Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 avril 2016 3 06 /04 /avril /2016 06:51
Jolly Jumper serait fier d'elle !   Aude Terrienne

sujet semaine 14/2016 - clic

 

Philomène et Philibert s'épiaient à l'église tous les dimanches matins depuis des lustres quand le curé, voyant cela, donna un coup de pouce à la providence en les convoquant tous les deux pour lui « rendre un service » un samedi à l'heure du goûter (fourni par Philomène).

Rougissant et suant d'émotion, les deux jeunes gens eurent bien du mal à soutenir une conversation au presbytère, lors de leur première entrevue.
 
Le père Montvenue s'amusa beaucoup des conseils que venaient lui demander tour à tour le jeune homme (pas si jeune) et la jeune fille (timide, mais déterminée) pour séduire l'objet de leur désir.
Il conseilla entre autres à Philibert d'apprendre à monter à cheval à l'élue de son cœur, ce qui serait prétexte à des effleurements de mains.
Bien sûr Philomène fut encouragée à proposer des goûters gastronomiques confectionnés par ses soins.
La première leçon d'équitation faillit se terminer en drame, l'amoureux ayant, dans sa confusion, oublié d'attacher la sangle du paisible cheval qu'il avait réservé à sa belle.
Le premier goûter pris sous les cerisiers en fleurs plongea Philomène dans un abîme de désespoir : au lieu du sucre elle avait mis du sel dans son gâteau. Elle avait tort de se morfondre, Philibert était tellement hypnotisé par son regard vert ourlé de cils démesurés qu'il aurait pu manger du crottin de cheval sans s'en apercevoir.
 
Mais Philomène était très courtisée. Entre autres par un jeune freluquet arrogant et obstiné. Olivier était certes plus jeune et plus moderne que Philibert, ce qui l'incitait à se moquer de ses manières gauches, mais rien n'y faisait, il n'arrivait pas à séduire la jeune fille.
 
Un jour, Olivier crut que la chance lui souriait enfin. Il piquait une pointe de vitesse dans sa voiture rouge, vous savez le genre d'auto avec un écusson de cheval sur le capot. Oui, pour les olibrius qui ne savent pas monter sur de vrais chevaux et confondent conduite automobile et sport. Il eut le temps d'apercevoir dans une allée l'objet de tous ses désirs à pied, tenant par les rênes une jument claudiquant. Il pila dans un rugissement de freins qui aurait effrayé n'importe quel cheval, mais pas Daisy. Il serait le sauveur de cette frêle jeune fille perdue au milieu de la campagne.
« Votre cheval est en panne ? » dit-il, se croyant drôle.
« C'est une jument et elle s'est blessé la jambe. » rétorqua Philomène sèchement.
 
Ce qu'ignorait notre flambeur, c'est qu'il émanait de sa personne des phéromones alertant tout représentant de la race équine « danger, agir ! ».
Pendant qu'il comptait fleurette à une Philomène exaspérée, l'habile jument saisit la clé du bolide entre ses dents et en trois temps, trois mouvements l'avala.
Jamais on ne vit un tel contraste entre le fou rire inextinguible de la jeune fille et la furie du jeune homme.
Rassurez-vous pour la jument, la clé était fort petite et les sucs gastriques fort puissants, si bien qu'une opération fut inutile.
Qui a dit que les animaux n'ont pas le sens de l'humour ?
 
Daisy fut l'invitée d'honneur au mariage de Philomène et Philibert.
 
Rassurez-vous, ils trouvèrent des prénoms moins ringards pour leurs enfants !
 
 
Aude Terrienne
Published by miletune.over-blog.com - dans les participations
commenter cet article

commentaires

audeterrienne 11/04/2016 02:59

Merci pour vos compliments !

clemence 09/04/2016 17:33

Une aventure-mesaventure bien contée, comme des jolies planches ux couleurs pastel....

LADY MARIANNE 06/04/2016 14:03

bravo Aude, je suis abonnée chez toi je n'ai pas lu-
une belle imagination-

Mony 06/04/2016 12:40

C'est très visuel,avec un petit parfum suranné dans le bon sens :)

jill bill 06/04/2016 07:58

Hello Aude ici.... ,-) tu nous en contes une bien belle...

Contact

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net