Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 09:44

sujet 41/2021 - clic

-----

 

Cannelle s'est rendu compte qu'elle était alcoolique, lorsque, au petit déjeuner ,un lendemain matin d'une nième soirée bien arrosée. Ses mains tremblaient et elles tremblèrent jusqu'au premier verre, du jour, avant midi, à l'apéro, vite parce qu'elle était en manque et pour retrouver le contrôle de ses mains. Mais la prise de conscience de l'addiction avait semé sa graine dans son esprit. C'était la fin des vacances d'été. Cette énième homme rencontré au bar, était gentil, attentionné mais elle n'avait pas envie de lui. Elle lui accorda cependant ses faveurs car il l'éloignait de ses bars pour Paris, dans son appartement. Elle n'arrêta pas tout de suite de boire avec excès, encore moins de fumer à chaque verre et de séduire des hommes et de les suivre parfois pour un coup, des coups, une nuit. Elle était tombée, avait eu des blessures très visibles(que certain(e)s ne voulaient pas voir). Le lendemain, elle était malade et racontait autour d'un verre à sa copine qui voulait aimer(et être aimée) plus que séduire comme elle. Cannelle fuyait l'indifférence pour l'oubli, de chercher un sourire, une parole, un geste, un baiser, des caresses. Cannelle buvait et se mettait en danger: un homme repoussé avait tenté de la coincer et de la....

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

27 décembre 2021 1 27 /12 /décembre /2021 09:37

sujet 41/2021 - clic

-----

 

Ah non ! Josette pas dès potron-minet !

 

Bon, Oui d’accord, c’est le 31 ça s’arrose

 

Alors verse m’en un peu, deux doigts,

 

Mais pas trop, enfin une bonne moitié,

 

D’main  je turbine

 

Et je crains les lendemains qui déchantent

 

 

 

Le blog de Jak 

26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 18:40

sujet 41/2021 - clic

-----

 

Je te préviens, Paulette, si tu m’en sers encore une rincette, je ne réponds plus de moi. Tu sais comment ça s’est passé la dernière fois ? J’ai été frapper à la porte du voisin en le traitant de … comment déjà ? C’est qu’il l’a mal pris le bougre. Il aurait dû comprendre que j’étais pas dans mon état normal. « Madame Brunet, je ne vous reconnais plus, vous une femme si digne et si sérieuse. Et dont le mari fait en sus partie de la ligue contre l’alcoolisme !» « En sus », t’as vu comment il cause ? Il veut faire son cacou parce qu’il a fait trois ans d’études à la fac, tu parles… Et patati et patata, comme si on pouvait pas se faire un petit plaisir pour les fêtes ! Tiens, au fait, ça me revient, c’est bien lundi que tu auras tes 50 piges, non ? Oui ? Alors, ça s’arrose, ça, Paulette, même avec un peu d’avance ! Ça ne s’arrose pas, dis-tu ? Mais tu es encore aussi fraîche qu’une jeune fille de 20 ans ! Des rides ? Sur le front et sur les joues, attends que je me rapproche … Ah oui, on le dirait bien en y regardant de plus près…Mais je te jure que ça ne se voit pas du tout, Paulette ! Bon, c’est vrai que je n’ai pas mis mes lunettes, mais tout de même, je te trouve encore bien conservée pour ton âge. Bon, j’accepte une dernière goutte, mais c’est juste pour te faire plaisir, Paulette, et pour t’aider à passer ce dur moment, moi j’ai encore du temps devant moi, ouf, ça me rassure, allez, à ta santé, Paulette !!

 

 

Le blog de Cloclo

26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 18:31

sujet 41/2021 - clic

-----

 

Pas plus d’un verre à la fois !
On exagère parfois.
C’est Noël !
La bonne nouvelle.
Fêtons la naissance de Jésus
Il faut être assidu.
Que dira le curé,
Si on ne l’a pas inauguré !
Un doigt seulement !
Tu le verses doucement.

Pourquoi les meubles tournent ?
À leur place, il faut qu’ils retournent.
On n’a presque rien bu.
Nous faisons un peu de chahut.
Un réveillon à deux, ça s’arrose ;
L’alcool tue l’arthrose.
Encore un petit doigt d’apéritif,
Et on glissera à table récréative.
Un peu de blanc et de rosé,
La poulette sera bien arrosée.

Les plats à peine touchés,
Il est temps d’aller se coucher,
Avant le fromage et le désert,
Ce soir pas de concert.
Pour la première fois elle partage le même lit,
Un simple canapé-lit.
Les vêtements arrachés, tout se met à tourner,
Quelle journée.
Tout ça pour quelques verres,
Avalés un peu de travers.

Le lendemain réveille un peu difficile.
La chasse aux vêtements n’est pas facile.
Un brouillard épais a envahi leur logement,
Comment se retrouver facilement.
La cuisine a disparu,
On va se retrouver à la rue.
Guelle-de-bois pour les deux amis,
Toutes les deux, mamies.
Retournons au lit
Nos têtes ont pâli.

 

 

 

Le blog de Chatondaniel

26 décembre 2021 7 26 /12 /décembre /2021 12:47

sujet 41/2021 - clic

-----

 

- Tu te souviens de notre compère de la semaine dernière ?

- Oui, vaguement… c’était pas Kévin ?

- Si. Eh ben il a fallu le requinquer !

- Noooon ! Et pourquoi ?

- il était un peu à bout de souffle.

- un pote à Nougaro ?

- oui, si tu veux, sauf que ça finit mieux à la fin. Faut dire aussi que Kévin a rien piqué. Pas besoin des flics de la police.

- Ah ça y est, la mémoire me revient, le hold-up, la fuite, les copains qui se font descendre…

- C’est bon, c’est bon. Enfin, bref, eh bien figure-toi que je l’ai revu le lendemain.

- Et ça allait mieux après « les soins » ?  

- On va dire moyen :

 

Le blog de

25 décembre 2021 6 25 /12 /décembre /2021 15:18

sujet 41/2021 - clic

-----

 

Un doigt seulement

pour un lendemain qui chante

sans casseroles

 

Le blog de Maria-D

25 décembre 2021 6 25 /12 /décembre /2021 15:15

sujet 41/2021 - clic

-----

 

Allez encore un verre concierge...

 

Alors rien qu'un p'tit m'dame Tartuffe !!

 

A la bonne nôtre,

Ca tue tous les microbes ce rhum antillais...

Mais nan, pas d'maux tête le lendemain,

Vous vous réveillez comme une camomille, une fleur quoi !!!

 

C'est que j'me dois à mon d'voir de concierge, hic...

Distribuer l'courrier, et pas que, hic...

 

Vous tenez le tout à la perfection, hic...

 

Si vous l'dites, hic, ça m'fait plaisir m'dame Tartuffe, hic...

Bon sur ce, il est onze heures,

Mon bouillon m'attend et même pas encore habillée moi, hic...

 

Et moi, hic, ma dinde aux truffes... hic...

Bah concierge, fêter la Noël n'est pas pécher, hic...

 

Si l'curé nous voyait c'matin.... !!!

Hier à la messe d'minuit, sobres comme chameau, hic...

 

Tchin tchin ma bonne concierge, hic...

 

Santé m'dame Tartuffe, hic...

Et qu'l'petit Jésus d'la bûche nous pardonne, hic...

 

 

Le blog de jill bill

20 décembre 2021 1 20 /12 /décembre /2021 19:18

sujet 40/2021 - clic

-----

 

Souffle chaud sur des mots

exsangues et vidés de sens

Boursouflé de votre orgueil

de votre indécence

A bout de souffle

Vous chassez les mots

Aux couleurs de l'été

Trop ringards, trop hors temps

Vous décidez de les retourner au néant

Mais sachez que souffler n'est pas jouer

 

Le blog de Margimond

19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 19:38

sujet 40/2021 - clic

-----


Souffle de vie,
Souffle de l’espoir,
Souffle léger,
Souffle que tu retiens,
Souffle qui s’affaiblit
Souffle qui se tait.
Tu respires l’air qui t’entoure,
Qu’il soit pur ou pollué,
Tu n’as pas le choix.
Il te pénètre
Tu le rejettes.
 
Toi qui n’as pas de souffle
Tu respires difficilement.
Tu es asthmatique,
Tu as une crise d’angoisse,
Tu souffres d’une insuffisance respiratoire,
Telle l’apnée du sommeil.
Tu ne peux te mesurer,
Au souffleur de l’image.
Tu absorbes ce que tu peux,
Une petite machine va compléter.

Elle ne fait pas de miracles ;
C’est une aide respiratoire.
Ne cherche pas la compétition,
Soit raisonnable avec ton corps
Qui souffre.
Plus de cigarettes.
Alcool raisonnable.
Accepte ton insuffisance respiratoire.
Elle ne se guérit pas,
Elle est accompagnée.

 

 

Le blog de Chatondaniel

19 décembre 2021 7 19 /12 /décembre /2021 12:58

sujet 40/2021 - clic

-----

 

Oser la différence.

 

Souffle de confiance

 

Contre les injonctions contraires.

 

Demander le respect: y croire

 

Pour que ça advienne.

 

Liberté qui souffle,

 

Peuplée de solitude.

 

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 16:34

sujet 40/2021 - clic

-----

 

Mon cousin, on peut pas dire qu’il a le souffle court. Quand il a soufflé ses 40 bougies l’autre jour (40 piges, c’est vieux, ça !  Quarante ans, je ne sais pas si j’arriverai au bout de mes 10 ans à moi car papa dit que je mange trop de bonbons et que si ça continue, je mourrai jeune et obèse. Obèse, je sais pas ce que ça veut dire, je pensais que ça avait rapport aux baisers qu’on se donne, papa maman, c’est sûr, ils mourront de ça un jour, mais moi JAMAIS…

 

Je dis « jamais » parce que je déteste les baisers, je trouve que c‘est sale et dangereux, papa et maman s'embrassent tout le temps, mon cousin a dit qu’on était une famille de « relècheurs », ça m’a bien fait rire, j’ai dit ah moi pas question, j’ai horreur qu’on m’embrasse… J’en reviens à son anniversaire, quand Juju a soufflé ses bougies, les 40 se sont éteintes en même temps, il est fortiche, mon cousin, je pense qu’il aurait fait un bon pompier. Que faut-il te souhaiter ? a dit maman, du courage, de l’audace, de la confiance, du plaisir ? Juste être moi-même a répondu  Juju qui est un brin philo…j’ai oublié la fin, c’est papa qui le dit.

 

Juju a fait de grandes études, je ne sais plus lesquelles, tout ce que je sais, c’est qu’il faudrait un dictionnaire pour le comprendre. Il sait tellement de mots qu’il épate toute la famille, qui, elle, n’a pas été très longtemps à l’école. Moi, j’aimerais devenir comme lui et parler aussi bien, quand on emploie des mots que personne ne comprend, c’est cool, car personne ne peut vous contredire. Au cours du repas, il a encore prononcé les mots de diversité, altru… quelque chose, empathie (ça veut sans doute parler de quelqu’un qui mange trop, un empâté, quoi !) engagement, j’en passe et des meilleures. Ah, ce cher Juju, comme j’aimerais un jour lui ressembler. Mais mon dessert m’attend, passons enfin aux choses sérieuses !!

 

 

Le blog de Cloclo

18 décembre 2021 6 18 /12 /décembre /2021 13:03

sujet 40/2021 - clic

-----

 

 

Il en faut du souffle, de la confiance en soi,

Pour oser entreprendre, ouvrir un créneau

Sortir du lot, si possible,

Se démarquer pour exister, dans le durable

Gagner son pain,

Qu'importe sa profession, sa passion,

Et en avoir plaisir du partage et, argent !

 

Dans la photographie artistique

Kévin a fait son « trou » comme on dit

A ouvert sa boutique

Sa galerie,

On s'y arrête devant, entre, achète

Repart avec une oeuvre

A accrocher en point de mire...

 

Moi, j'ai craqué sur cette grange branlante

Et son ciel monstrueux,

Cette main d'extraterrestre

Qui va emporter un pauvre bougre,

Inerte, devant ce tentaculaire spectacle...

 

Toi, pour ce livre aux cent voyages

Qui ouvre ses ailes sur le monde...

 

 

 

Le blog de jill bill

 

16 décembre 2021 4 16 /12 /décembre /2021 18:58

sujet 39/2021 - clic

-----

 

Goutte à goutte

La vie s’écoule

Avec des gouttes de bonheur

et des gouttes d’humeur

Des gouttes d’euphorie

des gouttes qui chantent la vie

Il y a des gouttes d’orage

Et puis des gouttes de rage

Des gouttes d’impuissance

Et des gouttes de danse

 y a des gouttes d’Allelluïa

et des gouttes de baraka

Des gouttes de réussite

Des gouttes émérites

Et des gouttes d’échecs

Avec des prises de bec

Des gouttes de boue toutes sales

Et des gouttes pures de cristal

Et ça goute… ça goutte… ça goutte

ça goutte ou ça dégoutte

Mais un jour, elle est pleine la coupe

Et tu bois le bouillon !

 

Le blog de Lecrilibriste

16 décembre 2021 4 16 /12 /décembre /2021 12:45

sujet 39/2021 - clic

-----

 

Goulument je te savoure

Où que tu sois je te renifle

Un jour peut être mes narines

Tout entières d'anosmie souffrantes

Tairont totalement ta présence

Et alors

 

Désespérément je te chercherais

Et bouillon imbuvable tu seras devenue

Ah que jamais n’arrive ton absence

Utopique semble mon espérance

 

 

Le blog de Jak

14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 18:59

sujet 39/2021 - clic

-----

 

 

Tu t’enfuis l’été d’août à août

L’anglais hors de France tu boutes  

Bouillon, un pognon de dingue ça te coûte

Tu passes de peu entre les doutes  

Tu les dribbles comme au foot

Comme un trop plein ce goutte- à- goutte

Tu se sens Indien inondé dans sa houtte

Demande à Biloute

Tu vas pouvoir faire des joutes

Même si ça te koute

Et tu peux amener Louloute

Tu sens la pluie sous ta moumoute

Elle surfe comme un internoute

In Out

Y a du mou dans l’input

Gare aux retours de knout

Faut tailler la route

Les seaux plein la soute

En avant toute

Les yeux collés sur la voute

Tu lâches le volant de ta yourte

Et tu te demandes : « il pleut à Knokke le Zoute ? »

 

 

Le blog de K

14 décembre 2021 2 14 /12 /décembre /2021 17:44

sujet 39/2021 - clic

-----

 

Sacré robinet,
Je t’avais remplacé en juillet.
Je ne suis pas plombier
J’ai quelques outils dans l’atelier.
Toc, toc sur le zinc de l’évier
Tu te trompes de clavier
Tu m’énerves dans le silence de la nuit,
De partout tu fuis !
Toc, toc, tu recommences
Et tu t’en balances.

Encore une histoire de joints,
Je les avais remplacés avec soin.
Aujourd’hui, tu n’en peux plus,
Tu veux devenir un résidu.
Comme la goutte au nez des petits
Sur le sol, tu t’aplatis.
Tombe, tombe petite goutte,
Te voilà en déroute.
Non ! Je ne rêve pas.
Dans la nuit, Quel brouhaha !

C’est la mélodie de toute goutte,
Qui fait du goutte-à-goutte,
Pour épaissir le bouillon,
Espèce de couillon !
J’en ai eu assez à la clinique
Là, ils étaient hygiéniques,
Et ne faisait pas de bruit
Quand descendait le produit.
Il ne m’empêchait pas de dormir,
Ni de gémir.

 

 

Le blog de Chatondaniel

13 décembre 2021 1 13 /12 /décembre /2021 12:29

sujet 39/2021 - clic

-----

 

 

Comme j’aime les longues balades sous le crachin en bord de mer lorsque les embruns se mêlent aux gouttes de pluie et laissent un goût salé sur mes lèvres. J’en reviens trempée jusqu’aux chaussettes mais revigorée par la sensation de bien-être que la confrontation avec les éléments procure. Et quand je rentre, la douche avec le grand pommeau sensation pluie tropicale bien chaude qui réchauffe et revitalise encore. Et ensuite, pelotonnée devant la cheminée, un livre sur les genoux et le chat ronronnant tout contre ma jambe, un thé fumant devant moi, j’aime entendre le plic ploc de la pluie tombant contre les carreaux.

 

La pluie dehors me berce parce que je me sens en sécurité dedans. Mais lorsque la goutte est à l’intérieur, alors là je n’aime pas du tout. Et le robinet que tu devais réparer, mais tu n’avais jamais le temps ou les outils, perle depuis ton départ. Longtemps, cette infernale goutte m’a empêchée de dormir, me réveillant au beau milieu de la nuit. Longtemps je t’en ai voulu de ta capacité d’inertie. Je t’ai voué aux gémonies et autres supplices japonais. J’ai souhaité pour toi un bouillon de torture plus raffinées les unes que les autres.

 

Et puis un beau jour, j’ai décidé que c’en était fini de toi. Je ne te voulais plus dans ma vie et surtout plus dans mes nuits. J’ai fait appel à un plombier. « Un joint, m’a-t-il dit, seulement un joint à changer ». Je lui ai offert un café, c’est le moins que je pouvais faire pour m’avoir débarrassée de cette perfusion de toi. Nous avons échangé nos 06 et depuis mes nuits sont plus belles que tes jours !

 

 

 

L’Entille

 

12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 15:11

sujet 39/2021 - clic

-----

 

Une alsacienne, un jour, voulut laver son linge.
Elle mit dans la machine, chemises, culottes,
pantalons, pulls, bas et chaussettes
et fit tourner le tout à 40 degrés
programme et essorage adaptés.
Les Alsaciennes, comme chacun sait
sont de bonnes ménagères.
Quand le programme fut terminé
elle déposa dans sa corbeille
le linge tout bien  plié
et profita du grand soleil
pour aller l’étendre dehors.
Pièce par pièce, munie de  pinces à linge
accrocha le linge sur le fil :
chemises, culottes,
pantalons, pulls et chaussettes
et ses beaux bas de soie fragile.
Quand il fait beau, en Alsace,
c’est comme ailleurs,
le linge sèche très vite.
Au bout d’une heure, s’en fut le retirer.
Tout était sec :
chemises, culottes,
pantalons, pulls et chaussettes
excepté son joli bas de soie fragile.

Moralité.  Comme on dit souvent, là-bas, en Alsace :
il n’y a que le premier bas qui goûte…

 

Le blog de Cloclo

12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 15:01

sujet 39/2021 - clic

-----

 

 

“D'où tu viens si tôt, le Mathieu?”

“J'viens encore d'en enterrer un”

“Bon Dieu! T'en es à deux par jour maint'nant, y va bientôt plus t'en rester”

“Ouais... c'est pas rassurant tout ça. Si j'm'attendais à faire ça alors que les autres sèment à tout va”

“D'un aut' côté les autres y sèment mais toi tu récolteras les lauriers avant eux”

“Ouais, c'est c'que le poète Léon-Paul Fargue disait et chez les Fargue on disait pas qu'des conneries !”

“Et t'as enterré lequel cette fois-ci?”

“J'peux plus l'dire puisque justement je l'ai enterré”

“Tu peux même pas me mettre sur la piste? Me donner un symomime?”

“Un comme tu dis, j'peux pas l'dire non plus... çui-là j'lai enterré dimanche dernier”

“Ah ? T'enterres le dimanche aussi?”

“Ouais, y a pas d'jour pour ça, c'est comme j'le sens. J'me dis des fois que ce mot-là j'peux m'en passer puisque j'l'ai pas utilisé depuis l'école ou depuis qu'l'aïeul a cassé sa... tasse”

“Comment ça il a cassé sa tasse? Mais il est mort !!”

“Ouais mais j'peux pas dire P.... vu que j'l'ai déjà enterré”

“Mon pauv' vieux, j'te plains. Bientôt tu pourras plus rien dire! Comment tu f'ras pour faire taire ta bourgeoise? Tu lui refileras un bouillon d'Onze heures ?”

“Ben p't'être que j'me mettrai à écrire”

“Tu veux dire écrire comme un écrivain?”

“Ouais, comme le Léon-Paul Fargue”

“T'as l'air d'en connaître un rayon sur les Fargue”

“Ouais, le Léon-Paul disait :

Il faut que chaque mot qui tombe soit le fruit bien mûr de la succulence intérieure, la goutte qui glisse du bec de la bécasse...”

“Vain diou! Y s'y connaissait aussi en bécasses?”

“Faut croire...”

“Tiens! Comme tu m'parles de goutte... on va aller s'en jeter une petite avant qu'on nous enterre à not'tour ”

 

Le bon écrivain est celui qui enterre un mot chaque jour (Léon-Paul Fargue)

 

 

Le blog de Vegas sur sarthe

12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 14:55

sujet 39/2021 - clic

-----

 

Plic, ploc, plic, ploc, Plic, ploc, plic, ploc, Plic, ploc, plic, ploc...

Les années ont passé, l'eau à coulé sous les ponts et rempli la baignoire en vertu d'un grand principe, celui du robinet fuyard. De pleine lune en pleine lune il se disait qu'un jour il faudra bien qu'il répare. Il était déjà trop tard, le bruit des gouttes d'eau avait chaviré son esprit. Puis, un jour est arrivé, un jour de pleine lune sans doute. La baignoire débordait, elle était dedans. Plic, ploc, plic, ploc, plic, ploc, plic, ploc, plic, ploc, plic, ploc... alors, il a pris sa tête entre ses mains tout en exerçant une poussée verticale, du haut vers bas, pendant qu'il regardait la sienne dans le miroir qui faisait face. Il avait vraiment une sale tête. Plic, ploc, plic, ploc, plic, ploc, plic, ploc, plic, ploc, plic, ploc... le plein de la baignoire avait fini de vidé son esprit.

… Lorsqu'il rouvrit les yeux, la baignoire était vide, et l’eau avait sûrement dû couler sous les ponts. Il ne la revit jamais.

L'avait-il noyé ? Il ne s'en souvenait pas.... Feue sa  femme était si méticuleuse qu’elle avait dû nettoyer la baignoire, avant de partir vers l'au-delà, sur la pointe des pieds, pour ne pas le réveiller. Peut-être même qu'elle avait changé le joint.

 

 

Le blog de Margimond

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos