Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 13:32

sujet 9/2022 - clic

-----

 

Demain, école buissonnière,

Lebrac le meneur prend la décision, complote...

Sur le terrain vague

Y'aura bien une guerre, celle des boutons...

 

La bande rivale va en tâter

Repartirons sans, culotte à la main !

 

Peut-être qu'eux aussi,

Et gare à la fessée du père !

 

En attendant, faut se fabriquer des épées

Avec le bois de la palissade

Et demain... A l'attaque !

 

 

Le blog de jill bill

 

26 février 2022 6 26 /02 /février /2022 11:38

sujet 08/2022 - clic

-----

 

Courses, bricolage, jardinage,

Les enfants à aller chercher chez la nourrice,

Les devoirs, la toilette, la cuisine,

Mon mari est sur le fil du rasoir,

Quand je rentre le soir,

Je le vois épuisé,

Ereinté, mais content de ma voir rentrer du travail,

Lui est au chômage depuis quelques mois,

Et comme il ne veut pas qu’on le prenne pour un profiteur,

Qui vivrait sur le dos de la famille,

Il fait tout ce qu’il faut pour je sois bien,

Mais ce soir il est particulièrement fatigué,

Ko, il s’endort sur le canapé,

Et je mange ave les enfants,

Demain, je vais lui dire de se ménager un peu,

Mettre l’interrupteur sur pause,

Et profiter un peu de la vie,

Favoriser sa recherche d’emploi,

Et  laisser la liste des choses à faire de côté,

Pendant quelques temps, il n’y a pas d’urgence

 

TARVAL

24 février 2022 4 24 /02 /février /2022 11:24

sujet 08/2022 - clic

-----

 

Si à la pause café a ses adeptes indéniables

Une autre pause a des sympathisants innombrables

C’est la pause pipi des voyages organisés

Le car s’arrête, les portes s’ouvrent

Devant la porte, Tous sont prêts à sauter

A courir, à partir du bon pied

Le gagnant est le premier arrivé

Pas le temps de prendre une pause café

Ce sera après, quand la bonde sera vidée

Une queue pressée attend derrière la porte

Le signal de la chasse d’eau tirée

Pas moyen de resquiller, chacun son tour

Faut attendre ou pisser dans ses atours

Car tout le car est concerné

Puis, chacun ayant réussi l’exploit

Se sentant tout léger

Se retrouve au bar pour prendre un chocolat

Ou tout autre petit en-cas

Avant de retourner vers le car bien garé

Et d’apprécier le paysage

Attendant le prochain passage

Dans une autre aire d’autoroute

Avant d’atteindre l’issue du voyage

 

Le blog de Lecrilibriste

22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 16:56

sujet 08/2022 - clic

-----

 

 

Ses auditeurs tendus à ses paroles,

Comme l’araignée sur le fil ;

Dans sa réflexion, rien de drôle,

Un sujet sur les psychrophiles.

 

Tout le monde voudrait une pause

L’orateur n’en voit pas la cause.

Sur le tableau apparaît cette envie

Qui a projeté sur le tableau « pause » avant le suivi ?

 

Un simple mot qui fait rire la salle ;

C’est paradoxal,

Sans en tenir compte, il poursuit sa réflexion

Sans aucune déviation.

 

Dehors il fait déjà sombre,

Les heures avancent dans l’ombre.

Ouf ! S’arrête l’orateur

Quelle chaleur !

 

Je vous propose une pause de 15 minutes.

C’est notre parachute !

Ensuite vous poserez vos questions,

Ou suggestions.

 

J’essayerai d’y répondre de façon claire,

En des termes similaires.

Nous en aurons pour une petite heure,

N’ayez pas peur.

 

 

Le blog de Chatondaniel

22 février 2022 2 22 /02 /février /2022 11:09

sujet 08/2022 - clic

-----

 

 

C’est commode cet arrêt buffet

Mon oncle n’aime pas l’attente,

Et mon cœur les temps de battement,

Les fonctions prisent la cessation,

Les pneus apprécient une suspension,

On m’a dit que César abusait des césures,

A l’ouest les lassos ne délaissent pas le délassement,

Et mon pistolet son truc c’est la détente,

Arrête ton cirque, vive l’entracte,

Le funambule se relaxe sur le fil

Le garde rit et apprécie une halte,

Repu il réclame répit

Repas pris il prend repos

Il est pris de court par l’interclasse,

C’est courant de redouter l’interruption,

Les quinconces pactisent avec l’intervalle,

Rien d’oiseux dans le loisir,

Comment appelle-t-on le mitan de la mi-temps ?

Dieu le 7e jour ce fut récréation,

Le prisonnier aime la relâche,

Le silence assourdit les temps d'arrêt,

Farfelu le rêve trouve-t-il place dans la trêve ?

 

 

Le blog de K

21 février 2022 1 21 /02 /février /2022 19:49

sujet 08/2022 - clic

-----

 

Ah ! cette pause de 10 heures ! J’ai peut-être tout oublié de mes tâches quotidiennes au temps où je travaillais, de mes occupations de chaque jour ouvré de la semaine, des réunions du mardi matin, des debriefings du vendredi soi, de ces interminables séances de réflexion où l’on reconstruisait le monde, où l’on passait de longues minutes à tenter de réduire le personnel pour gagner plus d’argent, sans compter les convocations individuelles chez le grand chef pour l’entendre parler, juger, jauger, fustiger, mettre en cause tel ou tel collègue qui aurait osé le critiquer derrière son dos. « Oui, M le Directeur, tout à fait Monsieur le Directeur, j’y vais de ce pas, monsieur le Directeur, soyez certain que cela sera fait demain, Monsieur le Directeur…  »

Mais la pause sacrée ah, celle-là, on s’en souviendra toute sa vie. 10 heures, je rentre la tête basse et fourbu de son bureau. Avec sans doute la certitude de l’avoir satisfait une fois encore mais surtout avec la honte d’avoir cédé une fois de plus au chantage et à la délation concernant mes collègues, même ceux que j’aime le plus dans la boîte.

Je referme doucement la porte par politesse et pour ne pas offusquer mes amis qui ont déjà servi le café, qui  refroidit tranquillement dans son gobelet de plastique. « Alors, quoi de neuf ? », entends-je me demander comme chaque fois à l’unisson. J’essaie de camoufler au maximum mes joues rosies par la peur du dirlo et la honte envers mes camarades.  « Tout baigne  » lançais-je d’une voix réjouie. Pas de débriefing demain, Monsieur le dirlo va à une conférence intitulée « performance et bonheur au travail ». Tout un programme. Mes collègues ricanent. Il serait temps de s’y intéresser. Maurice prend sa retraite le mois prochain. Il n’en a que faire. On te racontera. Pas question, mardi, je vais à la pêche, je ne veux plus entendre parler de cette crèmerie, vous avez compris ? Plus JAMAIS !!

Oui, on a compris, on emportera tout de même une bouteille vendredi pour fêter l’évènement. 40 ans de boîte, ça s’arrose, non ?

 

Le blog de Cloclo

21 février 2022 1 21 /02 /février /2022 16:32

sujet 08/2022 - clic

-----

 

Pour ma pause-café j'ai pris un chocolat

de l'anticonformisme disaient mes copains

devant nous un immeuble, une cage à lapins

et un balcon fleuri, un bout de pergola

 

Sur le fil, étendus, séchaient des dessous noirs

il fallait à tout prix que j'en sache bien plus

j'ai monté prudemment l'escalier vermoulu

quel ravissant oiseau vivait dans ce perchoir ?

 

Pour ma pause-café, j'ai pris sa bouche offerte

et bien d'autres trésors exhibés sans pudeur

sur le balcon fleuri j'ai aimé sa candeur

la table des copains, en bas était déserte

 

 

Le blog de Vegas sur sarthe

20 février 2022 7 20 /02 /février /2022 15:26

sujet 08/2022 - clic

-----

 

Qui a vécu quatre tempêtes dans deux pays et trois régions en France?

Qui a eu son ancienne maison incendiée par des mains vengeresses dans une région?

Qui a vu son ancien immeuble détruit et remplacé par un supermarché dans une autre?

Qui a vu sa vie mise dans un container et parcourir deux mille kilomètres?

Qui a vu sa vie bloquée en container à deux -mille kilomètres pendant trois ans?

Qui a vu sa vie dispersée en trois lieux?

Qui a tenté de réunir trois lieux en un seul en deux jours?

Qui a divisé sa vie en trois en deux jours?

Qui a vu l'empreinte d'une tête aimée sur le trottoir?

Qui prend chaque jour le train qui a emmené son amour pour toujours?

Qui a perdu quarante kilos en un an?

Qui met depuis les vêtements de son amour défunt?

Qui a porté sur ses genoux ses cendres chaudes car on n'avait pas d'autre place pour lui?

Qui s'est vu interdire la porte de sa maison familiale à cause d'une soi-disant addiction?

Qui a résumé jusqu'ici seulement quelques mois de sa vie?

Qui sait ça?

Qui aura pitié?

Si c'était vous, est-ce que vous ne vivriez pas sur le fil?

Si c'était vous, est-ce que vous ne crieriez pas“ pouce”?

Si c'était vous, est-ce vous ne demanderiez pas une pause?

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

20 février 2022 7 20 /02 /février /2022 14:04

sujet 08/2022 - clic

-----

 

Quand tout à commencé, nous étions depuis longtemps déjà sur le fil du rasoir. Il suffisait d'une petite chiquenaude pour que tout bascule. Et tout bascula, évidement. Tout comme une tartine beurrée livrée à elle même et aux lois de la pesanteur, ca sera bien sûr, le côté beurré qui touchera le sol en premier. Nous en étions là ! Pas grave me direz-vous, il suffit seulement de ramener la tartine à la raison et sur la table, essuyer le beurre étalé sur le sol et continuer son petit déjeuner  comme si rien ne s'était passé.

Ce n'était pas d'une tartine beurrée dont il s'agissait mais de notre propre futur. Nous ne pouvions indéniablement plus faire l'impasse sur cet instant où le chaos s'empara de notre destin. S'il existe au moins deux façons de faire quelque chose et qu'au moins l'une de ces façons peut entraîner une catastrophe, il se trouvera forcément quelqu'un quelque part pour emprunter cette voie. Sans nous en inquiéter, nous le savions déjà, mais l'histoire du passé ne refait pas l'avenir.

Le bruit des bottes, la fonte des glaces, les incendies, l'économie libérale et les virus, tout cela baignait dans une soupe primordiale, nous ramenant à notre condition de poussières d'étoiles.

Il est grand temps d'appuyer sur le bouton pause, rembobiner au maximum et tenter de recommencer... qui dirigera cette fois ? Le hasard ou la nécessité ?

 

 

Le blog de Margimond

 

19 février 2022 6 19 /02 /février /2022 13:36

sujet 08/2022 - clic

-----

 

Un bouton pause

Sur le fil de la vie,

Une société pas toute rose

Qui donne bien du souci....

 

Y en a marre !

 

Envie de paix, de ciel bleu

Chacun sa place au soleil

Après tout on est pareil

Mêmes aspirations, vivre heureux...

 

Sauver la planète

De certaines menaces

Bien dans ses baskets

Qu'importe sa race

Son sol de naissance

Point de la survivance

Entre conflits et famines

En quelques sortes de la rose sans épine...

 

Un bouton pause

Sur le fil de la vie,

Une société pas toute rose

Qui donne bien du souci...

 

Y'en a marre !

 

 

Le blog de jill bill

 

16 février 2022 3 16 /02 /février /2022 18:31

sujet 07/2022 - clic

-----


Au détour d’une ruelle,
Histoire bien réelle,
J’ai été témoin,
Dans le coin,
D’une chute,
Sans parachute,
Au pied d’un arbre
D’un individu célèbre.

Pas de verglas,
Pour cet homme allait sonner le glas
La réalité était là devant moi
Qui me laissait coi.
Quelques traits sur un feuillet,
De mon carnet,
La scène était immortalisée.
J’étais épuisé.

Que de
découvertes similaires,
Dans les journaux, un simple alinéaire.
La chance de passer là,
Et de voir le gala
D’une scène hétéroclite,
Offerte par une élite.
Elles sont toutes regroupées,
Pour faire mon agapè.

La petite phrase est de moi.
Je comprenais son émoi.
Je ne fis aucun pas vers cet être,
Dans un état de mal-être.
Je l’ai laissé achever sa glissade
Tel un alunissage.
Il était enfermé sur un feuillet
C’était mon souhait.

 

 

Le blog de Chatondaniel

16 février 2022 3 16 /02 /février /2022 13:28

sujet 07/2022 - clic

-----

 

Zip boum boum,

Je me demande ce qui se passe,

Et je vais à la cuisine,

Et là je vois ma Maman,

Les quatre fers en l’air

Qui n’arrive pas à se relever,

Je me précipite pour l’aider,

Et là je fais de terribles découvertes,

Son dos, ses bras, ses jambes,

Sont des hématomes géants,

Du coup j’appelle les pompiers,

Qui arrivent rapidement,

Et la prennent en charge,

Ma Maman nous avoue alors,

Qu’elle chute au moins une fois par jour,

Mais qu’elle ne voulait pas m’inquiéter,

Donc du coup elle s’habillait de manière,

A ce que je ne vois pas les bleus,

Je m’en voulais de ne pas avoir su,

Prendre soin d’elle,

C’est vrai qu’à 83 ans, on est plus fragile,

Les pompiers emmènent ma Maman aux urgences,

Et après deux semaines d’hospitalisation,

Elle est rentrée en maison de retraite,

Et ça me rassure de le savoir bien entourée.

Et je me dis que je vais être très vigilant,

Quant à son état, qui me brise le cœur,

Et la manière dont on va la traiter dans l’EHPAD,

Je vais être là pour elle,

Elle qui m’a tant donné dans ma jeunesse,

A moi de prendre soin d’elle.

 

TARVAL

15 février 2022 2 15 /02 /février /2022 10:08

sujet 07/2022 - clic

-----

 

La porte était ouverte

Le vent s’est engouffré

Et la porte a claqué

L’artiste a sursauté

Le pinceau a glissé

L’être qu’il esquissait

En touches d’aquarelle

Lui aussi a glissé

Il n’était pas assez lesté

Il est parti les 4 fers en l’air

Sur ce sentier solitaire

Mais c’était plutôt réussi

Et la toile est restée ainsi

 

Le blog de Lecrilibriste

14 février 2022 1 14 /02 /février /2022 19:33

sujet 07/2022 - clic

-----

 

Derrière le mur de mon jardin, j'ai fait une drôle de découverte ! Il y avait là une grosse

 

pierre sur laquelle mon pied s'est achoppé.

 

Voilà une bien belle chute pour une histoire si courte.

 

 

 

Le blog de Margimond

13 février 2022 7 13 /02 /février /2022 18:40

sujet 07/2022 - clic

-----

 

Aïe, la prochaine fois je regarderai où je mets les pieds !

Pourquoi me suis-je embarqué dans cette expédition de l’impossible ? Trop regardé Ko Lanta ? Ou Fort Boyard ?

Poissons enveloppés dans de larges feuilles et rôtis à même la braise d’un foyer improvisé entre quelques galets, vers de plage émergeant du sable blond et dégustés gigotant encore, abats douteux, tout cela m’aurait-il fait rêver à mon insu ?

Top chef ?

Oui, voilà le vrai nœud du problème…

Mes copains me lancent souvent pour se moquer de moi « T’es trop nul, mec ! Comment tu peux passer tes soirées devant la télé ? »

 

Aïe, la prochaine fois je regarderai où je mets les pieds !

J’ai dressé une liste de courses, il faut que je me grouille si je veux être prêt à l’heure prévue. A la maison c’est sacré : 19 heures, pas une minute avant, pas une minute après.

Et si j’improvisais une petite chute sur ce verglas, histoire d’avoir le coccyx en feu et l’impossibilité de me tenir debout durant quelques heures ou mieux quelques jours ?

Et zou, patatras, aïe, aïe, aïe… et zut, ce n’était pas prévu, je ne sais réellement plus me relever !

De quoi j’ai l’air les quatre fers en l’air entouré de passants qui tentent de me secourir.

- Allons debout, jeune homme, dit l’un.

- N’y touchez pas, gronde un autre, la colonne peut être touchée.

- J’appelle les secours, s’affaire une dame.

Et moi, je vois des étincelles devant les yeux. Je ne vais pas défaillir quand même ? Rhaaaa ! La honte !

 

Aïe, la prochaine fois je regarderai où je mets les pieds !

Et ne me vanterai plus jamais de savoir cuisiner ni ne répondrai au défi lancé par ma mère de préparer le dîner du jour.

Promis, juré, jamais plus je ne regarderai la télé ni ne mettrai les pieds dans la cuisine…

 

 

Le blog de Mony

13 février 2022 7 13 /02 /février /2022 11:08

sujet 07/2022 - clic

-----

 

 

Depuis mon enfance, je chute chez moi et dehors: je me prends les pieds dans tout ce qui peut dépasser vaguement et ne s'attaque qu'à moi.

Vers quinze ans et la seconde , je fis plusieurs découvertes: l'autorité peut tomber de son piédestal et devenir ainsi contestable; je plaisais et on m'avait menti.

Mon défunt mari a été souvent témoin de mes chutes comme lorsque, je me suis pris les pieds dans la grille qui entoure les arbres. Mon mari inquiet se précipita pour me secourir et me dit: "Regarde où tu marches", pensant à mes chutes seule, sans sauveteur. A chaque rechute, je me disais: "Aie. La prochaine fois, je regarderai où je mets les pieds."

Mais je découvris que c'était souvent dans mes propres pieds que je me prenais. Je crois que mon corps était tordu, déséquilibré, avec un risque de chute permanent ; c’est cette tension vers cette autorité déchue qui m’entraînait vers la faute que j’avais pourtant en horreur.

Toute épreuve entraîne des découvertes: on a des réactions qu'on pensait ne jamais avoir et on est plus fort qu'on aurait cru.

Enfin, l'éloignement des autres diminue les chutes considérablement.

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

12 février 2022 6 12 /02 /février /2022 18:07

sujet 07/2022 - clic

-----

 

Ah les découvertes des sports, d'hiver

Ben c'est... du sport, les quatre fers en l'air !

Premiers patins à glace, sur lames de rasoir,

Je lui préfère le cornet de l'été, fin de l'histoire !

 

Les hollandais ont bien ri de moi

Eux à l'aise sur leurs canaux gelés...

Non, il n'y aura pas de prochaine fois,

J'aime le sport, à la télé !!!

 

 

Le blog de jill bill

12 février 2022 6 12 /02 /février /2022 10:30

sujet 06/2022 - clic

-----

 

Je flâne le long des ruelles étroites de la ville,

Me dirigeant vers le  centre-ville,

Où se tient un marché d’artisans.

Arrivée sur place,

Il y a beaucoup de monde,

Et je suis intriguée par un des stands,

Où les gens se sont agglutinés.

Je me fraye un chemin et j’arrive devant le stand,

Et là, je reste éberluée par ce que je vois,

Un homme et une machine à écrire,

Toute simple,

Mais au lieu d’écrire un texte,

Il fait le portrait d’un couple de personnes âgées,

Cela peut paraître incroyable,

Mais pourtant c’est la réalité,

Tel un magicien dont on ne connait pas les trucs,

Il tape sur sa machine sans répit,

Les tactactac………… s’enchaînent,

Et le portrait nait sur le papier,

Je suis subjuguée par ce tour de passe-passe,

Mais je reste su mon quant-à-soi,

Et je quitte le stand,

Pour continuer mon tour du marché,

Et peut-être découvrir d’autres curiosités.

 

TARVAL

11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 16:36

sujet 06/2022 - clic

-----

 

Avec ses petits bras de fer tout maigrichons, notre brave, vieille, et modeste machine à écrire est bien capable, sous des doigts inspirés, de produire aussi bien de la littérature que des portraits d'art (comme ci-dessous), ou encore  de la musique...

-----------

 

Le blog d'Emma

11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 15:28

sujet 06/2022 - clic

-----

 

Ça y est ! Je suis enfin passé à l'Olympia !

Non, mon nom n'était pas inscrit au fronton de la célèbre salle et mes fans ne se sont pas bousculés pour venir m'admirer sur scène.

Non, j'ai juste changé de machine à écrire.

J'en avais assez de cette antiquité, une Underwood que j'avais justement trouvée dans un sous-bois et sur laquelle mon grand-père se vantait de pouvoir tirer le portrait de mémé !

Les vieux ont parfois de drôles d'idées dans la tête.

 

Quand on relit l'histoire de la machine à écrire et qu'on découvre qu'elles fonctionnent sur des principes variés tels qu'à index, à manchon, par derrière, par en-dessous ou en sauterelle, on a l'impression de lire le Kamasutra, sans parler de la machine à marguerite ; j'ignore quels sont les talents cachés de cette Marguerite dont le bruit évoquerait dit-on une rafale d'arme automatique.

 

On dit qu'un clavier Azerty en vaut deux mais personnellement un seul clavier me suffit pour m'embrouiller.

Mon Olympia est une des dernières de la marque – pas de première jeunesse j'en conviens – fabriquée en 1958 à l'époque où les femmes avaient toutes le même rêve : être secrétaire.

Aujourd'hui la secrétaire n'existe plus, elle est devenue collaboratrice ou assistante de direction – elle ne s'appelle plus Marguerite mais Natacha ou Marlène – et sa machine est silencieuse, adieu la rafale d'arme automatique.

Après l'Olympia j'aimerais bien passer un jour à la Scala mais il faut que je travaille encore un peu mes gammes ...

 

 

Le blog de Vegas sur sarthe

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos