Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 19:06

sujet 14/2021 - clic

-----

 

Je n’ai rien à te dire sinon que je t’aime.

 

En arrêt devant la vitrine, Charles Loquosme, le plus fin des meilleurs limiers de la PJ s’interrogeait, à défaut de quelqu’un d’autre puisque nul suspect n’était en vue, tout comme aucun témoin ne s’était manifesté.

 

Franchement, ce n’était pas une affaire pour lui. La vieille rengaine des chats à fouetter.

 

Qui avait bien pu écrire une telle déclaration sur cette vitrine, juste en face de la salle de musculation, ce qui avait mis le gérant de la boutique dans une colère noire.

Charles Loquosme n’avait pas manqué de le ramener au calme en lui indiquant qu’il avait échappé à plus infâme, à plus insultant.

 

Ah ce n’était pas une déclaration enflammée, non, en bleu convenons que c’était assez glacial.

Mais ça faisait parler ou jaser.

Si l’on n’y mettait pas bon ordre, le gérant de la boutique allait en faire une jaunisse.

 

Une fois que le légiste - convoqué par erreur – eut été renvoyé à son public habituel, la technicienne scientifique dépêchée sur place ne décela aucune empreinte, ce qui ne permettait pas de suivre la moindre trace.

 

Peu enclin à penser qu’un fantôme avait fait du mauvais esprit, Loquosme préféra divaguer. Manière de se détendre.

Il se disait qu’un bavard facétieux aurait rajouté « moi non plus », mais il n’y avait pas la place.

Dans ce cas, soit il s’était abstenu, soit il était passé à l’acte, ce qui renvoyait à quelqu’un qui avait du mal à planifier, en pleine colère, bref un impulsif.

 

L’enquête piétina donc quelques jours. On mit une voiture en planque près de la boutique. On restait en pleine impasse.

 

Et puis, inopinément, «il» se constitua prisonnier.

Un rédacteur de lettres anonymes en mal de reconnaissance avoua.

Une basse vengeance après un entretien de recrutement où on l’avait recalé. Ce que le gérant confirma.

«Il» avait voulu montrer qu’en techniques marketing, il y avait la lettre mais aussi l’esprit. Contrairement à ce qu’on lui avait laissé entendre.

La suite de l’histoire ne dit pas si une seconde chance lui fut offerte.

 

 

Le blog de K

18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 17:47

sujet 14/2021 - clic

-----

 

- Et toi, Pascal, m’aimes-tu VRAIMENT ?

- Qu’est-ce qu’aimer ? On peut aimer un petit carré de chocolat…

---

- Tu vois, Francine, Marcel n’a jamais rien eu à me dire, même pas qu’il m’aimait et pourtant il me l’a prouvé tant de fois.

- Tu as eu de la chance, Sylvie, pas comme moi. Eric, lui, hurlait qu’il m’aimait tout en m'administrant une volée de coups pour soi-disant me le prouver, sniff !

---

- Damien, j’ai une folle envie d’assister à ce spectacle. On réserve des places ?

- Encore une histoire de bonnes femmes ! Et que je t’asperge d’eau de rose et que je t’illusionne sur l’amour et que je te concocte une soupe aux mamours éternels, ha, ha !

- Ce que tu es cynique, Damien !

- Mais va voir ce spectacle avec une amie, cela ne me dérange pas.

- Ouais, ainsi tu seras seul maître de la télécommande pour suivre un de tes indispensables matchs de rugby ou pour retrouver tes potes à la salle de musculation.

- C’est ça l’amour, ma chérie, il faut savoir garder ses distances pour le préserver et mieux se retrouver.

- Pfff ! Ronflant au plus profond du divan. Hum, vraiment pas sexy !

- Oui, parlons-en, tu n’as jamais porté la guêpière que je t’ai offerte…

- … (tu parles d’un cadeau !)

---

- A qui est destiné ce message ?

- A toi, à moi, à nous ?

- Je ne me sens pas visée.

- Holà ! Moi non plus !

- Et vive notre sacro-sainte liberté, ma chère !

---

- Tu sais, Maman, j’aimerais tellement recevoir de Papa un message comme celui inscrit sur cette vitrine.

- Combien de fois faudra-t-il te répéter que ton géniteur est anonyme. Je t’ai faite seule, Wendy, toute seule ! Ne sommes-nous pas bien à nous deux ?

- Si tu le dis…

---

- (Si déjà une seule personne au monde déclarait m’aimer, je verrais cela comme un miracle. Pourquoi me suis-je assise sur ce banc ? Elle me refile le cafard cette vitrine. Stop, les larmes ! Stop, j’ai dit !)

- (Comme cette femme semble loin dans ses pensées. Tristes, gaies, va savoir mon vieux. Peut-être attend-elle quelqu’un ? Et si j’osais l’approcher, tenter ma chance en l’abordant. Trop nul, je suis trop nul ! Pourquoi suis-je si timide ? …mais, elle pleure. J’ose, j’ose pas ?)

----

- Demain, 8 heures, Antoine, le laveur de vitres, sera à l'oeuvre. J’en ai assez de cette phrase que nous lisons à l'envers depuis un mois. Je compte sur vous pour en dégoter une autre, mes amis. Non, je n’ai pas de thème précis pour le futur micro-trottoir…

 

Le blog de Mony

17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 14:41

sujet 14/2021 - clic

-----

 

Je n’ai rien à te dire

Sinon que je t’aime, la vie

Chaque jour qui s’enfuit

Avec son lot de surprises

d’inconnu, d’apprentis, d’infinis

Et malgré quelques coups d’bistouri

des défis à rel’ver et des chariviris

les matins engourdis et les printemps fleuris

Je t’aime la vie

 

Je n’ai rien à te dire

Sinon que je t’aime la vie

Je cultive le bonsaï que tu m’as imparti

comme un bon samouraï apprend la modestie

j’aim’rais bien quequefois, un peu inassouvie

déborder des limites que tu m’as définies

pour passer mes ennemis au pilori

restreindre les replis doubler les éclaircies

mais je te le dis quand même

malgré tous ces dilemmes

que je t’aime la vie

 

Le blog de Lecrilibriste

17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 14:38

sujet 14/2021 - clic

-----

 

Elle ne répond plus à mes mails, elle ne répond plus à mes appels ni à mes sms. Je ne sais plus quoi faire pour la reconquérir. Je sais que j'ai mes torts mais je fais tout pour essayer de me faire pardonner ou au moins m'expliquer. Je erre depuis des jours, des semaines, je ne sais plus. J'ai l'impression de traverser un brouillard. Que dois-je faire pour capter son attention ?

Il faut que je réfléchisse mais je suis trop épuisé pour cela.Je dois me remettre à la musculation cérébrale pour retrouver mes capacités d'antan. Trouver ce qui la ramènera.

1, 2, 3. Réfléchis !

Lui envoyer des fleurs ? Elle va trouver cela ringard.

Chanter sous sa fenêtre ? Elle va m'envoyer un seau d'eau ou les voisins appelleront la police.

1, 2, 3. Réfléchis !

L'attendre à la sortie de son bureau ? Trop intrusif.

L'inviter pour un week-end à Monaco ? Trop bling-bling.

1, 2, 3. Réfléchis !

La kidnapper ? Trop radical !

Ah j'ai trouvé ! Et si je lui écrivais une lettre tout simplement ? Une lettre écrite de manière franche, en toute honnêteté, avec mon cœur, sur un joli papier. Qu'est-ce que je lui écris ?

1, 2, 3. Réfléchis !

 

 

Maïmouna Grünewald

17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 10:56

sujet 14/2021 - clic

-----

 

 

Alors, tu n'as vraiment que ça à dire,

A taguer sur un morceau de verre ?

Non, ca va pas l'faire !

On va parler de quoi ?

Seulement de moi ?

Durant ces longues soirées d'hiver

Emmitouflés dans nos pull-over

Dans un silence austère

 

Pas pour moi la vie du monastère

 

 

Le blog de Margimond

 

17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 10:50

sujet 14/2021 - clic

-----

Au musée des manuscrits 

Je déposerai une lettre

Pas n’importe quelle lettre

Une lettre d’amour

Les passants qui la liront

Pourront imaginer

Qu’elle leur est destinée

Toi seul reconnaîtra mon écriture

Ecrite en bleu 

En vitrine elle sera

Tu ne pourras la rater

Elle est à côté du cabinet de ton psy

Ce lieu que tu appelles

Ta salle de musculation

Edmond tu ne seras jamais à moi

Seul l’amour pur nous lie

Un amour poésie.

A toi pour la vie.

 

Roxane.

 

 

Le blog de Jamadrou

 
17 mai 2021 1 17 /05 /mai /2021 07:51

sujet 14/2021 - clic

-----

 

Je t’aime pour toi, mon messager rebelle,
pour la lumière de ton esprit jamais dompté,
pour tes appels du fond du gouffre de l’espoir,
pour tes visions rivées sur le divin des Hommes,
ta seconde marche vers ce que tu es.
 
 Je t’aime pour ton esprit de tolérance,
pour le miracle de toutes les renaissances,
pour mon refus de te perdre au limon de ma joie,
pour nos sentiers multiples et fleuris,
voyage au radieux pays de Découverte.
 
Je t’aime pour tes contrées de croisière,
pour tes lointains regards de bout du monde
et mieux, pour les deux mains de ta présence,
tes escales, tes ports, tes envies de retour.
 
Je t'aime pour nos manques, nos failles et nos doutes
pour nos incontournables mais humaines faiblesses,
je t'aime pour nos méandres et aussi nos droits fils
et pour tous nos chemins de traverse.
 
Je t'aime pour tes passages protégés,
secrets, cachés ou solitaires
où s'engouffre souvent à cœur perdu
l'excès de mon impatience.
 
 
Le blog de Cloclo
15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 20:00

sujet 14/2021 - clic

-----

 

 

Encore interdite cette salle de gymnastique,Avec sa devanture atypique.Fermée cause confinementQuel chambardement !Cette phrase écrite au feutre bleu,Par un inconnu peu scrupuleux,Qui n’a pas laissé sa signature,Sur cette devanture.

 

 Pensait-il simplement à la salle de sport,Le virus l’a mis dehors,Ou à sa petite amieQui travaillait en face chez Noémie.Il est en manque de musculation.Quelle aliénation !Ouvertures annoncées,Il faudra me défoncer.

 

 Travaillera-elle encore chez Noémie ?Je comptais sur elle avant la pandémie.Je n’ai pas son numéro de portable,C’est pour moi effroyable.Ni son adresse,Quelle maladresse !Je la voyais dans mes bras accueillieEt rapidement dans mon lit.

 

 J’étais fou d’elleJe me sentais voler autour d’elle comme une abeille.A-t-elle lue mon message,Lors d’un de ses passages ?Je ne le saurai jamais ;Ce silence, il me faudra l’assumer.La vitrine sera nettoyée avant l’ouvertureSur moi, tombera, du silence, la dictature.

 

 

Le blog de Chatondaniel

 

15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 17:42

sujet 14/2021 - clic

-----

 

Toi, mon corps, je n'ai rien à te dire si ce n'est que je t'aime, parce que j'ai pu te sculpter grâce à la musculation, les abdominaux, la gymnastique, la marche, la natation, les étirements, le vélo, le gros ballon, les élastiques, les haltères, le step etc. J'aime ce travail sur soi-même comme j'aimais regarder les autres aller au-delà d'eux-mêmes quand je regardais le Tour de France par exemple. Je me suis un peu lassé, sauf à voir de très près ces compétitions(ce qui est long et fatigant). Je préfère me faire du bien en me faisant du mal ou l'inverse quand je sens que mes muscles travaillent parce qu'ils me font mal.

 

Toi, mon corps, je n'ai rien à te dire si ce n'est que je t'aime parce que j'ai réussi, avec cette musculation et une nutrition rééquilibrée, à te débarrasser de quarante kilos excédentaires qui me rendaient obèse. Avec le médecin, nous avions fixé trente kilos mais dans mon élan vers l'allégement, j'ai été jusqu'à quarante.

 

Toi, mon corps, je n'ai rien à te dire si ce n'est que je t'aime, Tu résistes à la fatigue qui n'a cessé depuis dix ans au moins, à la douleur entraînée par ma discopathie sévère dégénérative(mon disque vient de définitivement me lâcher), aux céphalées permanentes quotidiennes,; à mes diverses douleurs arthritiques. Tu résistes aux insomnies.

 

Toi, mon corps, je n'ai rien à te dire si ce n'est que je t'aime pour les plaisirs que tu m'as donné, a donné; l'orgasme est ton véhicule

 

Toi, mon corps, je n'ai rien à te dire si ce n'est que je t'aime comme véhicule de mon âme, curieuse du monde et de mon coeur qui a aimé... aime et aimera?

 

Toi, mon corps

 

 

Le blog de Laura Vanel-Coytte

15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 16:40

sujet 14/2021 - clic

-----

 

Je n'ai rien à te dire sinon que j'en ai marre de ton chignon-choucroute à la Bardot et de ton peignoir molletonné Thermolactyl, marre de tes vendredis, jours de brandade, de tes week-ends à La Baule, de ton projet de vacances au Boukistan.

Je n'ai rien à te dire sinon que j'en ai soupé de tes tricheries au scrabble quand tu prétends qu'il n'y a pas de Y à yéti, de tes achats compulsifs chez Vinted, de tes Pékin Express, de tes Desperate Housewife et de tes Koh Lanta jusqu'à point d'heure.

Je n'ai rien à te dire sinon que j'en ai plus qu'assez d'aller à pied par la Chine et de toutes tes contrepèteries à la mords-moi-le-noeud.

Je n'ai rien à te dire sinon que je hais ce canard vibrant qui traîne au fond de MA baignoire et de tous ces romans à l'eau de rose qui envahissent MA bibliothèque.

Je n'ai rien d'autre à te dire sinon que je t'aime et que tu n'oublieras pas de ramener une baguette Tradition pas trop cuite pour midi ...

 

 

Le blog de Vegas sur sarthe

15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 12:47

sujet 14/2021 - clic

-----

 

Je n'ai rien à te dire sinon que je t'aime, toi ma liberté que l'on s'acharne à faire disparaître sous prétexte de crise sanitaire.

 

La muselière partout, les tests non fiables et maintenant le passeport sanitaire pour aller où bon me semble. Plus de courses, ce sont mes enfants qui les font. Plus de coiffeur, mes cheveux poussent, poussent en liberté pour me venger de toutes les restrictions que l'on m'inflige. Plus d'ateliers d'écriture avec mes copains et copines, plus de théâtre, ils sont fermés, plus de sorties, plus rien de ce qui me plaît. Enfermée chez moi car je refuse toute cette mascarade, je me suis mise à la musculation de mon cerveau en lisant tout ce que je trouve en dehors des journaux des oligarques qui ne racontent que des mensonges et font ainsi de la propagande à longueur de journées.

 

C'est le soir ou dans des rassemblements pacifiques que je sors. Avec mes marqueurs je tague toutes les vitrines que je longe pour hurler ma douleur de t'avoir perdue, toi ma liberté.

 

 

Le blog d'Aimela 

15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 12:46

sujet 14/2021 - clic

-----

 

Au rouge à lèvres bleu

Un soir, dans ma rue déserte,

Ni vue, ni connue

« Elle » écrivit ces mots...

 

« Je n'ai rien à te dire

Sinon que je t'aime »

 

Même pas signé,

Qui, pour qui... !?

 

D'ailleurs était-ce une femme... !?

 

Le lendemain chacun, chacune se prit à rêver

Devant cette vitrine

Dont on ne regardait même plus les articles à la vente,

Juste cette déclaration d'amour, très fleur bleue...

 

Nous étions la veille du 14 février...

 

Un original, une pudique,

Un pudique, une originale...

 

Un doux, une poétesse

Un poète, une douce...

 

Un message du coeur

A nu, droit au but...

 

J'en oubliais ma séance de musculation

Pour plaire à ma dulcinée...

 

Au fait, si c'était elle, tout simplement...

 

 

Le blog de jill bill

15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 11:00

image Mil et une

-----

 

 

Le mot à insérer facultativement est : MUSCULATION
 
.   
 
Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse 
 
les40voleurs(at)laposte.net 
 
Mode de fonctionnement de l'atelier : clic 
 
 
 
Douce semaine,
 
Mil et une
14 mai 2021 5 14 /05 /mai /2021 14:21

sujet 13/2021 - clic

----

 

Après une année difficile, ma femme souhaite s'éloigner de la Région parisienne, de sa famille trop présente et attentionnée, des amis embarrassés, d'un quotidien toujours plus pesant par ses silences et ses soupirs.

Elle a eu un coup de cœur pour cette vieille bicoque que nous visitons avec un agent immobilier  bien content d'écouler le bien le moins vendeur de son catalogue.

Elle ne manque pas de charme mais elle n'est plus habitée depuis de nombreuses années, elle paraît délabrée et est éloignée de plus de cinq kilomètres des voisins les plus proches.

Mais surtout, tout quitter, est-ce la solution ?

Je m'éclipse attiré par le jardin en friche, laissé à l'abandon mais accueillant. Plusieurs bâtiments construits en vieilles pierres se succèdent avec à l'intérieur leur lot de bric-à-brac. Dans l'un, un ancien alambic, dans l'autre, des outils inutilisables. Ici le temps s'est arrêté.

Tout au fond du jardin coule une rivière avec en son bord un magnifique saule pleureur. Il est là depuis toujours. Il dégage une impression de nostalgie, de sérénité et de douceur. Je m'y approche et aperçois sous son branchage, deux chaises plastiques de jardin oubliées depuis si longtemps. Elles sont encore là, comme enlacées l'une à l'autre montrant que le temps ne les a pas séparées malgré le froid, le vent et les orages. Elles me donnent l'impression qu'elles se chuchotent leurs histoires, d'une oreille à l'autre sans se préoccuper de ce qui les entourent. Cette vision m’attendris et je sais maintenant que nous serons bien dans cette nouvelle maison.

 

 

Maïmouna Grunewald

14 mai 2021 5 14 /05 /mai /2021 12:52

sujet 13/2021 - clic

-----

 

La salle est vide

Les chaises alignées m'observent

Dehors les oiseaux

 

Les bruits du silence

Dans ma tête s'agitent

En gerbes de couleur

 

Trop longtemps sous l'alambic

Les plus beaux rêves s'étriquent

 

Le psy s'avance

Il foule mon esprit

Les chaises déjà sont parties

 

 

Le blog de Margimond

12 mai 2021 3 12 /05 /mai /2021 18:51

sujet 13/2021 - clic

-----

 

Elles n’avaient pu tenir.

Assaillies de questions sans réponses.

Un vrai siège.

Un cauchemar.

Elles vacillaient, ébranlées dans leur assise.

Alors qu’habituellement…

Avec les « autres », les « normales » …

Là, avec elles, pas possible.  

 

Le cul entre deux chaises, on fait comment ?

Un cauchemar.

La chaise électrique, trop dangereux, inutile d’insister.

Pas fiable. Une véritable épreuve.

 

Elles se résolurent à accepter la séparation. Une paille.

 

Fini le soutien, tendrement enlacées, en bonnes camarades.

Les bras leur en tombèrent, regrets éternels.  

Que n’avaient-elles pas fait là ?

Erreur fatale. Hantise.

Le couac entre deux chaises.

 

 

Le blog de K

11 mai 2021 2 11 /05 /mai /2021 19:04

sujet 13/2021 - clic

-----
 

 

Nous sommes heureux de vous annoncer
 
la naissance de nos sextuplés.
 
Pour fêter l’arrivée des 6 petits en ce monde déjà bien pollué
 
Un apéritif sera servi dans le Parc de la Résine le 15 mai à 18h
 
(Pensez à venir avec votre chaise.)
 

 

PS : Nous savions que c’était en mélangeant la lumière de chaque couleur existante
que notre blanc immaculé était né.
Mais nous ne savions nullement qu’en nous mélangeant amoureusement,
nous les Blanc-Chaise donnerions naissance à 6 enfants Blanc-Chaise
de couleur différente.
 
 
Le blog de Jamadrou
11 mai 2021 2 11 /05 /mai /2021 14:23

sujet 13/2021 - clic

-----

 

Deux fauteuils s’aimaient d’amour tendre
mais , hélas, n’avaient pas de toit
ils étaient dehors à attendre
dans le soleil et dans le froid…

Ils attendaient, ces pauvres sièges
qu’un couple heureux les investisse
mais hélas, fautes de liège
rien n’interrompit leur supplice !

Si encore à leur avantage
ils s‘étaient munis de coussins
deux petits vieux, malgré leur âge
auraient pu s’y poser enfin !

Mais ils craignaient trop les escarres,
les rhumatismes, les lumbagos,
et malgré de bons accoudoirs
passèrent leur chemin tout de go…

Un couple d’amants en balade
aperçut ce couple enlacé
mais conclut que pour une aubade
un banc s’rait plus approprié…

Là-bas, à l’ombre du mélèze
pourrait s’asseoir bien gentiment
prendre tranquillement ses aises
sans être vu des passants !

Les deux fauteuils, fort dépités
et constatant leur déchéance
décidèrent de se séparer
d’aller ailleurs tenter leur chance.

A présent l’un d’eux fait la joie
des promeneurs de l’esplanade
tandis que le second reçoit
les pensionnaires d’un EHPAD

Chacun subit bien des sévices
au bout d’un temps si fatigués
Qu’on les remisa à l’office
et qu’on n’en entendit plus parler.

 

 

Le blog de Cloclo

10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 17:54

sujet 13/2021 - clic

-----

 

Remisées au fond du jardin

Au bout d’un petit chemin,

Elles regardaient de loin leur remplaçante,

De couleur éblouissante !

Un salon tout noir

Avec des accoudoirs.

 

Désabusées de leur sort

Elles resteraient dehors,

Durant les quatre saisons,

Sans aucune combinaison.

Les pieds gelés sur ce tas de fumier,

Elles rêvaient d’être un palmier.

 

Leur sort les a rapprochées,

Elles se sont même accrochées,

En elle, l’amour s’est glissé,

Elles se sont enlacées.

Unies pour le meilleur et pour le pire,

Elles se laissaient conduire.

 

Une partie de chacune a fondu

À la chaleur de cet amour éperdu.

Les deux corps ne font plus qu’une seule chaise,

Pour être plus à l’aise.

Un artiste a eu pitié d’elles et les a comblées,

Il suffisait de les assembler.

 

Un nouveau chemin s’ouvrait,

Leur union profonde et vraie,

Elles allaient la célébrer,

Tout était bien calibré.

Une vie nouvelle les accueillait,

Autour d’elles, poussaient des bleuets.

 

L’artiste allait leur donner une nouvelle vie,

Aux badauds, elles feraient envie.

Alors que le salon noir se décomposait,

Leur avenir serait douillet,

Reposant au milieu d’un salon

Face à un tableau de l’aiglon.

 

Elles atterrirent dans un musée

Elles s’en amusaient.

Leur voisin, un alambic en cuivre

Qui avait sur la conscience des gens ivres.

Elles entrèrent dans des livres d’art,

C’est une belle histoire.

 

 

Le blog de Chatondaniel

10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 12:28

sujet 13/2021 - clic

-----

 

« Bras dessus, bras dessous

Bras dessous joue contre joue »

 

- Tu crois qu’on peut encore la chanter ?

Allez ! Arrête de me faire du pied !

 

- C’est que je me souviens de nos amours

« Quand on s’ bécotait sur les bancs publics

En s’foutant pas mal des regards obliques »

 

- Après la manif des anarchiques ?

 

 - Oui, c’était tell’ment anarchique

Que l’on s’est sauvés, pour se retrouver

sur le banc public

qui était en bois et pas en plastique.

 

- Si on n’avait acheté des fauteuils en osier

Au lieu de se précipiter sur ceux en plastique

le coup de foudre nous aurait épargnés

Regarde à quoi ils ressemblent, ils ont fondu.

Et nous aussi ! On est grillés !

 

- Oui, pendant que tu me faisais du pied 

Et que tu me tenais pas le cou !

Bras dessus tout courbatu

Bras dessous, joue contre joue.

 

- Tu crois qu’ils vont les garder ainsi  les fauteuils ?

 

- Non, ils vont les mettre à la déchèterie.

 

- Peut-être que le petit va trouver une astuce.

 

- En design pour les recycler, tu crois, et les vendre aux puces ?

 

- Ça se pourrait

Il a toujours d’étranges idées que l’on n’aurait pas.

 

- Mais tu pars, où tu vas ?

 

- Frapper à la porte du Paradis.

 

- Non ! moi je rode encore un peu par ici !

 

- Alors ciao l’ami ! A une autre vie !

 

- Oh non ! s’il te plaît !  ne pars pas, attends- moi, attends-moi, attends moi, j’te dis !

Ne me laisse pas ! Je te suis !

 

Le blog de Lecrilibriste

  • : Mil et une, atelier d'écriture en ligne
  • : atelier d'écriture en ligne
  • Contact

Recherche

Pour envoyer les textes

Les textes, avec titre et signature, sont à envoyer à notre adresse mail les40voleurs(at)laposte.net
 

Infos