Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 mars 2020 6 28 /03 /mars /2020 13:55

sujet 13/2020 - clic

-----

 

Le temps s'étire mollement

Comme les montres de Dali,

A bâiller chez son bailleur

Qui vous loue du clapier...

Le temps s'étire mollement

Mon fiancé chez lui

A contre coeur

Si je puis dire ainsi, m'fait chier... !

 

Nous sommes les sacrifiés

A chanter sur un air des tranchées

Qui va mourir, qui va vivre

En tentant la sortie des vivres... !?

 

Tirage à la courte paille

C'est qui qui s'y colle... !?

Ah ben c'est moi, la chanceuse...

Masque et gants pour attirail

Comme dit ma bignolle

Ca donne pas de fièvre acheteuse... !

 

Toujours sur ressort celle-là

A monter et descendre les escaliers

Elle tient une de ses formes, jamais assise... !

Q'est-ce t'attends Letizia... ??

Dix étages sans ascenseur m'an, minute, eh...

Tu veux que j'fasse d'asthme une crise... !!

 

Pssssst ! Madame Sanchez, madame Sanchez,

Ca vous dirait un gros pourboire... !?

 

 

Le blog de jill bill

27 mars 2020 5 27 /03 /mars /2020 10:27

sujet 12/2020 - clic

-----
 
-Bienvenue chez Moïse le Roi de la tablette. Qu'est-ce qui vous amène ma p'tite dame ?
-C'est un 39
-Un 39 ? J'crois pas en avoir encore vu depuis que j'exerce !
-Je l'ai pris parce qu'ils ont supprimé le 28
-Le 28 pouces est supprimé ? Ça change tout l'temps
-Euh … quel pouce ? Le 39 c'est le bus qui mène à votre rue de Taïwan depuis chez moi
-Excusez-moi, je confonds parfois les bus malgré qu'on soit les Rois de la tablette de père en fils depuis 1802
-1802 ? On faisait déjà des tablettes à l'époque du télégraphe ?
-Oui, enfin des modèles basiques, bien plus lourds, gravés dans le marbre. Revenons à votre problème
-C'est ce machin qui perd des lettres depuis trois semaines
-Je vois … vous avez un antivirus ? McAfee ? Bitdefender ? Pandi-Panda ?
-Euh … non mais on dit que les chercheurs du monde entier sont sur le coup
-Comment ça ? Vous n'avez aucune protection ?
-Je lave le machin tous les matins au gel hydroalcoolique et puis mon mari dit qu'il change le masque de sous-réseau à chaque connexion … rapport aux chinois qui espionnent tout
-Dites moi, elle a pas l'air très rapide
-C'est vrai, mon mari dit que c'est la mémoire qui rame
-C'est normal pour une RAM … Hi Hi Excusez-moi ça m'échappe toujours
-Mon mari me la sort aussi
-Hum … et il en a d'autres comme ça ?
-Des histoires de mégabite, de professeur androïde, que sais-je … ça me fait pas rire. J'ai déjà assez de mal avec le bouton du micro-ondes
-Bien … vous fermez bien toutes les fenêtres avant de l'éteindre le soir ?
-Oh avec ce qui se passe dans le monde en ce moment j'aère dix minutes le matin et c'est déjà risqué
-Bien … y'a longtemps que vous avez vidé la corbeille ?
-C'est mon mari qui le fait chaque mercredi, c'est le jour des poubelles
-Bien … et ces lettres perdues, ce sont lesquelles précisément ?
-Oh tout ça c'est de l'hébreu pour moi
-ça tombe bien, chez Moïse le Roi de la tablette on est habitués. Vous allez me laisser ça jusqu'à la fin du confinement … je vous demande juste deux cent sesterces … pardon deux cent euros d'acompte sur mes honoraires
-Vous êtes chargés en ce moment ?
-Non madame, on ne mange pas de ce pain là chez Moïse !
-Pardon ...
-J'ignore ce que fabriquent les gens avec leurs tablettes … une vraie épidémie. Cette mondialisation, ça n'a rien de bon.
 
 
26 mars 2020 4 26 /03 /mars /2020 14:30
sujet 12/2020 - clic

-----

 

- slt cv ?

- m jvb

- tu vi1 2m’1 ?

- …

- rstp jtm

- jeteléDjadi l’S tomB

- pk

- …

 

Pauvre langage devenu squelettique, privé de la « substantifique moelle » qui en faisait la saveur…

 

- ‘Tain, chié ! 

 

Même les injures sont ridicules de platitude. Enfermées, tassées, séquestrées dans cette cellule basse de plafond, les lettres inutiles gardent la mémoire des truculents « Jarnicoton », « Palsambleu » et autre « Foutriquet »… Et ce « Merde » flamboyant d’arrogance et de mépris qui, lui, a fait la guerre ! Mais que sont les mots devenus ?

Au moment où elles se lamentent pour la énième fois, l’auteur de cet intermède navrant laisse malencontreusement tomber sa précieuse prothèse. Et tandis que son pouce s’agite spasmodiquement contre sa paume vide et que son regard hagard fouille le sol de sa chambre jonché de chaussettes malodorantes et de toutes sortes d’emballages vides, sous la commode BANCALE les lettres s’enfuient par la fêlure de l’écran et se ruent dans la pièce, se répandent, chacune cherchant pour les autres une issue de secours. Certes, l’espace est désormais plus grand, mais elles savent que leur avenir est ailleurs. Elles rêvent de s’étaler et de s’étirer sur des lignes, de s’accrocher les unes aux autres en guirlandes de mots pour dévaler des pages blanches en y laissant leurs traces, elles veulent prendre du sens, les voyelles surtout, peut-être les plus turbulentes ! Sortir, aller à la rencontre des idées, les devancer ou les suivre, aider les gens à se parler vraiment, à exprimer leurs joies et leurs peines, leurs soucis et leurs envies de vive voix… De vive voix, la belle expression…

Sortir… Elles se cognent et rebondissent entre les murs comme des GUÊPES folles jusqu’à ce que la fenêtre s’ouvre :

 

- Ho, tu descends, mec ?

- Ouais.

 

Les lettres, elles, se sont envolées, libérées, délivrées ! Adieu

 

 

Le blog de Galet

23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 15:28

sujet 12/2020 - clic

-----

 

Nous, Mesdames les Souris et associés, mulots, lérots, surmulots, campagnols et autres vocables nous désignant, avons décidé en réunion plénière du 22 mars 2020 et avec l’accord de notre instance supérieure, la CORONA RONGEURS, de rapatrier d’urgence tous nos congénères vivant à l’extérieur, ou dans des endroits froids et insalubres du genre grenier, caves, remises, appentis, garages, cabanes, pour rejoindre dans leur demeure leurs compagnons des villes et autres lieux, obligés de rester cloîtrés chez eux, sans grandes distractions, si ce n’est la télé, l’ordinateur et le smartphone dont ils se lasseront vite, surtout si on en leur impose le plein emploi.

Grâce à notre intervention, souvent bruyante et remarquable, nous animerons leurs journées par nos facéties habituelles, du genre grignotage des restes sous la table, dégustation des objets d’intérêt prioritaire, du style fils électriques et prises en tous genres, petit linge de corps ordinaire que nous transformerons en fines dentelles, recyclage et massicotage des papiers inutiles et périmés,  mieux qu’un destructeur haut de gamme, grignotage du gruyère laissé sur un meuble…etc. Le soir venu, nous charmerons nos amis par des pantomimes tout à fait innovantes, et leur offrirons nos grandes premières sans supplément de prix, en les conviant à  des parties de cache-cache mémorables dont l’enjeu sera pour eux, pauvres confinés, de retrouver le premier (la première) l’endroit où leurs charmants compagnons se sont si astucieusement dissimulés.

Si l’un de nous, de surcroît, a la bonne idée de se cacher sous le lit ou dans le tiroir de l’armoire de la chambre, cela divertira grandement, nous le pensons, la personne qui, profondément endormie, sera tirée brutalement de ses rêves grâce à nous et devra aller les poursuivre dans une chambre glacée pour éviter l’affrontement inévitable. L’occasion inespérée, n’est-ce pas, de redécouvrir d’autres lieux, parfois inoccupés depuis 20 ans, et d’affronter brutalement, mais avec bonheur c’est sûr, un passé, une ambiance, bref un retour vers l’enfance que vous n’auriez pas pu vivre sans notre intervention.

Le confinement a du bon pour nous, c’est évident, cela nous permet en cette période de froid intense, de nous  retrouver tous ensemble, avec jeunes et moins jeunes, dans des maisons bien chauffées, de jour comme de nuit, dans un accueillant cocon familial et de profiter au mieux des largesses d’une famille enfermée chez elle pour un bon moment encore, en tout cas assez longtemps pour que nous, rongeurs de tous poils, puissions, grâce à elle,  reprendre vite des forces et regaloper dans la vaste prairie sous des climats plus propices, en retrouvant bientôt notre chère liberté et surtout, surtout, tous nos amis.

 

 

Le blog de Cloclo

23 mars 2020 1 23 /03 /mars /2020 11:18

sujet 12/2020 - clic

-----

 

B K E G W R : C'est un cri de joie

A leur couleur, ça se voit

Libérées, les lettres de ma tablette

En désordre et sans intention, elles font la fête

Depuis si longtemps confinées

juste pour des mots-texto

Oubliés bien trop tôt

souvent lâchées par des doigts maladroits

 

Les virus avaient changé de proie

 

 

Le blog de Margimond

22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 19:04

sujet 12/2020 - clic

-----

 

Kezako

Ce sont des postillons giclant du smartphone

avec des airs joyeux de alphabet ?

Non !ce ne sont pas des phonèmes

des « o » ou des « a », des « m » ou des »n »

ce sont plutôt de vrais phénomènes

l'ennemi invisible ne s'envole-t-il pas

échappé de la p'tite boite à causette

pendant qu'on taille gaiement la bavette

avec les voisins, avec les voisines

Alors qu'au secret on devient tous aphones

vont-ils essaimer dans toutes les zones

pendant qu'on papote avec les copines 

sur l'associé bonhomme Téléphone 

qui nous relie ?

 

Ah la la ! c'est pas la fête

d'être confinés si longuement at home

d'être taxé si on sort sans le papier requis

Dans les barres d'immeubles agglutinés

aux fenêtres accrochés, les petits

regardent le soleil de printemps arriver

et la vie qui recommence à naître

avec les jonquilles et les primevères

tout ce renouveau dans l'atmosphère

dans la sève et les corps après l'hiver

jardins et parcs urbains sont interdits

 

Aujourd'hui, le virus a posé son dictat

Qu'on le veuille ou qu'on ne le veuille pas

l'an sera historique ou bien ne sera pas

même si l'on n'en a pas bien forcément envie

les vieilles habitudes passeront à la hotte

car le vilain virus se comporte en despote

et nous agrafe tous asservis sous sa botte

Bon gré, mal gré, faut faire avec, rester chez soi

Et cela jusqu'à quand ? L 'avenir le dira!

 

 

Le blog de Lecrilibriste

 

22 mars 2020 7 22 /03 /mars /2020 16:54

sujet 12/2020 - clic

-----

 
Les lettres confinées dans ma tablette se sont mises en colère. Elles ne veulent plus vivre retenues par un cadre et coincées derrière une vitre, elles veulent agir de leur propre chef, être en pleine créativité.
Elles sentent qu’une mutation est en train de se produire.
Pendant que les hommes entrent dans leur coquille à cause d'un virus
Elles, elles veulent s’expulser de leur berceau
L’homme confiné va certainement revenir vers les choses les plus précieuses, les plus essentielles : celles qu’il a toujours portées en lui.
Et les lettres elles aussi veulent agir.
Comment avoir la foi en ce qui va venir ?
Tout sera à réinventer ; la forme des lettres comme la forme des sentiments humains devront se réapproprier de nouvelles croyances.
Regardez sur cette image, la plus haute lettre, le E je crois, se retrouve en plus grand nombre :  5 comme les 5 doigts de la main (ce E,  est-ce le E d’Egalité?)
Donc, la lettre E a lancé la quête collective de la liberté. Elle voudrait que les lettres ne fassent plus appel à un modèle, ne dépendent plus d’une forme imposée, d’une idéologie, ne soient plus affaire d’opinion. Majuscules ou minuscules, noire ou en couleur, tracées ou imprimées, chaque lettre a sa juste place, sa juste valeur.
Le lien qu’elle veut créer avec les autres lettres doit l’aider elle, mais aussi ses compagnes, à trouver et à réaliser le bon mot.
Aucune domination parmi les lettres.
Aucune croyance inculquant que certaines sont plus utiles, plus belles, plus importantes…
Pour faire les mots, toutes sont nécessaires. Certaines croyances donnant à certaines lettres très peu d’utilité sont totalement fausses et malsaines ! Suivant les langues les besoins ne sont pas les mêmes ; ces croyances divisent les lettres, elles ne les unissent pas !
Avec le E je dis
« Ne supportons plus l’abêtissement dans lequel on veut pousser l’esprit de l'alphabet. Soyons fiers de ce que nous sommes et œuvrons en direction de mots nouveaux !
Se souvenir que l’imitation n’est pas création. Nous les lettres on a essayé de nous insérer dans des formules toutes faites pour les hommes et par les hommes. Ne soyons pas machine à répétition.
Là où il y a imitation, il y a désintégration c’est-à-dire mauvaise intégration
Là où il y a autorité, mesure arbitraire, il ne peut y avoir que copie
Alors mes amies les lettres, soyons créatives, neuves, fraîches, heureuses, fécondes.
Après le chaos, nous ne serons plus jamais comme avant quand nous étions sous l’emprises de tant de formes d’autorité inculquées et enracinées en nous depuis la nuit des temps
La désintégration de la société alphabétique et de son vieil esprit d’imitation mènera les lettres, toutes ensemble dans l’air de la libération. Finis les anciens carcans !

Avec les lettres déjà libres, nous avons écrit, tracé ce mot

 

NiDCADEAUBLANcSUCreBoN

 

Vous y trouverez certainement la formule magique pour œuvrer dans le bon sens avec un bon et nouvel esprit créatif. 

Le E et moi, nous vous disons « que ce mot a le pouvoir de sortir les gens d'une situation difficile et même de changer leur vie ; il se prononce quand on ne sait plus quoi dire » et que la situation est devenue invivable !   Cf : Marie Poppins

Courage à tous, les lettres veulent mettre les voiles mais vous humains restez confinés pour ne pas transmettre où attraper le satané virus

 

 (dans le mot virus je vois survi…)

 

Le blog de Jamadrou

21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 18:26

sujet 12/2020 - clic

-----

 

Mesdames et messieurs, nous nous sommes résolu à punir les GAFA et leurs collègues. Nous avons donc décidé en conseil des ministres que nous ne serons plus des pourvoyeurs de fonds pour des sociétés tentaculaires et gargantuesques. Leur appétit s’appuie sur notre fainéantise.

 

L’homme a toujours été paresseux, c’est d’ailleurs ce point qui a fait avancer la civilisation. Il a fait travailler ses méninges pour soulager ses muscles.

Or aujourd’hui, nous n’utilisons ni les unes ni les autres. Donc, et de manière complètement arbitraire, sans qu’il soit mis en place référendum ou consultation quelconque des populations, à partir de demain 0h00mn et pour un temps indéterminé, les connections à internet seront rompues, les réseaux téléphoniques seront fermés.

Nous testerons une vie où la communication se passera dans une sphère proche, où les achats se feront dans un périmètre restreint. Nous participerons à la vie de chez nous.

Il nous faudra plonger dans un monde totalement inconnu. Il va nous falloir réapprendre à nager dans une eau sans propulseur. Le crawl sans palme pour ainsi dire.

Juste nos muscles et nos neurones pour faire avancer le monde.

 

Et je me suis réveillé en hurlant. Vite, j’ai allumé mon androïd, branché ma télé, ouvert mon PC.

Mon cœur s’est emballé, ma respiration saccadée a eu des ratés, mon cerveau déconnecté a émis un couic étrange. Et puis plus rien !! Electro plat !

 

 

L'Entille

21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 18:20

sujet 12/2020 - clic

-----

 

- Cela ne rentre pas chef !

 

- Comment cela ne rentre pas ?

 

- Trop de lettres, elles refusent de s'installer dans le bidule.

 

- Le bidule est un smartphone et les lettres ne sont pas faites pour aller dedans, vu que je les ai sorties.

 

- Pourquoi ?

 

- Les gens sont en confinement, faire des mots croisés ou fléchés va les occuper un moment.

 

- Ah ! Mais ce n'est pas pratique, il n'y a pas de cases, ni de définitions.

 

- Pourquoi pas aux gens d'en chercher facultativement ?

 

Au bout d'une heure…

 

- Cela ne va pas !

 

- Comment cela ?

 

- J'ai beau essayer, il n'y a pas toutes les lettres pour écrire le mot que tu as dit.

 

- Je ne t'ai pas dit d'écrire le mot mais si tu en as l'occasion ou accessoirement de trouver par toi-même des définitions.

 

- Là non plus cela ne rentre pas dans le bidule là !

 

- Je t'ai déjà dit que…

 

- Je sais, le smart machin…

 

- Le smartphone !

 

- Oui, bon, j'en ai ras le casse-tête de ce truc et de toutes ces lettres, je vais me coucher. Réveille-moi lorsque le confinement sera terminé.

 

- Désolée, cela ne rentre pas non plus dans l'appareil.

 

 

Le blog d'Aimela

21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 15:40

sujet 12/2020 - clic

-----
 
Voilà une des rares choses que je fais depuis ta mort que je n'ai jamais fait avec toi.
Il faut dire que ce confinement est inédit pour tout le monde et beaucoup de choses
Qu'on entend et qu'on voit t'aurait horripilé; il faut dire que c'est le cas de beaucoup
De choses que j'entends ou vois depuis ta mort. Que ne donnerais-je pas pour partager
Nos énervements? J'entends dire que des couples se bouffent le nez pendant ce confinement.
Que ne donnerais-je pas pour me disputer avec toi? Que ne donnerais-je pas  pour que
Nous nous soyons pas disputés une semaine avant ta mort? Ceci, vu le temps que
Nous passions ensemble (hors le travail, presque tout notre temps libre), nous ne
Nous sommes guère disputés; moins que certains en cinq jours de confinement.
Sans toi, Didier, le confinement me paraît simple car le plus difficile
Est de m'habituer à vivre sans toi, Didier alors que presque tous mes pas,
Mes livres, la presse que je lis, mes nuits, mes journées, mes paysages
Me ramènent  aux mêmes  ou similaires que j'ai vus, lus, entendus avec toi
Alors ce confinement, mazette, de la roupie de sansonnet !
Sans toi, Didier...
 
 
21 mars 2020 6 21 /03 /mars /2020 13:56

sujet 12/2020 - clic

-----

 

Je smart, tu smarts, il smart, nous smartons

A longueur de journée

Avec les copines, avec les copains

Tous punis dans leur coin

Bonjour la dictature, au revoir la liberté

De Panurge en moutons...

 

Ca va ouat... ?

Ouais wam ça va, et ouat... ?

Mouais ça va, ça va, mais

J'ennuie comme un rat mort

Avec mes yeuves au télétravail

Et le frangin encore gamin

A regarder Bob l'éponge,

Bonjour l'ambiance chébran... !

 

Plus d'rencart avec les filles,

Y 'en passe même plus à téma sous mes fenêtres,

Plus de pot après l'école, de teuchi, c'est teubé hein !

 

Tout ça pour un tainpu de sretmon...

Merde in France comme dit le Dutronc !!

 

Ouais mec c'est cheum !

Qu'est-ce t'écoute en zicmu au quesca ?

Kenzy, Big Red, K-mel...

 

Et ouat ?

Tu vas rire, Virus, en boucle !

 

Ah wouais veugra keum !!

 

Bon zy va, à plus...

Y a mon joibour qui m'casse les yoc,

J'suis de corvée de yienche, enfin son crottin !! Y'abuse...

 

A tout d'suite keum, c'est dans la poche... !

 

 

Le blog de jill bill

19 mars 2020 4 19 /03 /mars /2020 14:19

sujet 11/2020 - clic

-----

 

Asseyez-vous, Corona. Non, plutôt, restez debout ! Oui, là, près de la fenêtre. Ce que j’ai à vous annoncer n’est pas des plus plaisants mais je vous accorde suffisamment d’intelligence pour l’avoir pressenti.

Depuis votre arrivée dans notre société, où vous avez été accueilli avec indifférence à défaut de sympathie, et avec quelque suspicion pour un petit nombre, vous n’avez eu de cesse que de semer la zizanie, et répandre votre mauvaise influence en vous accrochant aux uns et aux autres.

Vous nous avez dit arriver de Chine, et nous n’avons pas cherché à fouiller plus avant dans votre passé, attendant que vous nous fournissiez un minimum d’informations sur vos antécédents, ce que vous n’avez toujours pas fait.

Je n’ai pas la réputation d’être un adepte du pofigisme, avec moi il faut que ça bouge. Or, depuis que vous êtes là, vous vous mêlez de la vie de tous et chacun sans jamais rien révéler de vous et par votre action vous nous contraignez à l’inaction. Vous nous bouffez la vie ! Voilà, je l’ai dit, je n’en peux plus, vous nous insupportez, votre présence est nocive. Nous vous avons bien observé, il n’y a vraiment rien de bon à tirer de vous. Je n’irai pas par quatre chemins, Corona, vous êtes un fléau ! Oui, un fléau, je vous le dit en face.

Non, n’avancez pas, je ne suis pas de vos intimes, je vous prie de garder vos distances. Tout ce que vous direz pour votre défense sera irrecevable.

Puisqu’il n’est pas actuellement en mon pouvoir de vous virer, je vous annonce donc que nous  avons pris la décision de tous disparaître de votre vue, nous allons nous retrancher dans nos vies respectives et vous laisser errer comme une âme en peine jusqu’à ce qu’un ennui mortel vous ronge au point de vous faire disparaître à tout jamais.

Que dites-vous ? Vous irez voir ailleurs ? Toutes nos succursales à l’Etranger sont au courant de vos agissements, vous êtes persona non grata, et croyez-moi, vous ne vous en tirerez pas comme ça, vous êtes dans notre collimateur.

Corona, tout est dit, je ne vous retiens pas. Ce qui peut advenir de vous, je m’en lave les mains !

 

 

Le blog de Galet

18 mars 2020 3 18 /03 /mars /2020 21:22

sujet 11/2020 - clic

-----

 

« Faut rigoler faut rigoler

Avant qu’le ciel nous tombe sur la tête… » clic

Chantait alors ce pofigiste hilare pas du tout résigné…

C’était déjà il y a longtemps…   

Il arrivait des Iles sous le vent avec sa chanson douce clic

Et ses éclats de rire tonifiants…

Mais c’était bien avant

Que toutes ces menaces arrivent en même temps.

                Devant ce Virulaminus envahissant, j’en suis certain

                Il eût pris son cheval coiffé son grand chapeau

                Pour nous chanter encore « Et alors et alors

                Zorro est arrivé eh eh… » clic

Pour moi qui suis déjà un señor vieillissant, fragile sur sa haridelle

J’ai déposé depuis longtemps ma lance à l’ombre des moulins. clic

                Trop inquiétant tout ça ! Et je baisse les bras

                Résignation ou fatalisme ? Mektoub ou Inch Allah ?

                Et je repense aux quelques lignes de Laura sur le Maroc …

Car  j’ai vécu près de 20 ans sur cette petite Ile dans l’Océan Indien, près de Madagascar

Et je m’interrogeais sur cette acceptation pourtant souriante du destin, par ceux qui l’habitaient.

Et je me souviens de ce matin là, en Mars 2009, après le passage ravageur du Cyclone Ivan, où sur la route de Maromandia, les rescapés de ses coups de boutoir, après avoir passé la nuit blottis dans leur case de paille, venaient en s’esclaffant constater les dégâts : des rizières inondées, des troncs déracinés et des crevasses qui rendraient la route impraticable pour longtemps..

Ils étaient saufs. Et ils riaient. Ils dansaient presque sur la route. Ils s’en étaient sortis.

Certains des leurs, sur cette petite Ile, n’auraient pas eu leur chance.

Mais ils boiraient du rhum à la veillée. Et  la vie reprendrait.

                Nulle « sagesse » là dedans

                C’était écrit comme ça

                Acceptation « joyeuse » du destin ?

                Je n’en suis pas certain

                Mais ça m’interrogeait

                Ça m’interroge encore.

Alors au jour où nous en sommes

Avec à l’horizon ces ombres menaçantes

Ces glaciers qui s’affaissent et ces inondations inéluctables

Et ces chaleurs torrides et cette sécheresse sur la terre brûlée

Avec ces vagues de miséreux criant leur désespoir aux portes de l’opulence…

                Que peut-on dire encore ?

                Chacun pour soi et Dieu pour tous ?

                Save Our Souls

                Après moi le Déluge ?

                Mais tout de même ! Tout de même…

                La fin d’ mon petit Moi

                C’est pas la fin du Monde !

                On peut encore avoir son mot à dire

                Et le printemps arrive…

 

 

Ilonat

17 mars 2020 2 17 /03 /mars /2020 14:07

sujet 11/2020 - clic

 
-----
 
PO FI GI SME …
 
« C'est quoi ce truc ? »
 
Germaine a toujours eu le chic pour inventer des mots tordus au scrabble.
 
J'ai l'air d'un plouc avec mes Corona, Confiner et Perlimpinpin !
 
Depuis trois jours entre nous deux c'est la guerre.
 
Hier elle m'a battu au Monopoly avec 3 hôtels fermés Rue de la Paix et une Gare Montparnasse déserte mais je compte bien la battre au scrabble malgré son Pofigisme à 38 points-mot-compte-double !
 
« C'est quoi ce truc ? »
 
Germaine se rengorge pour me sortir sa science Wikipédienne : « C'est une attitude face à l’absurdité du monde et à l’imprévisibilité des événements »
 
Dans le genre imprévisibilité des événements, on est servis depuis quelques jours, depuis que j'ai besoin d'une autorisation de sortie pour aller faire pisser le chien, depuis que le ciel nous est tombé sur la tête …
 
A la voir se trémousser je sens bien que Germaine est pressée d'en finir avec le scrabble.
 
J'ignore si c'est depuis que Canal Plus diffuse ses films en clair mais elle a la libido en vrac et la foufoune en folie.
 
N'a t-elle pas décrété qu'on allait se refaire tout le kamasutra comme à 20 ans … une page par jour pendant 45 jours !!
 
Je sens que je vais … « Comment ? Oui ma puce, je me dépêche »
 
J'attrape mon autorisation de sortie pour raison médicale et j'embraye la Twingo. La Twingo non plus n'en peut plus.
 
Pourvu qu'ils aient encore du Viagra à la pharmacie.
 
 
Le blog de Vegas sur sarthe
17 mars 2020 2 17 /03 /mars /2020 11:55

sujet 11/2020 - clic

-----

 

Craindre
que la Terre ne s'éloigne du soleil
Redouter
que les oiseaux cessent de chanter
Oublier
de l'enfance la joie quand sautent les moutons
Effacer
le plaisir de lire perchée sur une branche
bien installée sur Terre avec les oiseaux pour compagnie
et une histoire à savourer - une histoire parée de bleu

On n'est jamais plus en confiance qu'avec les mots.
Pas tous ! Je pioche ceux qui rassurent
offrent un voyage immobile
sous des chapitaux d'azur

Regardons tous les orages de face
laissons-les nous traverser et puis prenons
le temps de nous sécher - naturellement
comme le chat qui se lèche
comme l'ours qui panse ses plaies
et se roule dans la boue

Quand le bouclier est inefficace
pensons pluie bienfaitrice
et éteignons le bûcher

Il n'y a pas de hasard
si la vie nous conduit
vers une impasse
on a toujours le choix
entre faire demi-tour
ou imaginer un autre passage

Demi-tour impossible !

Construisons alors le décor
au bout de la lorgnette du jour
à petits pas précautionneux
et inventivité contagieuse

L'espace offre toujours un ciel
et si la lumière devient blâfarde
prenons-la pour clair de lune

Posons sur l'autel du cadran solaire
un bouquet de poèmes
avec un nuage de pofigisme


Le blog de Carmen Pennarun

16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 21:03

sujet 11/2020 - clic

-----

 

Et Pof ! Ça y est

le ciel nous est tombé sur la tête

Ici git le pofigiste aventurier

et sa desespérance enchanteresse

Sa gaieté plombée rit jaune

confiné malgré lui at home

comme tous ses concitoyens

à cause de la fatalité perverse

liée aux bottes de sept lieues du Coronavirus

planant sur nos têtes en sombre nimbus

emplissant le monde avec ses cactus

semant à tout va tous ses microbus

avec une parfaite allegresse

Et sans se soucier de l'immense detresse

qui règne sur le monde après tous les laïus

des présidents et ministres qui font chorus

repris en refrain par les journalistes

qui nous invitent à longueur de journée

à sagesse et raison pratiquer

Il poursuit sa route en bel arriviste

sans trop savoir où il va s'arrêter.

Alors prenons pitié de nos poumons, de nos sinus

avec des fumigations d'eucalyptus

 

 

Le blog de Lecrilibriste

 

16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 19:21

sujet 11/2020 - clic

-----

 

Le pofigisme ne doit pas être figé :
il doit juste être peaufiné
si vous voulez le voir durer.
Un pauvrissime pofigisme
vous rendrait infiniment infirme
alors qu’un pofigisme sublimissime
grandissime et richissime
vous fera positiver,
il enrichira vos idées
sans trop les disséminer.
Un figisme sans son pot
ne serait qu’un pauvre idiot,
et un gisme sans pofi
vous ferait moins de profit,
profitez-en sans excès
même quand le mot est entier
rabâchez, remâchez-le
pour pouvoir le digérer
et ne jamais l’oublier…
Et surtout vous souvenir
pour épater l’entourage
qu’on apprend à tous les âges 

 

 


Le blog de cloclo

16 mars 2020 1 16 /03 /mars /2020 13:59

sujet 11/2020 - clic

-----

 

« Le pofigisme est une résignation joyeuse, désespérée face à ce qui
advient. Les adeptes du pofigisme, écrasés par l’inéluctabilité des
choses, ne comprennent pas qu’on s’agite dans l’existence. Ils accueillent les
oscillations du destin sans
chercher à en entraver l’élan. Ils s’abandonnent à vivre. »

Ébé, au moins, ce virus aura servi à quelque chose, me faire connaitre ce mot dont je n’avais jamais, ni d’Ève ni d’Adam, entendu parler.

Popopo, figisme, fige moi ce mot savant dans ta cervelle.

Faut bien que je m’y résigne.

Je vais profiter de cette situation pour apprendre par coeur le dictionnaire, je te le jure sur la tête de ta mère, ton cousin, heu non, le cousin, c’est moi.

Vis, ruse,

non russe, « ce mot viendrait peut-être de « pofigizma », mot russe qui signifie attitude face à
l’absurdité du monde et l’imprévisibilité des événements. »

Ben, crois moi ou non, j’avais pas prévu de faire la connaissance de ce pofigisme.

Youpi ! et moralité:

À toute chose, malheur est bon,

En ces temps de communications difficiles,

où embrassades, accolades, sont mises en péril,

continuons à nous aimer, supporter,

conforter

grâce à ces réseaux,

parfois néfastes et porteurs de fausses, dévastatrices criminelles nouvelles,

mais si utiles par les temps qui courent.

Pofigismement vôtre.

 

 

Le blog de Jaklyn'Oléum

15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 18:29

sujet 11/2020 - clic

-----

 

Depuis que la pluie ne s’arrête plus de tomber,

Depuis que l’hiver et l’été s’entremêlent pour ne plus se distinguer,

Depuis que les neiges éternelles fondent plus vite qu’elles se sont créées,

Depuis que les hommes ne distinguent plus le vrai du faux,

Depuis que le vent s’engouffre dans notre cerveau sans plus trouver d’obstacle,

Depuis que le monde se désintègre par nos actes,

Depuis que la planète que nous habitons est devenue un village où nous nous haïssons,

Depuis que l’autre est l’ennemi,

Depuis que l’angoisse du lendemain a balayé la joie d’aujourd’hui,

Depuis que la peur du manque a étouffé la réalité de l’abondance,

Et parce que nous nous sommes crus plus forts que le monde,

Le ciel a fini par nous tomber sur la tête.

Que restera-t-il ?

Oublier l’absurde ancien,

Créer le nouveau dont le régime sociétal obligatoire sera le POFIGISME ?

Mais commencer par nous changer nous-même.

 

 

L'Entille

15 mars 2020 7 15 /03 /mars /2020 18:24

sujet 11/2020 - clic

-----

 

Comment appeler ça?
Fatalisme, résignation ou pofigisme?
J'ai été frappé ça quand je vivais au Maroc.
Cela venait-il de la plus grande proximité de l'Equateur?
Ou de la religion?
Moi qui vient d'un pays où tout le monde râle,
Se révolte contre le pouvoir, les riches, le patron.
C'est bizarre de voir les Marocains,
Non pas joyeux car il n'y a guère de musique, ni de couleur
Sauf dans les sous-vêtements et les arrière- boutiques.
Mais tranquilles; le système politique y est peut-être
Pour quelque chose: chez nous, trop de démocratie tue parfois la démocratie.
Notre caractère "speed" à tous les deux ( on met ta mort sur le dis du  tien et le mien contraste
Après ma résignation enfantine) s'est heurté à leur atavisme.
Je m'agace de l'allure bonhomme des gens dans la rue, je les double.
Comment appeler ça?

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos