaine 16/2017 - clic

Nous sommes tous des magiciens


et je me demande bien quel lapin


nous allons faire sortir du chapeau  

 

 

XYZpascal

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
20 avril 2017 4 20 /04 /avril /2017 16:38

sujet semaine 16/2017 - clic

Il ne sortait pas de lapin de son chapeau. Il y gardait son argent. Pourtant, des lapins, il en avait des tas. Enfin, des peaux de lapin.

 

Il s'appelait Colin. Etait-ce son nom ? Son prénom ? Personne ne savait. C'était un homme mystérieux qui venait de je ne sais où dans sa vieille guimbarde. Il s'installait sur la place du village, actionnait son drôle de klaxon et criait d'une voix étonnamment forte : "peaux...peaux de lapin. Votre prix sera le mien."

 

Nous, les mioches, nous approchions prudemment. Il nous faisait peur ce diable d'homme, grand, sec, à la figure taillée à la hache. Toujours son éternelle casquette crasseuse posée un peu de travers sur la tête. Mais il ne nous regardait pas. Il disait : "allez chercher les femmes. J'chui pressé, moi. Pas que ça à faire."

Les plus petits d'entre nous regagnaient bien vite la maison. Et pour cause ! Nos mères nous menaçaient de nous vendre à Colin quand nous n'étions pas sages. Comme les peaux de lapin. Nous en frissonnions d'horreur. S'imaginer accroché aux ridelles de la Peugeot 202 parmi les peaux de lapin : rien n'aurait pu nous faire tenir tranquille davantage. Nous hurlions :" maman, mémé, le pillaro. Le pillaro est là ! "

 

Aussitôt, les femmes abandonnaient le travail en cours. Le chiffonnier ne passait pas souvent et ne s'attardait pas. Il ne fallait pas le manquer. Elles se dépêchaient de récupérer les peaux de lapin bien sèches empilées dans l'étable ou la grange et le sac de chiffons gardé pour Colin. Elles avaient pris soin auparavant d'enlever tous les boutons, crochets, pressions sur les vieux vêtements. Je me souviens très bien de la boîte en fer chicorée Leroux dans laquelle étaient gardés précieusement toute cette mercerie qu'on étalait pour faire son choix quand un tricot était terminé.

 

On ne voyait jamais les hommes autour de la camionnette. Sauf quand ils avaient réussi à attraper un renard rôdant autour du poulailler. Comme pour les lapins, l'animal était dépouillé et son pelage roux suspendu à une solive pour le boucaner. Colin payait bien les renards. Il félicitait le paysan qui le lui apportait et le brave homme repartait, tout fier avec ses billets que le pillaro avait sorti d'un vieux chapeau informe et décoloré placé sous son siège de conducteur. Quelquefois, le villageois, content de son affaire invitait Colin à boire un coup. Curieusement, il n'était plus aussi pressé et plantait là les commères avec leurs chiffons pour aller s'en jeter un. Ou plusieurs.

 

Colin prenait sa romaine et pesait les sacs de fripe ou la menue ferraille. Il comptait les peaux de lapin qu'il payait à la pièce. Il donnait en échange de tout cela quelque monnaie ou billets. Et les ballots s'entassaient dans la voiture. Et les peaux tout autour.

 

Quand il était de bonne humeur et qu'une femme lui plaisait, il sortait d'un carton un dessous affriolant qu'il avait sans doute récupéré à la ville et l'agitait sous le nez des femmes qui gloussaient en se poussant du coude. L' élue, rougissante, repartait avec son cadeau ne sachant trop s'il fallait se réjouir ou mettre la chose directement au feu pour ne pas attirer les foudres d'un mari jaloux.

 

Ce coquin de Colin ne manquait pas ce genre d'exercice chaque fois que la sœur du curé faisait partie de ses clientes. Il s'amusait, ainsi que autres femmes d'ailleurs, de voir la pauvre Germaine s'étrangler de honte. Elle tournait le dos en maugréant : " comment osez-vous ? Et toi, Cécile, veux-tu bien poser cette...cette chose. Je le dirai à Monsieur le Curé." Ce à quoi le chiffonnier rétorquait innocemment : " mais c'est juste une culotte, ma pauvre. Vous n'en avez jamais vu ? c'est-y que vous n'en portez pas ? " Ce qui faisait rire tout le monde et fuir la vieille demoiselle.

 

Quand Colin arrivait au village, c'était un évènement. Il apportait un peu d'animation, débarrassait les greniers contre quelques sous et personne ne s'en plaignait. C'était un pionnier du tri sélectif.  

 

 

Marité

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
19 avril 2017 3 19 /04 /avril /2017 13:42

sujet semaine 16/2017 - clic

Lapin blanc, tout en remuant le bout de son museau : Je suis prêt ! Ah que feriez-vous sans moi, la vedette du spectacle ?

Haut-de-forme, ironique puis dégoûté : La vedette ! Mais pour qui te prends-tu pauvre minable ! Moi, si distingué, si racé, si soyeux, me voilà terni par tes longs poils. Beurk !

Lapin blanc, sûr de lui : Mes longs poils sont aussi veloutés que l’est ton tissu. Ne suis-je pas le doudou préféré des enfants, n’ai-je pas emmené Alice au pays des merveilles ?

Haut-de-forme, dubitatif : Il faut croire que les humains sont perpétuellement enrhumés ?

Lapin blanc, interloqué : ???

Haut-de-forme, irrité : Et puis cesse de me regarder en fronçant le nez ! Ne sens-tu pas comme tu empestes, tes crottes si minables dégagent une odeur épouvantable et me donnent la nausée. Grrmbelebele

Lapin blanc, définitif : Cesse de parler entre tes dents, mes grandes oreilles captent tout. Tu t'estimes supérieur parce que tu trônes en hauteur mais tu n’es rien de plus qu’un accessoire.

Haut-de-forme, outré : Un accessoire ! Ce qu’il faut entendre ! Où te cacherais-tu, d’où surgirais-tu si je n’étais le roi des chapeaux ?

Bâton magique, cinglant : Fi ! Vous deux ! Vous êtes pénibles et si naïfs.

Haut-de-forme et Lapin blanc, en chœur : Naïfs, nous ? Mais pour qui te prends-tu pour oser nous insulter de la sorte, vieux morceau de bois tordu ?

Bâton magique, imbu : Je connais ma valeur et mes immenses pouvoirs. Sans moi vous ne seriez rien. Rien ! La seule star, ici, c’est moi !

Lapin blanc, au tic plus marqué que jamais : Alors tu es persuadé que ton léger "toc-toc" a le don de me faire apparaître ? Le naïf, c’est toi.

Haut-de-forme, infatué : Bien entendu ! S’il apparaît c’est uniquement parce que je daigne le libérer de mon double-fond.

Lapin blanc, bégayant de rage : Pas… pas…p du t.. tout !

Bâton magique, dédaigneux : Pauvres cloches je ne me ternis plus à vous causer ! D’ailleurs voici le magicien, vivement que le spectacle commence et que je me gave d’applaudissements.

----

Fin du numéro

Le magicien, coquin et fine mouche : Merci, Mesdames et Messieurs, merci cher public ! Je vous invite à présent à voter à main levée afin de déterminer qui de Lapin blanc, de Haut-de-forme ou de Bâton magique remporte vos suffrages. Qui des trois est la véritable vedette du jour, qui des trois vous apportent le plus de bonheur ?

----

Le magicien, un brin surpris : Le vainqueur est…

----

A votre avis ?

 

 

Mony

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 08:49

sujet semaine 16/2017 - clic

La belle  pin-up, le cou protégé par une minerve,  somnolait sur ce lit d’hôpital, gavée de barbituriques

Un  médecin entra. Il arborait un étrange chapeau noir genre haut de forme.

Elle ouvrit un œil et poussa un petit couinement,   puis se mit à pleurer amèrement en songeant à la scène qui l’avait amenée directement ici...

Elle se revit  dans sa berline décapotable, roulant  chevelure rousse au vent.

 A l’arrière ses neveux , chantant à tue-tête, avec bonheur,  la rengaine enfantine, « ce matin un lapin, » , lorsque au virage surgit justement un lagomorphe, qui était loin d’être amorphe, Il était suivi de sa nombreuse marmaille de lapereaux de garenne..

Pour les éviter, elle appuya,  presque debout sur la pédale  du frein,

Elle sauva  ainsi la famille nombreuse qui ne s’aperçu de rien et continua sa galopée à travers champ.

Mais  cette   brave pourfendeuse  du respect des animaux, eut  droit au coup du lapin.

Et c’est ainsi qu’elle était ce jour à l’hôpital,  visitée hâtivement  par ce diafoirus au chapeau noir, très,  très pressé de retrouver sa Confrérie De Défense Des Médecins , (confrérie crée par ces carabins  luttant contre  la  pose de lapin de leurs patients)*

 

*rendez vous  et pose de lapin des médecins - clic

 

 

Jak

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 16:55

sujet semaine 16/2017 - clic

Si l’affreux Magicien qui de nos vies dispose

voulait dans sa bonté d’un coup de sa baguette

sortir du grand chapeau ta frêle silhouette

ton rire exubérant, ton esprit virtuose…

 

Si nous pouvions aussi nous tristes spectateurs

copains aux yeux rougis, intimes accablés

troquer tant de sanglots pour ces rythmes endiablés

que tu créais si bien, génial initiateur…

 

Demain chacun ira là où le vent le pousse

le cœur endolori, jamais plus comme avant

« Hé… tu veux qu’on en parle ? » entendra t’on souvent

 

Tu seras toujours là malgré ce Magicien

qui t’emporta trop tôt au Graal des musiciens

Ciao Krikri d’amour et Ciao Beetlejuice

 

 

Vegas sur sarthe

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
16 avril 2017 7 16 /04 /avril /2017 10:34

sujet semaine 16/2017 - clic

Quand le lapin sort du chapeau du magicien après un tour de passe-passe,

 

On cherche à comprendre. J'ai rien vu, ça a été trop vite , quel est le truc?

 

Quand la magie du bonheur survient du quotidien, rien ne sert de comprendre;

 

Juste saisir le lapin qui sort du chapeau, ce truc indéfinissable nommé bonheur.

 

 

 

Mon truc en plumes
Ça vous caresse
Avec ivresse
Tout en finesse 
[1].

 

 

 

Quand on dit qu'il ou qu'elle a un truc, on évoque la baguette magique invisible

 

"Car j’ai de chaque chose extrait la quintessence,

 

Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or [2]."

 

Ce bonheur alchimique que l'athanor a formé entre "Spleen et idéal"

 

 

 

Ella, elle l'a
Ce je n'sais quoi
Que d'autres n'ont pas
Qui nous met dans un drôle d’état 
[3]

 

 

 

Quand on rencontre quelqu'un qui a ce truc, comme toi tu l'as pour diriger les hommes

 

Et les usines, ce truc, comme toi, tu l'as, pour puiser en moi le meilleur

 

Quand on vit ce truc, cette alchimie d'un couple de boue et d'or

 

Rien d'idéal, juste de la physique, du sexe, du spleen et de l'âme

 

 

 

Quand le lapin sort du chapeau du magicien après un tour de passe-passe,

 

On cherche à comprendre. J'ai rien vu, ça a été trop vite , quel est le truc?

 

Quand la magie du bonheur survient du quotidien, rien ne sert de comprendre;

 

Juste saisir le lapin qui sort du chapeau, ce truc indéfinissable nommé bonheur.

 

 

 

 

[1] clic

[2] clic Charles Baudelaire, Ébauche d’un épilogue pour la 2e édition

[3] clic

 

 

 

Laura Vanel-Coytte

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 13:21

sujet semaine 16/2017 - clic

Chapeau magique

 

Magique Rabbit inquiet

 

Inquiet car Magicien disparu.

 

Est-il au fond du chapeau en train de chercher le bonheur en chemin ?

 

Est-il en chemin sa baguette magique à la main croyant que cette dernière est canne de marche ?

 

Il a vu son clapier vide

 

Voilà pourquoi il avance à pied

 

Son clapier est vide car son lapin a pris la poudre d’escampette depuis que la poudre de perlimpinpin a perdu son pouvoir,  son maître ayant perdu la tête

 

Et un chapeau sans tête de magicien c’est grave et ça le lapin le sait bien

 

Alors il pense que celui qui a posé le chapeau sur la table a certainement aussi posé un lapin au magicien

 

Ce magicien qui clopin-clopant avance dans la vie avec ses illusions perdues, cachées au fond de sa poche sous le mouchoir où il a fait quatre nœuds pour se souvenir qu’il a quelque part un chapeau, un lapin, une baguette et des pouvoirs magiques.

 

 

Jamadrou

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article
15 avril 2017 6 15 /04 /avril /2017 12:15

sujet semaine 16/2017 - clic

Le bonheur

Est dans le pré

Lapin

Cours-y vite

Cours-y vite

Le bonheur

Est dans le pré

Lapin

Attention, il va filer... !

 

« J'y étais au pré

Quant un magicien

Et son abracadabra, pardi...

Voleur !

J'y étais au pré

Moi Jeannot lapin

Et puis... C'était lui

Ou le chasseur... !

 

Depuis, crotte de lapin,

Ô soupirs

Nourri et logé au chapeau

Sous chapiteau

A faire sourire

Les lutins des gradins...

 

J'apparais, je disparais

Je disparais, j'réapparais

Comme par magie

Qui n'en est pas une pardi...

Double fond

Ainsi font

De magicien les chapeaux

Sur toute les tables des chapiteaux...

 

Ma crainte à Pâques

Que mon maître Jacques

Me change

Et me mange

En lapin de chocolat,

Quel choc oh la la...

 

 

jill bill

Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net