Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 février 2022 5 11 /02 /février /2022 07:40

sujet 06/2022 - clic

-----

 


                    J’ai bien vu qu’ils me jouaient un tour. Papy et Mamy sont des petits rigolos qui me font des blagues à tout bout de champ. Aujourd’hui, ils m’ont fait croire que le dessin de leur bobine sortait tout droit de la machine. Tu parles, je ne suis pas dupe. La machine, elle date des année 60 du siècle dernier et leur tête à eux, celle du dessin, elle remonte à pas longtemps, et surtout de CE siècle, 21° du nom, vu que je les ai vus la semaine dernière et qu’ils ont bien l’âge qu’ils ont, 71 pour Papy et 68 pour Mamy. C’est vieux n’est-ce pas quand on y pense !

 

Ah, mais plutôt, maintenant que j’y réfléchis, c’est à coup sûr ce filou de  Loïc qui a voulu leur faire une farce, il aime bien les charrier, alors il a placé le dessin sur le chariot et ni vu ni connu, il a attendu leur réaction. Moi je sais qui a peint le tableau, c’est ce coquin de Norbert, mon beau-père, qui a épousé ma mère le mois dernier, et qui a un sacré coup de pinceau, il les a bien réussis, mais il ne les a pas rajeunis, dommage !

 

Norbert, je lui en veux de m’avoir pris ma mère, j’étais si bien avec elle avant, je l’avais pour moi seule, on était peinards, on sortait, on allait au ciné, on mangeait des glaces et elle ne me grondait pas quand je ramenais une sale note. Lui, il m’asticote, me bouscule, m’enguirlande quand je traîne sur mes devoirs. Maman lui dit : mais laisse-le donc un peu respirer, ce pauvre gosse ! Norbert a deux enfants plus grands que moi qui sont déjà à la fac : l’un fait du droit commercial ( ??) et l’autre est en neuro quelque chose, j’ai oublié la fin. Maman dit : ce sont de fortes têtes, il faudra faire comme eux, si tu ne veux pas te ridiculiser.

 

J’aime bien aller chez Papy Mamy, c’est mon refuge, eux ne me demandent rien, ils m’aiment et c’est tout. On s’amuse, on rigole, on fait des gâteaux, on promène le chien et l’après-midi, on regarde la brocante à la télé ; j’aime bien les vieux trucs. Une fois, je me souviens, il y a eu la même machine à vendre. Peut-être qu’on pourra en tirer un bon prix s’ils se décident à s’en séparer !

 

(voix puissante de Norbert) C’est bon, j’arrive, bravo Loïc pour ton super portrait, il est splendide.  Si avec ça, je ne me le mets pas dans la poche !!

 

 

Le blog de Cloclo

8 février 2022 2 08 /02 /février /2022 18:02

sujet 06/2022 - clic

-----

 

Droit sur sa chaise

drapé dans son quant-à-soi

face à sa machine Olympia

Toute la matinée

Il tape comme un forcené

des pages et des pages de mots

dans le pool des dactylos

accompagné des tac tac tac tac

ZZZiiiimmmmmmm… tac tac tac tac

qui rythment ses journées banales

d’ un  boucan inamical

Un jour lors d’une pause estivale

Il s’est mis à taper au hasard

en rêvant à Madagascar

Des allers et retours sans consignes

pour s’amuser, pour jouer, pour rêver

A sa surprise sur le papier

Une forme s’était dessinée

Qui ressemblait à une île

Mais n’était-ce pas Madagascar 

Où il rêvait d’aller ?

Oui, C’était bien Madagascar

Ebloui par cette découverte

Il se mit à parfaire, à étudier

A patienter, à recommencer

Tac Tac Tac tac Ziiiiim Tac tac

Tac Zimmmmm tac tac tac

Tac tac Ziiiiiiiiiiiiiiim

Il se mit à faire des portraits

Comme des pixels, les lettres composaient

Chaque jour son art s’affinait 

Il savait voir, il avait le doigté 

Il devint un artiste émérite

Dans son atypique spécialité

 

Le blog de Lecrilibriste

7 février 2022 1 07 /02 /février /2022 11:30

sujet 06/2022 - clic

-----

 

Lorsqu’il contempla

Le résultat

Il resta longuement sur son quant-à-soi

 

Ses souvenirs

passés à la machine

il s’était installé

il avait tapé, tapé

 

Doutant fort de s’être bien rappelé

Si peu de photos conservées

Peut-être -sans mentir vraiment- avait-il inventé mais…

 

Son texte court et vibrant

Était convaincant, ressemblant

Histoire en noir et blanc

 

L’ancien enfant qu’il était

Avait écrit les mots retrouvés

Le portrait de ses parents apparaissait

 

Et tous ceux qui ne les avaient pas connus

Les reconnaissaient

 

 

 

Le blog de K

6 février 2022 7 06 /02 /février /2022 19:23

sujet 06/2022 - clic

-----

 

Les caisses que Nora descend du grenier par le petit escalier escamotable s’empilent peu à peu dans le hall.

L’inspecteur Harry soupire. Il lui faut bien s’avouer que sans l’aide de sa collègue la tâche aurait été trop ardue pour son dos aux vertèbres un brin malmenées par le temps.  

Où sont passées mes plus belles années ? Au fond de ce fatras de carton ? L’inspecteur Harry, les bras ballants, semble transformé en statue.

Nora fredonne.

Nora fredonne quelle que soit la météo, l’humeur de son bientôt ex-supérieur ou de son compagnon.

Elle fredonne tout en jetant un regard interrogateur à son boss.

Que se passe-t-il dans la tête d’une personne quittant l’endroit où elle a vécu un grand nombre d’années ? Et tout ce petit univers empaqueté à quoi ça sert ?

La jeune femme est adepte du minimalisme et a des difficultés à comprendre les accumulations qu’elle juge compulsives.

L’inspecteur Harry soupire une fois de plus. Il s’est tellement réjoui de ce départ à la retraite, de cette vie pleine de promesses passée au soleil, libre, libre enfin de tout horaire, enquêtes ou autres obligations… et là, il se sent vide de tous ses repères.

Puis son œil frétille, il vient de repérer une caisse au carton orangé orné d’étranges fleurs. Déjà, il en sort sa vieille compagne, une machine à écrire sauvée du tout à l’informatique.

- Une antiquité bonne pour le marché aux puces, s’exclame Nora.

Harry fronce les sourcils qu’il a touffus. Comment faire comprendre à sa jeune collègue les liens qu’il a entretenus avec ce clavier ?

- Gmrr…

- Vous dites ?

- Je dis que si cette machine à écrire pouvait parler elle vous décrirait tous les suspects que j’ai eu l’occasion d’interroger.

- Bof, je connais la ritournelle, je l’entends tous les jours…

Oui, elle a sans doute raison, pense l’inspecteur Harry, les années passent mais les humains restent d’immuables suspects et les criminels se cachent souvent sous des dehors courtois ou angéliques.

Nora toujours afférée redescend la dernière caisse et se saisit de l’aspirateur qu’elle passe là-haut en un temps record.

Déjà 17 heures, il est temps pour elle de rentrer au bercail.

Harry la regarde partir, penaud, son billet à la main.

- Si on ne peut plus s’entraider où va-t-on ? a rigolé Nora en le voyant fouiller dans son portefeuilles. A lundi, pour le pot de départ ! J’avoue, chef, vous allez me manquer !

Penaud, oui, l’inspecteur l’est d’autant plus que jamais il ne lui avouera avoir jadis arrêté ses grands-parents, de fameux escrocs au quant-à-soi plus que trompeur.

Bon, c’est décidé, cette machine à écrire et la plupart des autres contenus des caisses finiront aux encombrants et peut-être, comme lui, Harry, connaîtront une autre vie !

Et vive le soleil pour encore de longues et belles années !

 

Le blog de Mony

6 février 2022 7 06 /02 /février /2022 13:45

sujet 06/2022 - clic

-----

 

Comment un couple autant sur son quant- à- soi a pu produire une personne sans tabou comme Cannelle ? Sa soeur s'était scandalisée parce qu'elle avait vu ses seins à la piscine lors du rhabillage. Et son frère faisait des photos de femme nue sans s'en vanter. Son beau-frère handicapé tentait de toucher les femmes à sa portée. Son mari disait que sa soeur serait cocue si ...

Alors que la plupart des gens ont du mal à imaginer leurs proches faisant l'amour, ça ne gênait pas du tout Cannelle.

Pourquoi était-elle différente, assumant son corps et sa sexualité?

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

6 février 2022 7 06 /02 /février /2022 12:33

sujet 06/2022 - clic

-----


Fais-moi une photo,
Quelque chose de rigolo.
Une allure d’américano
À côté de mon amigo.
Tu ajouteras un banjo
Je chanterai le calypso.
Tu la feras avec ton
quant-à-soi habituel
Dans ton atelier actuel.

Je sais que tu es dessinateur
Et que tu as de la valeur
Tes œuvres ont pour base une machine à écrire,
De ton travail, tu ne peux rien prédire.
L’inspiration agit quand elle veut,
Et parfois je suis malheureux
Du silence de ma muse
Qui reste diffuse.

Ton idée est bonne,
Et se diffuserait à la ronde.
Ma muse est en RTT,
À  cette heure-ci elle prend son thé.
Je t’offre autre chose
Qui sera notre apothéose,
Un dessin de nous deux,
Sorti de la machine, un genre d’adieu.

 

 

Le blog de Chatondaniel

5 février 2022 6 05 /02 /février /2022 12:50

sujet 06/2022 - clic

-----

 

Dis, dessine-moi un mouton, m'sieur...

 

Tu sais mon p'tit gars, moi j'suis écrivain,

Point dessinateur...

 

Allez m'sieur, dessine-moi un mouton, s'te plaît... !

 

Ce môme n'avait rien d'un quant-à-soi, un grand timide...

 

Soit, je veux bien être bon prince,

Mais avec ma machine à écrire manuelle...

 

Et de frappe en frappe

Il y eut, des personnages, encore des personnages

Même le visage du gamin,

Des lieux, et, enfin, enfin un mouton... !

 

Oooh merci m'sieur, s'exclama t'il dans un sourire...

 

Au fait, comment t'appelles-tu petit... ?

 

Léon, Léon Werth m'sieur ! Et toi... ?

 

Antoine !

 

 

 

Le blog de jill bill

5 février 2022 6 05 /02 /février /2022 10:07

sujet 05/2022 - clic

-----

 

Mille millions de mille sabords,

Je ne suis pas un robot,

Encore faut-il le prouver,

Sacrebleu,  je vais le traverser, ce passage piéton,

Et cet extincteur, qui ne sert à rien,

Je vais l’ignorer,

Il reste trois tests à faire,

Tonnerre de Brest,

Ça me met de mauvaise humeur,

Donc j’éteins mon ordi,

Et je vais me calmer dehors,

Une petite marche me fera du bien,

Du moins je l’espère je sors ma fiole de whisky,

Et j’avale une bonne goulée,

Et je pars me promener,

Les tests attendront,

Je ne suis pas prêt.

 

TARVAL

2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 20:49

sujet 05/2022 - clic

-----

 

"Les  feux tricolores passaient du rouge au vert, du vert à l'orange, de l'orange au rouge. Personne ne traversait, têtes levées, regard tournés vers le ciel. Un funambule se promenait sur le fil tendu entre les feux. L'avenue était large. Quelques véhicules patientaient, tandis que d'autres les doublaient.

Une sirène hurlait, le bruit se rapprochait. Une voiture de police précédant celle des pompiers, traversa le passage pour piéton, l'échelle du camion des pompiers accrocha le câble du funambule, qui ne bougea pas d'un pouce. Le public, les yeux écarquillés, reprit sa respiration. Tandis que le vacarme des sirènes cessait, on vit un pompier s'approcher, suivi d'un policier. Ce dernier s'apprêtant à verbaliser le fildefériste, tandis que le pompier grimpait au poteau supportant les feux.

Le fil se détacha, et évitant  arbres, toits, nuages, il ondula pour aller se placer entre les deux pics de nos montagnes les plus hautes, le petit homme blanc, jambes et corps ballottés dans le vide, restait accroché au filin.

Les piétons, les voitures se sont aussitôt dirigés vers les collines. Même les bus sont là-bas, tous traversant la rivière à gué, prenant des raccourcis à travers les champs, grimpant des sentiers caillouteux...et moi, "Mille millions de sabords!" avec mon camion-benne, je me retrouve au milieu de la ville, un vrai désert, et les ouvriers qui ont suivi les autres...un instant, j'ai même cru que la statue du rond point était partie avec eux.

 

 

Le blog de Jaclyn'Oléum

2 février 2022 3 02 /02 /février /2022 18:39

sujet 05/2022 - clic

-----

 

Cher Monsieur l’agent,

 

Je vous prie de m’excuser d’avoir, le mardi premier février, renversé par mégarde un grand jeune homme, blanc de la tête aux talons, qui traversait la rue Lenoir et sans se presser au passage protégé alors que le feu était au rouge pour lui. Vous reconnaîtrez aisément que j’étais en droit de passer, car si tous les automobilistes s’arrêtaient quand les piétons ne respectent pas la loi, eh bien la circulation de la ville entière en serait rapidement bloquée. Avouez que j’ai fait là un acte civique et évité à bien des automobilistes speedés ou en retard de se faire engueuler ce matin par leur patron. Bon, dire que je ne l’avais pas remarqué (vu son gabarit) serait un gros mensonge de ma part, mais s’il fallait s’arrêter à chaque obstacle, aucun employé n’arriverait à l’heure à son boulot. J’ai été heureux d’apprendre dans la matinée que le jeune homme n’était que légèrement blessé, heureux mais inquiet à la fois, car si je dois le rencontrer tous les jours au même endroit, ma vie va désormais devenir un enfer et je risque le renvoi pur et simple.  A 41 ans, j’ai encore quelques belles années de travail devant moi. Pourriez-vous demander à ce jeune homme de décaler son heure de traversée de la rue, par exemple après 8h15 le matin et avant 17h15 le soir, ce qui m’arrangerait bien. Avec mes remerciements et mes sincères et respectueuses salutations.

PS Un régime adapté serait peut-être aussi le bienvenu, n’est-ce pas ?

Signé Claude Le Petit, automobiliste.

 

 

Le blog de Cloclo

 

1 février 2022 2 01 /02 /février /2022 08:31

sujet 05/2022 - clic

-----

 

- Y'a pas le feu au lac, mille millions de sabords, s'écria la pompe à incendie tout en arrosant le feu de circulation. Rouge, vert ou orange quelle importance !

 

Non loin de là, à petits pas feutrés, John Doe traversait le passage clouté lorsqu'un énorme Mack lui coupa la route. Dès son arrivée à l'IML*, son décès fut validé et l'incendie ignoré.

 

IML : Institut médico-légal

 

 

Le blog de Margimond

31 janvier 2022 1 31 /01 /janvier /2022 18:00

sujet 05/2022 - clic

-----

 

Je coche, tu coches, il-elle coche, nous cochons (ah celle-là elle est drôle), vous cochez, ils-elles cochent…( la compagne du premier !).

 

Ça ne vaut pas les rosa, rosa rosame, rosae, rosae, rosa ; rosae, rosae, risas, rosarum, rosis, rosis des plus érudits. L’érudition n’est plus, vive elle. Maintenant on ne nous demande pas de savoir les déclinaisons latines mais de reconnaître un camion, une bouche d’incendie ou encore une girafe. Quoique la girafe…. Et le petit bonhomme hydrocéphale non genré plaide pour une démarche universelle nous incitant à marcher dans les clous. Et nous le faisons sinon, pas d’accès, pas de marche, pas de démarche.

 

Mille milliards de mille sabords, réveillons-nous ! Brandissons notre humanité au bout d’une pique ! Clamons haut et fort notre appartenance à cette famille humaine sexuellement déterminée. Au diable les cases à cocher, reprenons le pouvoir sur la machine camarades !.

 

J’en étais là, le poing tendu au bout de mon bras levé, criant des slogans revendicatifs sur mon statut d’humain quand une décharge m’a réveillée inopportunément. Mes cris n’étaient pas politiquement corrects et le petit bonhomme hydrocéphale non genré qui me sert de majordome en même temps qu’il me surveille dans ma geôle matelassée m’a recadré. Je suis rentré dans ma coquille et puis silencieusement j’ai repris le fil de mon rêve.

 

 

L'Entille

31 janvier 2022 1 31 /01 /janvier /2022 17:55

sujet 05/2022 - clic

-----


Pourquoi faut-il se battre,
Et chercher à l’abattre,
Ce robot qui se croit malin
Se faisant passer pour agnelin,
Attendant mon avis
Sur un poème qui me fait envie ?
Il a pris l’allure du bonhomme Michelin
Et se croit cristallin,
En bloquant nos messages
Perdus au milieu d’un grand brassage.

Repérer les voitures sur les images,
Je ne suis pas un sage,
Je sais lire
Et écrire,
Je peux encore voir les panneaux
Que je ne prends pas pour des tableaux.
S’agit-il de nous tester ?
Ça me fait pester.
Suis-je bête ou borné,
Pour me laisser berner.

Manière d’éviter les virus,
Ce robot se prend pour un antivirus.
Un nouveau jeu de société
Gratuit pour l’été.
D’autres ont choisi Gravatar,
Un autre robot star,
Que j’ai failli abandonner
Aucune explication ne nous ayant été données.
J’ai pu m’en rendre maître,
Ce n’est plus un traitre.

Les robots nous envahissent
Soi-disant pour notre bénéfice.
Pourquoi vouloir échanger nos écrits,
Ou de simples manuscrits,
Si des robots s’intercalent,
Même de façon amicale,
Pour flouer nos commentaires,
En mettant des barrières.
Simplifions nos échanges,
Ce ne sera que louange.

 

 

Le blog de Chatondaniel

31 janvier 2022 1 31 /01 /janvier /2022 10:20

sujet 05/2022 - clic

-----

 

Je ne suis pas un robot et pour que je vous le prouve Monsieur vous me posez des tas de questions ! Non pas des questions, pour jauger mes connaissances en orthographe, art, histoire, vocabulaire, poésie etc… mais des questions complètement loufoques et ridicules sur ma reconnaissance visuelle des choses, style: les bornes à incendie, les passages piétons, les autobus, les feux de circulation. Lors de vos tests, je suis certaine d’avoir trouvé et coché les bonnes cases mais chaque fois vous me renvoyez sur les roses en me disant « Recommencez! » Mille sabords de mille millions de sabords vous êtes bête et borné et vous me faites flic. D’ailleurs vous êtes flic n’est-ce pas ? On m’a dit que vous vous appeliez Monsieur Captcha et que vous travailliez à la sécurité et moi je vous dis que le monde sait très bien que votre formation est très succincte !

 

Alors moi je vous invite Monsieur Capcha à arrêter d’enquiquiner le monde ! Enfilez une bonne chapka, cherchez un sherpa costaud et partez sur le toit du monde voir si la terre est ronde et si les roses dans lesquelles vous m'avez tant poussée sont aussi belles que celle du petit prince!

 

Je sais que c’est une folie de haïr toutes les roses parce que quelques épines m'ont piquée Monsieur Captcha je n'abandonnerai pas mes rêves parce que l’un d’entre eux ne s’est pas réalisé, je ne renoncerai pas à toutes mes tentatives parce que vous me dites que j'ai échoué. C‘est une folie de jeter toutes les chances d’être heureux juste parce que quelque chose n’est pas allé dans la bonne direction. Il y aura toujours une autre occasion, une force nouvelle pour passer la barrière des Captcha. Dans chaque fin de mes histoires il y a toujours un nouveau départ.


 

Le blog de Jamadrou
30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 19:24

sujet 05/2022 - clic

-----

 

Après avoir sélectionné toutes les cases montrant des igloos sur la banquise, puis toutes les cases montrant du tartan écossais sur des kilts, puis toutes les cases montrant des poils sur l'Origine du monde de Courbet, puis toutes les cases montrant des petits pois dans une boîte de petits pois, puis toutes les cases montrant des cailloux dans une paquet de lentilles, on m'informa que mon compte avait été suspendu pour une intrusion dans mes paramètres privés.

Je dus fournir à nouveau mes coordonnées bancaires, ce que je fis avec empressement ! Mille millions de mille sabords ! Je ne voulais pas avoir coché toutes ces cases pour rien ...

 

 

Le blog de Vegas sur sarthe

30 janvier 2022 7 30 /01 /janvier /2022 12:11

sujet 05/2022 - clic

-----

 

Depuis que j'ai perdu mon chauffeur particulier(une blague entre nous)

Et que j'ai envoyé notre voiture dans un mur, je ne suis plus que piétonne.

Ca rallonge ,complique, alourdit parfois la vie quotidienne comme les courses.

Mais je suis piétonne, mille millions de mille sabords!

Et je vous vois aux feux, vous les conducteurs et j'ai peur mais finalement

Je préfère ma place car je vois tant de hargne, voire de haine dans vos yeux

Quand vous voyez le feu passer au rouge ou que je m'engage sur le passage piétons

Alors que vous pensiez tracer... alors parfois je m'amuse à faire

Ce qui t'énervait, toi aussi, mon amour: je déboule devant vos roues

Et je vous traite de c..s pour toutes les fois où vous me grillez ma priorité,

Mille millions de mille sabords ! Ce qui t'énervait aussi c'étaient les mille

Millions de mille incivilités, irrespects des conducteurs, cyclistes, piétons etc.

Je suis piétonne, mille millions de mille sabords !

Et je prends aussi le bus, tram, le train et ce n'est pas aussi pénible

Que vous les conducteurs accros à leurs voitures pouvez imaginer

Quand vous me proposez de me déposer au pied d'un escalier

A descendre pour en remonter un autre alors qu'il me suffit

De descendre en pente libre, plaisir de piétonne en pays de collines.

Et quel plaisir quand on est dans un train, un tram, un bus

Que de voir défiler les bornes d'incendies, les feux de circulation,

Les passages, les piétons et les voitures embouchonnées

Pendant que je lis en jetant un œil sur les collines et petites montagnes                                

Je suis piétonne, moi, mille millions de mille sabords !

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

29 janvier 2022 6 29 /01 /janvier /2022 18:24

sujet 05/2022 - clic

-----

 

Je ne suis pas un robot et autres images

Mille millions de mille sabords

Quelle barbe avant de valider un commentaire, sympathique...

Faut souvent s'y reprendre, à prendre ombrage

Pas toujours en accord

Avec nos choix, ce damier lunatique... !!!

 

Drôle de jeu, qui énerve son monde,

J'en suis furibonde

Quand il refuse à valider

Et me dit... Recommencez !!!

 

Non, une bonne fois pour toute

Je ne suis pas un robot, là-dessus je n'ai aucun doute !!!

 

 

Le blog de jill bill

24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 18:30

sujet 04/2022 - clic

-----

 

Gentes dames et damoiseaux, voulez-vous que je vous dise l’histoire de cette jouvencelle à peine sortie des robes sacerdotales qu’elle se trouva plongée dans les tissus du commerce familial ?

 

Ysabelle, elle s’appelait. Elle avait épousé un homme riche qui avait tant chanté, tant bu, tant fêté qu’il eût fini ruiné sans l’intervention de ses parents. Ce débauché avait épousé dans sa jeunesse ladite jeune fille à peine sortie du couvent. Contraint par sa mère qui pressentait que son fils avait plus d’intérêt dans les tavernes et autres maisons de jouissance que dans le négoce du drap qu’il tenait de son père.

Après des années à gérer les affaires et se sentant à la fin de sa vie, la mère veuve, fit venir à son chevet sa belle-fille. Confite en dévotion, Ysabelle n’avait depuis son mariage, jamais été plus loin que les limites du chemin qui la menait à l’église ni non plus ouvert sa porte à son mari.

 

-          Ma fille, vous allez devoir prendre la mesure de vos responsabilités. Croyez bien que j’eus aimé mille fois mieux avoir engendré un fils qui eût la capacité de devenir un homme. Mais, ne nous épanchons pas sur ce qui n’est pas. Je vous demande de prendre ma place lorsque je ne serai plus. Mon homme de loi s’est engagé à vous soutenir dans votre apprentissage. Vous aurez aussi près de vous, Harpagon, mon valet qui comme vous le savez, n’épargne pas sa peine pour engranger l’or et l’argent dans notre cassette. Bien entendu, il faut le rémunérer à la hauteur des économies engendrées. Un pourcentage, c’est ce que je pratique.  

-          Mère, je n’entends rien à ces affaires d’argent et de commerce. Le couvent ne m’y a pas préparée. Mon mari aura sur moi toutes libertés pour nous détrousser. Répondit la bru effarouchée.

-          Retroussez vos jupons plutôt, mais faîtes qu’il n’approche jamais du coffre. Ne le laissez plus faire tapisserie devant votre porte. Apprenez à lui plaire, à lui devenir indispensable. J’ai fait venir Madame Claude afin qu’elle vous enseigne les rudiments du charme et de la volupté. Gardez à l’esprit que dorénavant vous devrez avoir le pouvoir sur lui tout en le laissant croire qu’il est le maître. C’est là toute la malice que nous possédons. Un jour peut-être, les femmes auront pignon sur rue mais celui-ci n’est pas encore advenu.

-          Puisque c’est votre souhait, je m’y soumettrai. Par quoi dois-je commencer ? Dit-elle après moult tergiversations.

-          Madame Claude est dans le boudoir, elle vous attend. Mettez-y du cœur et amenez votre mari dans votre lit. Ensuite maître Corneille vous informera de tout ce qu’il faut savoir pour diriger ce commerce. Puis Harpagon vous entretiendra des choses à savoir sur le train de la maison.

 

La jeune femme fut si alerte à apprendre les affaires de la vie conjugale comme les enseignements de la conduite de l’entreprise qu’elle dépassât sur bien des plans les espérances de sa belle-mère. Son mari ne sut jamais comment par une belle nuit il put enfin entrer dans l’alcôve de sa femme. D’ailleurs, il ne se posa pas la question et  n’en sortit plus jamais. Tandis que la belle, devenue amante et maîtresse, oublia bien vite la vie monacale et celle des saints.

Son mari lui laissa toute liberté pour devenir cheffe d’industrie, optimiser les rendements, rationaliser les frais, externaliser la main d’œuvre, capitaliser l’outils de production, dynamiser ses placements, ouvrir le capital en bourse, créer des sociétés off-shore et devenir une des plus grandes fortunes mondiales.

Pourvu qu’elle soit douce, c’est bien tout ce qu’il demandait, et il l’eût !

 

 

L' Entille

23 janvier 2022 7 23 /01 /janvier /2022 11:54

sujet 04/2022 - clic

-----

 

Je sais qu'on fête cette année les 400 ans de la naissance de Molière                                          

Je sais que l'Avare est une de ses pièces les plus célèbres

Je sais qu'elle se jouera à la Comédie française.

Nous jouions ses pièces à l'école et c'était un cauchemar pour la timide que j'étais.

J'ai eu un cours sur lui à la Sorbonne.

Je suis allée voir de célèbres cours de théâtre à Paris.

Car j'ai voulu un moment être comédienne.

J'ai aimé quelques pièces auxquelles j'ai assisté

Souvent par une intervention extérieure.

Mais je fais plutôt tapisserie... sans théâtre

Car je n'ai jamais aimé le lire

Ni le jouer, ni le voir

Et lorsque je suis allée spontanément

Voire une adaptation d'un texte aimé

Ca a été pour assister à un carnage.

Je fais tapisserie... sans théâtre

Car ce n'est pas mon truc

Que les sièges me font mal au dos

Parce qu'on ne peut tout aimer

Je fais tapisserie... sans théâtre

Parce que j'aime le cinéma, les musées

Les galeries, les librairies, les bibliothèques

Où je fais souvent tapisserie

Car les autres n'aiment pas tout ce que j'aime

Et que je n'aime pas ce que les autres aiment

Alors, je n'aime pas Molière

L'Avare, le théâtre.

Mais ça m'intéresse

Et je comprends qu'on puisse aimer

Alors d'autres ne comprennent pas tout ce que j'aime.

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 21:05

sujet 04/2022 - clic

-----

 

Cher oncle Alpagon,

 

Mardi. Je t’écris de la villa Radin (Vodice, Croatie) où nous sommes arrivés hier soir sans problèmes. Nous avons roulé toute la nuit sans étapes et n’avons fait qu’un arrêt bref à midi pour ne pas dépenser trop sur la route. A l’arrivée, quand Mathieu m’a donné l’heure et que j’ai réalisé qu’il était déjà plus de minuit, j’ai pensé, ah zut alors, on aura payé la nuit entière pour ne dormir que quelques heures. On se rattrapera la nuit prochaine en se couchant plus tôt et en se levant plus tard ! Heureusement, le parking est gratuit, c’est toujours ça de gagné. La chambre comporte un coffre-fort, ouf, j’espère que les femmes de ménage n’ont pas la clé. Heureusement, j’ai apporté le mien, tu sais, le petit rouge que j’utilise pour mes déplacements, je mettrai mon argent dedans et je donnerai l’autre à Mathieu. J’ai déjà entendu parler de vols et tu te doutes bien que je me méfie. Je n’ai tout de même pas épargné toute ma vie pour voir mon argent s’évaporer en une seule minute.

J’ai remarqué que notre chambre est visible quand on est du bon côté de la piscine. Je choisirai  un transat bien placé, comme ça, je pourrai observer ce qui se passe dans la chambre. Je ferai le guet le matin et Yvette s’en chargera l’après-midi. Espérons qu’elle ne va pas s’endormir, pour peu qu’elle ait pris un bon repas à midi. Pour les apéros et les pots du soir, on a créé une cagnotte commune avec Maurice. Celui qui perd aux boules met 7 kounas par partie, celui qui perd au tennis en mettra 10, comme je suis meilleur que lui, je pense que ça ne va pas me coûter trop cher. Tu vois, mon cher Alpagon, combien je mets à profit tes bons conseils et combien je te suis reconnaissant de m’avoir appris à si bien économiser.

Vendredi. Nous avons des voisins formidables, de gros négociants en vins d’Allemagne. Ils nous ont invités à l’apéro à midi, nous n’avons pas déboursé un centime. Comme ils ont un véhicule spacieux et confortable, ils nous proposé d’aller demain visiter l’arrière-pays avec eux. Tu penses bien que j’ai accepté tout de suite. Je ne l’ai pas dit à Mathieu, de toute manière, je sais qu’il n’aime guère faire du tourisme, sa femme non plus d’ailleurs, il préfère les sports et les activités du club. Voilà, mon cher tonton, les bonnes nouvelles que je peux te donner. Avec tout l’argent qu’on va pouvoir épargner grâce à nos bonnes combines et à ces gens si généreux, peut-être pourrons-nous nous payer une troisième semaine, ce qui serait super cool.  D’autant plus qu’Yvette s’est fait une amie au club qui vend des fringues à moitié prix, et presque jamais portées. Elle pourra en acheter un stock et les revendre à notre retour.

J’espère que tes placements en bourse prospèrent et que tu pourras jeter un coup d’œil sur les miens de temps à autre. Je te fais une grosse bise de la part de tous. C’est super de pouvoir s’envoyer des mails, ça économise le prix d’un timbre et celui des cartes postales. Nous ne faisons pas de photos non plus, ça reste dans les tiroirs et personne ne les regarde plus. Si tu veux voir où on est, tu vas sur le site de la villa Radin et tu te rendras compte. Je te quitte, car l’heure de l’apéro est arrivée et Mathieu nous attend pour trinquer.

 

Ton neveu Valère.

 

 

Le blog de Cloclo

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos